• Colloque du Cirem sur Stanislas de Guaïta<o:p></o:p>

    le Samedi 24 Octobre 1998 à Paris<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

     Stanislas de Guaïta

     

    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    (6.04.1861 - 18.12.1897)<o:p></o:p>

    Alteville Commune de Tarquimpol<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Portrait d'un Mage Poète<o:p></o:p>

    et chercheur de Vérité.<o:p></o:p>


    <o:p></o:p>

    par Georges Courts ©<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mais nous, qui redoutons les Puissances magiques<o:p></o:p>

    Et l'occulte science, et l'Ombre, et la Fureur<o:p></o:p>

    De vos effluves noirs puissamment léthargiques,<o:p></o:p>

    Nous ne parlons de vous qu'en frissonnant d'horreur !<o:p></o:p>

    («Les Fleurs vénéneuses». Rosa Mystica Page 102)

     <o:p></o:p>

    Ainsi souvent, mordu d'une impossible envie,<o:p></o:p>

    Tournant le dos aux abîmes noirs de la vie<o:p></o:p>

    Que j'ai vainement explorés,<o:p></o:p>

    Vers l'Idéal qui fait sur moi frémir son aile,<o:p></o:p>

    Et vers ta gloire d'or, Béatrix éternelle,<o:p></o:p>

    Je tends deux bras désespérés !<o:p></o:p>

    («Les bras tendus» Rosa Mystica. Page 43 )

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La famille de Stanislas de Guaïta. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La famille Guaïta est une très vieille famille, issue de la vallée de Menaggio près du lac de Côme. D'origine italienne, le nom provient du nom d'un chef de guerre (squaita voulant dire guet-apens) résistant aux Lombards. Les successeurs furent les seigneurs de cette vallée. Le nom fut modifié en MaccoGuaita, puis Guaitamacco qui finalement se transforma en Guaïta. Ils restèrent des aristocrates à l'écart des cours et des familles nobiliaires. Avec Frédéric Barberousse, après le siège de Milan, un Guaïta obtint  le titre de margrave et l'emblème de l'aigle impérial qui s'ajouta aux trois chevrons d'azur. Par la suite, les GUAITA furent amis des familles patriciennes de Côme. En 1515, ils perdirent le château de Cadogna par les Suisses combattant François Premier. Plus tard, Don François Guaïta fonda une fabrique de draps sur les conseils de l'impératrice Marie Thérèse. Par elle aussi, ils obtinrent le marquisat et les fiefs de Cascina-Ferrari, Castagnate et Nizzolina. L'aigle bicéphale remplaça alors l'aigle simple dans le blason. C'est ainsi que Don François Guaïta attribua le fief de Nizzolina à son neveu Georges, né à Francfort en 1754. Georges Guaïta, juriste, bourgeois de Francfort eut pour père, Anton Guaïta Conseiller du prince de Loewenstein-Wertheim, mais aussi copropriétaire des verreries de Saint Girin et de Monthermé. Il meurt à Saint Quirin en novembre 1831. Son fils Antoine né le 24 février 1785 à Francfort fonda la manufacture de glaces de Cirey. Les Guaïta furent dès lors bourgeois, négociants et manufacturiers. Antoine, capitaine de cavalerie, était le grand-père de Stanislas. Son père, François Paul, né à Cirey le 10 Avril 1825, en épousant la fille du Général et Baron Grandjean d'Alteville obtint le château d'Alteville près de Tarquimpol en Lorraine. Les Guaïta devinrent aussi ruraux.

     <o:p></o:p>

    La naissance de Stanislas de GUAITA.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C'est dans le château familial, comprenant le château, les corps de ferme, les granges et étables que naquit Stanislas Marie Victor de Guaïta le 6 Avril 1861, à cinq heures du matin. Il était le troisième enfant, après Marie Antoine, son frère qui se destina à la carrière militaire et Marie Alice Octavie, sa soeur qui résidera à Alteville.<o:p></o:p>

    Le domaine d'Alteville se trouve à deux kilomètres environ du village de Tarquimpol, sur une presqu'île de l'étang de Lindre. Cet étang est vaste de 622 hectares, soit l'équivalent de 1000 terrains de football. Ce fut un haut lieu gallo- romain. Tarquimpol doit son nom à deux romains Tarquin et Pol. On a découvert sur les lieux des routes romaines et les traces d'un amphithéâtre pouvant contenir 10.000 personnes. Les pierres ont souvent été utilisées en remploi dans les environs. Les historiens ignorent les raisons de ces établissements. Plusieurs hypothèses ont été avancées. Une hypothèse possible : lieu non loin des routes commerciales près des mines très anciennes de Sel du pays du Saulnois, qui firent la fortune de Marsal, de Châteaux-Salins, de Vic sur Seille où naquit Georges de la Tour. La seconde, base de loisirs et de villégiature, car cette région est l'une des plus riches écologiquement. C'est le pays des grands étangs poissonneux de Lindre, du Stock et de Gondrexange. La moitié des espèces européennes migratoires passent par ces étangs. Plus de dix espèces rares sont présentes parmi les amphibiens. Les trois massifs de forêts du Romerberg, de la Bride et de Fénétrange abritent parmi de multiples animaux des cervidés, (les cerfs, biches sont très nombreux) et des sangliers.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C'est une région magnifique et riche, loin des grosses agglomérations, propre à l'admiration, à la détente et à la méditation. Cela renforcera sans doute le caractère effacé, studieux et indépendant des GUAITA. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    alteville<o:p></o:p>

    Alteville<o:p></o:p>

    Vue de l'Etang de Lindre (622 hectares) près d'Alteville où est né Stanislas de Guaïta et du village de Tarquimpol où se trouve la tombe de Stanislas.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Tarquimpol<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Commune de Tarquimpol et Etang de Lindre<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le père de Guaïta meurt en 1880. Il avait créé l'amorce d'une superbe bibliothèque que son fils renforça plus tard par de multiples achats. Le catalogue de sa bibliothèque occulte paru chez Dorbon en 1899 recense près de 2227 ouvrages sur l'alchimie, la magie, l'illuminisme. Elle avait coûté 35834 F et fut mise en vente fin 1898 sur trois catalogues. De nombreux ouvrages furent annotés, réparés, reliés, résumés par Stanislas, infatigable chercheur. <o:p></o:p>

    Stanislas devait mourir de la même maladie que son père, d'une altération de la lymphe, le 19 Décembre 1897 et non, comme il a été dit, de vagues opérations magiques, d'expériences occultes ou d'ingestion de drogues (comme la cocaïne et la morphine, médecine qui en fait le soignait pour sa douloureuse maladie).<o:p></o:p>

    Il est enterré au cimetière qui entoure l'Eglise de Tarquimpol dans la tombe familiale où reposent ses parents et son frère Antoine, mort en Annam en 1887 comme officier de cavalerie.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La vie de Stanislas de Guaïta.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Stanislas de Guaïta, après un passage chez les Jésuites à Dijon, fait tout d'abord ses études au lycée de Nancy où il rencontre Maurice Barrès, Paul Adam, Albert de Pouvourville. Il aime la littérature et écrit des poèmes, qualifiés de médiocres par ses amis.<o:p></o:p>

    Il poursuit ses études pour la licence en droit à Paris. Il y rencontre les poètes du quartier latin Edouard Dubus, Emile Goudeau, Joseph Gayda, Paul Emile Michelet, Jean Moréas, Laurent Tailhade. Il publie : <o:p></o:p>

    « Oiseaux de passage » en 1881, recueil de 45 textes en trois parties, paru chez Berger-Levrault à Nancy ;<o:p></o:p>

    puis « La Muse Noire » paru le 10 Octobre 1883, recueil de poème ; <o:p></o:p>

    et « Rosa Mystica » le 9 Avril 1885, recueil de poèmes chez Lemerre à Paris.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans l'encensoir fumant des strophes, j'ai jeté<o:p></o:p>

    Ma peine coutumière et mon bonheur volage,<o:p></o:p>

    Tour à tour. - L'encensoir se balance et dégage<o:p></o:p>

    Le complexe parfum de ma sincérité.<o:p></o:p>

    (L'encensoir. Rosa Mystica p 125)

     <o:p></o:p>

    C'est en 1884 en fait que Guaïta «se détourne définitivement du siècle, écrit Charles Barlet, pour explorer les abîmes de la vie ».<o:p></o:p>

    Sa rencontre vers 1882.1883 avec Catulle Mendès avait été déterminante. Ce dernier lui fit connaître les oeuvres d'Eliphas Lévi : « Dogme et rituel de haute Magie » puis Stanislas lira «Le Vice suprême » de Joséphin Péladan, critique d'art à l'époque.<o:p></o:p>

    Stanislas déclara plus tard (lettre du 30 Août 1893) : «  Je me consacrai tout entier à l'occultisme et me mis à rechercher et à lire tout ce qui a été écrit sur les sciences occultes ».<o:p></o:p>

    Il fréquentera par la suite Péladan, Barlet, Papus, les groupes d'initiés de la Maçonnerie, du Martinisme et de la Rose Croix.<o:p></o:p>

    La science des Mages, l'initiation véritable pour entrer en communion intellectuelle avec ceux qui détiennent les connaissances cachées, l'adeptat, la mise en rapport télépathique par l'astral, la magie, l'alchimie qu'il explique à Jollivet Castelot ou à Poisson, l'étude des ouvrages anciens deviennent ses soucis principaux. L'occulte désormais sera sa quête et sa passion. Il partagera son temps entre Paris, avenue Trudaine et Alteville.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Joséphin Péladan.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sa rencontre la plus houleuse fut celle avec son ami Joséphin Péladan, frère du Docteur Adrien Péladan, homéopathe. Ce dernier avait été initié et avait reçu l'enseignement de Lacuria. Péladan avait également hérité de la bibliothèque de son frère Adrien. Stanislas fut reçu dans leur adelphie où pratiquait également Albert Jounet. Péladan et Jounet bientôt se séparèrent, car Péladan après avoir publié «Le Vice Suprême » en 1884 de mage s'instaura Sar (de l'assyrien Roi).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En 1886, Stanislas ayant abandonné définitivement la poésie fait paraître un article dans l'Artiste intitulé «Au Seuil du Mystère ». Ce sera son premier ouvrage ésotérique, suivi par « Le Serpent de la Genèse » qui reprend les doctrines philosophiques, les religions anciennes de l'antiquité et donne un aperçu sur les religions modernes. Plusieurs éditions successives, puis complétées confirmèrent le succès du premier article. Ainsi, l'ouvrage dans sa cinquième édition en 1915 comprend le texte, une préface de Maurice Barrès, une description de l'Amphitheatrum Sapientiae aeternae d'Henry Khunrath, une analyse de la Rose Croix, une analyse du grand Androgyne de Khunrath, un discours initiatique pour une réception martiniste, des notes sur l'extase, une préface de Zanoni. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les relations entre les deux hommes devaient peu avant 1890 se dégrader et aboutir à la guerre dite des deux Roses. Les synthèses que cherchaient Papus et Stanislas dans la Tradition occidentale et les Anciens étaient inconciliables avec les vues visionnaires et fumeuses du Sar Merodack Péladan.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La vision occidentale de Stanislas de Guaïta.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Stanislas voit dans la tradition occidentale la vraie tradition des Sages qu'il cherche à reconstituer. Il s'opposera ainsi sans le savoir aux Théosophes de Madame Blavatsky et du Colonel OLSCOTT qui avait fondé la Société Théosophe. Avec Lady Caithness, leur représentante en France, ceux-ci diffusaient des doctrines issues d'instructeurs secrets, les Mahatmas et de l'Inde.<o:p></o:p>

    Papus lui-même ne tarissait pas d'éloge. On lit sous sa plume :<o:p></o:p>

    « La société théosophique nous apparaît comme une véritable Franc-Maçonnerie orientale et nous conseillons vivement aux Francs-Maçons éclairés d'étudier très sérieusement l'alliance des deux mouvements » (Volume 7 de l'Initiation, 1890. La société Théosophique p. 188).<o:p></o:p>

    Stanislas en 1887, dans un article de la Jeune France, écrivait cependant que si l'ésotérisme hindou a été préservé par ces Mahatmas, que si la société théosophique répand des doctrines de vérité, de justice et de paix, «lui comme kabbaliste a au coeur la forme judaïque de l'ésotérisme chrétien, plus conforme au génie des races occidentales. Les adeptes hindous sont des frères étrangers qui parlent une autre langue ».<o:p></o:p>

    Il dira aussi «nous nous distinguons de certains occultistes d'ailleurs instruits, à tendance matérialiste et même athée qui se donnent pour les disciples et les seuls représentants de la sagesse orientale ».<o:p></o:p>

    Dans la seconde édition «Essais de sciences maudites », il déclare que les critiques adressées à Madame Blavatsky en 1890 ne visaient que son attitude et ses procédés polémiques et qu'il n'avait « jamais contesté sa valeur intellectuelle. Il convient de ne plus se souvenir aujourd'hui que de son talent et des services rendus par elle à la cause théosophique ». (note page 30, 5ème édition 1915).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'affaire Boullan.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En mai 1888, à la suite de l'affaire Boullan, un mage qui déshonorait la Magie, les frères parisiens se considérant comme de vrais adeptes convoquèrent un tribunal initiatique.<o:p></o:p>

    Avant, Stanislas avait écrit le 24 Mai 1887 à Boullan, pensant pouvoir infléchir la conduite du Mage fondateur du Carmel de Vintras. Boulland était accusé de profaner la Kabbale, de pratiques secrètes, de manœuvres sacrilèges. Cette lettre n'eut d'autre effet que d'exacerber Boullan face «aux nécromants parisiens ».<o:p></o:p>

    En novembre 1891, dans un article de Vitoux sur les dessous de Là-bas, ouvrage  écrit par Huysmans, (n° 2 Novembre 1891) l'abbé Boullan est cité : «tout docteur en théologie qu'il soit, il n'est et ne sera jamais qu'un sorcier sans ampleur... et, en fait de cérémonies de sorcellerie noire, il se contente d'exercer un bizarre et véritablement étonnant ministère d'évangéliste dans une communauté de moeurs joyeuses où l'érotisme le plus dévergondé est pratiqué et enseigné journellement aux adeptes...»<o:p></o:p>

    Lors de la parution du Temple de Satan en 1890 dévoilant les pratiques de Boullan dans le chapitre «Sur les modernes avatars du Sorcier» un exemplaire lui fut envoyé.

    Papus déclara que «... ce jean Baptiste fut condamné au commencement de 1887 par un tribunal initiatique, à la suite d'actions révélées par la suite du chapitre du Temple de Satan. Ce n'est qu'en 1891 que cette condamnation vient d'être exécutée par la Rose Croix après quatre ans d'enquête».<o:p></o:p>

    Ce qui fera dire à Oswald Wirth, secrétaire de Stanislas « Pauvre sentence initiatique... » « Nous étions jeunes et candides en notre inexpérimentation ».<o:p></o:p>

    Quant à Boullan, il écrira :<o:p></o:p>

    « Il vient de paraître un mauvais livre, dans lequel il y a un tas d'horreurs. J'ai subi des épreuves, je le reconnais. On les raconte dans cet affreux livre : aussi gardez-vous de le lire. J'ai, du reste, prié l'archange Michel d'aller trouver l'auteur et de le punir. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La création de l'Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Face à des pratiques obscures, surgit l'idée de regrouper les vrais Initiés au sein d'une organisation, d'où le projet de réveil de l'« Ordre de la Rose-Croix ».<o:p></o:p>

    Cet ordre est fondé par Stanislas, Papus et Julien Lejay, le concepteur d'une « sociologie analogique ». Stanislas devient Président du Conseil des Douze, dont six hommes connus qui furent d'abord Papus, Barlet, Michelet, Wirth, Péladan, Sédir, aidés par six autres personnages qui devaient rester inconnus. Grâce à Papus qui avait fondé un Groupe indépendant d'Etudes ésotériques, la pépinière des Martinistes et les autres initiés se réunissaient. Ils formèrent les cadres de ces premiers Rose-Croix. On y trouva au sein d'agapes fraternelles et studieuses, le graveur Desboutins, Gary, Papus, Péladan, Emile Gondeau, Armand Point, Polti, Georges Poirel et bien d'autres dont les noms sont cités dans la Revue l'Initiation.<o:p></o:p>

    D'autres réunions eurent lieu au cabaret du Chat Noir avec Donald Mac Nab où l'on discutait d'art, d'alchimie, de magnétisme et de Rose-Croix.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La guerre des deux Roses.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le 14 Mai 1890, le Sar Péladan lança des manifestes épiscopaux (acta syncelli) sur les Arts, les courses de taureau et l'excommunication de l'épouse Rotschild pour crime de sacrilège et icinoclastie. Il fit scandale, car il nomma la R+C, parla en son nom dans un langage outrancier, citant un tribunal vehmique, au nom de toutes les religions, ad crucem per Rosam. Surtout ses amis craignirent des assimilations douteuses avec la Rose Croix authentique. <o:p></o:p>

    La réplique fut amicale, mais sérieuse. En représailles, le Sar Péladan rompit définitivement en se proclamant Grand Maître et Hiérarque suprême du Tiers Ordre de la Rose Croix Catholique ; il promut ainsi la Rose Croix du Temple et du Graal. Il se dissocia du premier mouvement. Un mandement, adressé à Papus, paraîtra dans la revue l'Initiation (n° 8 Mai 1891) daté du 17 février 1891 où Péladan déclare : « ...je me consacre tout entier à ma Rose-Croix catholique ». <o:p></o:p>

    Il inaugure le 17 Mars 1892 les salons de la Rose Croix et les soirées de la Galerie Durand-Ruel. En 1893, les salons eurent lieu au Palais du Champ de Mars.<o:p></o:p>

    Stanislas et Papus pendant ce temps oeuvraient au sein de l'Ordre Kabbalistique de la Rose Croix. Leur Ordre délivrait trois degrés, sanctionnés par des examens, épreuves orales en soutenant des thèses contrôlées et publiées, pour obtenir le titre de Docteur en Kabbale. Il convenait également d'obtenir les trois degrés martinistes.<o:p></o:p>

    La guerre se déclara entre les deux Ordres, d'où l'expression de la Guerre de Deux Roses.<o:p></o:p>

    Les communiqués et déclarations se succèdent dont la revue l'Initiation se fait l'écho, par des mises au point, des comparaisons. En Août 1891, la revue  publie un supplément considérant que Péladan a créé une secte schismatique. Péladan malgré ses qualités sera considéré comme un bon fumiste.<o:p></o:p>

    Barlet, en avril 1892 dans l'Initiation, résume et critique l'ouvrage de Péladan « Comment on devient mage » tout en déclarant que cette oeuvre est excellente à la culture psychique. « La magie de Peladan est la magie de l'art. Mais, pas plus qu'aucun de nous, Peladan n'est un mage et c'est avec joie que nous le proclamons tous, même en science occulte, un grand artiste ». Dans la même revue paraît un extrait du règlement de l'Ordre Kabbalistique. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le 24 Mars 1893, le suprême Conseil de la Rose Croix, avec les signatures de Stanislas de Guaïta, Barlet et Papus, condamnait Péladan comme usurpateur, schismatique et apostat, le dénonçant lui et sa prétendue Rose Croix catholique au tribunal de l'opinion publique.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'affaire Huysmans.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En 1890, paraît le livre de Stanislas de Guaïta sur « Le Temple de Satan ». Il s'agit d'un ouvrage historique qui examine la magie noire et la mise en application des forces occultes de la nature par le Mal. Dans sa préface, Stanislas admire les civilisations passées qui «reposaient sur l'unité de la synthèse et non sur le morcellement de l'analyse, sur la Saine et Sainte Hiérarchie et non sur l'Anarchie  ». « La science et la foi s'identifiaient dans la splendeur unie et indivisible de la totale connaissance ». L'âge d'or passé devient une espérance pour l'avenir.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En 1891, après cette lecture, Joris-Karl Huysmans prit contact avec le secrétaire de Stanislas, Oscar Wild. Huysmans se servit de l'histoire de Boullan pour le décrire sous l'image du Docteur Johannès dans « Là-bas ».<o:p></o:p>

    Le médium de Boullan, Madame Thibault, victime d'hallucinations délirantes, fit colporter des rumeurs sur la magie diabolique des organisations de Stanislas.<o:p></o:p>

    Boullan hurlait et écrivait qu'il était envoûté, enclin à croire toutes les communications astrales de Madame Thibault.<o:p></o:p>

    Jules Bois, un journaliste, reprenant les faux bruits, comme empoisonnements, satanisme, magie noire, fit paraître plusieurs articles en janvier 1893, reproduits dans les journaux de Paris et Province avec cette fois des noms et des adresses. <o:p></o:p>

    Stanislas de Guaïta fut considéré comme responsable et diabolique. Des bruits affreux courent. Il venait de sa lointaine Lorraine où il habitait un château sinistre. Il s'enfermait dans son cabinet de travail, s'habillait du rouge des Rose Croix, recevait ses hôtes dans un cabinet rouge. Enfin, il possédait un esprit familier dans un placard de l'avenue Trudaine pour exécuter les sentences de mort des Rose-Croix.<o:p></o:p>

    En fait, selon Charles Barlet, il était un solitaire volontaire dans un rez-de-chaussée parisien et il n'en sortait - le soir de préférence - que pour chercher des livres rares.<o:p></o:p>

    Malgré un rectificatif de Huysmans, Jules Bois rédigea un article diffamant le cinq Avril 1893 qui se termina par un duel, aux épisodes bien folkloriques. <o:p></o:p>

    Peu après, Guaïta déclara à propos de Jules Bois :<o:p></o:p>

    « Il est un apôtre du décadisme, un déliquescent en magie, aussi bien qu'en art. Monsieur Bois fait de l'occulte comme il fait des vers ; comme les anciennes pharmacopées prescrivent d'obtenir l'huile de tartre, par défaillance ».<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le problème du Mal.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Stanislas de Guaïta, s'il aborde la Magie même noire dans son ouvrage « La clef de la Magie Noire » en 1897, s'intéressait à l'idée de la révélation pour découvrir l'unité. La kabbale lui permit d'entrevoir les mondes superposés, au-delà du matérialisme. La première septaine était une parodie des sorciers à travers les âges, la seconde livraient des connaissances sur la force astrale, les occultistes, l'éther, l'agent universel.<o:p></o:p>

    Ainsi, il y avait les faits qu'il cite, les lois qu'il énonce, puis les principes. Mais quel était l'obstacle suprême à la Vérité ?<o:p></o:p>

    L'esprit devait pénétrer l'infini, cet abîme sans fond qui enveloppe nos sens. Selon Oscar Wild, l'objectif de Guaïta fut de remonter à la racine de ce qui s'oppose au bien. La tradition possédait des symboles, les Tarots avaient des clés, mais les lectures étaient insuffisantes. <o:p></o:p>

    Alors, il fallait descendre en soi, découvrir une réalité suprême.<o:p></o:p>

    Etions - nous inclinés au Bien ou au Mal ou à la loi sociale ? et les influences néfastes nous condamnaient-elles dans la loi des hommes ? Sommes nous condamnés par nos fautes ?<o:p></o:p>

    Comme tout théologien ou penseur mystique, Stanislas se tournera vers les textes religieux, vers le Catholicisme, vers la bible, au coeur des choses.<o:p></o:p>

    Il est loin de l'emphase des prophètes, mais que d'interrogations et de clés offertes ! On retrouve parfois le langage d'AXEL, l'initié de Villers de l'Isle Adam, auteur, Martiniste, que Stanislas a dû connaître.<o:p></o:p>

    A la phrase d'Axel : « et si la parole des fils d'une femme ne portait pas au-delà de ce mensonge d'espace qui enveloppe la terre ?... l'univers ne serait qu'un piège éternel tendu à l'humanité » répond en écho la phrase de Stanislas :<o:p></o:p>

    « si l'apparente réalité de ces choses se résout à un vain mirage..... il ne nous reste plus qu'à douter du ciel qui a menti, de la terre qui a incarné le mensonge ».<o:p></o:p>

    Stanislas cernera dans une formule laconique la dualité ontologique de tout homme soumis au mal comme être déchu : <o:p></o:p>

    « Le mal s'oppose à la norme du Bien pour manifester celle-ci dans l'éternité de son triomphe. »<o:p></o:p>

    Le seul ennemi de l'homme à vaincre est le Mal. Le diable, l'esprit du mal est l'erreur, l'éternel adversaire. Il a pour nom l'égoïsme primordial, la laideur. Le grand arcane de la Magie est l'inaccessible unité dans le monde intelligible.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Enfin, Stanislas déclare presque en conclusion : <o:p></o:p>

    « Le péché originel n'est qu'une gestation ténébreuse et transitoire d'où doit éclore le Bien positif et superlatif : la Rédemption. Et la Rédemption aboutit à la Réintégration, qui est le Paradis. ».<o:p></o:p>

    Devenu lumineux, l'initié participe à l'essence des choses par la voie unitive. Ainsi, l'initié aboutit à la sainteté, à la sagesse, à la voie du vrai et du juste, par l'accomplissement du Grand oeuvre et les épreuves de l'initiation. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le message essentiel de GUAITA.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le véritable message spirituel de Stanislas, ce qui le décrira mieux que tout autre ouvrage, est ce qu'il écrit à son propos :<o:p></o:p>

    « Je suis né artiste ou, si vous voulez, compréhensif : je suis un soldat de l'armée du verbe. Là est ma place désignée d'avance.<o:p></o:p>

    J'ai soif de Justice et de Vérité et je cherche l'une et l'autre là où je crois les voir. <o:p></o:p>

    Autant je serais incapable de mener une vie d'action, autant je suis ardent et infatigable à poursuivre le Vrai et le Beau.<o:p></o:p>

    De quoi suis-je capable ? Etablissons le bilan des possibilités. Je puis approfondir, creuser une question qui m'a séduit, arracher les derniers secrets à une science centrale, dont toutes les autres ne sont que des rayons. Je puis faire ce que le plus grand nombre appelle un utopiste et ce que quelques-uns appellent un penseur. Je puis entasser dans mon cerveau les connaissances les plus abstraites de la métaphysique, me nourrir intellectuellement de la moelle des lions comme dit Bossuet ; je puis élaborer lentement un ouvrage dogmatique où j'aurai mis toute mon intelligence, mon enthousiasme et mon coeur, puis, à un moment donné, je serais capable aussi, je le crois, de me sacrifier pour ce que je crois le Vrai, le Beau, le Juste.<o:p></o:p>

    L'on tirera de moi que de belles formes et de nobles pensées.<o:p></o:p>

    J'ai voulu vous dire ce que je suis et ce que vous vous obstinez à ne pas vouloir voir en moi. »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A trente-six ans, il se retire à Alteville. Il y retrouve sa mère et sa sœur, son frère étant mort dix ans avant. Il meurt le 19 Décembre 1897, sans avoir terminé son oeuvre qui sera continuée par son secrétaire et publié par Marius Lepage seulement en 1948.<o:p></o:p>

    Boullan était mort. Quant à Josephin Péladan, il lui dédia « L'occulte catholique » en déclarant comme sublime hommage : « Tu fus pour tous le gentilhomme de l'occulte. Je te vénère »<o:p></o:p>

    Inactif, isolé, lucide, Stanislas était un homme debout et conscient.<o:p></o:p>

    Face à ceux qui lui reprochaient son inaction, il se déclara le plus détestable et le plus malheureux des hommes d'action. Mais qu'importent les diplômes, les décorations, les honneurs ! Le 27 Mars 1894, il écrira et comme pour s'en défendre :<o:p></o:p>

    « Je crois en Dieu et en la Providence et il ne se passe pas de jour que je n'élève plusieurs fois mon âme vers l'absolue Bonté ou mon esprit vers la Vérité absolue. »<o:p></o:p>

    « Que voulez-vous de plus ?  »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    guaita<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Compléments :<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    « A côté des classiques du positivisme, la Rose-Croix créa les classiques de la kabbale : Eliphas Lévi, Wronski, Fabre d'Olivet et mit à l'étude les oeuvres des véritables théosophes : Jacob Böhme, Swedenborg, Martines de Pasqually, Saint Martin, qui sont les seuls que la théosophie, digne de ce véritable nom connaîtra plus tard. »<o:p></o:p>

    (Les Maîtres de l'Occultisme par André Nataf, page 149 consacrée à Stanislas de Guaïta. Edition Les compacts. Editions Bordas.)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Quelques dates importantes de la vie de Stanislas de Guaïta :<o:p></o:p>

             6 avril 1861    Naissance de Guaïta en Lorraine, au château d'Alteville.<o:p></o:p>

                                       Etudes chez les Jésuites. <o:p></o:p>

                            1878    Entrée en rhétorique au Lycée de Nancy et rencontre avec Maurice Barrès.<o:p></o:p>

    (20 ans)           1881    Publication de son premier recueil de poème, Les Oiseaux de passage.<o:p></o:p>

                                       Entrée en faculté de Droit.<o:p></o:p>

                            1882    Guaïta et Barrès à Paris.<o:p></o:p>

    (21 ans)           1883    Publication de son second recueil de poème, La Muse Noire.<o:p></o:p>

                juillet               Publication d'un sonnet détaché, intitulé Initiation et dédié à<o:p></o:p>

                                       Péladan.<o:p></o:p>

                                       Lectures qui vont réorienter l'esprit de Guaïta vers les sciences<o:p></o:p>

                                       occultes : Dogme et rituel d'Eliphas Lévi, sur les conseils de son<o:p></o:p>

                                       ami Catulle-Mendès et  Le Vice suprême de Joséphin Péladan.<o:p></o:p>

                3 nov.   1884    Première lettre à Péladan.<o:p></o:p>

    (23 ans)           1885    Publication de son troisième et dernier recueil de poème, Rosa  Mystica.<o:p></o:p>

                                       Amitié et sa collaboration avec Oswald Wirth, son secrétaire.<o:p></o:p>

    (24 ans)           1886    Ouvrage d'introduction à une trilogie sur l'histoire des sciences<o:p></o:p>

                                       occultes (Le Serpent de la genèse, composé de trois septaines)<o:p></o:p>

                                       Au Seuil du mystère (chaîne des mages et de la Tradition).<o:p></o:p>

    (26 ans)           1888    Guaïta restaure l'Ordre Kabbalistique de la Rose+Croix avec Papus et Lejay.<o:p></o:p>

    (29 ans)           1891    Première septaine : Le Temple de Satan (Magie noire).<o:p></o:p>

                            1897    Seconde septaine : La Clé de la magie noire (étude de la puissance<o:p></o:p>

                                       de l'action de force du mal et du bien)<o:p></o:p>

                                       Dernière septaine : Le Problème du mal (ébauche interrompue par la<o:p></o:p>

                                       mort de Guaïta, continuée par Wirth et publiée par Marius Lepage<o:p></o:p>

                                       en 1948)<o:p></o:p>

                            18 déc.  Stanislas de Guaïta meurt à 36 ans.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Bibliographie :<o:p></o:p>

    - BILLY André : Stanislas de Guaïta. Mercure de France 1971<o:p></o:p>

    - CAPDEVILLE Denis. Stanislas de Guaïta. Le philosophe kabbaliste. photos Daniel Manzi. Editions Pierron Sarreguemines.<o:p></o:p>

    - Stanislas de GUAITA et sa Bibliothèque occulte Paris Dorbon 1899<o:p></o:p>

    - Réimpression par Gutenberg Reprints.<o:p></o:p>

    - Barlet Charles ; un ami de Barrès. Stanislas de GUAITA. Grasset 1936.<o:p></o:p>

    - Barlet Charles : Stanislas de Guaïta mage et poète (1861-1897) Discours de réception à l'Académie de Stanislas (26 Mai 1932) Berger Levrault 1932.<o:p></o:p>

    - Barrès Maurice. Un rénovateur de l'occultisme. Stanislas de Guaïta. Souvenirs. Chamuel 1898.<o:p></o:p>

    - LEPAGE Marius : Avant Propos et postface à l'édition du problème du Mal. Le symbolisme 1949<o:p></o:p>

    - La Revue l'Initiation numéro spécial sur Stanislas de Guaïta Janvier 1898. <o:p></o:p>

    - MICHELET Victor Emile. Les compagnons de la Hiérophanie. Dorbon Ainé 1937<o:p></o:p>

    - Idem - Réimpression auquel on a rajouté 16 planches hors texte et un index. Préface de BOUMENDIL. Edition BELISANE Nice 1977<o:p></o:p>

    - L'occultisme Vécu. Stanislas de GUAITA Souvenirs de son secrétaire Oswald Wirth. Paris Editions du Symbolisme. 1935.<o:p></o:p>

    Stanislas de Guaïta. Essais de sciences maudites. Au seuil du mystère. Préface de Maurice Barrès Hector et Henri Durville 1915.<o:p></o:p>

    Stanislas de Guaïta. . Essais de sciences maudites. Le serpent de la Genèse. Le temple de Satan. Hector et Henri Durville 1916.

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique