• Humanisme et Franc-Maçonnerie


    (Planche pour la Tenue du 26 janvier 2007)
    Vén. Maître et vous tous mes FF en vos Grades et Qualités,
    La GLSA stipule dans ses principes généraux que l’Alliance maçonnique a pour but le développement moral
    de ses membres et la pratique des principes humanitaires. .
    Lors de la cérémonie de notre initiation, l’humanité se voit placée au centre de nos préoccupations. En tant
    que Franc-Maçon, nous nous engageons à travailler sur nous-même et à dégrossir notre pierre brute dans le
    but de pouvoir, par l’exemple de nos qualités et par nos actions, oeuvrer incessamment à l’avènement d’une
    humanité meilleure et plus éclairée. A chaque Tenue, le Vénérable nous répète que le FM travaille à
    l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité et que, pour ce
    faire, il doit à la fois améliorer et l’homme et la société. Il en résulte qu’en toute circonstance, le FM a
    l’obligation de se soumettre à la loi de la solidarité humaine. Dans cet ordre d’idée, on a tendance à associer
    l’humanisme à l’altruisme, plus précisément à la bienfaisance qui représente un comportement social dont le
    but est d’aider - par compassion ou suivant des principes éthiques - des humains dans le besoin ou ceux
    laissés pour compte. Faire une bonne action est un des principes éthiques chrétiens qui nous est inculqué
    depuis notre tout jeune âge. Pour nous Franc-Maçon, la bienfaisance n’est toutefois qu’une petite partie de
    notre comportement humaniste. C’est justement cela qui nous différencie des Clubs de Service où la
    bienfaisance faite avec grand fracas est le but principal de toute action sociale.
    Depuis toujours, la Franc-Maçonnerie est fortement liée à l’Humanisme et à ses principes. Le terme
    humanisme est toutefois ambigu. Le mot humanisme nous vient du mot latin « humanitas ». C’est au 2ème
    siècle avant JC qu’on trouve le mot « humanitas » dans les écrits de l’élite intellectuelle romaine, entre autre,
    chez Cicero.
    Mais on parle ici d’humanité pour marquer la différence qui distingue l’homme de la bête. Cette différence se
    manifeste par la faculté de la pensée, de la culture, de l’érudition et par l’éducation personnelle qui vont
    anoblir l’être humain dans le but de le conduire vers un niveau éthique élevé. Pour les Romains, l’humanisme
    désigne donc toute chose élevant l’homme à une place à part des autres être vivants. S’appuyant sur les
    auteurs de l’Antiquité, ils souhaitent bâtir une société nouvelle, différente, et espèrent éduquer l’homme pour
    le grandir. C’est un courant culturel, scientifique, philosophique et, par bien des aspects, politique. Ce
    courant propose un modèle humain définit comme une synthèse des qualités intellectuelles, morales, sociales
    et affectives, caractéristiques même de la nature humaine. Sous quel angle devons nous approcher
    l’humanisme ?
    ♦ L’humanisme est d’abord une philosophie qui met l’homme et les valeurs humaines au au-dessus de
    tout. Cette philosophie désigne toute pensée qui met, au premier plan de ses préoccupations, le
    développement des qualités essentielles de l’être humain. Elle vise l’épanouissement de l’homme
    rendu plus humain par la culture et par sa propre réalisation en suivant la voie de sa conscience et de
    2
    la raison. L’humanisme est fondé sur la connaissance de l’homme et l’accomplissement harmonieux
    de sa nature. Il défend rigoureusement tout ce qui constitue les plus grandes richesse de l’homme :
    l’indépendance d’esprit et la liberté de mouvement. Il dénonce tout ce qui l’asservit ou le dégrade. Ce
    mouvement consiste en fait à valoriser l’homme en partant d’une théorie de base, que l’homme est en
    possession de capacités intellectuelles illimitées. Il faut seulement lui apprendre à développer et à
    faire bon usage de ses facultés.
    ♦ L’humanisme est aussi un mouvement intellectuel d’un retour vers l’antiquité. Cette philosophie
    cherche une synthèse entre la civilisation grecque et latine .Par l’étude des grands auteurs grecs et
    latins, l’homme digne de ce nom est celui qui a pour essence la culture De mon temps on disait – en
    étant élève du lycée – je fais mes humanités, en allemand, on dit aujourd’hui encore : ich bin im
    humanistischen Gymi, c'est-à-dire, je fais des études avec latin et grec.
    Ce retour à la pensée antique remit en vogue certaines notions, notamment :
    celle de l’homme idéal qui se réalise lui-même en atteignant le plus grand accomplissement intérieur
    grâce à l’étude des lettres anciennes, les fameuses humanités. On redécouvre les valeurs morales
    encloses dans la littérature greco-latine et l’affirmation d’une liberté de l’homme et d’une certaine
    indépendance d’esprit. Dans cet humanisme pédagogique, l’enseignement est libre de toute pression
    et s’oppose ainsi à la souveraineté de l’enseignement scolastique du moyen âge, basé
    principalement sur les écritures chrétiennes autorisées par Rome, au cadre le plus souvent formaliste,
    dogmatique, rigide et sclérosé et dont les autorités ecclésiastiques monacales en avaient le
    monopole.
    ♦ L’humanisme est encore état d’esprit, un changement de perspectives dans la perception que
    l’homme avait de lui et du monde dans lequel il vivait. Il y a une refonte des idéaux et des pratiques de
    la vie sociale qui s’oriente vers l’agrément, la politesse et la civilité. C’est un humanisme politique. Ce
    fut le début d’un processus d’interaction entre le contrôle corporel et les valorisations sociales. Surtout
    les élites font l’apprentissage du primat de l’égalité des talents sur les privilèges de la naissance. On
    parle de l’égalité des droits. L’homme, de par la dignité acquise, ne doit être soumis à la domination
    de personne. Il se distingue entre autres des autres êtres par la liberté et l’indépendance de sa
    pensée et de sa conscience. Il est libéré de tout préjugé. Il a le courage d’agir selon les principes qui
    lui sont apparus vrais, justes et beaux.
    ♦ L’humanisme est enfin une conception philosophique de l’antiquité (Protagoras 480 BC) pour la quelle
    l’homme constitue la valeur suprême absolue. Cet enseignement affirmait que « de toutes les choses,
    la mesure est l’homme » Ainsi, suivant cet humanisme présocratique, c’est par l’homme et du point de
    vue de l’homme que le bien et le mal, le vrai et le faux prennent leur définition. Protagoras dit que
    c’est l’homme qui crée les différences en ce qui concerne le langage, le savoir, la sensibilité, les
    couleurs ou toute autre perception. Il faut conclure que toute affirmation faite par un homme n’aurait
    de signification absolue que pour cet homme. Cela mène vers un relativisme évident.
    3
    C’est avec Pétraque qui vécu de 1304-1374, que surgit en Italie le mouvement humaniste de la Renaissance.
    Parti d’Italie, le courant humaniste va rapidement conquérir toute l’Europe cultivée, grâce à la découverte de
    l’imprimerie. Au début un humanisme chrétien se développe dans les milieux religieux avec le souci de
    réaliser une synthèse entre les écrits antiques et la tradition scolastique. Puis l’humanisme se sécularise. On
    considère que l’âge d’or de l’humanisme se situe au début du 16ème siècle avec ses grandes figures comme,
    entre autres, Erasme, Thomas More, Rabelais ou Guillaume Budé. L’humanisme de la Renaissance prône le
    retour aux sources antiques payennes et cherche à retrouver l’authenticité de la pensée des Anciens, perdue
    sous les multiples interprétations chrétiennes du Moyen-âge. L’humanisme de la Renaissance cultive et
    favorise l’aspiration à la connaissance des possibilités humaines ainsi que la réflexion de l’homme sur luimême
    suivant l’inscription figurant au ponton du temple de Delphe « Connais toi toi-même ».
    L’humanisme de la Renaissance s’oppose à tout ce qui fait obstacle au développement de l’esprit et rejette
    toute autorité arbitraire. Ses représentants (Erasme, Rabelais, Montaigne Eliot, Vives) mène un triple combat
    qui touche l’éducation, la religion et la politique. Ils recherchent une nouvelle organisation de la vie sur le plan
    social, politique, esthétique et religieux. Les Humanistes de la Renaissance prônent une éducation libérale
    caractérisée par le respect de la personnalité et l’absence de tout endoctrinement. La politique doit être
    caractérisée par l’amour du peuple, le pacifisme, la volonté d’équilibre entre les pouvoirs. Les humanistes de
    la Renaissance restent théistes. Ils manifestent toutefois leur profond désaccord avec la hiérarchie
    ecclésiastique. Ils refusent de reconnaître les dogmes de l’église mais ne sont pas contre la religion ; ils
    s’élèvent exclusivement contre les pratiques ecclésiastiques. Cet humanisme donnera naissance au
    protestantisme (Luther) ainsi qu’à certaines réformes de l’église romaine (Ignace de Loyala) et à la séparation
    de l’Angleterre de l’Eglise romaine (Henri VIII).
    Les philosophes des lumières (Montesquieu, Diderot et d’Alembert, Voltaire, Rousseau) sont les continuateurs
    des humanistes de la Renaissance. Le mouvement des Lumières a été aussi le prolongement des
    découvertes de Copernic et des théories de Galilée. Le développement des sciences mathématiques,
    physiques et de la médecine avaient bousculé l’organisation du savoir.
    Les Lumières veulent comprendre le monde et la vie par l’observation et l’expérimentation. Ils refusent de
    croire sans comprendre, de répéter sans vérifier ce que transmet la tradition. Ils utilisent leur esprit critique. Ils
    remettent tout en question. Pour eux, les capacités créatrices de la raison humaine sont capables de rendre
    meilleures les conditions de vie humaine. C’est l’idée du progrès. Les Lumières sont ainsi en opposition à
    l’obscurantisme du moyen age où tout s’opposait au progrès afin de ne pas mettre la foi chrétienne en péril.
    Eclairés par la raison et la connaissance, les Lumières veulent chasser l’obscurité de l’ignorance et de la
    superstition fondées sur la crainte ou l’ignorance. La Philosophie des Lumières consiste essentiellement en
    une affirmation la notion de la liberté de penser, du libre arbitre, d’indépendance, de tolérance, d’ouverture et
    de curiosité. « Sapere aude » est la devise des Lumières: aie le courage de te servir de ton propre
    entendement.
    L’humanisme est fortement associé à la Franc-Maçonnerie. Entre 1717 et 1789, les Loges, dont les
    membres faisaient partie de l’Elite de la Société, se sont répandues dans toute l’Europe. Elles ont fortement
    contribué à répandre les idées philosophiques et l’esprit de réformes humanistes des Lumières dans les lieux
    politiquement stratégiques. Nos principes et notre enseignement concentrent tous les caractères de la
    4
    Philosophie humaniste, particulièrement ceux du siècle des Lumières. . En effet, la Franc-Maçonnerie est
    dans son fond :
    ♦ elle est une société dite de pensée où le discours et la discussion entre Frères favorisent le
    développement intellectuel et moral des Frères dans un but d’apprendre pour comprendre, de
    comprendre pour progresser, de s’instruire pour éduquer
    ♦ elle est une école de sagesse, car elle cultive non seulement une éthique de responsabilité, mais elle
    incite à acquérir les connaissances qui feront du FM un homme cultivé, utile à la société et conscient
    de la possibilité de diriger son évolution
    ♦ elle prône la tolérance; toutes les idées philosophiques, sociales, politiques ou autres étant égales à
    ses yeux
    ♦ elle n’admet aucune limite à la liberté d’esprit et de conscience et ne fait subir aucune entrave à la
    raison ou au sentiment. Le libre arbitre est de rigueur.
    ♦ elle lutte pour les droits de l’homme et s’élève contre toute entrave à la dignité de l’homme
    ♦ elle s’oppose à tout autre endoctrinement
    ♦ elle est théiste, conformément aux anciens devoirs, mais elle respecte et accepte les pratiques
    déistes
    ♦ elle n’admet aucune des barrières, qui dans la vie ordinaire compartimentent les groupes humains:
    Race, origine, profession, fortune, instruction
    ♦ elle invite à pratiquer la charité envers ceux qui sont dans le besoin
    Comme vous le constatez, la FM est héritière de l’esprit humaniste du 18ème siècle. Elle a su le conserver
    durant toutes les turbulences provoquées par les diffamations et les poursuites politiques encourues durant le
    siècle dernier. La personne humaine possède une dignité fondamentale. Et cette dignité est inviolable. C’est
    sur son appartenance à une humanité qui transcende tous les autres éléments de l’univers que repose la
    vérité de l’homme. Nous sommes appelés à la défendre. C’est à nous de prendre le témoin. Basé sur la
    justice et le respect de l’être humain, l’humanisme maçonnique revient avant tout à respecter et à faire
    respecter les droits fondamentaux de l’être humain. L’homme n’est pas fait pour vivre seul. Son humanité
    débouche obligatoirement sur la découverte de l’autre. Et c’est au contact des autres que l’homme se forme
    lui-même.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique