• LA CATHEDRALE DE BOURGES

    Bourges, ville royale depuis 1100, s'enrichit, s'agrandit.
    Dans la ville haute, assise sur l'ancien rempart gallo-romain, la grosse Tour (donjon-jumeau du Louvre) symbolise le pouvoir royal, la nouvelle cathédrale gothique en construction exalte la puissance des archevêques de Bourges, primats d'Aquitaine.

    Figure de proue du domaine capétien face au midi de la France, la cathédrale Saint-Etienne de Bourges se devait d'être unique dans sa conception.
    Le parti architectural retenu par le Maître d'oeuvre repose sur un plan sans transept et des effets plastiques d'une grande modernité pour leur époque.La cathédrale est encore entourée des maisons à pans de bois qui témoignent de l'image de la ville médiévale. Ce sont là des critères essentiels qui ont valu à la cathédrale Saint-Etienne, son inscription en 1992 sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

    Le chantier

    En 1195, l'archevêque Henri de Sully, assisté du chapitre des chanoines, prend la décision de reconstruire la cathédrale à partir du chevet, dans le nouveau style gothique.
    Le choeur s'élève sur une église basse, dite à tort "crypte", établie sur le fossé du rempart gallo-romain, qui est alors franchi pour gagner de l'espace.
    Les caractéristiques architecturales de l'ensemble sont déjà présentes dans le chevet: composition pyramidale de l'élévation, audace de la double volée d'arcs-boutants, correspondant à la recherche des effets de perspective et de fusion des volumes dans l'espace intérieur.

    Le successeur d'Henri de Sully, en 1199, l'archevêque Guillaume de Dangeon, ancien abbé cistercien, prend une part importante dans le développement du chantier et dans la définition du programme iconographique : la cathédrale dans sa totalité, son décor sculpté, ses vitraux, est une affirmation du dogme, contre les hérésies. Le décès de Guillaume, bientôt suivi de sa canonisation entraînent un afflux de dons de la part des fidèles et des pèlerins.

    La seconde campagne de construction , gros oeuvre de la nef et de la façade occidentale, est achevée vers 1230 ; cinq portails sculptés compléteront la façade.
    Les architectes qui ont succédé au premier Maître de Bourges ont su préserver la cohérence et la simplicité apparente du programme, l'absence de transept contribuant à l'effet d'unité de l'espace.
    La Tour sud (dite "tour sourde" car elle n'a jamais reçu de cloches), menacée par des fissures dès le XIIIe siècle, est consolidée par un énorme pilier butant.
    La Tour nord s'écroule en 1506 et est reconstruite en harmonie avec la façade gothique bien qu'elle comporte certains éléments décoratifs Renaissance.

    La lumière

    Un ensemble rare de vitraux du début du XIIIe siècle, réparti sur les trois étages de l'élévation du choeur, diffuse la lumière colorée sur la pierre : Bourges exprime magistralement cette recherche de la "lux continua" liée à l'élan de spiritualité du XIIe siècle.
    Le jeu des volumes intérieurs et de la lumière commande sa conception d'ensemble.
    Ces livres de lumière illustrent l'enseignement de l'Eglise : autour du Christ du Jugement dernier et de l'Apocalypse, de la Vierge et de Saint-Etienne, s'ordonnent hiérarchiquement les corporations des métiers, les scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament mises en correspondance, la vie des saints et martyrs, les archevêques de Bourges, les prophètes et les apôtres.
    A la fin du XIVe siècle, la verrière du "grand Housteau", offerte par le duc Jean de Berry parachèvera la façade occidentale.
    Dans un tout autre esprit, les chapelles latérales du XVe au XVIIe siècles, seront décorées de verrières commanditées par les familles de notables de Bourges ; la plus célèbre est sans doute l'Annonciation de la chapelle de Jacques Coeur.

    La pierre

    Le sourire de l'archange Saint-Michel, le sourire des ressuscités dans la nudité et la jeunesse de leurs corps, et celui des élus drapés de longues robes, sont dominés par un Christ majestueux et accueillant, qui surplombe le tympan du Jugement dernier, tandis que l'enfer grouille de diables et de créatures en proie au désespoir.

    Une humanité vivante s'incarne dans la pierre pour former, au portail central de la façade occidentale, un tableau grandiose du Jugement dernier, réaliste et intemporel à la fois, chef d'oeuvre de la sculpture gothique des années 1240.
    Sculpté à la même époque, le jubé a été supprimé en 1757.
    De beaux fragments de ce jubé sont présentés dans l'église basse où repose également le gisant du duc Jean de Berry (début du XVe siècle).

    Les portails latéraux (remplois de portails réalisés vers 1160) offrent de beaux exemples de sculpture romane; la cathédrale est aussi un musée de la sculpture à travers les siècles.

    La peinture

    La découverte de peintures murales à caractère emblématique (sacristie capitulaire décorée par Jacques Coeur en l'honneur de Charles VII autour de 1450) a été suivie d'une autre, plus inattendue et plus énigmatique : les fresques de la crucifixion (sur fond de paysage maritime) et de la résurrection du Christ dans la chapelle du Breuil, datées d'environ 1475.

    L'horloge astronomique, dont le mécanisme d'origine (oeuvre du chanoine Fusoris en 1424) est bien conservé, a bénéficié d'une réhabilitation, ainsi que le cadran représentant les figures du Zodiaque, peint par Jean d'Orléans.

    Le Grand Orgue, entièrement restauré en 1986, retentit sous les voûtes de la cathédrale dans toute sa splendeur.

    Tout finit par arriver en notre bon Berry : La cathédrale de Bourges est enfin reconnue comme une des "merveilles du monde". Au mois de juin 1993, en présence de M. Frédérico Mayor Directeur Général de l'UNESCO, et du ministre de la Culture, M. Jacques Toubon, la cathédrale Saint-Etienne a été inscrite au patrimoine mondial. Et ce n'est que justice.

    Parmi les motifs de cette distinction, se trouve l'ensemble architectural : un immense vaisseau, sans transept, et unique à la fin du XI e siècle, date de début des travaux. C'est aussi la qualité des 5 portails de la façade, avec celui du jugement dernier, qui montre l'extrême liberté des sculpteurs de l'époque.
    C'est enfin la qualité et l'unité de l'ensemble des vitraux, ce sera l'objet de cet article, les lecteurs de la Bouinotte sont invités à les visiter durant ce début d'automne.

    LA TECHNIQUE DU VITRAIL

    La cathédrale de Bourges possède des vitraux parmi les plus beaux du monde, et sur le plan du programme iconographique, les oeuvres vont du XII e au XVII e siècle avec des sommets artistiques comme l'ensemble des vitraux du choeur ou ceux de Jean Lécuyer.
    Le vitrail, c'est d'abord du verre, puis un jeu de couleur, et enfin un dessin. Très vite il est apparu que le verre sans le dessin était nettement insuffisant, et c'est ainsi qu'à partir des grands vitraux des cathédrales, le dessin va prendre une place prépondérante.

    Le verre est connu depuis 2000 ans av JC, il était mis en oeuvre par les Egyptiens, et on a retrouvé à Pompéi des verres de couleur qui étaient utilisés dans des appartements comme éléments de séparation.
    C'est un moine, au XI e siècle, Théophile qui a mis par écrit l'ensemble de la théorie relative à l'art du vitrail. Les premiers vitraux dans l'art religieux datent des Mérovingiens... et les restes connus proviennent de la vallée du Rhin, avec un Christ, ou d'Allemagne avec une datation approximative du IXe siècle.

    Le verre du vitrail est obtenu par la cuisson à 2000 °C d'un mélange de sable et de cendre de hêtre. Lorsque le verre est liquide, il est mis en plaque par soufflage d'une boule creuse transformée en un cylindre lequel était fendu selon la méthode de Théophile. Une autre méthode utilisant la force centrifuge permettait d'obtenir un disque de 4 à 5 millimètres d'épaisseur.

    La couleur est obtenue en incorporant différents oxydes métalliques. Le bleu provient de l'addition de manganèse, ce sera la méthode utilisée à Bourges, alors qu'à Chartres, cette teinte, était obtenue avec de l'oxyde de cobalt.
    Le vert est fabriqué avec des oxydes de cuivre, tout comme le rouge, alors que le jaune est produit avec des oxydes d'antimoine, ces derniers étaient très coûteux.

    Les vitraux servaient essentiellement à l'enseignement des jeunes clercs, car Bourges possédait au début du XII e siècle une école épiscopale, c'était nous dit Jean Yves Ribault, "un milieu de maîtres et d'intellectuels".

    LES VITRAUX ONT DES SPONSORS

    Les vitraux de Bourges comme ceux de l'ensemble des grandes cathédrales nécessitaient des financements importants. Pour trouver les fonds, au XIII e siècle comme au XVI e, (et c'est aussi le cas aujourd'hui.....), il faut que les bourses s'ouvrent et que des personnes ou organismes fortunés donnent de l'argent. Pour les premières séries des vitraux du XIII e siècle, ce sont les corporations qui vont apporter les financements nécessaires. En échange, leur signature, sous forme de scènes représentant leur travail seront inscrites dans le bas du vitrail. Ainsi, le vitrail de la Passion est "sponsorisé" par les Pelletiers, reconnaissables au manteau d'hermine, alors que d'autres oeuvres sont offertes par la corporation des bouchers, des charrons ou des charpentiers.

    Plus tard, au XV e siècle, lorsque vont se développer les chapelles latérales, ce sont les "grands" de Bourges qui vont financer à la fois la construction de la chapelle, la réalisation du vitrail et leur entretien. Le premier à faire édifier une chapelle fut Jean de Berry, le mécène bien connu..... avec la Chapelle dite "du Sacré Coeur". Autre figure emblématique du Berry, le grand Jacques Coeur qui fait construire sa chapelle en 1450, quelques mois avant son arrestation enfin celles des familles moins connues comme les De Breuil ou les Tuillier sont édifiées vers 1467.
    Les généreux donateurs faisaient cela pour l'Eglise, pour le salut de leur âme, mais aussi pour la postérité. En effet, ils se faisaient parfois représenter sur les vitraux, seuls ou avec leur petite famille, ou encore lorsqu'ils étaient moins "mégalos", sous la forme de leur Saint-Patron.

    DES PREMIERS VITRAUX DU XII e AUX CHEFS D'OEUVRES DU XIII e

    Dans la cathédrale, en cherchant quelque peu, il est possible de trouver quelques fragments de vitraux qui pourraient provenir de la cathédrale romane, c'est à dire du XII e siècle, environ 10 mètres carrés, représentant des scènes de la bible. Dans deux autres fenêtres, de part et d'autre de l'entrée du portail sud, on découvre de petits vitraux de cette même époque, l'un nous montre les rois mages, et l'autre une Annonciation.
    Ce seraient les plus anciens vitraux de Bourges. Ils sont difficiles à lire, enchâssés dans des verres modernes, ils "sentent" la récupération, les figures sont sombres et les personnages très serrés. On a utilisé la technique de peinture dite "de grisaille", en prenant du verre en poudre, lié avec du vinaigre ou des urines et appliqué sur un verre monté cuit à 600 degrés. Seule ombre au tableau : tous les chercheurs ne sont pas d'accord sur l'authenticité et la datation de ces premières oeuvres.

    En poursuivant la visite intérieure de la cathédrale, et en se dirigeant vers le chevet, c'est le début de l'émerveillement. Les vitraux du XIII e siècle sont sans aucune contestation parmi les plus beaux chefs d'oeuvres de l'art religieux.
    Dans les fenêtres hautes, les maîtres-verriers ont conçu un programme composé des grands prophètes. En cherchant bien, et avec les souvenirs lointains de votre catéchisme, vous identifieraient Zacharie, Malachie, Jonas (sans sa baleine), Abdias (et pas Adidas), mais aussi des personnages plus célèbres comme Moïse, David ou Isaïe. Tous ces prophètes apparaissent très statiques.
    Il existait une seconde rangée de vitraux, avec cette fois, une représentation des évêques. Ils ont été ôtés au XVIII e siècle par le clergé local, afin de faire davantage entrer la lumière dans la cathédrale !
    Dans ces verrières du Choeur, du côté nord se trouvent les personnages de l'ancien Testament, alors que la partie sud, plus au chaud, est composée des figures de héros du nouveau testament comme les apôtres ou les évangélistes.

    La seconde nef comprend les archevêques de Bourges, une Vierge à l'Enfant, un Christ en majesté et enfin Saint Guillaume, l'enfant du pays. Il est conseiller de prendre des jumelles pour bien reconnaître l'ensemble des personnages situés dans les fenêtres hautes.


    Les vitraux les plus importants du XIII e siècle sont sans contexte, ceux du choeur et des chapelles rayonnantes.
    Trois ateliers ont réalisé ce programme de vitraux. Le premier semble être très local, avec des verriers influencés par l'ouest. Les personnages sont petits, trapus, certains diraient berrichons... C'est le cas du vitrail du Bon Samaritain.
    Le second atelier, qui s'appellera "atelier 1200", est celui dit "du Jugement Dernier". C'est le style du début du siècle, c'est le retour du blanc, une certaine influence byzantine apparaît, et les personnages ont pris de l'ampleur et du volume.
    Les verriers du troisième atelier ont réalisé "Le Mauvais Riche" et "Les reliques de Saint-Etienne". C'est le domaine des figures calmes, biens dessinées, avec une recherche de l'équilibre.

    Deux types de fenêtres dans le choeur, celles qui sont plates, ce sont les grands messages, parfois très moralisateurs, comme la Nouvelle Alliance ou le Bon Samaritain. Dans les petites chapelles rayonnantes, les artistes ont réalisé tout un programme sur les vies édifiantes des saints et des martyrs, avec des scènes très dures et souvent très cruelles.
    Ainsi, la vie des diacres comme Saint-Etienne, qui finit lapidé à coups de cailloux, Saint Vincent, cuit sur le gril, ou Saint Laurent bastonné et brûlé vif sont d'un réalisme que ne désavoueraient pas les cinéastes modernes d'Hollywood.

    Outre l'histoire très documentée de la vie des Saints, la qualité de ces vitraux est incomparable, restaurés de belle manière dans les années 1980, ils sont aujourd'hui qualifiés de chefs d'oeuvres.

    LECTURE RAPIDE D'UN VITRAIL

    Comment lire un vitrail de la cathédrale de Bourges ? Ce n'est jamais une question simple, et nous prendrons pour les lecteurs de la Bouinotte, un vitrail qui se lit sans trop de difficultés, ce qui n'est pas le cas de tous les vitraux, en tout cas pour l'auteur de ces lignes.....
    Ce vitrail est celui du Mauvais Riche.

    Tout d'abord, un vitrail se lit de bas en haut et de gauche à droite, c'est la règle et la tradition. Il arrive toutefois que lors des démontages réalisés en catastrophe, avant une guerre, comme à Bourges en 1939, certaines parties aient été remontées avec quelque inversion.....

    Au bas du vitrail du Mauvais Riche, figurent les ouvriers maçons qui en sont les généreux donateurs, on les voit préparer le mortier et transporter leurs matériaux .
    La seconde ligne montre un homme riche, cela se voit à l'ampleur de ses vêtements, et il est en train de se demander où il va bien pouvoir stocker sa prochaine récolte, il songe à abattre ses greniers afin d'en construire de plus grands.

    Mais Dieu veille et lui rappelle cette parole contenue dans Saint-Luc : " Cette nuit, on va te redemander ton âme". Et l'homme va mourir.

    A côté de cet homme qui avait bien réussi dans sa vie, un pauvre apparut près du portail du riche, c'est Lazare, il est malade, on aperçoit les pustules. Il est léché par les chiens. C'est aussi un symbole des vitraux, les animaux savent reconnaître les bons des mauvais.

    A la cinquième ligne, le pauvre meurt, il est emporté par des Anges, alors que le riche s'en va lui aussi dans l'autre monde.
    La mort est toujours représentée par un petit personnage nu qui quitte la bouche du défunt.

    A la sixième ligne, nous entrons dans le royaume des morts. Un diable précipite l'homme riche dans les flammes.

    Enfin la morale de cette parabole se situe à la septième et dernière ligne, Abraham rappelle au riche qu'il a reçu beaucoup de biens au cours de son existence, alors que le pauvre n'a reçu que des maux. Maintenant, "le pauvre trouve ici la consolation, et le riche est à la torture", pour reprendre Saint Luc.

    Tous les vitraux du XIII e siècle se lisent ainsi, il est prudent d'amener sa dernière bible pour tout comprendre !

    Mais Bourges a la chance de posséder dans les chapelles latérales, toute une série de vitraux du XV e et XVI e siècle parmi ce qui se fait de mieux à l'époque.
    Ces oeuvres sont très différentes de celles du XIII e siècle,

    LES VITRAUX DU XV e SIECLE

    A la fin du XIV e siècle, les chapelles latérales sont construites, et c'est la course des Berruyers aisés pour avoir "leur chapelle privée". Pour ce faire, ils financent la réalisation de la maçonnerie, ce qui n'était pas très compliqué, puisqu'il fallait simplement repousser le mur du fond, les murs latéraux étant constitués par les piliers d'origine de la cathédrale.
    Mais le plus coûteux, c'était la réalisation du vitrail. Il était placé dans plusieurs lancettes, souvent quatre, avec parfois des personnages très statiques sur toute la hauteur de la fenêtre.
    Ainsi, les Beaucaire financent la chapelle de Saint Loup, laquelle est constituée par les quatre grands docteurs de l'église, c'est à dire, Grégoire, Augustin, Jérôme et Ambroise, ce dernier étant évêque de Milan..... comme chacun sait. La technique employée est celle d'une "grisaille" très évoluée, le traitement du tissu est remarquable, et le jaune d'argent est une couleur nouvelle (et coûteuse) qui donne une allure différente à cette fresque.

    D'autres vitraux de cette période, comme Sainte Thérèse ou Saint Jean-Baptiste ont aussi été réalisés, et la réfection de ces oeuvres est en cours, aussi, au fil des mois, vous aurez la surprise de voir des planches de bois à la place du verre. Ce n'est qu'un mauvais moment à passer.
    Enfin, la grande rosace située au dessus des grands orgues a été construite sous l'impulsion de Jean de Berry, elle représente le Saint Esprit sous la forme d'une colombe, et certains l'appellent aussi, "la roue de la fortune"....

    JEAN LECUYER LE BERRUYER

    L'art du vitrail va subir une longue éclipse de plusieurs centaines d'années. Après le XVI e siècle, c'est en effet le déclin du vitrail.
    La conséquence, c'est la valeur qu'ont pris certaines oeuvres du XVI e siècle qui apparaissent comme les plus belles de cet art. Et à cette époque, le Berry a la chance de posséder un des plus grands artistes du vitrail : Jean Lécuyer.

    Il va naître à Bourges et comme ses compères, c'est en Italie qu'il s'en va étudier. Il réalise des vitraux qui sont dans une Eglise berruyère (Saint-Bonnet) et aussi un chef d'oeuvre pour la cathédrale : le vitrail des Tuillier. On trouve une grande habilité dans la composition du sujet et la précision des personnages. Il exécute cette oeuvre en 1532, il est alors au sommet de son art. Il apparaît qu'après ce vitrail, cet art va progressivement s'étioler.

    Emile Mâle écrira à propos de ce vitrail :

    "Aucun vitrail en France n'est supérieur à celui-là ; là tout est admirable : la noblesse des saints, l'élégance aristocratique de la Vierge, la bonhomie toute française des donateurs, la beauté des dais d'architecture traités dans le style de la première Renaissance ; et enfin, ce profond ciel bleu où volent d'adorables anges".

    Ce vitrail comprend une vierge dans la lancette de gauche, elle tient l'enfant Jésus dans ses bras, à ses côtés, se trouve Jean-Baptiste enfant, dans la seconde lancette, Saint-Pierre avec ses clés, présente la famille Tuillier à la Vierge. les deux autres personnages sont Saint Jean et Saint Jean-Baptiste.
    L'ensemble de la famille est à genoux. Le père et la mère sont en tête de cette curieuse procession, lui en bleu, sa femme porte une robe violette, suivent leurs enfants, Jehan, François et Pierre, enfin, les quatre chanoines ferment la marche.
    Dans le tympan, des dizaines de petits anges musiciens, agglutinés sur un azur bleu donnent un dynamisme rarement vu dans un vitrail.

    Attention, comme dans toutes les cathédrales, il y a des pièges ! Ainsi, parmi les vitraux "dits" du XIII e siècles, situés dans le Choeur, se trouve ceux de la chapelle de la Vierge. Elle est flanquée de part et d'autre des statues de Jean de Berry et de sa femme. Ces vitraux d'un style très différent ne sont pas du XIII e siècle, il s'agit d'oeuvres du XVI e siècle sans grande valeur.
    Il en est de même de la chapelle du Sacré Coeur, dont les vitraux datent du XIX e siècle, ils ont été placé là, suite à la destruction par une tempête des oeuvres originales.

    CHARTRES ET BOURGES

    On a coutume d'opposer Chartres et Bourges, et nombres d'ouvrages vantent les vitraux des grandes cathédrales d'Europe : York, Tolède et ...... Chartres. Il est rare que les vitraux de Bourges soient mis en valeur.

    Cela provient d'abord des berrichons eux-mêmes qui préfèrent vivre "heureux et cachés", et ne sont guères portés, ni sur les études, ni sur la publicité et le marketing de ce qu'ils possèdent. Le service des relations extérieures et de la pub de l'archevêché de Chartres sont beaucoup plus efficaces que leurs homologues de Bourges.

    Pourtant, les vitraux de Bourges, aujourd'hui totalement rénovés et nettoyés sont d'une beauté incomparables, et même Notre Dame de la Belle Verrière à Chartres, grande figure du XII e, avec des bleus si subtiles n'ont pas la beauté sublime des vitraux de Bourges, comme Joseph, le fils Prodigue ou l'Apocalypse, dont les rouges éclatants sont divins !
    Ces dernières lignes sont écrites sans aucun esprit partisan.......

    LES DERNIERES RECHERCHES

    A Bourges, la plupart des études sur la cathédrale sont réalisées par des chercheurs étrangers. On se souvient de l'américain Branner et de son livre sur l'édifice berruyer, et il en est de même pour les études des vitraux. Ainsi les dernières recherches faites par des canadiens montrent que certains vitraux, comme la Nouvelle Alliance comportent des éléments du nouveau et de l'ancien testament, mais aussi des scènes issues de la religion juive. C'est un des disciples de Saint-Guillaume archevêque de Bourges, (et qui s'appelait aussi Guillaume, ce qui ne simplifie pas le propos), qui était un juif converti au christianisme qui mettra en place ce programme. Son objectif était, semble-t-il de montrer à ses coreligionnaires juifs qu'ils avaient tort de refuser le nouveau testament.

    Contrairement à la légende, ces vitraux n'étaient pas simples à comprendre, il fallait, nous rappelle Jean-Yves Ribault, de très fortes connaissances de l'histoire ancienne. Ce n'était pas le livre des "gens qui ne savaient pas lire".
    Aujourd'hui encore, il n'est pas aisé pour un visiteur qui n'a pas une bonne connaissance de l'histoire de Jésus, des saints, et des prophètes de comprendre la signification de l'ensemble des vitraux. Que de fois, ne voit-on pas tel touriste perplexe devant le vitrail de Joseph, et cherchant éperdument quelques souvenirs sur la vie du mari de Marie.... ne s'apercevant pas toujours que le Joseph du vitrail est le fils de Jacob, et que l'histoire racontée n'est pas celle du menuisier de Nazareth........





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique