• Qui est la Vierge Marie?

    • Elle est une fille d'Israël, une jeune juive de Nazareth en Galilée, "une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph" (Lc 1,26-27).
    • "Elle occupe la première place parmi ces humbles et ces pauvres du Seigneur qui espèrent et reçoivent le salut avec confiance. Enfin, avec elle, la fille de Sion par excellence, après la longue attente de la promesse, s'accomplissent les temps et s'instaure l'économie nouvelle du salut" (LG, 55).
    • Vierge Mère, fille de ton fils, humble et plus grande parmi les créatures, terme fixe d'éternel conseil, tu es celle qui a ennobli la nature humaine à tel point que son Créateur n'a pas hésité à se faire sa créature (Dante Alighieri, Paradiso, Canto XXXIII).


    Quelle est la relation entre Marie et le Christ?



    Jésus Christ fut conçu dans le sein de la Vierge Marie.


    Comment advient cette conception?



    Par l'œuvre de l'Esprit saint sans l'intervention de l'homme. "Marie est invitée à concevoir celui en qui habitera corporellement la plénitude de la divinité" (Col 2,9). La réponse divine à son: «Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme» est donnée par la puissance de l'Esprit Saint: «l'Esprit saint viendra sur toi et la puissance du très haut te couvrira de son ombre» (Lc 1,35). (…) L'esprit Saint qui est Seigneur donne la vie, est envoyé pour sanctifier le sein de la Vierge Marie et la féconder divinement, en faisant qu'elle conçoive le Fils Eternel du Père dans une humanité tirée de la sienne" (CEC, 484-485).
    Cette conception virginale indique que Jésus est vraiment le Fils de Dieu.


    Que signifie Immaculée Conception?



    "Dieu a choisi gratuitement Marie depuis toute éternité afin qu'elle puisse être la Mère de son Fils: pour accomplir une telle mission, elle a été conçue sans péché. Cela signifie que par la grâce de Dieu et en prévision des mérites de Jésus Christ, Marie a été préservée du péché originel depuis sa conception" (Compendium, 96).


    En quel sens Marie est-elle toute sainte?



    Etant donné qu'elle n'a jamais été entachée d'aucun péché durant toute son existence, elle est "Indemne de toute tache de péché, ayant été pétrie par l'Esprit saint et formée comme une nouvelle créature" (LG 56). Elle est saluée comme la "pleine de grâce" (Lc 1,28).


    Marie est-elle vierge pour toujours?

    • La foi chrétienne affirme la virginité réelle et perpétuelle de Marie même dans l'accouchement de son Fils unique Jésus Christ, Fils de Dieu fait homme. "Elle est restée Vierge dans la conception de son fils, Vierge dans son accouchement, Vierge enceinte, Vierge mère, Vierge perpétuelle" (S. Augustin).
    • Marie est vierge dans son corps et dans son cœur: Marie toute sa vie durant, s'est toujours confiée totalement à la volonté de Dieu. Elle a toujours été la Servante du Seigneur (Lc 1, 38). "Marie est la plus heureuse car elle a reçu le Christ dans la foi et l'a conçu dans la chair" (S. Augustine, De sancta virginitate, 3,3).
    • La virginité de Marie indique aussi l'initiative absolue et gratuite de Dieu dans ses interventions (ses rencontres).
    • Après la naissance de Jésus, Marie n'a pas eu d'autres enfants. Elle est toujours restée vierge avant pendant et après la conception.

    Pourquoi la sainte Ecriture parle des frères et sœurs de Jesus?



    C'était une habitude dans l'Ancien Testament et au temps de Jésus, d'appeler "frères et sœurs" les enfants des proches parents. C'est une question d'ordre culturel. Aussi dans la Liturgie de la messe, les prêtres s'adressent aux fidèles laïcs en les appelant frères et sœurs, pour indiquer le lien particulier qui les unit tous au Christ.


    Quel a- été le lien entre Marie et Jésus?

    • Marie, pendant toute sa vie terrestre, a toujours conservé une relation spéciale avec son fils Jésus. La vie terrestre de la Mère de Dieu est en effet caractérisée par la parfaite syntonie avec la personne du Fils et du total abandon à l'œuvre rédemptrice accomplie par Lui. Le Concile Vatican II souligne cette relation: "Epousant de plein cœur, sans que nul péché ne la retienne, la volonté divine de salut, elle se livre elle même intégralement, comme la servante du Seigneur, à la personne et à l'œuvre de son Fils, pour servir au mystère de la Rédemption; par lui et avec lui, avec la grâce du Dieu tout puissant" (LG, 56).
    • "Cette union de la Mère avec son Fils dans l'œuvre du salut est manifeste dès l'heure de la conception virginale du Christ jusqu'à sa mort" (LG 57).
    • La Vierge Marie a été disciple fidèle de son Fils. La réponse de Jésus confirme cette fidélité, exprime un grand éloge envers sa mère même si apparemment elle semble être désagréable aux yeux d'une mère. "Qui est ma mère ? Est ma mère celle qui fait la volonté de mon Père" (Mc 3, 33-35). Aucune autre créature humaine n'a accompli la volonté du Père plus que Marie et comme Marie.

    Quels sont les dogmes mariologiques ?

    • Ces dogmes sont:
      • La divine maternité de Marie (le titre Mère de Dieu, Theotokos, fut donné au Concile d'Ephèse en 431)
      • Son Immaculée Conception (Pie ix, Ineffabilis Deus, 8 Décembre 1854)
      • Sa virginité Perpétuelle (Concile de Latran - année 649)
      • Son assomption au Ciel (Pie xii, Munificentissimus Deus, 1 Novembre 1950).
    • Ces dogmes proclamés tout au long de l'histoire de l'Église, ne sont pas des inventions des chrétiens comme on peut le penser. Ils sont contenus dans la révélation divine et servent non seulement à renforcer la foi mais aussi à la définir d'une manière précise, solennelle et définitive. "Le Magistère de l'Église engage pleinement l'autorité reçue du Christ quand il définit des dogmes, c'est-à-dire quand il propose, sous une forme qui oblige le peuple chrétien à une adhésion irrévocable de foi, des vérités contenues dans la révélation divine, ou bien quand il propose de manière définitive des vérités ayant avec celles-là un lien nécessaire" (CEC, 88).
    • "Il existe un lien organique entre notre vie spirituelle et les dogmes. Les dogmes sont des lumières sur le chemin de notre foi, ils l'éclairent et le rendent sûr. Inversement, si notre vie est droite, notre intelligence et notre cœur seront ouverts pour accueillir la lumière des dogmes de la foi" (CEC, 89).

    En quel sens Marie est-elle appelée la Mère de Dieu?

    • L'Église proclame que Marie est Mère de Dieu parce que Jésus est vraiment son Fils selon la chair. En outre Jésus est Fils de Dieu engendré éternellement par Père. Il est la deuxième personne de la Sainte Trinité: il est Dieu lui-même. Jésus est "par nature Fils du Père selon la divinité, par nature Fils de Marie selon l'humanité, mais proprement Fils de Dieu dans les deux natures" (Concile de Friuli, Symbole, année 796).
    • "Mère de Dieu", Theotokos, est le titre attribué officiellement à Marie au Vè siècle, exactement au Concile d'Ephèse en 431, mais qui s'était affirmé dans la dévotion du peuple chrétien déjà à partir du IIIè siècle. De ce titre de "Mère de Dieu", dérivent ensuite tous les autres titres avec lesquels l'Église honore la Vierge Marie, mais celui-ci est le principal.
    • Après le Concile d'Ephèse on assista à une véritable explosion de la dévotion mariale et furent construites des nombreuses églises dédiées à la Mère de Dieu. Parmi celles-ci, vient au premier plan, la Basilique de Sainte Marie Majeure à Rome. La doctrine concernant Marie, Mère de Dieu, trouva en outre une nouvelle confirmation au Concile de Chalcédoine (451), au cours duquel Christ fut déclaré "vrai Dieu et vrai homme (…) né pour nous et pour notre salut de Marie, Vierge et Mère de Dieu, dans son humanité" (DS, n. 301). Comme on le sait, le Concile Vatican II a repris dans un chapitre de la Constitution dogmatique sur l'Église, "Lumen gentium", le huitième, la doctrine sur Marie, en réaffirmant la divine maternité. Ce chapitre a pour titre: "La Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, dans le mystère du Christ et de l'Eglise.

    Quelle est la signification de l'Assomption de Marie au ciel?

    • Son assomption au ciel avec son corps et son âme signifie:
      • Une pleine conformité à son Fils qui a vaincu la mort
      • Une particulière participation de Marie à la Résurrection de son Fils
      • Une singulière anticipation et préfiguration de notre résurrection que nous attendons à la fin des temps: nous manifeste le sens et le destin du corps sanctifié par la grâce.
    • Dans le corps glorieux de Marie, la même création matérielle commence à avoir quelque chose du corps ressuscité du Christ.

    Quelle relation entre Marie et Dieu?

    • Les œuvres merveilleuses accomplies en Marie sont fruit de l'action première et gratuite de Dieu Père.Par un libre don de grâce et de salut de Dieu, Marie répond avec une totale adhésion de foi. "Bienheureuse celle qui a cru à l'accomplissement de la parole du Seigneur" (Lc 1,42.45).
    • "Dès l'Origine, Marie a constitué un grand signe, à la fois maternel et miséricordieux, de la proximité du Père et du Christ et nous invite à entrer en communion avec eux" (Document de Puebla, n. 282, année 1979).
    • En la choisissant comme Mère de toute l'humanité, le Père céleste a voulu révéler la dimension pour ainsi dire maternelle de sa divine tendresse et de sa sollicitude pour les hommes de tout temps.

    Quelle relation entre Marie et l'Esprit saint?

    • Le mystère de la Vierge Marie met en évidence l'action de l'Esprit Saint qui a opéré dans son sein la conception de l'enfant et a continuellement guidé sa vie. Les titres Consolatrice, Avocate, Auxiliatrice attribués à Marie dans la piété des fidèles, ne diminuent en rien l'oeuvre de l'Esprit Saint, au contraire l'exaltent et disposent les croyants à bénéficier de ses dons.
    • La coopération de Marie avec le Saint Esprit, manifestée dans l'annonciation et dans la visitation, s'exprime en un témoignage de constante docilité aux inspirations du Paraclet.
    • D'une vraie femme de prière, la vierge demandait à l'Esprit Saint de compléter l'œuvre commencée à la conception pour que "l'enfant grandisse en sagesse et en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes" (Lc 2,52). Sous ce profil Marie se présente comme un modèle pour les parents, en montrant la nécessité de recourir à l'Esprit Saint pour trouver la voie juste dans la difficile œuvre éducative.
    • Sans doute Elle était présente à l'effusion de l'Esprit le jour de Pentecôte. L'Esprit qui habitait déjà en Marie, ayant opéré en elle les merveilles de grâce, redescend maintenant dans son cœur, communiquant les dons et les charismes nécessaires pour l'exercice de sa maternité spirituelle.
    • Marie participe à la vie et à la prière de la première communauté chrétienne. Saint Luc remarque que la première communauté chrétienne n'était pas seulement composée des Apôtres et des Disciples, mais aussi des femmes , parmi lesquelles Luc nomme uniquement "Marie, la Mère de Jésus" (Ac 1,14).
    • Aujourd'hui aussi, dans la vie de l'Église, "Elle est appelée par le même Esprit à coopérer d'une façon maternelle avec Lui. Il rappelle continuellement à la mémoire de l'Église les paroles de Jésus à son disciple bien aimé: "Voici ta mère"! Et invite les chrétiens à aimer Marie comme le Christ l'a aimée. Chaque approfondissement du lien avec Marie permet à l'Esprit une action plus féconde pour la vie de l'Église" (Jean Paul ii, Catéchèse du Mercredi, 9 décembre 1998).

    Quelle relation entre Marie et l'Eglise?

    Sainte Marie est:

    • au centre de l'Église;
    • Mère de l'Église;
    • Modèle de l'Église;
    • Médiatrice de l'Église;

    En quel sens appartient-elle à l'Eglise?

    • Elle est notre Sœur, membre de l'Église d'une manière suréminente et singulière.
    • Elle est la première à être sauvée, rachetée par le Christ d'une façon plus sublime dans son immaculée conception (cf. Ineffabilis Deus, de Pie ix) et entièrement renouvelée et comblée de la grâce de l' Esprit Saint.

    Pourquoi Marie est Mère de l'Eglise?

    • Parce que:
      • étant Marie Mère du Christ, elle est aussi la Mère du Corps Mystique du Christ qu'est l'Église. C'est justement pour cela qu'au cours du Concile Vatican II, le 21 novembre 1964, Paul VI attribua solennellement à Marie le titre de "Mère de l'Église". Juste parce que Mère de l'Église, la Vierge est aussi Mère de chacun de nous, qui sommes membres du Corps Mystique du Christ.
      • "Elle engendra son Fils, dont Dieu a fait "le premier né d'une multitude des frères" (Rm 8,29), c'est-à-dire parmi les croyants, à la naissance et à l'éducation desquels elle apporte la coopération de son amour maternel" (LG, 63).
      • "Elle a coopéré au salut de l'homme par sa foi libre et son obéissance" (LG 56) en donnant son consentement au nom de toute l'humanité.
      • Sur la croix au Calvaire, Jésus en prononçant ces paroles "voici ton fils", "voici ta mère" il donnait comme mère anticipativement Marie à tous ceux qui auront reçu la Bonne Nouvelle du salut et posait ainsi les prémisses de leur affectueuse filiation par elle.
      • Marie a coopéré à la naissance et au développement de la vie divine dans les membres du Christ que nous constituons, l'Église du Seigneur. Elle est Mère de l'Église dans l'ordre de la grâce.
    • "Le rôle maternel de Marie à l'égard des hommes n'offusque en rien et ne diminue en rien cette unique médiation du Christ: il en manifeste au contraire la vertu. Car toute influence salutaire de la part de la Vierge sur les hommes a sa source dans une disposition purement gratuite de Dieu: elle ne naît pas d'une nécessité objective, mais découle de la surabondance des mérites du Christ; elle s'appuie sur sa médiation, dont elle dépend en tout et d'où elle tire sa vertu" (LG 60).

    En quel sens Marie est modele de l'Eglise?

    • Elle est la figure et la réalisation plus parfaite de l'Église. Elle est modèle de l'Église tant dans sa maternité que dans sa virginité.
      • Dans sa maternité:
        "L'Église devient à son tour une Mère, grâce à la parole de Dieu qu'elle reçoit dans la foi: Par la prédication en effet, et par le baptême elle engendre, à une vie nouvelle et Immortelle, des fils, conçus du Saint-Esprit et nés de Dieu" (LG 64).
      • Dans sa virginité:
        "Elle est aussi vierge , ayant donné à son époux sa foi qu'elle garde intègre et pure; en imitant la Mère de son Seigneur , elle conserve par la vertu du Saint Esprit dans la pureté virginale, une foi intègre, une ferme espérance, une charité sincère" (LG 64).
    • Elle constitue sans doute un exemple incomparable de pureté et du don total au Seigneur. Et d'une manière toute spéciale, les vierges chrétiennes s'inspirent de la Vierge Marie quand elles s'engagent radicalement et exclusivement au Seigneur dans les formes variées de la vie consacrée. Elle encourage tous les chrétiens à vivre fidèlement la chasteté selon leur propre état et à se confier au Seigneur dans les différentes circonstances de l'existence. Celle qui est par excellence Sanctuaire de l'Esprit, aide les chrétiens à redécouvrir leur propre corps comme temple de Dieu et à en respecter la beauté et la sainteté.
    • "C'est pourquoi dans l'exercice de son apostolat, l'Église fixe son regard à juste titre vers celle qui engendra le Christ, conçu du Saint Esprit et né de la Vierge, précisément afin de renaître et de grandir aussi par l'Église dans le cœur des fidèles. La Vierge a été tout au long de sa vie le modèle de cet amour maternel dont doivent être animés tous ceux qui, associés à la mission apostolique de l'Église, travaillent à la régénération des hommes" (LG, 65).

    En quel sens Marie est le modèle de la sainteté de l'Eglise?

    • Marie est la toute sainte, étant la pleine de grâce (Lc 1, 28). Elle représente pour la communauté des croyants le paradigme de l'authentique sainteté, qui se réalise dans l'union avec le Christ.
    • "Si l'Église en la personne de la Bienheureuse Vierge, atteint déjà la perfection qui la fait sans tache ni ride Ep 5, 27, les fidèles du Christ, eux, sont encore tendus dans leur effort pour croître en sainteté par la victoire sur le péché" (LG 65).
    • En cette marche vers la sainteté, les croyants en Christ se sentent encouragés par celle qui est modèle de vertus.
    • "En se recueillant avec piété dans la pensée de Marie, qu'elle contemple dans la lumière du Verbe fait homme, l'Église pénètre avec plus de respect dans le mystère suprême de l'incarnation et devient sans cesse plus conforme à son Epoux" (LG 65).
    • La sainteté chrétienne se manifeste en une intense vie de foi, d'espérance et de charité. En toutes ces trois vertus théologales, Marie est modèle exemplaire:
      • dans la foi: son exemple encourage le peuple de Dieu à pratiquer sa foi et l'approfondir et à développer son contenu, en conservant et en méditant dans le cœur les événement du salut;
      • Dans l'espérance: écoutant le message de l'ange, la Vierge est la première qui a orienté son espérance vers le règne sans fin, que Jésus nous a recommandé de bâtir et d'établir.
      • Dans la charité: Grâce à sa charité effective et affective, il est possible de conserver en tout temps à l'interieur de l'Église, la concorde et l'amour fraternel.

    En quel sens Marie coopère a la rédemption?

    • Déjà saint Augustin attribue à la Vierge le titre de coopératrice de la Rédemption ( cf. De Sancta virginitate, 6; PL 40, 399), cette qualification souligne l'action conjointe et subordonnée de Marie au Christ Rédempteur.
    • Elle coopère "d'une manière toute spéciale à l'œuvre du Sauveur, avec l'obéissance, la foi, l'espérance et l'ardente charité. Le fruit sublime de cette coopération est sa maternité universelle: Pour cela elle est devenue pour nous la Mère dans l'ordre de la grâce" (LG, 61).
    • Cette coopération que Dieu lui concède est particulière. En union avec le Christ et soumise à Lui, la Vierge Marie a collaboré pour que l'humanité entière reçoive le salut d'une façon unique grâce:
      • à sa divine maternité qu'elle a toujours entouré son fils dans son ministère publique
      • à son association au sacrifice du Christ : souffrant avec Lui mourant sur la croix, "elle a coopéré à l'œuvre du Sauveur" (LG, 61)
      • à la contribution particulière qu'elle donne aussi à la vie de l'Église dont elle est Mère, au cours des siècles jusqu'à la consommation des temps, elle ne cesse de soutenir la communauté chrétienne et tous les chrétiens dans leur marche vers la sainteté et dans leurs généreux engagements pour l'annonce de L'Evangile.

    Quelle relation entre Marie et la femme?

    • "Elle est bénie entre toutes les femmes. En elle Dieu a conféré à la femme une dignité dont la dimension est insoupçonnable. En Marie l'Evangile a pénétré la féminité, l'a sauvée et l'a exaltée. Cela est d'une importance capitale pour notre horizon culturel, dans lequel la femme doit être valorisée. Marie est la garantie de la grandeur féminine et indique le mode spécifique de l'être femme, avec cette vocation d'être âme,donation capable de spiritualiser la chair et d'incarner l'esprit" (Document de Puebla, n. 299).
    • Marie réalise pleinement les deux dimensions, vocations de la femme: la virginité et la maternité.
    • Marie a vécu, dans la forme propre et exclusive de la femme l'union entre mère et fils.

    Quel type de culte marial?

    • Depuis le début de l'Église, un culte particulier fut toujours rendu à la Vierge Marie de la part des chrétiens. Cependant, "et surtout depuis le Concile d'Ephèse, le culte du peuple de Dieu envers Marie a connu un merveilleux accroissement, sous les formes de la vénération et de l'amour, de l'invocation et de l'imitation" (LG, 66). Ce culte était rendu en particulier dans les fêtes liturgiques qui ont permis dans les débuts du 5è siècle d'ériger la journée de Marie Theotokos célébré le 15 Août à Gérusaleme et devenue successivement la fête de la dormition ou de l'Assomption.
    • Le culte de la Vierge Marie s'est développé jusqu'à nos jours d'une admirable continuité, entre l'alternance des périodes florissantes et des périodes critiques qui ont permis toutefois de le promouvoir et de le rénover.
    • "Marie a été élevée par la grâce de Dieu, au dessous de son Fils, au dessus de tous les anges et de tous les hommes,comme Mère très Sainte de Dieu, présente aux mystères du Christ, aussi est-elle légitimement honorée par l'Église d'un culte spécial" (LG, 66).
    • Un tel culte possède sa particularité incontournable et inaltérable, parce qu'il se réfère à une personne unique pour sa perfection personnelle et pour sa mission.
    • "Ce culte […], bien que présentant un caractère absolument unique; n'en est pas moins essentiellement différent du culte d'adoration qui est rendu au Verbe incarné ainsi qu'au Père et à l'Esprit Saint; il est éminemment apte à le servir"; il trouve son expression dans les fêtes liturgiques dédiées à la Mère de Dieu et dans la prière mariale, tel le Saint Rosaire "abrégé de tout l'Evangile" (CEC, 971).
    • Pourtant, la vénération des fidèles en faveur de Marie dépasse celui rendu aux saints, mais inférieur au culte d'adoration réservé à Dieu.
    • Entre le culte marial et celui rendu à Dieu, il y a une continuité. En effet, l'honneur rendu à Marie est ordonné et conduit à l'adoration de la très Sainte Trinité.
      La vénération des chrétiens pour la Vierge promeut le culte rendu au Verbe Incarné, au Père et au Saint Esprit. "les formes diverses de piété envers la sainte Vierge, que l'Église a approuvées, en les maintenant dans les limites d'une saine doctrine orthodoxe et en respectant les conditions de temps et de lieu, le tempérament et le génie des fidèles, font que, à travers l'honneur rendu à sa mère, le Fils pour qui tout existe (Col 1,15-16) et en qui il a plu au Père éternel de faire habiter toute la plénitude (Col 1,19), peut être comme il se doit connu, aimé, glorifié et obéi dans ses commandements" (LG, 66).
    • A Marie devenue Mère de l'Église et de l'humanité, recourt le peuple chrétien, animé d'une filiale confiance, pour solliciter sa maternelle intercession et obtenir les biens nécessaires à la vie terrestre en vue de l'éternelle béatitude. 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique