• Les visages

     

    de Bélmez


    Un phénomène extraordinaire s'est produit le 23 août 1971 dans le village de Bélmez, en Espagne. En effet, dans une maison ordinaire de ce vilage, dont la propriétaire se nomme Maria Pereira, est apparu ce jour-là un visage humain sur le sol de la cuisine. Intriguant, n'est-il pas? Encore plus étonnant: les habitants détruisirent le plancher en question et en ont refait un nouveau. Mais, le 8 septembre de cette même année 1971, un nouveau visage apparut au même endroit. Celui-ci fut découpé et conservé.

    Suite à cette seconde trouvaille aussi impressionnante que la première, des fouilles furent faites afin de savoir ce qui se trouvait sous la maison. Il s'avéra qu'elle fut construite sur un cimetière datant du 13ème siècle dont les dépouilles éaient des personnes qui furent massacrées. la preuve en est deux des corps exhumés qui furent trouvés décapités. Après avoir inhumés ces dépouilles dans un cimetièr catholique, non enterré celui-ci, la maison fut reconstruite à l'endroit où elle fut partiellement détruite pour permettre les fouilles.

    Les gens du village pensaient que l'inhumation des corps dans un cimetière catholique ferait stopper les apparitions de ces mystérieux visages. mais ce ne fut point le cas! En effet, tout était loin d'être terminé. Des visages continurent d'apparaître, cette fois-ci à plusieurs endroits de la cuisine, sur les murs en plus du sol et dans d'autres pièces. A certains endroits, il arrivait même que des corps entiers apparaissent. Ce phénomène attira nombre de visiteurs qui vinrent voir par eux-mêmes ces fameux visages et ces corps. Certains d'entre eux témoignèrent avoir vu des visages se dessiner devant leurs yeux, sortant de nulle part.

    Les expressions des visages changeaient, parfois dans la même journée, et il s'est avéré que c'était l'état psychologique de Maria Pereira qui faisait changer leurs expressions. En effet, lorsque celle-ci était triste, les visages étaient tristes et lorsqu'elle était heureuse, les visages souriaient. Lorsqu'un prélèvement était effectué pour étudier l'un de ces visages, il réaparaissait automatiquement à un autre endroit de la maison. Du détergent fut utilisé afin d'effacer tous ces dessins mais rien n'y faisait, ils réaparaissaient toujours.

    Il y eut des tests de radioacitivité, de rayons-x, de détection de matières organiques furent effectués. On a pris des photographies à l'ultra-violet et à l'infra-rouge. Aucun de ces tests ne put prouver une quelconque supercherie. Le fils de la famille Pereira était un artiste peintre, mais il fut prouvé par les enqueteurs qu'il ne pouvait être l'auteur de ces "peintures". Des rénovations majeures dans le cimetière et dans l'église adjacente, qui avaient même dû inclure l'exhumation et la relocalisation de certaines tombes, ont étrangement coïncidé avec l'apparition des touts premiers visages.
      Au jour d'aujourd'hui, les visages continuent d'affluer sur les murs et les sols de cette maison de Bélmez, ce qui continue d'attirer les visiteurs.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique