• Fulcanelli
    Des qualités d'un nom initiatique

    René Guénon


    Introduction
    Les réflexions qui suivent sont en rapport avec la question du nom de Fulcanelli et des implications
    que cela pourrait sous-entendre quant à ses activités alchimiques, voire initiatiques et rosicruciennes,
    quant à la F.C.H et au rôle de Canseliet, et quant aux tentatives de révélation récentes de la pseudovéritable
    identité de l’Adepte sous la personnalité d'un scientifique de renom du siècle dernier (Jules
    Violle, entre autres)…
    Nous tenons toutefois à nous prononcer en partisans de la révélation du nom profane de Fulcanelli,
    dans la seule optique d'une meilleure compréhension historique du milieu alchimique du siècle
    dernier, pratiquement tous les ésotéristes actuels ayant été plus ou moins influencés par les ouvrages
    de l'Adepte des temps modernes. Il est bien entendu, et cela se révélera à la lecture des lignes qui
    suivent, que dans un contexte purement initiatique, spirituel, ou alchimique, ce nom profane ne retire
    rien, tout au contraire, aux réalités intérieures et à la qualité du travail du ou des personnages qui ont
    participé à l'entreprise Fulcanelli.

    Extraits d' “Aperçus sur l’initiation”, de René Guénon (Ed. Traditionnelles, 1996)
    « Noms profanes et noms initiatiques »
    Du nom initiatique et de sa raison d’être…
    p. 184, Ch. XXVII,
    « […] un nom initiatique n’a pas à être connu dans le monde profane, puisqu’il représente une
    modalité de l’être qui ne saurait se manifester dans celui-ci, de sorte que sa connaissance tomberait
    en quelque sorte dans le vide, ne trouvant rien à quoi elle puisse s’appliquer réellement. Inversement,
    le nom profane représente une modalité que l’être doit dépouiller lorsqu’il rentre dans le domaine
    initiatique, et qui n’est plus alors pour lui qu’un simple rôle qu’il joue à l’extérieur ; ce nom ne saurait
    donc valoir dans ce domaine, par rapport auquel ce qu’il exprime est en quelque sorte inexistant. […]
    Il peut se faire que, par suite d’une dégénérescence de certaines organisations initiatiques, on en
    arrive à expliquer [le changement de nom] par des motifs extérieurs, par exemple en le présentant
    comme une simple mesure de prudence, ce qui, en somme, vaut à peu près les interprétations du
    rituel et du symbolisme dans un sens moral ou politique, et n’empêche nullement qu’il y ait eu toute
    autre chose à l’origine. »
    De la qualité d’Adeptat et du nom de Fulcanelli…
    p.185
    « […] Quand l’être passe aux “grands mystères”, c’est-à-dire à la réalisation d’états supra-individuels,
    il passe par là même au delà du nom et de la forme, puisque […] ceux-ci sont les expressions
    respectives de l’essence et de la substance de l’individualité. Un tel être, véritablement, n’a donc plus
    de nom, puisque c’est là une limitation dont il est désormais libéré ; il pourra, s’il y a lieu, prendre
    n’importe quel nom pour se manifester dans le domaine individuel, mais ce nom ne l’affectera en
    aucune façon et il lui sera tout aussi « accidentel » qu’un simple vêtement qu’on peut quitter ou
    changer à volonté. […] dans ces conditions, qu’y a-t-il encore qui puisse donner prise à la curiosité
    profane ? Si même celle-ci arrive à découvrir quelques noms, ils n’auront qu’une valeur toute
    conventionnelle ; et cela peut se produire déjà, bien souvent, pour des organisations d'ordre inférieur
    à celui-là, dans lesquelles seront employées par exemple des « signatures collectives »,
    représentant, soit ces organisations elles-mêmes dans leur ensemble, soit des fonctions envisagées
    indépendamment des individualités qui les remplissent. Tout cela, nous le répétons, résulte de la
    nature même des choses d’ordre initiatique, où les considérations individuelles ne comptent pour rien,
    et n’a point pour but de dérouter certaines recherches, bien que s’en soit là une conséquence de fait ;
    mais comment les profanes pourraient-ils y supposer autre chose que des intentions telles qu’euxmêmes
    peuvent en avoir ? »
    « De là vient aussi, dans bien des cas, la difficulté ou même l’impossibilité d’identifier les auteurs
    d’oeuvres ayant un certain caractère initiatique : ou elles sont entièrement anonyme, ou, ce qui revient
    au même, elles n’ont pour signature qu’une marque symbolique ou un nom conventionnel ; il n’y a
    pas d’ailleurs aucune raison pour que leurs auteurs aient joué dans le monde profane un rôle
    apparent quelconque. Quand de telles oeuvres portent au contraire le nom d’un individu connu par
    ailleurs comme ayant vécu effectivement, on n’en est peut-être pas beaucoup plus avancé, car ce
    n’est pas pour cela qu’on saura exactement à qui ou à quoi l’on a affaire : cet individu peut fort bien
    n’avoir été qu’un porte-parole, voire un masque ; en pareil cas, son oeuvre prétendue pourra impliquer
    des connaissances qu’il n’aura jamais eues réellement ; il peut n’être qu’un initié d’un degré inférieur,
    ou même un simple profane qui aura été choisi pour des raisons contingentes quelconques (1), et
    alors ce n’est évidemment pas l’auteur qui importe, mais uniquement l’organisation qui l’a inspiré.
    Note 1 :Par exemple, il semble bien qu’il en ait été ainsi, au moins en partie, pour les romans du
    Saint-Graal ; c’est aussi à une question de ce genre que se rapportent, au fond, toutes les
    @ www.artgauth.com 3/5
    discussions auxquelles ont donné lieu la « personnalité » de Shakespeare, bien que, en fait, ceux qui
    s’y sont livrés n’aient jamais su porter cette question sur son véritable terrain, de sorte qu’ils n’ont
    guère fait que l’embrouiller d’une façon à peu près inextricable. »
    Du peu d'importance de la révélation du nom de Fulcanelli…
    p. 186.
    « Du reste, même dans l’ordre profane, on peut s’étonner de l’importance attribuée de nos jours à
    l’individualité d’un auteur et à tout ce qui y touche de près ou de loin ; la valeur de l’oeuvre dépendelle
    en quelque façon de ces choses ? D’un autre côté, il est facile de constater que le souci
    d’attacher son nom à une oeuvre quelconque se rencontre d’autant moins dans une civilisation que
    celle-ci est plus étroitement reliée aux principes traditionnels, dont, en effet, l’« individualisme » sous
    toutes ses formes est véritablement la négation même. On peut comprendre sans peine que tout cela
    se tient […] mais il n’était pas inutile de souligner encore […] le rôle de l’esprit anti-traditionnel,
    caractéristique de l’époque moderne, comme cause principale de l’incompréhension des réalités
    initiatiques et de la tendance à les réduire aux points de vue profanes. »
    « Le don des langues »
    De la qualité de véritable Rose-Croix…
    p. 237, Ch. XXXVII,
    « Le Rose-Croix, en vertu du degré spirituel qu’il avait atteint [Adepte], n’était plus lié exclusivement à
    aucune forme définie, non plus qu’aux conditions spéciales d’aucun lieu déterminé [ni d’aucune
    époque particulière, pourrions-nous ajouter, ce qui se réfère directement au caractère de
    « longévité », NDW], et c’est pourquoi il était un « Cosmopolite » au vrai sens de ce mot (2). Le même
    enseignement se rencontre dans l’ésotérisme islamique, [qui] dit que « le vrai sage ne se lie à aucune
    croyance », parce qu’il est au delà de toutes les croyances particulières, ayant obtenu la
    connaissance de ce qui est leur principe commun ; mais c’est précisément pour cela qu’il peut,
    suivant les circonstances, parler le langage propre à chaque croyance.
    Du rôle de Canseliet…
    Note 2 : on sait que ce nom de « Cosmopolite » a servi de signature « couverte » à divers
    personnages qui, s’ils n’étaient pas eux-mêmes de véritables Rose-Croix, semblent bien avoir tout au
    moins servi de porte-parole à ceux-ci pour la transmission extérieure de certains enseignements, et
    qui pouvaient par conséquent s’identifier à eux dans une certaine mesure, en tant qu’ils remplissaient
    cette fonction particulière.
    « Rose-Croix et rosicruciens »
    Des caractéristiques du véritable Rose-Croix…
    p. 242, Ch. XXXVIII,
    « […] Le terme de Rose-Croix est proprement […] la désignation d’un degré initiatique effectif, c’est-àdire
    d’un certain état spirituel, dont la possession, évidemment, n’est pas liée d’une façon nécessaire
    au fait d’appartenir à une certaine organisation définie. Ce qu’il représente, c’est ce qu’on peut
    appeler la perfection de l’état humain, car le symbole même de la Rose-Croix figure, par les deux
    @ www.artgauth.com 4/5
    éléments dont il est composé, la réintégration de l’être au centre de cet état et la pleine expansion de
    ses possibilités individuelles à partir de ce centre ; il marque donc très exactement la restauration de
    l’ « état primordial », ou, ce qui revient au même, l’achèvement de l’initiation aux « petits mystères ».
    De la qualité du nom de Fulcanelli…
    « […] la « légende » de Christian Rosenkreutz, dont le nom est d’ailleurs purement symbolique, et en
    qui il est bien douteux qu’il faille voir un personnage historique, quoi que certains en aient dit, mais qui
    apparaît plutôt comme la représentation de ce qu’on peut appeler une « entité collective ». »
    De l’Adeptat au possible rosicrucianisme de Fulcanelli…
    p. 243
    « Quant à savoir quels furent les vrais Rose-Croix, et à dire avec certitude si tel ou tel personnage fut
    l’un d’eux, cela apparaîtrait comme tout à fait impossible, par le fait même qu’il s’agit essentiellement
    d’un état spirituel, donc purement intérieur, dont il serait fort imprudent de vouloir juger d’après des
    signes extérieurs quelconques. De plus, en raison de la nature de leur rôle, ces Rose-Croix n’ont pu,
    comme tels, laisser aucune trace visible dans l’histoire profane, de sorte que, même si leurs noms
    pouvaient être connus, ils n’apprendraient sans doute rien à personne ; à cet égard, nous renverrons
    d’ailleurs à ce que nous avons déjà dit des changements de noms, et qui explique suffisamment ce
    qu’il peut en être en réalité. Pour ce qui est des personnages dont les écrits sont connus, notamment
    comme auteurs de tels ou tels écrits, et qui sont communément désignés comme Rose-Croix, le plus
    probable est que, dans bien des cas, ils furent influencés ou inspirés plus ou moins directement par
    les Rose-Croix, auxquels ils servirent en quelque sorte de porte-parole (3), ce que nous exprimerons
    en disant qu’ils furent seulement des Rosicruciens, qu’ils aient appartenu ou non à quelqu’un des
    groupements auxquels on peut donner la même dénomination. Par contre, s’il s’est trouvé
    exceptionnellement et comme accidentellement qu’un véritable Rose-Croix ait joué un rôle dans les
    événements extérieurs, ce serait en quelque sorte malgré sa qualité plutôt qu’à cause d’elle, et alors
    les historiens peuvent être fort loin de soupçonner cette qualité, tellement les deux choses
    appartiennent à des domaines différents. Tout cela, assurément, est peu satisfaisant pour les curieux,
    mais ils doivent en prendre leur parti ; bien des choses échappent ainsi aux moyens d’investigation de
    l’histoire profane, qui forcément, par leur nature même, ne permettent de saisir rien de plus que ce
    qu’on peut appeler le « dehors » des événements.
    Note 3 : Il est fort douteux qu’un Rose-Croix ait jamais écrit lui-même quoi que ce soit, et, en tout cas,
    ce ne pourrait être que d’une façon strictement anonyme, sa qualité même lui interdisant de se
    présenter alors comme un simple individu parlant en son propre nom. »
    Ici se terminent nos citations de l'ouvrage de Guénon. Nous rappellerons que Fulcanelli décrit les
    Véritables Rose-Croix en les mêmes termes dans le "Mystère des Cathédrales". Nous avons insisté
    aussi sur l'aspect rosicrucien car il apparait que l'ordre de la Golden Dawn déclare que Fulcanelli en
    aurait été un membre Rose-Croix.
    @ www.artgauth.com 5/5
    De l’importance des noms à consonance italienne…
    Le mystère Fulcanelli semble nécessairement passer par la source italienne. En effet, nous ne
    développerons pas ici pour le moment les références à l’Art de la Mémoire, mais nous dirons
    brièvement que l’hippocampe, symbole unique de Fulcanelli, est la partie du cerveau liée à la
    mémoire. Or les auteurs de la renaissance italienne comme Dante, Guilio Camillo, Giordano Bruno
    (1548-1600), ou Campanella et sa cité du Soleil (à rapprocher du symbole fulcanellien d’Héliopolis),
    sont des italiens qui ont rédigé des traités sur l’Art de la Mémoire. Il faut savoir que cet Art de la
    Mémoire est bien mystérieux et dépasse de loin tout ce que l’on peut imaginer de nos jours. Il
    semblerait que par toutes sortes de techniques de mémoire artificielle (dans le sens d’Art), le
    philosophe tentait la synthèse, l’unification de l’univers dans sa Mémoire, en apprenant tout sur tout.
    La mémoire comme chemin initiatique donc. Nous connaissons ainsi par exemple comme archétype
    du savant universel Léonard de Vinci, pour ne citer que lui…
    Il est intéressant maintenant, en rapport à la première partie de notre développement sur la Rose-
    Croix et en rapport à l’Italie initiatique, de citer un extrait du comte Alexandre de Cagliostro (de son
    vrai nom Joseph Balsamo, 1743-1795, sa personnalité profane important aussi peu que celle de
    Fulcanelli), qui décrit sa propre personnalité dans son Mémoire contre le Procureur général :
    « Je ne suis d’aucune époque ni d’aucun lieu ; en dehors du temps et de l’espace, mon être spirituel
    vit son éternelle existence, et, si je plonge dans ma pensée en remontant le cours des âges, si
    j’étends mon esprit vers un mode d’existence éloigné de celui que vous percevez, je deviens celui
    que je désire. Participant consciemment à l’être absolu, je règle mon action selon le milieu qui
    m’entoure. Mon nom est celui de ma fonction et je le choisis, ainsi que ma fonction, parce que je suis
    libre ; mon pays est celui où je fixe momentanément mes pas […]. Me voici : je suis noble et
    voyageur ; je parle, et votre âme frémit en reconnaissant d’anciennes paroles ; une voix, qui est en
    vous et qui s’était tue depuis bien longtemps, répond à l’appel de la mienne ; j’agis et la paix revient
    en vos coeurs, la santé dans vos corps, l’espoir et le courage dans vos âmes. Tous les hommes sont
    mes frères ; tous les pays me sont chers ; je les parcours pour que, partout, l’Esprit puisse descendre
    et trouver un chemin vers vous. Je ne demande aux rois, dont je respecte la puissance, que
    l’hospitalité sur leurs terres et, lorsqu’elle m’est accordée, je passe, faisant autour de moi le plus de
    bien possible ; mais je ne fais que passer. Suis-je un noble voyageur ? »
    Note : « Noble voyageur » est un qualificatif donné parfois aux adeptes Rose-Croix.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique