• 1er ARRONDISSEMENT
     

    · LA CRYPTE DE LA CHASSE, POSTE DE GARDE TEMPLIER

    30, rue des Bourdonnais : on pénètre dans des garages et un monte-charge permet de descendre dans les sous-sols des grands magasins tout proches, où se trouve une très grande crypte datant du XIIIe siècle. Depuis cette époque, elle fait partie de "l'architecture" de la commanderie de l'Ile de France. Sa taille permet d'y tenir des chapitres entiers, ce qui arrive parfois, mais elle sert plus souvent d'entrepôt. A l'extérieur, un graffiti représentant un gantelet indique aux Templiers la présence d'un sanctuaire.

    · DES SECRETS SOUS LE SECRET

    Sous les bâtiments de la Banque de France, situés dans l'hôtel de La Vrillère, rue Croix-des-petits-champs, de nombreux souterrains se croisent pour aboutir dans les caves de certains débits de boissons du quartier. Ces passages existent depuis longtemps - avant l'installation de la Banque - et servaient à la contrebande, mais les autorités n'ont jamais rien fait. En payant un droit élevé, il est possible de soudoyer l'un des propriétaires pour emprunter ces passages. Certains Nephilim peuvent affirmer que c'est très utile quand on veut échapper à une surveillance trop étroite…

    · LE DOMAINE DU MACABRE

    Le Forum des Halles, lieu de rassemblement des humains, cache en réalité un Royaume Selenim. Un local technique au quatrième sous-sol, un couloir comme les autres et l'insouciant risque de débarquer dans le cimetière des Innocents du domaine de Frère Jean (Selenim, p.107). Depuis la renaissance de l'Arcane XIII, celui-ci a pris une grande importance parmi les Selenim, d'autant plus que son Royaume est le premier de la Fuligineuse. Quelques Nephilim ont déjà ressenti l'influence particulière de la Lune Noire dans les parages et se posent des questions. Frère Jean n'occupe aucune fonction dans l'Arcane mais les Baals le considèrent avec respect. Il a deviné l'embarras de ceux-ci vis-à-vis des Royaumes et cherche à comprendre ce qu'ils cachent…

    · LA CHAPELLE DE L'EXORCISTE

    L'église de Saint-Eustache, située à côté du Forum des Halles, abrite la chapelle française de l'ordre de saint Dominique, les exorcistes de l'Eglise catholique (Hermès 1, p.16). Ce groupe occulte, héritier des enseignements des prêtres d'Amon-Ra - à l'instar de la mouvance Tenebra des R+C - lutte contre la possession Nephilim grâce à des rituels très performants. Les exorcistes se retrouvent souvent dans la chapelle Saint-Pierre l'Exorciste afin de prier et de tenir des assemblées. Monseigneur Dolonne, prélat, dirige la Commission des Ecrits pontificaux auprès de l'Archevêque de Paris. Etrangement le bureau de cette commission se trouve dans l'impasse Saint-Eustache, et non à l'archevêché. Mais personne ne s'en étonne. Dolonne est aussi professeur de théologie au séminaire des Carmes et surtout, c'est le numéro deux de l'ordre de saint Dominique. Le bureau de la commission sert en fait de siège administratif et de lieu de repos aux exorcistes. Enfin, lorsque l'Archevêché doit désigner un nouvel exorciste, c'est toujours à Dolonne que l'on s'adresse…

    · LE LOUVRE

    Ce célèbre musée, accessoirement le monument français le plus connu au monde avec la tour Eiffel, est un lieu chargé. Il recèle un nombre phénoménal de trésors occultes. Beaucoup murmurent que les Mystères du Zénith ont la mainmise sur les autorités du musée. Il est vrai que les disciples d'Isis ont une grande influence, l'ouverture de la nouvelle galerie égyptienne le prouve. Ils connaissent même un passage secret qui permet d'accéder au Louvre médiéval, en sous-sol. L'actuelle directrice du département des antiquités égyptiennes, Madame Descourt-Nobleroche entretient des relations avec les mystes, ceux-ci financent de façon occulte certaines recherches et font des dons par l'intermédiaire de "mécènes généreux". La NEF organise les réunions des chapelles françaises dans les sous-sols et de véritables séminaires mystiques ont ainsi lieu dans les fondations et les salles interdites du musée national.

    · ECOLOGIA PARISIENSIS

    Paris n'est pas qu'un ensemble de béton et d'architecture plus ou moins ésotérique. La capitale abrite aussi une flore composée d'espèces uniques. Certes la pollution entraîne une grande fantaisie dans le développement et la disparition de ces espèces. Depuis très longtemps déjà, un Onirim s'intéresse passionnément à cette flore constituée exclusivement de lichen et de mousses. Récemment, il a choisi le jardin des Tuileries pour continuer ses travaux d'herboriste. On ne sait trop quel but il cherche - si tant est qu'il y en ait un - mais beaucoup voient en lui le créateur des formules de la Dévoration du Lichen grouillant et de la Répansion de la Pierre moussue. Il est vrai que Cosinus est un disciple de Rebis qui a atteint le Grand Œuvre. On peut parfois le croiser au jardin alors qu'il s'intéresse à une mousse collée sur une pierre.

    · CHEVALERIE D'INSTITUTION TRADITIONNELLE CATHOLIQUE

    Cette obédience du premier degré, vassale des chevaliers du Christ, est toujours restée au second plan de la commanderie parisienne. Elle réunit des nostalgiques de la monarchie, jeunes, catholiques, de bonne famille mais prêts à se battre pour leur idéal. En réalité, elle sert aux basses œuvres des chevaliers du Christ et est un tremplin idéal pour quelques jeunes loups. A noter qu'elle s'oppose depuis longtemps aux membres de OTCND, en effet, la CITC regroupe des catholiques traditionalistes qui voient d'un mauvais œil cette "anti-Eglise". Son siège se trouve dans la galerie Montpensier qui borde le jardin du Palais-Royal, au Grand Véfour, illustre restaurant de la capitale. C'est dans sa cave que se réunissent parfois les dirigeants de la CITC. Au XVIIIe siècle se trouvait le Café de Chartres, quartier général des royalistes. Ainsi, aujourd'hui, une partie de la clientèle n'a guère changé. La CITC possède une grande influence parmi les royalistes fidèles au Comte de Paris et divers contacts au sein de l'extrême droite française, en concurrence avec la Synarchie. On a longtemps cru qu'elle était moribonde, depuis l'attentat de 1983 au Grand Véfour qui fit de nombreuses victimes parmi lesquelles des éminences de la CITC, attentat commandité par la Maison-Dieu. Mais elle a récemment prouvé qu'elle était encore vivace en se plaçant en première ligne pour soutenir le Comte Francis-Jourdain de Brabant lors de son procès. L'Arcane IV voit dans le Comte de Paris, le chef de cette obédience, mais malgré de nombreuses surveillances et enquêtes, rien n'a pu être prouvé. Toujours est-il que l'Empereur s'apprête à lancer une campagne d'envergure contre la CITC, il a déjà pris contact avec une Phalange hypapiste de l'Arcane XVI.

     

     

    3e ARRONDISSEMENT
     

    · ADVERSUS HOSTEM

    C'est dans un petit passage du quartier de l'Horloge que l'auberge A l'égard de l'Etranger est installée, au-delà d'une petite porte en bois. Cette auberge a ceci de particulier qu'elle n'existe pas sur le plan physique. Elle se trouve dans les Akasha. Elle existait déjà au XIIIe siècle, fondée par un Nephilim nommé l'Etranger. Ce n'est que récemment que l'auberge a resurgi, toujours grâce à l'intervention du mystérieux Nephilim. Elle est dirigée par une créature magique rabougrie appelée Baglouf le pansu et qui est le cuisinier. A l'égard de l'Etranger cache aussi une Cour d'Amor composée de Hanséatiques, l'Etranger en est l'Archipoète et il a récemment réussi la dernière phase de l'Odyssée. C'est un individu à la réputation sulfureuse, bien que peu se souviennent encore pourquoi. Il apparaît de moins en moins, même aux siens, et beaucoup murmurent qu'il est encore en contact avec Sisyphe, le Prince de l'Arcane VI. Au demeurant, la présence de Baglouf prouve que l'Etranger semble être proche des Mythologues. Désormais, c'est Armand, un Platonicien, qui dirige la Cour d'Amor.

     

     

    4e ARRONDISSEMENT
     

    · LE NOUVEAU TEMPLE DE CRISTAL

    Depuis plusieurs années, l'Herméthèque des Niveaux Secrets & Incunables travaille à la création d'une seconde herméthèque de grande taille dans la capitale. Celle-ci devait originellement être installée sous les Archives Nationales. Finalement, c'est le Centre Georges Pompidou qui a été choisi. Les travaux de rénovation ont permis de mettre en place de façon discrète l'Herméthèque du Nouveau Temple de Cristal. Zsinudra, une Naïade, en est la responsable. Elle est entourée de quatre Lecteurs : Varel-Thot (triton), Nushirvân (efreet), Assiriel (ange) et Darlann (elfe). Malgré sa jeunesse - et c'est un euphémisme - cette herméthèque dispose d'un potentiel d'information relativement important. C'est parce qu'elle regroupe les ouvrages de plus petites herméthèques dont la sécurité n'était plus assurée, notamment une qui a été pillée par des chevaliers teutoniques lors de l'affaire du Comte Francis-Jourdain de Brabant.

    Evénements ésotériques : 3
    Sujets Nephilim : 6
    Sciences occultes et focus : 4
    Traditions : 9
    Spécialités : Parapsychologie

    · LA BOHÈME PARISIENNE

    Cette puissante Cour d'Amor réunit plusieurs Utopiques passionnés par les poètes du XIXe siècle. Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Gautier, Nerval ou encore Victor Hugo sont les muses de ces Nephilim qui oscillent sans cesse entre romantisme et symbolisme. Le seigneur de cette cour est un satyre, qui fut en son temps Théophile Gautier et qui a gardé le nom de son ancien simulacre. Bien qu'elle réunisse des Utopiques, cette Cour est assez ancienne dans la mesure ou Théophile ne cessa jamais de pratiquer la Bohème, mais ce n'est qu'en 1912 qu'il fut contacté par un émissaire de l'Archipoète Gellini. Dès lors, Théophile organisa sa propre Cour d'Amor et fut reçu au sein de l'Amoureux. La Bohème a élu domicile dans la "Maison Doyenné", au fond de l'impasse Guéménée, dans un immeuble qui faisait originellement partie de l'hôtel Rohan-Guéménée, situé derrière sur la place des Vosges et qui accueille le musée Victor Hugo. Des passages permettent d'y accéder discrètement. Depuis son installation, la Bohème a traversé les années, immuable et imperturbable, même durant les Années Noires. En fait, il semble que la Cour réussisse particulièrement bien son Odyssée, en 85 ans elle a déjà atteint la Préhension.

    Quelques artistes de la Bohème du XIXe siècle : Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Camille Rogier, Arsène Houssaye, Alphonse Karr, Pétrus Borel, Corot, Auguste Maquet…

    · L'ANCIENNE ALLIANCE

    Rue François Miron, au numéro 80, se trouve un pub écossais "The Auld Covent". Ce nom est ambigu, il rappelle certes l'union de cœur ancestrale entre la France et l'Ecosse, mais aussi celle du Compact du Couchant, à l'époque celte. Pour les adoptés du Bateleur, il rappelle enfin la symbiose entre hommes et Nephilim depuis la chute de l'Atlantide. En effet, derrière cet établissement, se cache un Eveilleur qui, depuis longtemps, a lié sa destinée à celle d'un clan des Highlands. Depuis des siècles, il s'incarne donc exclusivement au sein de cette même famille, les Wallace, descendants de ce rebelle qui, avant Robert Bruce, s'éleva contre l'occupation anglaise au XVème siècle. Aujourd'hui, le Auld Covent est l'adresse privilégiée des Ecossais en visite à Paris et on peut y croiser quelques adoptés nostalgiques du Bateleur.

    · NOTRE-DAME DE PARIS

    Ce grand vaisseau de pierre est le point central de Paris, l'Axis Parisiensis convoité par tous les acteurs occultes de la capitale. La cathédrale est bâtie sur un nœud tellurique particulièrement puissant. A tel point qu'un Somatophylaque de la Maison-Dieu avait originellement installé sa tour d'ivoire sur le site, tour subtile masquée successivement par un temple puis par une chapelle. Mais un tel lieu ne pouvait que susciter la convoitise. En 857, les Normands, aidés par une force occulte, parvinrent à ruiner l'édifice. La chapelle fut reconstruite, l'ordre mathématicien des moines noirs intervint discrètement et fit en sorte que son architecture dissipe le Nexus. Privée de sa source magique et attaquée par surprise, la tour d'ivoire s'effondra. Targallan perdit son refuge. Mais tenace, il attendit que son heure vienne. Elle vint, en 1160, le nouvel évêque de Paris n'avait qu'une idée en tête : bâtir une cathédrale. Malgré de nombreuses oppositions, Maurice de Sully parvint à imposer sa volonté - ou plutôt celle de Targallan - et Notre-Dame fut mise en construction. Une nouvelle bataille fit jour. Tous les initiés désiraient s'approprier ce site : Targallan, la Roue de Fortune, les Templiers… Finalement, ce fut une autre faction qui gagna la partie. La Synarchie parvint, grâce à son influence sur les corporations de bâtisseurs, à faire construire une cathédrale gothique qui avait la propriété de conserver les champs magiques du Nexus dans des statues. Ainsi, l'édifice était littéralement parcouru de champs magiques. Targallan essaya tant bien que mal de s'approprier Notre-Dame, ainsi que le montre la légende des "serrures du Diable", le Somatophylaque essayant en dernier recours d'interdire l'accès à ses ennemis. La tentative fut vaine. Sous la cathédrale, un labyrinthe complexe protégeait l'accès du Nexus Ce labyrinthe tomba entre les mains d'une obédience secrète du Temple qui l'utilisa pour perdre les Nephilim. En 1314, avec la chute finale de l'Ordre du Temple, la cathédrale revint à la communauté Nephilim. Targallan pensa alors pouvoir prendre enfin possession des lieux. Encore une fois, ce fut un échec. Une fraternité d'alchimistes avait réussi à saper l'influence des Pontifex sur les bâtisseurs et manifestait clairement sa volonté de garder l'édifice afin d'en faire le centre de la nouvelle science occulte. D'après la légende, c'est Esmeralda qui guidait ces Nephilim. Targallan dut s'incliner. Au final, la cathédrale de Notre-Dame de Paris est le réceptacle de nombreuses influences ésotériques. C'est aussi le plus grand - du moins par la taille - focus d'Alchimie du monde. Mais plus que de simples formules, elle recèle certains secrets du Grand Œuvre. Au cours des siècles suivants, son portail est vit de nombreuses réunions d'alchimistes. Puis Notre Dame fut un peu oubliée et sombra dans la décrépitude. Il fallut le roman de Victor Hugo pour que l'on s'intéresse de nouveau à elle et que l'on pense sérieusement à la restaurer. Ce fut Viollet Le Duc qui s'en chargea. A propos de Notre Dame de Paris, la figure de Quasimodo reste encore inexpliquée. Certains affirment qu'il s'agissait d'un golem créé par Esmeralda pour protéger la cathédrale, d'autres pensent plutôt qu'il s'agit d'une évocation de Rebis. Quel symbole alors retirer de cette histoire d'amour impossible entre les deux Adeptes ? Aujourd'hui, Quasimodo a disparu et les Chevaliers de l'OTCND contrôlent le labyrinthe. Mais de temps en temps, à la faveur de certaines conjonctions, les gargouilles dansent sur les arcs-boutants de Notre-Dame…

    Les gargouilles chymériques

    …

    · LA NOUVELLE TOUR D'IVOIRE

    L'échec de Targallan face à la fraternité des alchimistes conduisit le Somatophylaque à construire un nouveau refuge. En effet, l'Archonte lui fit rapidement connaître son mécontentement. Il fallait choisir un nouveau site. C'est alors que Targallan, après la disparition de Nicolas Flamel, eut l'idée de faire un pied-de-nez aux alchimistes. En effet, l'église Saint-Jacques de la Boucherie, qui bénéficia grandement des faveurs de Flamel, était un lieu de Plexus que l'alchimiste utilisait pour ses recherches. Sous celle-ci se trouvait encore son laboratoire. Aidé des Architémages, Targallan décida d'y créer un Nexus. L'entreprise s'avérait difficile et totalement nouvelle pour la Maison-Dieu. Mais les travaux des Pontifex sur Notre-Dame furent d'un grand secours alors qu'une phalange de l'éclair parvint à récupérer les plans ésotériques de la cathédrale. Les Architémages décidèrent de construire une structure qui attirerait les champs magiques résiduels de Notre-Dame. Ainsi, Targallan pourrait tout de même profiter du puissant Nexus. Finalement, les travaux débutèrent en 1508. Ainsi s'éleva la tour Saint-Jacques, qui traversa les siècles, au contraire de l'église, aujourd'hui disparue. Targallan avait sa nouvelle tour d'ivoire. Il dépensa une grande partie de son énergie pour lier une puissante créature de Kabbale à l'édifice. De nos jours, Targallan s'est plongé dans le monde et la tour a perdu de son utilité, elle reste néanmoins la fierté du Somatophylaque et des Architémages et provoque la convoitise de la Roue de Fortune.

    · LES BALADINS DE DÆDALUS

    C'est au 17, rue Saint-Louis en l'Ile, que la chapelle Rivière français des Mystères du Midi a installé sa basilique. Il suffit de toquer sur une énorme porte de bois gravée de dessins alambiqués pour pénétrer chez les Baladins : la cour intérieure est garnie de tonnelles et de petits bancs en pierre sur lesquels les Baladins lisent, fument, prennent un verre et discutent de sujets mystiques. Ils portent des costumes de différentes époques selon l'art théâtral qu'ils affectionnent le plus : dramaturge romain, arrangueur des places médiévales, compagnon de Molière… Dans les appartements cossus situés au-dessus de ce lieu de détente, les familles des Baladins vivent tranquillement, attendant le retour de quelques-uns uns partis quérir une relique dans un pays étranger ou planifiant une opération de kidnapping d'un adopté de l'Impératrice aux talents de comédien trop prononcés. Les caves du bâtiment servent aux réunions solennelles et aux sacrifices. L'ensemble est géré civilement par une agence très ancienne, Guérin & Fils, dont le bureau se trouve à la Défense.

    · LES CHEVALIERS DU CHRIST

    Chef de file du courant traditionaliste templier, cette obédience du deuxième degré a établi son siège français dans la rue de l'Hôtel de Ville, au 56. Y subsistent des vestiges de l'hôtel des Barres, construit par les templiers au XIIIe siècle, et qui occupait alors un vaste emplacement, à l'angle actuel de la rue des Barres et de la rue de l'Hôtel de Ville. Les historiens y voient l'ancien siège de la commanderie de Paris. Parmi ces vestiges notamment, une étrange cave ogivale en deux travées sert pour les chapitres secrets des chevaliers du Christ. L'une des clefs de voûte ornant la première travée comporte un écusson meublé d'une croix ; la clef de la seconde travée est décorée d'une rosace de feuillages. Pour beaucoup, cette obédience entretient des relations étroites avec les dirigeants des mouvements orléanistes français, parmi lesquels le nom du Comte de Paris apparaît. Actuellement, les chevaliers du Christ s'intéressent à un nouvel acteur occulte apparu récemment : la Conjuration d'Arcadie.

    · LES GRAFFITI DE RESTIF

    Sur l'île Saint-Louis se trouve une série de focus très étrange, il s'agit des graffiti de Nicolas-Edme Restif de la Bretonne. En effet ce provincial égaré grava sur les pierres l'histoire de ses amours. De 1779 à 1785, celui-ci laissa ainsi plusieurs centaines d'inscriptions. Tout événement se sa vie faisait l'objet d'un graffiti. De son divorce à sa liaison sulfureuse avec une jeune femme en passant par des soirées consacrées aux seuls plaisirs gastronomiques. Le satyre Felras, légèrement exhibitionniste, laissa ainsi un témoignage de sa belle vie. Mais il en profita pour inscrire de nombreux sorts sur les murs de l'île et du reste de la capitale. Hélas, la plupart de ces focus sont aujourd'hui effacés.

    · LES COLOMBES DE PARIS

    La rue de la Colombe tient son nom d'une vieille anecdote. Vers l'an 1220, un couple de colombes logeait dans une vieille bâtisse. Un jour, un affaissement de terrain se produisit et la maison s'effondra, emprisonnant sous ses débris l'oiseau femelle. La colombe était vivant, mais la délivrer avant d'avoir déblayé les gravats était impossible et, d'ici là, elle serait morte de faim. Or le mâle, survolant les lieux du désastre, eut bientôt repéré la captive et parvint à la nourrir en lui jetant des graines et à la faire boire en se servant d'un fétu de paille comme d'un chalumeau ! Les retrouvailles du couple fut célébré par tous les oiseaux de l'île de la Cité : "C'estoit comme une danse dans le ciel", et les humains se joignirent aux réjouissances ornithiques. En 1954, le fondateur et actuel propriétaire du cabaret de la Colombe, retrouva la légende et celle-ci fut publiée pour la première fois dans un bulletin confidentiel, réservé aux fonctionnaires de la Préfecture de la Seine. Quelques jours plus tard, un couple de colombes vint frapper à la fenêtre et prit possession du bâtiment, au grand ravissement de ses occupants. Aujourd'hui encore, ce couple de zoomorphes aériens loge sous le toit, avec sa progéniture…

    · LIBRAS LONGA, VITA BREVIS

    L'hôtel de Sens, sis rue des Nonnains d'Hyères, est, avec l'hôtel de Cluny et la Maison de Jacques Cœur, l'une des trois grandes demeures privées du Moyen Age à Paris. De 1507 (fin de sa construction) à 1622, ce sont les archevêques de Sens qui l'habitent. De nombreuses intrigues orchestrées par le Cardinal de Guise s'y déroulent... Au XVIIe siècle, des nobles de la cour y résident, en particulier la reine Margot. Vers la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Baltor y établit son herméthèque et l'enrichit bientôt d'ouvrages laissés par les anciens résidents, concernant principalement le Temple. Au même moment, le service des diligences de Lyon s'installe dans l'hôtel en fournissant ainsi une superbe couverture à l'herméthèque qu'il abrite. "Libras longa, Vita brevis" devient bien vite la plaque tournante des documents sur les Templiers, aussi Baltor décide-t-il de déplacer certains ouvrages dans l'herméthèque du Repos éclairant, pour des raisons de sécurité. Lors du trajet, le convoi est attaqué par des chevaliers du Temple. C'est la fameuse attaque du "courrier de Lyon" en 1796. Mais les livres sont en partie récupérés au début du XIXe siècle, grâce à l'intervention d'une phalange de la Maison-Dieu. Aujourd'hui, l'hôtel de Sens abrite les Editions de Forney, paravent idéal pour les adoptés de la Papesse. L'herméthèque reste une référence en matière d'informations sur l'Arcane du Bâton.

    Evénements ésotériques : -

    Sujets Nephilim : 11

    Sciences occultes et focus : 6

    Traditions : 8

    Spécialités : Templiers

    · REFUGE DE REGULUS

    11 rue des Lions-Saint-Paul : en poussant une grosse porte cloutée, on entre dans une charmante cour intérieure pavée avec un escalier doté d'une rampe en fer forgé. C'est dans cette demeure où vécut Mme de Sévigné que les Ordaliens héliologues ont installé l'un de leurs refuges. Le responsable en est le régent Aldreste, un Faërim qui mène des recherches sur les moyens d'affirmation de la nature du Nephilim en se libérant du simulacre. Cette étude est purement scolastique et n'induit aucune expérience. Le refuge abrite aujourd'hui une bibliothèque très fournie sur les effets Basaltiques, consultée aussi bien par la Papesse que par la Tempérance.

    · HÔTEL DU FORGERON

    C'est sur l'île Saint-Louis, au bord de la Seine, que le célèbre Nephilim-forgeron de Paris, Lorenzo a établi son domicile. Dans un hôtel particulier qui date du XVIIIe, le Cyclope a installé son laboratoire et son atelier de forge. Aujourd'hui, il a aussi installé une école d'escrime au rez de chaussée. Passionné par la forge depuis le 16e, ses épées font encore la joie de nombreux amateurs. Il a su allier habilement les techniques alchimiques et spagyriques pour créer des armes extraordinaires.

     

     

    5e ARRONDISSEMENT
     

    · GOLDEN AGE TRAVELS

    L'agence française de cette entreprise de voyage affiliée au Bateleur se trouve 5, rue Maître Albert qui donne sur le quai de Montebello et la cathédrale de Notre Dame. C'est Gen'Dyl, un Zéphyr, qui coordonne les activités de cette agence dont le but est la sensibilisation des clients à la matière occulte et magique au travers de voyages initiatiques aux quatre coins du monde. (Codex II, p22).

    · LE SANCTUAIRE DU SPHINX

    Mahajaion a établi son refuge dans une cave oubliée, à deux pas du quai de Montebello. On peut y accéder par un chemin tortueux des catacombes dont l'entrée secrète est située près d'une gare désaffectée. Une couche de sable de plusieurs centimètres couvre le sol. Un lourd bureau de chêne fait face à de longs rayonnages de livres. Mahajaion se targue souvent de posséder la bibliothèque occulte la plus fournie de Paris. De l'autre côté est aménagé une cuisine, une chambre et un espace réservé aux pratiques magiques. Des câbles de courant utilisés pour les lignes de métro ont été détournés et permettent d'alimenter l'ordinateur de Mahajaion.(La Brûlure du Phénix, éd. Mnémos)

    · BASILIQUE DE LA NEF

    La chapelle Rivière de France dispose de nombreux repaires, mais le principal est assurément celui de l'Institut du Monde arabe. Ce bâtiment moderne est doté d'un vitrage ajustable qui permet de doser la luminosité, le mécanisme réagit en fonction de la lumière du soleil. L'Institut, en plus du musée dispose d'une bibliothèque très bien documentée sur le monde oriental, de l'Antiquité à nos jours, des légendes à la politique. De plus, il organise souvent des expositions à caractère occulte, telles celle sur le Soudan couchitique ou celle sur le royaume de la reine de Saba. Nul doute que les mystes profitent du fonds de la bibliothèque et utilisent le musée soit pour tendre des pièges à des Nephilim, soit pour recruter des alliés. Quant au mécanisme du vitrage, il est fort probable qu'il a une utilité magique, certains ont parlé de l'apparition occasionnelle d'une sorte de "diagramme stellaire traversé de rayons", cela pourrait très bien être l'effet visuel d'un plexus. Enfin, les fondations donnent accès à des tunnels humides menant à l'autre rive.

    · LA COMMANDERIE D'ILE DE FRANCE

    C'est dans la rue Linné, au numéro 4, que se trouve le château de la commanderie. Une cour intérieure montre les derniers vestiges de l'abbaye Saint-Victor, l'une des plus anciennes et plus célèbres du diocèse de Paris, fondée au XIIe siècle : des arceaux en ogive du XVe siècle. Sur une section de pavés est gravée l'écu de la commanderie : une épée séparée en deux par la longueur. Cette section peut se soulever et donne sur une volée de marche, puis en bas, sur un complexe de salles abritant des archives, des équipements informatique et de surveillance, etc. Un seul bâtiment dispose de fenêtres donnant sur la cour, tous ses appartements appartiennent à des templiers, notamment un qui sert parfois de lieu de résidence au Commandant, Arthur Longjumeau. Par contre le Portier réside toujours sur les lieux.

    · LES NIVEAUX SECRETS & INCUNABLES

    Cette fameuse herméthèque ne se situe pas, contrairement à une idée répandue, au Louvre mais sous le Collège de France. A l'origine de cette mystification, Silmaël, le fondateur des Niveaux secrets. Cela permit de détourner l'attention des Arcanes Mineurs très bien renseignés sur la Papesse, comme les Mystères du Zénith qui cherchent encore l'herméthèque. L'Onirim a placé son herméthèque dans les sous-sols des anciens thermes de l'Est, sur lesquels se trouve aujourd'hui le Collège de France. Une vingtaine de salles rectangulaires, circulaires et polygonales abritent les ouvrages aux mains des herméthécaires et s'articulent autour d'une vaste pièce au dallage de marbre, décorée de nombreuses fresques, parmi lesquelles figurent Les Anges chassant les Hommes du Temple d'Atlantide, L'Elévation d'Etemenanki ou encore une autre plus étrange appelée L'ire des Lions. Dans des vitrines sont visibles des sceaux de grands hermétistes, des blasons alchimiques ou encore des manuscrits très rares. L'herméthèque a de nombreux accès et communique ainsi avec le Collège de France, la Sorbonne et la bibliothèque Sainte Geneviève. Mais l'accès le plus usité donne dans la cave d'un immeuble de la rue d'Ecosse, derrière le Collège de France. Sur Silmaël, on sait peu de choses, il est le fondateur des Niveaux secrets et est réputé pour être un grand Alchimiste. Maître Rubedo de l'Alkaest, il appartient aussi aux Initiés de l'incunable Souveraineté. Cette figure est respectée par l'ensemble de la communauté Nephilim, à tel point que pour beaucoup il est le doyen de la capitale, ses avis sont donc toujours écoutés. Il a d'ailleurs mis en place le Concile qui est chargé de concilier les intérêts des divers Arcanes et des orphelins et d'éviter des luttes fratricides. Il se compose de quatre conciliateurs : des représentants de la Papesse, de la Justice, de la Tempérance et du Soleil. Evidemment, le Concile n'a pas de réelle autorité, mais il a souvent évité une intervention de la Justice… Aujourd'hui, Silmaël est de moins en moins disponible, c'est donc Lucian qui gère la plupart du temps l'herméthèque et dirige les Lecteurs. L'Onirim voyage beaucoup et entretient des contacts un peu partout dans le monde. En réalité, il est pleinement engagé dans le projet Panbyblos.

    Evénements ésotériques : 16

    Sujets Nephilim : 17

    Sciences occultes et focus : 15

    Traditions : 11

    Spécialités : les Kaïm basaltiques, le Sentier d'Or, la chute de Tubalcaan, la narcose, le Khaïba.

    · LA LIBRAIRIE DE L'INCUNABLE SOUVERAINETÉ

    La célèbre librairie du Docteur Parangon se trouve dans le passage du Clos Bruneau qui communique avec la rue des Carmes et celle des Ecoles. En plus de son jardin des Hespérides, on raconte qu'elle se trouve juste au-dessus de l'entrée du Labyrinthe de Daath, un lieu maudit qui donne sur une Anti-Terre.

    · L'OGDOADE INVISIBLE D'ADOCENTYNE

    Au 7 rue des Carmes se trouve la librairie Tekhné, spécialisée dans les sciences de la communication. Elle fait partie d'une chaîne de librairies détenue et utilisée en sous-main par l'OIA, une fraternité Rose+Croix de la branche du Corps. L'OIA est le chef de file du mouvement Incommunicado et sert à dissimuler les actions R+C aux yeux des profanes et des initiés adverses. L'Ogdoade est composée de huit éminences, spécialistes de la manipulation et de la falsification. Les librairies Tekhné, en plus d'être un apport de ressources, lui permettent de mettre en place certaines rencontres discrètes et d'étendre ses contacts. Son influence est centrée sur les métiers de la communication et de l'information.

     

     

    6e ARRONDISSEMENT
     

    · UNE CAYENNE DE CHARPENTIERS

    Au n° 10 de la rue Mabillon, les Compagnons Charpentiers du Devoir de Liberté ("devoir" fondé en 1804) ont une de leurs cayennes. Sur la façade, une plaque rappelle la mémoire de Lucien Térion, dit Tourangeau l'Intrépide. Le restaurant voisin, qui porte justement le nom d'Aux Charpentiers, conserve, dans une vitrine, quelques souvenirs compagnoniques. Il abritait jadis plusieurs chefs-d'œuvre de charpentiers. On peut les voir, actuellement, au 161 de l'avenue Jean-Jaurès.

    · LA FACE DU SERPENT

    Sur la place Saint-Sulpice, au dernier étage d'un immeuble faisant face à l'église, se trouve la demeure d'Emilian Christoforov, fondateur et directeur des Editions Qumrân. Ce somptueux duplex doté d'une immense baie vitrée et décorée de façon spartiate est le foyer de l'occupant actuel d'Emilian Christo, un Onirim du nom de Sarshan. Cet adopté du Bateleur utilise aussi l'appartement pour donner des fêtes ou tenir des réunions. On sait que la place Saint-Sulpice est chargée en champs de Lune. Ceci est dû au fait qu'elle a été tracée sur l'emplacement d'un cimetière dans lequel, qui plus est, se tenait chaque année le bal des Zéphyrs. Les champs magiques ont gardé les traces de ces débordements.

    · LE HAVRE SAINT-MARTYR

    Situé dans la rue du Cherche-Midi, au numéro 44, un ancien monastère accueille aujourd'hui une petite communauté d'Adoptés de la Tempérance, tous membres de l'Hospice des blessures magiques. Ils se consacrent exclusivement à la " recherche fondamentale " et élaborent des moyens permettant de contrer les effets magiques affectant le pentacle, y compris ceux créés par un sort. Le Havre, surnommé à Paris " Saint-Martyr ", est dirigé par Haldebran, un Ange particulièrement versé dans les sciences occultes. La quiétude du monastère permet de travailler dans une concentration totale. A tel point que certains Nephilim occupent des anciennes cellules afin de continuer des recherches ardues dans un calme absolu. On peut parfois en croiser un déambulant dans le cloître, plongé dans une intense réflexion. Nourri par un Plexus de Terre régulier, le jardin est luxuriant et apporte une petite touche de fraîcheur et d'exotisme par son aspect touffu.

    · SOUVENIR FRATERNEL

    La Librairie Fraternelle du Souvenir, située 6 rue de Savoie, est tenue par deux frères jumeaux, Paul et Jean Delahaye. Tous deux sont des initiés. En effet, à partir de l'âge de 7 ans, ils furent éduqués par un Adopté du Mat, Philiel. La librairie est spécialisée dans les livres anciens. Ses ouvrages les plus récents datent du XIXe siècle, la plupart ont un contenu symbolique mais il s'agit rarement d'ouvrages d'ésotérisme. Non, ceux-là se trouvent dans l'arrière-boutique, consultables uniquement par quelques privilégiés, tous Nephilim. Bien qu'ils soient jumeaux, Paul et Jean sont très dissemblables, Paul est aussi beau et attirant que Jean est laid et difforme, seuls ses yeux violets éclairent son visage. Par contre, il est un passionné d'Alchimie, aussi bien pratique que théorique, et possède un réel talent pour l'Art Royal.

     

     

    7e ARRONDISSEMENT
     

    · LES DAUPHINS GASTRONOMES

    Des silhouettes respectables glissent en silence le long des murs de la bourgeoise cité Vaneau. Il fait nuit. Par intervalles, s'ouvre la porte d'un appartement cossu, tendu de velours rouge. Un à un pénètrent les Chevaliers du Dauphin noir. Cette association, qui aime garder ses secrets, réunit chaque mois douze initiés gastronomes (écrivains, peintres, publicistes, jeunes patrons) qui ont choisi d'élever une certaine cuisine irrationnelle au rang d'oeœuvre d'art. Leur livre de chevet est le Grand Dictionnaire de cuisine d'Alexandre Dumas, dont les recettes donnent matière à interprétations, évaluations et interpolations aussi subtiles que subtilement renouvelées. Les Chevaliers du Dauphin noir se proposent de définir, par tout un jeu de "convergences préesthétiques", les fondements éphémères d'une "architectonique des valeurs gustatives". Cette association sert en réalité de couverture à une Chapelle Ruisseau des Mystères du Midi, affiliée à l'Enfant. Sa tâche est d'innover les techniques du Banquet (Mystères, p. 63) et de toujours améliorer les menus. Elle est composée de onze Acolytes et dirigée par un Persécutor.

     

     

     

    8e ARRONDISSEMENT
     

    · L'HOSPICE DE L'OMBRE

    Le siège de cet hospice qui appartient à la section des Hôtes se situe avenue Hoche, dans un splendide hôtel particulier doté d'un petit jardin. L'hospice est dirigé par Caïdjik, un Sphinx d'une grande sagesse et très intéressé par l'humain. Il est, avec Sifrada, à l'origine du transfert de l'hospice à la section des Hôtes, le but étant que les Nephilim voient ce phénomène sous un nouveau jour. Lorsqu'un Nephilim entre en Ombre, un émissaire de Caïdjik prend contact avec l'humain affolé et le convainct de rejoindre le calme de l'hospice. Cette activité nécessite vigilance, rapidité et persuasion. De fait les membres de cet Hospice sont très portés sur l'Empathie et rayonnent souvent la quiétude. Le but est de faire accepter à l'humain sa nouvelle situation et de lui ôter toute dangerosité jusqu'à la reprise de contrôle du Nephilim. Mais le travail de l'hospice ne se cantonne pas qu'à cela, les adoptés recherchent aussi des moyens de limiter le phénomène. On sait qu'ils sont entrés en contact avec des zoomorphes pour observer les différences d'Ombre entre humains et animaux. Evidemment, ils ont aussi des contacts réguliers avec certains membres du Pendu. Enfin, secrètement, Caïdjik est un membre de la Fraternité des Fils de Saint-Pierre et est en Fusion avec son simulacre (Hermès 5, p.23).

    · L'ILLUMINATION ACCUMULATRICE

    Cette petite corporation de l'Empereur, qui agit dans le cadre du Bouclier, est installée dans un immeuble cossu du boulevard Haussmann, à côté de la place Saint-Augustin, sous le couvert d'un cabinet d'experts-comptables qui occupe tout un étage. Son but est simple : débarrasser la haute finance française de l'influence des Arcanes Mineurs. Ses méthodes sont extrêmement subtile et discrète, pas question d'agir de façon brutale. Il faut avouer qu'elle y réussit très bien et son Optimate, l'Elfe Maaiat, a de quoi être fière (Codex IV, p.20).

     

     

    9e ARRONDISSEMENT
     

    · LES ENFANTS DE PANDORE

    Sous le palais Garnier s'étend une grande salle au plafond voûté soutenu par de nombreuses colonnes. Cette salle fait office de réservoir et est inondée, elle date de la construction de l'opéra de Paris. Elle abrite aujourd'hui une communauté exclue et méprisée. Un véritable petit palais accueille des Khaïba kuru, créatures oubliées par leurs frères et honteuses de leur sort. C'est Fahys, un Phénix ancien adopté de la Tempérance qui a fondé cette communauté à la suite de sa propre transformation en Khaïba, il accueille tous ceux qui n'ont pu être soignés par la Tempérance et qui n'ont aucune envie de finir aux mains des Cathaïroï. Une partie des sous-sols transformée en cachots par les Versaillais après la Commune permet d'emprisonner ceux qui sont vraiment devenus incontrôlables. Malgré son état, Fahys continue d'espérer, avant de sombrer définitivement, il usa ses dernières forces à chercher un ouvrage qui contiendrait la réponse à bon nombre de questions que se posent les Nephilim sur la Quête de l'Agartha. Mais surtout, ce livre, le Canal mystique serait une voie que pourrait suivre un khaïba pour rejoindre le Sentier d'Or. Aujourd'hui, les Enfants de Pandore sont doublement menacés. D'abord par la Force qui les recherche activement. Ensuite le Diable, un émissaire harcèle continuellement les Kuru afin qu'ils rejoignent les rangs de l'Arcane XV. Malgré la fière résistance de Fahys, certains de ses protégés sont prêts à se laisser tenter. Le Diable pourrait bien mettre en place une fausse piste à propos du Canal mystique, afin d'ébranler la volonté du phénix. Sans aucun soutien extérieur, les Enfants de Pandore sont déjà condamnés.

     

     

    10e ARRONDISSEMENT
     

    · DEMEURE PHILOSOPHALE DE L'ARCANE VII

    7, passage des Petites Ecuries, une petite porte en bois donne sur une cour intérieure au fond de laquelle se trouve la Demeure du Chariot. C'est ici que se déroulent les réunions des Adoptés parisiens et les fameux séminaires de l'Arcane. Enfin, à plusieurs reprises la Demeure a servi de refuge à des Nephilim en fuite, c'est pourquoi elle bénéficie d'un système de protection très poussé. Asselin, un Sylphe, Ecuyer des Cuirasses d'Adamante en est le gardien.

    · LE STROMBOLI

    Ce bar, situé 95, rue du Faubourg du Temple, est le lieu de rencontre de nombreux Pyrim. Son propriétaire, T'nek, est un vétéran des Champs Polemoka. Beaucoup murmurent qu'il est un ancien Khamsin de la Force. Au niveau du décor et de l'ambiance, dès que l'on entre dans le Stromboli on est littéralement assailli par la chaleur excessive de l'endroit et la musique. Il y a quelques années, le bar était un haut-lieu de la culture néo-punk, mais aujourd'hui la musique se cantonne le plus souvent au Big Beat, courant musical dont Chemical Brothers et Prodigy sont les représentants médiatiques. La salle baigne dans une ambiance enfumée et alourdie par une lumière rouge et tamisée. Le premier étage échappe quelque peu à cette atmosphère et est relativement calme. On peut y déjeuner. Enfin, en cas de coup dur, un Nephilim peut s'échapper par une porte de derrière qui donne cour des Bretons et de là, rejoindre la rue du Buisson Saint-Louis.

     

     

    11e ARRONDISSEMENT
     

    · REFUGE DE L'EMPEREUR

    Au 6, impasse Questre se trouve l'Hôtel Couronnes. Ce petit établissement garde toujours une chambre de libre pour les urgences. Le gérant Albert Pontin ne se gênera pas pour demander un dédommagement, même si l'Empereur couvre les frais (mais ce n'est qu'une avance que le Nephilim devra rembourser, soit en espèce, soit par compensation). Pontin préviendra tout de suite son contact grâce à une boîte à lettre électronique, sur le Minitel. Rapidement le téléphone de la chambre sonnera et un rendez-vous est pris à l'église Notre Dame de la Croix, le lendemain. C'est Korbann, un Onirim Méduse, Serviteur doré de l'Arcane qui rejoindra le Nephilim. L'entretien sera rapide, il s'agira d'analyser la situation et de déterminer les mesures à prendre (nouvelle identité, billet d'avion…). Si le Nephilim n'est pas sûr de ne pas avoir été suivi, on le transfère rapidement vers un autre Refuge.

     

     

    13e ARRONDISSEMENT
     

    · LE TRÔNE DE LA MORT

    C'est au lieu où les boulevards de Saint-Marcel, d'Arago et l'avenue des Gobelins se croisent que l'Arcane XIII a installé son siège. Dans un bâtiment certes commun mais ayant l'avantage de se trouver sur une antique nécropole et un foyer important de Lune Noire. C'est donc dans ce bâtiment transformé en hôtel particulier que résident les Baals en compagnie de leurs assistants, de chercheurs, d'herméthécaires et de copistes mortels. La nécropole est aujourd'hui protégée par de puissantes créatures et donne accès aux catacombes. Au demeurant, la similitude entre le numéro d'arrondissement et celui de la Lame est une pure coïncidence…

    · DUEL

    La rue Watt est l'une des rues les plus sinistres - et les plus désertes - de Paris. Elle est à moitié couverte par les chemins de fer de la gare de marchandises d'Austerlitz. Un trottoir surélevé, bordé d'une barrière de fer, court le long du mur. Ici personne ne passe, ni voitures ni riverains (personne n'y habite). Même pas les chats qu'évoquait Boris Vian dans ses Cantilènes en gelée… Bref un décor surréaliste, désincarné, propice à une rencontre très discrète, à un duel sans témoin à deux heures du matin, durant une nuit froide et venteuse.

     

     

    14e ARRONDISSEMENT
     

    · COLLÈGE DE PARIS, ARCANE X

    61, rue de l'Observatoire : entre le service de l'horloge payante et le musée d'instruments d'observation, siège la mystérieuse et ancienne Société des archéomètres. Dès la création de l'Observatoire de Paris, une charte royale lui permit d'occuper le bâtiment. Aujourd'hui, elle a le statut d'une association loi 1901 et elle gère le musée des instruments d'observation anciens. Officiellement, elle s'intéresse à tous les instruments de mesure et d'observation des civilisations passées (archeos : ancien, metron : mesure). En fait, elle regroupe les Adoptés parisiens de la Roue de Fortune et l'Observatoire est le siège du Collège et donc le lieu d'entrepôt de l'Archéomètre. Il se trouve dans la coupole, masqué par une illusion. De même les laboratoires souterrains aujourd'hui abandonnés par les chercheurs humains sont désormais utilisés par l'Arcane qui a soigneusement fait disparaître certains de la mémoire de l'Administration.

    · LE CONVENT DES ROCHEREAUX

    Le nom de ces Adoptés de l'Ermite vient évidemment de la place Denfert-Rochereau, bien connue pour être l'entrée officielle des catacombes de Paris. Car ce convent s'est réfugié dans les souterrains de la capitale. Il se compose de neuf Nephilim dont le Guide est Gwenal, un Onirim au métamorphe étrange et qui entretient, d'après les rumeurs, des relations ambiguës avec les Selenim. Les temps étant ce qu'ils sont, on ne peut pas dire que les catacombes soient des lieux propices à une totale solitude. Cependant, le convent est particulièrement bien protégé par son Voile et vit dans un véritable petit palace souterrain aux murs décorés de nombreuses fresques, de somptueux tableaux et tapisseries ainsi que d'illustres sculptures de marbre blanc. Gwenal est un esthète et a donné au Convent un aspect très éloigné du cliché des cellules spartiates. En fait, la plupart des œuvres sont de lui. Il a remplacé l'activité intellectuelle des adoptés par une activité artistique qu'il juge plus gratifiante. Les 8 autres Nephilim du Convent suivent la même voie. Gwenal est réputé au sein de l'Arcane pour sa grande maîtrise de la Prévision des Possibles. Mais de nombreuses rumeurs racontent qu'il a été contaminé par la Lune Noire. Le Passeur du convent est un efreet, Ik-Thazaï, ancien adopté qui relie aujourd'hui les quelques Ermites parisiens - outre le convent - entre eux.

     

     

     

    15e ARRONDISSEMENT
     

    · DEMEURE PHILOSOPHALE DE L'ARCANE X

    Il s'agit d'un bâtiment banal situé 10, impasse de l'Astrolabe, près de Montparnasse. Sur une boîte à lettre, on peut apercevoir le nom O. Fortuna. C'est dans cette boîte que l'on dépose les correspondances avec la Roue de Fortune. En lui-même, l'appartement ne sert que de lieu de rencontre avec des orphelins ou des adoptés d'autres Arcanes. Rien d'important n'y est entreposé. C'est en quelque sorte le lieu de relations "publiques de l'Arcane".

     

     

    16e ARRONDISSEMENT
     

    · LE BUREAU, ARCANE VII

    Situé rue de Lübeck, le Bureau est un Atelier du Chariot Terrestre composé d'un Ecuyer et de deux Cochers assistés par un petit nombre de Nephilim de différents degrés d'initiation, mais qui sont sous leurs ordres pour la durée d'un service. Il agit sous la couverture d'une agence de détectives spécialisés dans la recherche de personnes disparues, mais cette façade cache bien sûr d'autres activités. Ainsi, outre les obligations habituelles du Chariot Terrestre consistant à couvrir les adoptés sous le coup d'un Effet Œdipe, les responsables s'occupent de veilles technologiques pour le compte du Grand Véhicule. Leurs cibles désignées sont les entreprises, les laboratoires de recherche et les universités investis dans le champ des technologies informatiques. La décoration du Bureau est un mélange déstabilisant de lambris début de siècle et de meuble design des années 80. Nova, une Méduse portant le grade d'Ecuyer est la responsable, c'est une femme pleine de charme à l'attitude très professionnelle. (Codex VII, p. 24)

     

     

    17e ARRONDISSEMENT
     

    · INSTITUT DE VICTIMOLOGIE

    Ce centre de psychothérapie à destination des victimes d'agression est situé 16 rue Jean Leclaire. Son directeur, le docteur G. Alvarez est en réalité un Censeur de l'Impératrice. Il s'intéresse de près aux réactions psychologiques d'une personne sujette à une agression. Son Cénacle, rattaché à la Voûte Rubisque, répertorie les victimes afin d'établir une charte des comportements types de la victime. Aussi bien après qu'avant l'agression. En effet, Okabhaël se passionne pour des questions comme : et si la victime était coupable ? Si, par ses actions, son comportement, son attitude, elle avait provoqué l'agresseur ? Et, pourquoi pas, créé celui-ci ? A terme, l'Eolim Censeur croit ainsi pouvoir classifier l'humanité en deux catégories : les Abel, victimes soumises par nature, et les Caïn, les dominants. Son travail intéresse fortement la Maîtresse Solaire en France, persuadée que l'on peut rattacher les Abel aux humains qui se soumirent fidèlement au Sentier d'Or et les Caïn, descendants des révoltés qui firent chuter l'Atlantide…

     

     

    18e ARRONDISSEMENT
     

    · REFUGE DE L'EMPEREUR

    Le second refuge parisien se trouve au 9, rue Houdon, dans l'hôtel du Trône. Il est tenu par Léon Hamitouche. Nulle chambre ne sera mise à disposition du Nephilim mais une cave aménagée. Un souterrain y part et mène à une porte métallique. De l'autre côté se trouve le dépotoir à ordure d'un immeuble donnant rue des Martyrs. La procédure est la même que pour le Refuge Couronnes, le rendez-vous aura lieu à la poste sise place des Abbesses, toujours avec Korbann. Le Nephilim devra attendre dans la cabine 3 un appel, Korbann lui donnera alors le lieu de rencontre définitif.

    · LE CHÂTEAU DES BROUILLARDS

    13, allée des Brouillards : c'est dans cette maison que Chimères a élu résidence. Il a réussi à déloger les anciens propriétaires en "rendant" la maison hantée grâce à divers artifices. Evidemment, cette procédure ne fut guère discrète et l'affaire fit quelques bruits à l'époque, principalement parce qu'il s'agissait de l'ancienne demeure de Gérard de Nerval. Rapidement, Chimères éloigna les indiscrets, essentiellement des spirites, l'affaire fut oubliée et le Sphinx put se replonger dans l'ambiance paisible qui lui était si chère en 1846. Son laboratoire est installé en sous-sol et Chimères y mène ses recherches sur le Ka-soleil, la matière et la folie humaine.

     

     

    20e ARRONDISSEMENT
     

    Le plus célèbre cimetière parisien est aujourd'hui un site touristique qui attire aussi quelques humains égarés. Au-delà des rumeurs sur des sabbats les nuits de pleine lune ou encore de cérémonies vaudou, le Père Lachaise accueille divers trafiquants de drogues qui opèrent toujours autour des même tombes, véritables points de repère pour leurs clients. Evidemment, quelques illuminés aiment aussi se "ressourcer" dans ce lieu chargé. La tombe d'Allan Kardec, où l'on voit parfois des médiums faire la queue pour toucher le buste du spirite est un bon exemple, mais il y en a d'autres. Une telle ambiance est propice aux adoptés du Jugement et c'est tout naturellement qu'ils ont choisi ce cimetière comme refuge. Ils ont transformé des caveaux entiers pour les accueillir et ont même investi des tunnels creusés à l'origine par des Selenim et abandonnés pour des raisons obscures. Le cimetière est un lieu chargé en champs de Lune et de Terre, les plexus y sont fréquents et ont lieu dans des caveaux secrets dont l'entrée est indiquée par des inscriptions en énochéen. Mais il y a aussi, on s'en doute, une forte concentration de Lune Noire. Un royaume Selenim est centré sur le Père Lachaise et le culte de Lilith y avait son siège parisien jusqu'au retour de l'Arcane XIII sur le devant de la scène. Aujourd'hui, le cimetière est le dernier bastion du culte. Il est certain qu'une véritable bataille rangée va avoir lieu dans un temps proche. Cerebus Facto, Lupus Mortus et Erat Caecus se réjouissent à l'avance du spectacle, mais les adoptés du Jugement sont prêts à défendre ardemment leur repaire.

     

     

    LA DÉFENSE
     

    · CABINET ENERGY CONSEIL

    C'est dans la tour Manhattan que cette entreprise de développement personnel s'est installé. A son catalogue : séminaires de programmation neurolinguistique, séjours d'optimisation, pilules anti-stress et smart drinks. Derrière cette activité très lucrative en ces temps de darwinisme économique se cache un Atelier du Chariot spécialisé dans la formation et l'optimisation de simulacres type "mentat". Ainsi, sous prétexte de tests et évaluations, les Nephilim qui veulent suivre le programme FAC des Chevaux Spirituels sont orientés vers Energy Conseil où ils suivent un premier entraînement. Enfin, de manière très discrète, le cabinet a pour objectif de détecter d'éventuelles recrues pour le Groupe Ombre 1 (Codex VII, p. 25). L'Atelier est dirigé par Ogmion, une Salamandre élevée récemment au grade d'Ecuyer.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique