• Apparitions à GARABANDAL

    Vidéos en bas du texte


    Le 18 juin 1961, il est 20h30 à San Sebastian de Garabandal, quatre fillettes
    jouent en bas du chemin qui mène au bois de pins. Dans un roulement de tonnerre
    un Ange lumineux apparaît, d'abord à Conchita, et aussitôt après à Mari-Loli,
    Jacinta et Mari-Cruz. L'Ange ne dit rien et disparaît. Il reviendra une dizaine de
    fois jusqu'au 1er juillet où il s'adresse aux enfants : « Savez-vous pourquoi je suis
    venu ? C'est pour vous annoncer que demain dimanche, la Vierge Marie vous
    apparaîtra sous le vocable de Notre Dame du Carmel ». L'Ange révélera par la
    suite qu'il est l'Archange Saint Michel. Certaines des informations de cette page
    sont tirées des excellents sites The Workers of Our Lady - Canada (Cliquer sur le
    drapeau Français à côté de « translations ») et l'association Saint Christophe où
    vous trouverez à apaiser votre soif.
    Les événements de Garabandal sont uniques au sens de l'Église mais aussi dans
    l'échéance à échelle humaine qui y est délivrée. Il est absolument certain que des
    manifestations divines y auront lieu prochainement. Des événements sans aucun
    précédent, d'une ampleur mondiale, visibles par toutes et tous.
    Nous sommes parfaitement conscients que les apparitions de San Sebastian de
    Garabandal ne sont pas reconnues par les autorités religieuses et qu'elles ont
    même fait l'objet d'interdictions sévères allant jusqu'à fermer l'église de
    Garabandal et y interdire tout culte pendant la période qui à succédée aux
    apparitions. Malgré cette fermeture, les enfants ont continué de vivre leurs
    révélations devant les portes fermées de l'église.
    Garabandal est aussi unique sur ses témoins actuels qui continuent de diffuser le
    message au travers des interdictions, des moqueries, du dénigrement et de la
    persécution. Il semblerait qu'à l'heure actuelle soit à nouveau réexaminé le
    dossier de Garabandal après deux condamnations très sévères de la part des
    autorités religieuses locales. Toutefois, la célébration du culte y a été rétablie de
    nos jours et est autorisée sous les deux rites selon Paul VI et Saint Pie V.
    Un événement annoncé à notre échelle
    Bon nombre de messages dans le monde annoncent des événements, la fin des
    temps (à ne pas confondre avec la fin du monde, mais à comprendre comme un temps
    révolu, terminé, pour laisser place à un nouveau). Au grand regret de l'Homme qui
    raisonne dans un espace et un temps limité, les messages ne donnent pas de date
    et l'Homme s'impatiente car il lui faut un repère. Sans repère, peu sont capables
    de maintenir un état, une prophétie car il semble à beaucoup que lorsque l'attente
    s'éternise (pourtant à l'échelle d'une vie !) cela n'arrivera jamais et qu'en fait ce
    qui a été annoncé est une tromperie. Or Dieu ne ment jamais, c'est bien l'Homme
    qui veut interpréter cette non-réalisation de cette façon.
    Dans le cas de Garabandal, nous avons trois événements prophétiques qui sont
    présentés ci-dessous : un avertissement, un Miracle, un châtiment.
    L'avertissement et le Miracle se produiront en toute certitude. Le châtiment était
    annoncé par la Sainte Vierge comme conditionnel au changement de vie de
    l'Homme, Cependant force est de constater que rien n'a changé mais que la
    situation s'est considérablement agravée. Désormais rien ne pourra être
    retranché, mais le châtiment peut être adouci par la prière. Conchita connaît la
    date du grand Miracle qui aura lieu un jeudi à 20h30. La Très Sainte Vierge lui a
    demandé de ne pas révéler l'année, seulement huit jours avant le Miracle.
    Un jeudi à minuit de l'année non dévoilée, Conchita téléphonera à Joey
    Lomangino, soit le jeudi précédent le Miracle. Joey est chargé de diffuser
    l'information à tous les médias, il atteindra le respectable âge de 80 ans le 27 juin
    2011. Cet événement est donc bien de notre génération et quantité d'autres
    messages et d'apparitions de la Très Sainte Vierge dans le monde entier nous font
    penser que nous convergeons, en cette génération, vers la fin des temps.
    Bon nombre de guérisons miraculeuses ont eu lieu à Garabandal. Bon nombre de
    guérisons ont encore lieu à l'heure actuelle de maladies désespérément incurables
    non seulement à Garabandal, à la suite d'un pèlerinage mais aussi dans de
    nombreux endroits du monde, par l'action conjointe de la prière et de
    l'application de la médaille miraculeuse de Garabandal.
    Garabandal fut le siège de nombreuses manifestations, une des plus spectaculaire
    fut sans nul doute le Milagrucu (le petit Miracle) :
    Annoncé le 3 juillet 1962 par la Sainte Vierge, il aura lieu le 18 juillet suivant et
    consistera en une communion visible donnée par l’Ange à la voyante. « On verra
    l’hostie que me donne l’Ange, apparaître sur ma langue. » Ce Miracle eu lieu dans
    la nuit du 18 au 19 juillet 1962, la foule s'exclama lors de l’apparition de l’hostie
    comme un éclair, elle resta visible environ deux minutes. Conchita venait de
    communier de la main de l'Archange Saint Michel, il était 2 heures moins 20.
    Conchita recevra bien d'autres communions de la main de l'Archange à la suite de
    celle-ci, il subsiste bon nombre de documents photographiques et
    cinématographiques de cette communion.
    Trois événements ont été annoncés aux voyantes parmi presque 2000 apparitions
    qui constituent le mystère de Garabandal
    Premier événement : L’aviso
    Difficilement traduisible de l’espagnol au français qui donne : un avis pour nous
    rendre avisés. L’année de cet avertissement est connue de Mari-Loli qui lui a été
    révélée par la Sainte Vierge. Mari-Loli n’a pas reçu la demande de ne pas la
    divulguer ; cependant elle s'interdit à la dévoiler en union avec Conchita.
    L’avertissement viendra directement de Dieu et nous sera envoyé pour nous
    purifier en vue du Miracle. Il sera visible dans le monde entier pour les croyants
    et non-croyants de toutes religions, quel que soit l’endroit où l’on se trouve (chez
    soi, en voiture, en avion… endormi ou éveillé). Il sera vécu par tous, même les
    enfants. Ce sera comme une révélation de nos péchés et nous subirons une grande
    épreuve qui nous fera regretter de n’être pas mort plutôt que de le vivre.
    Cependant, il n'y a pas de danger de mort en cela, ceci n'étant que pour nous
    révéler à nous-mêmes nos fautes. Ce fait surnaturel sera inexplicable par la
    science et sera un face à face de notre conscience avec Dieu, nous révélant péchés
    et conséquences mais aussi tout le bien que nous n’avons pas fait. Il sera vécu au
    même moment par tous mais nous le ressentirons tous différemment puisque nos
    péchés sont différents.
    Conchita sait aussi en quoi il consiste réellement. Elle a fait ce commentaire en
    1977 :
    « Ce dont je me souviens à l'heure qu'il est, c'est que la Vierge m'a dit qu'avant le
    Miracle, Dieu enverra un Avertissement pour nous purifier ou nous préparer à voir le
    Miracle, et de cette façon nous pourrons nous attirer assez de grâce pour changer nos
    vies face à Dieu. Elle m'a dit en quoi consistera l'Avertissement, mais pas sa date. Je
    ne suis pas en mesure de dire en quoi il consistera, mais je peux dire à quoi il
    ressemblera plus ou moins. C'est un phénomène qui sera vu et senti partout dans le
    monde entier ; j'ai toujours donné comme exemple (comparatif) deux étoiles qui
    s'entrechoquent. Ce phénomène ne causera pas de dommage physique, mais il nous
    remplira d'horreur car à ce moment précis, nous verrons nos âmes et les maux dont
    nous sommes responsables. Ce sera comme si nous étions à l'agonie, mais nous ne
    mourrons pas à cause de lui, sinon peut-être de peur ou de choc à voir nos péchés. »
    Voici révélé par Notre Seigneur à Vassula en quoi consistera cet avertissement.
    Comme vous pourrez le lire, cela n’a rien d’une partie de plaisir et personne ne
    pourra passer au travers. Nous vous rappelons également qu’il est très important
    de lire l’oeuvre de La Vraie Vie en Dieu, de la lire dans l’ordre chronologique
    comme nous suivons une succession de classes scolaires. Sans respecter cet ordre,
    vous ne pourrez rien apprendre ni rien découvrir pour vous rapprocher de Dieu et
    vivre un Vraie Vie en Lui.
    Message du 15 septembre 1991 – Cahier 54 :
    - Appuie-toi sur Moi. Bénie de Mon Ame, Je te donne Ma Paix. Ecris : O Jérusalem ! 1
    Tourne tes yeux à l'est et à l'ouest, tourne tes yeux au nord et au sud et Je Suis là ! Je
    te dis en vérité que Mon Esprit une fois de plus sera déversé sur toi et Mon Image sera
    répandue d'un bout à l'autre de la face du monde. Ce que J'ai projeté arrivera et ce que
    Je t'ai dit va s'accomplir. Viens près de Moi et écoute attentivement : Je viens
    aujourd'hui jusqu'au seuil de ta porte, portant la bannière de la Paix. Je viens te
    sauver, Jérusalem. Il y est écrit : Fidèle et Véridique (Ap 19.11), Roi des rois et
    Seigneur des seigneurs (Ap 19.16).
    Entendrai-Je maintenant de toi, Jérusalem : " Mon Roi, c'est Toi que je dois adorer ",
    ou vas-tu continuer à ignorer Celui Qui t'offre Sa Paix maintenant ?... Vas-tu
    reconnaître, en ces derniers jours avant le Jour de Rétribution, Mon Saint Esprit qui
    est descendu d'en-Haut dans toute Sa Gloire pour tenir maison avec toi ?
    Durant ta vie entière, génération, tu t'es moquée de Ma Loi et tu t'en es détournée, te
    rebellant. Vas-tu enfin te mettre à te préparer pour Me rencontrer, Moi ton Dieu ? Je
    M'apprête à traverser bientôt ta Cité2 ! et ce sera plus tôt que tu le penses ! Ce seront
    Mes derniers avertissements ; Je te dis solennellement :
    réveille-toi de ton profond sommeil !
    tu te diriges vers ta ruine ;
    secoue la poussière qui te couvre
    et ressuscite des morts ;
    La Fin des Temps3
    est plus proche que tu le penses.
    (Phase 1 :)
    Bientôt, très bientôt, J'ouvrirai soudainement Mon Sanctuaire dans le Ciel et là, de
    tes yeux dévoilés, tu percevras comme une révélation secrète : des myriades d'Anges,
    de Trônes, de Dominations, de Principautés, de Puissances, tous prosternés autour de
    l'Arche de l'Alliance.
    Puis, un Souffle effleurera ton visage, et les Puissances du Ciel trembleront, les
    éclairs de la foudre seront suivis du fracas du tonnerre. " Soudainement viendra sur
    toi un temps de grande détresse, sans précédent depuis le jour où les nations ont
    connu l'existence " (Dn 12.1) ; car Je vais permettre à ton âme de percevoir tous les
    événements de ton existence : Je les dévoilerai l'un après l'autre. A la grande
    consternation de ton âme, tu réaliseras combien tes péchés ont fait couler de sang
    innocent d'âmes-victimes. Alors, Je ferai voir et prendre conscience à ton âme
    combien tu n'as jamais suivi Ma Loi. Comme un parchemin qui se déroule, J'ouvrirai
    l'Arche de l'Alliance et Je te rendrai consciente de ton irrespect envers la Loi.
    (Phase 2 :)
    Si tu es encore en vie et debout sur tes pieds, les yeux de ton âme verront une Lumière
    éblouissante, comme les miroitements d'innombrables pierres précieuses, comme les
    feux de diamants cristallins, une Lumière si pure et si éclatante que, bien qu'en
    silence des myriades d'anges soient présents alentour, tu ne les verras pas
    complètement parce que cette Lumière les dissimulera comme une poussière d'or ; ton
    âme ne percevra que leurs silhouettes mais pas leurs visages. Alors, au milieu de cette
    éblouissante Lumière, ton âme verra ce que dans cette fraction de seconde elle a vu
    jadis, à ce moment précis de ta création...
    ils verront :
    Celui qui le premier vous a tenus dans Ses Mains,
    les Yeux qui les premiers vous ont vus ;
    ils verront :
    les Mains de Celui Qui vous a formés et vous a bénis...
    ils verront :
    le Plus Tendre Père, votre Créateur,
    tout revêtu d'une redoutable splendeur,
    le Premier et le Dernier,
    Celui qui est, qui était et qui doit venir,
    le Tout-Puissant, l'Alpha et l'Oméga :
    Le Souverain.
    Abasourdie en prenant conscience, tes yeux seront paralysés de crainte en voyant les
    Miens qui seront comme deux Flammes de Feu (Ap 19.12). Alors, ton coeur reverra ses
    péchés et sera saisi de remords. Dans une grande détresse et une grande agonie, tu
    souffriras de ton irrespect de la Loi, réalisant combien tu profanais constamment
    Mon Saint Nom et comme tu Me rejetais Moi ton Père... Frappée de panique, tu
    trembleras et tu frémiras lorsque tu te verras toi-même comme un cadavre en
    putréfaction, dévoré par les vers et par les vautours.
    (Phase 3 :)
    Et si tes jambes te soutiennent encore, Je te montrerai ce que ton âme, Mon Temple et
    Ma Demeure, nourrissait durant toutes les années de ta vie. A ton grand effroi, tu
    verras qu'au lieu de Mon Sacrifice Perpétuel, tu chérissais la Vipère et que tu avais
    érigé cette Désastreuse Abomination dont a parlé le prophète Daniel (Mt 24.15) dans
    le domaine le plus profond de ton âme : le Blasphème, le Blasphème, qui coupe tous les
    liens célestes qui t'attachent à Moi ton Dieu et crée un gouffre entre toi et Moi ton
    Dieu.
    Lorsque viendra ce Jour, les écailles de tes yeux tomberont afin que tu perçoives
    combien tu es nue et comme en toi, tu es un pays de sécheresse... Malheureuse
    créature, ta rébellion et ton déni de la Très-Sainte Trinité ont fait de toi un renégat et
    un persécuteur de Ma Parole.
    Alors, tes lamentations et tes gémissements ne seront entendus que de toi seule. Je te
    le dis : tu te lamenteras et tu pleureras, mais tes lamentations ne seront entendues
    que de tes propres oreilles. Je ne peux que juger comme il M'a été dit de juger et Mon
    jugement sera juste. Comme il en fut au temps de Noé, ainsi en sera-t-il lorsque
    J'ouvrirai les Cieux et que Je vous montrerai l'Arche de l'Alliance. " Car en ces jours
    avant le Déluge, les gens mangeaient, buvaient, prenaient femmes, prenaient maris,
    jusqu'au jour où Noé est monté dans l'arche, et ils ne soupçonnaient rien jusqu'à ce
    que le Déluge vienne tout balayer ; ainsi en sera-t-il également en ce Jour " (Mt 24.38-
    39).
    Et Je vous le dis, si ce temps n'avait pas été abrégé par l'intercession de votre Sainte
    Mère, des saints martyrs et des mares de sang répandu sur la terre, depuis Abel le
    Saint jusqu'au sang de tous Mes prophètes, aucun d'entre-vous n'y survivrait !
    Moi votre Dieu, J'envoie ange après ange annoncer que Mon Temps de Miséricorde
    arrive à sa fin, et que le Temps de Mon Règne sur terre est à portée de main. Je vous
    envoie Mes anges témoigner de Mon Amour " à tout ce qui vit sur terre, à chaque
    nation, à chaque race, à chaque langue et à chaque tribu " (Ap 14.6). Je vous les
    envoie comme apôtres des derniers temps pour annoncer que " le Royaume du monde
    deviendra comme Mon Royaume d'en-Haut et que Mon Esprit régnera pour toujours
    et à jamais " (Ap 11.15) parmi vous.
    Dans ce désert, Je vous envoie Mes serviteurs les prophètes crier que vous devriez
    " Me craindre et Me louer
    parce que le Temps est venu pour Moi
    de siéger en jugement ! "
    (Ap 14.7).
    Mon Royaume viendra soudainement sur vous, c'est pourquoi vous devez avoir
    constance et foi jusqu'à la fin.
    Mon enfant,
    prie pour le pécheur
    qui est inconscient de son délabrement ;
    prie pour demander au Père de pardonner
    les crimes que le monde commet sans cesse ;
    prie pour la conversion des âmes ;
    prie pour la Paix.
    I C Q U S
    1. C'est-à-dire : ô génération !
    2. C'est-à-dire : nous, qui sommes les " cités " de Dieu.
    3. La Fin des Temps n'est PAS la fin du monde ; c'est la fin d'une époque.
    Second événement : le Miracle
    Dans un délai de douze mois après l’avertissement, viendra le Miracle. Il aura lieu
    au bosquet de pins surplombant le village. Il sera visible au village mais aussi de
    toutes les montagnes environnantes. Il se produira un jeudi soir à 20h30. Ce sera
    la fête d'un martyr de l'Eucharistie et coïncidera avec un événement dans l'Église.
    Tous ceux qui seront présents recevront une grâce : les incroyants croiront, les
    pécheurs seront convertis, les malades guéris. A la suite du Miracle, la Russie sera
    convertie (Déjà le sujet des apparitions à Fatima). Après le Miracle, un signe
    surnaturel persistera, permanent et visible par tous. Nous pourrons le
    photographier, le téléviser mais pas le toucher. Il sera indestructible et restera
    jusqu’à la fin des temps.
    Troisième événement : le châtiment
    Le châtiment était annoncé par la Sainte Vierge comme conditionnel : il ne se
    produira que si le monde ne change pas après les deux autres signes. Le châtiment
    sera envoyé par Dieu. Force est de constater que la situation ne s'est pas
    améliorée mais s'est plutôt considérablement agravée. Rien ne pourra être
    retranché désormais, cependant la colère de Dieu peut être adoucie par la prière
    comme nous en avons maints exemples dans les Ecritures.
    Les grandes figures des événements
    de San Sebastian de Garabandal
    Le Père Luis Maria Andreu Rodamilans est né à Bilbao, en Espagne, en 1925. Il
    revint à Garabandal pour la troisième fois le 8 août 1961, afin d’observer à
    nouveau les extases. Ce jour là, la Curé Don Valentin qui devait s’absenter pour la
    journée, lui confia les clefs de l’église où le jésuite dit sa messe. Ce fut la dernière
    de sa vie.
    Au sortir de ce mardi, et pour la troisième fois, les voyantes tombèrent en extase
    dans l'église. Lorsqu’elle en sortirent, commença alors une longue marche
    extatique que le Père Luis suivit du début à la fin jusqu’aux Pins. Arrivé là, le
    prêtre prononça soudain par quatre fois le mot « Miracle ! » le regard fixé au ciel,
    il lui était donné de voir la Vierge du Carmel, mais aussi, et par anticipation, le
    futur Miracle qui doit avoir lieu à Garabandal.
    Chose unique, nous savons que le Père jésuite avait pénétré dans le champ de
    vision des voyantes. Celle-ci le décrivirent en quelques mots : « il était à genoux,
    la sueur perlait de son front, la Vierge le regardait. On avait l’impression qu’Elle
    lui disait : « Dans peu de temps tu seras près de moi »
    L’extase terminée, le Padre Luis descendit en jeep jusqu’à Cosio pour y attendre
    l’arrivée des amis avec lesquels il était venu et qui avaient préféré faire à pied le
    chemin du retour. Il était environ une heure du matin. Le Père somnolait dans la
    voiture lorsqu’il fut rejoint par Don Valentin qui rentrait au village. Aussitôt Luis
    parla : « Don Valentin, ce que racontent les enfants est vrai. Mais je vous demande de
    ne pas répéter ce que je viens de vous dire. Car l’Église ne sera jamais assez prudente
    dans ce genre de choses. »
    Vers quatre heures du matin, tandis qu’ils roulaient sur la route de Reinosa, Luis
    s'adressa à ses amis : « Je suis plein de joie ! Quelle faveur m’a faite la Vierge ! Quelle
    chance nous avons d’avoir une telle Mère au Ciel ! Il ne faut pas avoir peur du
    surnaturel. Les enfants nous ont appris la manière de nous adresser à la Vierge. Pour
    moi, il ne peut y avoir de doute ! Pourquoi la Vierge nous a-t-elle choisis, nous ? C’est
    aujourd’hui le jour le plus heureux de ma vie ! » Puis il se tut. Il y eut un soupir. La
    tête du Père Luis retomba. Il était Mort à l'âge de 36 ans.
    Le Privilège Sabbatin (délivrance du purgatoire le samedi suivant la mort pour
    qui porte le scapulaire ou la médaille-scapulaire et honore avec constance la Très
    Sainte Vierge) s'illustra de façon remarquable le 12 août suivant à Garabandal. La
    Sainte Vierge confirma aux voyantes que le Père Luis Andreu était maintenant au
    Ciel : il portait la médaille-scapulaire. Le 12 août 1961 fut bien le samedi suivant
    sa mort.
    Le 16 août 1961, les enfants eurent la première des douze conversations avec le
    défunt Padre Luis. Les voyantes relatèrent à son frère Ramon Andreu le détail des
    funérailles qui eurent lieu à Oña auxquelles elle n’avaient, évidemment, pas
    assistées. Elles firent notamment remarquer un changement dans le rituel
    funéraire où le Père Luis avait entre les mains un crucifix à la place du calice
    habituel, fait qui fut confirmé par Ramon. Au gré des conversations, le Padre Luis
    enseigna aux enfants quelques rudiments de langues étrangères, ainsi elles
    récitèrent l’Ave Maria en grec. Le 11 octobre 1961, dans une autre conversation,
    Conchita apprend que les Églises se réuniront et prophétise ainsi l’Unité parfaite
    des chrétiens.
    Conchita eu une locution le 18 juillet 1964 dans laquelle la Sainte Vierge lui
    révéla que le jour suivant le miracle, le corps du Père Andreu sera retiré de sa
    tombe et sera trouvé incorrompu. Ce qui est surprenant c'est que les restes du
    Père Luis Andreu furent transféré en 1975 du cimetière de Oña dans une petite
    niche de l'ossuaire du cimetière jésuite de Loyola. À ce jour, il reste donc peu de
    choses du corps du Père Andreu et sera un fait unique dans toute l'histoire de
    l'Église et de l'humanité que de la « recomposition » totale d'un corps par mode
    surnaturel divin. Il s'agirait bien du seul cas de « processus nécrotique inversé
    total ». Nous ne dénombrons aujourd'hui que quelques cas de « processus
    nécrotiques inversés », mais très partiels. Ceci est un point supplémentaire qui
    nous fait dire que l'événement Garabandal est unique. Beaucoup d'autres
    prodiges ont été observés pour lesquels on ne trouve pas d'explication.
    Le Padre Pio (1887 - 1968) canonisé le 16 juin 2002 - grand mystique du XXème
    siècle - est le premier prêtre qui ayant reçu les stigmates du Christ, les porta
    pendant cinquante ans. Il avait compris qu'il devait combler l'espace entre Dieu
    et les hommes. Il mit en oeuvre son programme selon trois directions : la
    direction des âmes, la confession sacramentelle et la célébration de la messe. On
    se pressait littéralement à son confessionnal à tel point que fut instauré un
    système de numéros.
    Entré chez les capucins de Morcone en 1903 et ordonné prêtre en 1910, il fut
    décidé par les capucins de la construction d'une autre église plus vaste en 1954
    tant l'affluence à ses offices fut prodigieuse. Les lettres arrivaient par milliers
    chaque jour avec des centaines de télégrammes. Il possédait une surabondance de
    charismes : visions, don de guérison, de bilocation et de prophétie, discernement
    des esprits. Il défendit avec fermeté l'authenticité des apparitions à San
    Sebastian de Garabandal et demeure irrévocablement impliqué dans ces faits.
    Le samedi 3 mars 1962, Conchita reçoit une lettre à l’attention des quatre
    voyantes, elle vient du Padre Pio comme le confirmera la Sainte Vierge dans une
    apparition du même jour.
    « Chères enfants, ce matin à neuf heures, la Sainte Vierge m’a demandé de
    vous dire : Ô petites filles bénies de Saint Sebastien de Garabandal ! Je
    vous promets que je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles, et vous serez
    avec moi jusqu’à la fin du monde. Puis, vous serez réunies avec moi dans la
    gloire du Paradis ».
    Après la transmission de ce message, le Padre Pio ajoutait « Je vous envoie une
    copie du chapelet de Fatima que la vierge m’a demandé de vous envoyer. Ce chapelet a
    été dicté par la Sainte Vierge et doit être propagé pour le salut des pécheurs et pour la
    préservation de l’humanité des pires châtiments dont le Bon Dieu nous menace. Je ne
    vous donne qu’un conseil : Priez et faites prier, car le monde est au bord de la
    perdition. On ne vous croit pas ; on ne croit pas à vos conversation avec la Vierge…
    On croira quand il sera bien, bien tard »
    Nous ne savons pas quand le célèbre capucin eu connaissance des événements de
    Garabandal, il exprima cependant des reproches au début des années 1962 à un
    groupe de pèlerins espagnols qui l’interrogeait sur l’authenticité des
    apparitions : « Combien d'apparitions vous faut-il donc, alors qu’elles ont lieu
    depuis déjà huit mois ? »
    Le 28 octobre 1964 le Supérieur du Padre Pio adresse à Conchita une lettre en
    espagnol de la part du capucin :
    « Paix et Salut, Le Père Pio prie avec (son) coeur pour vos intentions et vous exhorte à
    prier, en ayant confiance en la Divine Miséricorde afin d’acquérir la patience (pour
    supporter) toutes les épreuves et les adversités de la vie, et aussi les biens et les
    grâces spirituelles pour la sanctification de votre âme. Le Père Pio vous assure de son
    souvenir constant dans sa prière et vous envoie sa paternelle bénédiction. P.
    Supérieur »
    C’est au moins la troisième dépêche du Padre Pio adressé aux voyantes les
    encourageant à la sainteté. Par cette lettre, le Padre Pio apporte encore une
    irrécusable confirmation de l’authenticité surnaturelle de Garabandal.
    En janvier 1966, Conchita se rend a Rome sur l’ordre du Cardinal Alfredo
    Ottaviani. Elle fut entendue par le Cardinal mais aussi reçue par le Pape Paul VI.
    Profitant d’un délai de 24 heures avant son rendez-vous avec le Cardinal
    Ottaviani, Conchita et ses compagnons de voyage, se rend à San Giovani Rotondo.
    Elle y rencontre un ami : le Padre Pio. Pourtant le Père Pio, en ce jour, est
    souffrant et repousse les demandes d’entretiens. Mais sachant que « Conchita de
    Garabandal » est ici, il l’accueille chaleureusement et ne cesse de la bénir tout au
    long de l’entretien et l’assure de ses prières. Conchita lui demande de bénir son
    crucifix, ce que fit le capucin en le posant sur le stigmate de sa main gauche
    recouvrant le crucifix de la main de Conchita.
    Le Padre Pio meurt le 23 septembre 1968, Conchita reste fort perplexe sur la
    prophétie de la Sainte Vierge qui lui avait dit que le Père verrait le miracle. Or
    voici qu’en octobre suivant, elle reçoit un télégramme de Lourdes, envoyé par une
    dame de ses relations qui la presse de venir pour lui remettre une lettre de la part
    du Padre Pio.
    Ce billet, daté du 22 août 1968 et signé du Père Supérieur s’adresse cette fois à
    Conchita seule :
    « Pour Conchita, Père Pio à dit : Je prie la Sainte Vierge de la réconforter et de la
    guider vers la sainteté. Je la bénis de tout mon coeur. »
    Parmi les émissaires du célèbre capucin pour porter ce message se trouvait le Père
    franciscain Bernardino Cennamo. Il fut présent le 18 juin 1965 à Garabandal et
    ne cacha pas à Conchita qu’il avait d’abord douté jusqu’à ce que le Padre Pio lui
    demande d’offrir à Conchita le petit voile de tulle dont on recouvrirait son visage
    au moment de sa mort. C'est donc d’une très exceptionnelle relique qu’hérita
    Conchita à Lourdes, apprenant également du Père Bernardino que le Padre avait
    bien vu le Miracle avant sa mort. « Il me l’a dit lui-même ! » insista le franciscain.
    Marthe Robin (1902 - 1981) sixième enfant d'une famille d'agriculteurs de la
    Drôme (France), Marthe a 23 ans lorsqu'elle écrit de sa main sa Consécration
    totale de Victime d'Amour...Son nom, comme celui du Padre Pio, brille
    aujourd'hui au firmament de l'Église.
    A l'origne de la Fondation des Foyers de Charité, Marthe fut choisie par le
    Seigneur pour vivre sa Passion « le plus totalement depuis ma mère », lui
    révéla Jésus, « personne ne la vivra aussi totalement après toi dans
    l'Église ».
    En novembre 1918, une encéphalite la laisse dans le coma pendant 27 mois. 1922,
    Marthe Robin se sent appelée, elle à 20 ans. Comme tous les grands mystiques,
    elle offre sa vie « pour la conversion des pécheurs et la sanctification des âmes ».
    En 1925, elle découvre sa vocation particulière à la souffrance qu'elle offrira
    toute entière au Seigneur. Désormais, la vie et la souffrance ne feront plus qu'un
    en Marthe, elle se consacre à Dieu par un « acte d'abandon à l'amour et à la
    volonté de Dieu » : « Seigneur mon Dieu, vous avez tout demandé à votre petite
    servante ; prenez donc et recevez tout. En ce jour, je me remets à vous sans réserve et
    sans retour ».
    En 1926, rechute de sa maladie, ses jambes sont paralysées, elle mange à peine et
    reste alitée. En 1929 ses bras se paralysent à leur tour, elle cesse ses travaux de
    couture et de broderie que l'on dit d'une excellente qualité.
    En 1930, elle entre au tiers ordre franciscain où elle devient une « vierge
    consacrée » en août. Fin septembre, Jésus lui apparaît et elle reçoit les stigmates.
    Elle commence à vivre la passion du Christ chaque jour et plus intensément, le
    vendredi.
    Sa maladie évolue jusqu'à la paralysie totale des quatre membres et la perte de la
    vue en 1940 : Marthe Robin restera pendant plus de cinquante ans alitée, sans
    dormir, sans boire et ne se nourrissant que de pain eucharistique.
    En 1936, elle invite « de la part de Dieu » le père Finet, sous-directeur de
    l'Enseignement Catholique de Lyon, à fonder un « foyer de charité, de Lumière et
    d'Amour » pour accueillir des retraites spirituelles. Ce sera le premier des 75
    établissements qui, depuis, ont vu le jour à travers le monde dans plus de 40 pays.
    Jusqu'à sa mort, le 6 février 1981, Marthe vivra dans sa chambre de la ferme, à
    Châteauneuf-de-Galaure, où elle recevra des milliers de visiteurs. Les lieux sont
    toujours ouverts au public.
    Le dossier de Marthe a été déposé à la Congrégation de la Cause des Saints à
    Rome. Il suit son cours...
    Sainte Thérèse de Lisieux lui est apparue pour lui demander de continuer sa
    tâche. Marthe Robin est peut être la femme qui aura eu le plus d'influence sur ce
    siècle tout en restant le plus humblement cachée.
    Elle est la première à avoir annoncé la grande Pentecôte d'Amour que le Seigneur
    veut répandre sur son Église. Elle annonce les Apôtres des derniers temps. Sa
    spiritualité sacerdotale lui donne une attention particulière aux prêtres et à leur
    mission. Elle offre ses souffrances pour eux, et sa fécondité spirituelle s'est
    toujours appuyée sur la grâce sacerdotale du Père Finet. Combien de prêtres
    doivent leur vocation à Marthe ?
    Des milliers de personnes sont venues rencontrer Marthe dans sa petite maison
    de Châteauneuf-de-Galaure. C'est ainsi qu'elle a pu conseiller tous les fondateurs
    de communautés nouvelles : Ephraïm pour les Béatitudes, le Père Marie-
    Dominique Philippe pour la communauté Saint Jean... Et d'autres personnalités
    comme le Père Daniel Ange, Jean Guitton, Monseigneur Chabert, Marcel
    Clément... Elle a ainsi porté dans la prière et la souffrance le sacerdoce de
    nombreux prêtres.
    Sont venus à elle aussi, quelques-uns des prêtres liés aux événements de
    Garabandal. Elle s'intéressait beaucoup à la diffusion du message de Garabandal,
    elle priait pour les « quatre petites » chaque jour. Elle fit l'étonnement de Mgr J.
    Bretault (fondateur du diocèse de Koudougou - Burkina Faso - et son premier
    évêque de 1954 à 1965) à propos de toute l'information qu'elle possédait sur les
    difficultés de la diffusion du message en France.
    Joey Lomangino naît le 27 juin 1931, du côté de Brooklyn, de parents italoaméricains.
    En 1947 il surveille le gonflage d’un pneu qui lui éclate au visage.
    Ayant reçu la jante en pleine face, Joey sombre dans le coma, les os du fronts sont
    écrasé, les nerfs optiques et olfactifs sont atteints. Il reste trois semaines dans le
    coma et se réveille le jour de la fête de Notre-Dame du Carmel, le 16 juillet 1947.
    Il se rend en Italie en 1961 et rencontre pour la prière fois le Padre Pio, au
    monastère de San Giovanni Rotondo. Sans jamais l’avoir vu, le célèbre capucin
    accueille l’américain par ces mots : « Ah, Joey, comme je suis content de te voir ! ».
    Joey retourne en février 1963 chez le Padre Pio qui le confesse et lui rend
    miraculeusement l’usage de son sens olfactif, pourtant le nerf reste toujours
    sectionné. Joey retrouve sa foi chrétienne, le Padre Pio l’encourage alors à se
    rendre à San Sebastian de Garabandal après lui avoir certifié : « Oui, c’est vrai, la
    Vierge apparaît à Garabandal ! »
    C’est à la suite de son accident que Joey se tourne vers Dieu. Il reçu une première
    réponse : une voix qui le réveilla dans son sommeil, lui disant qu’il recouvrirait la
    vue à condition d’accomplir au préalable un cheminement spirituel dont la teneur
    lui était au demeurant précisée.
    Joey fut visité une seconde fois en 1949 au travers d’un rêve : il se voyait debout
    dans une vaste et luxuriante prairie, au milieu de laquelle se trouvait un bosquet
    isolé d’arbres très verts. Il s’agissait des fameux pins de Garabandal qui n’étaient
    encore que des arbustes à l’époque.
    En plus des 2000 conférences que Joey donna sur le sujet de Garabandal, il fonda,
    dans les 1970, la revue « Garabandal Magazine » diffusée dans le monde entier. Il
    crée à la même époque « The Workers of Our Lady of Mount Carmel » association
    caritative pour la diffusion du message.
    Le 19 mars 1964, Conchita apprend de la Sainte Vierge pour Joey « le jour où le
    Miracle sera fait pour le monde, il verra a nouveau de ses yeux. La première chose
    qu’il verra sera le Miracle que mon Fils fera par mon intercession, et à partir de ce
    moment-là, il verra pour toujours ».
    Ces événements sont proches : les opposants et les incrédules seront bientôt
    fixés. Prions pour eux mais aussi pour ceux qui, malgré cette révélation
    extraordinaire, resterons éloignés de Notre si Bon Père. Prions dans l'esprit de
    réparation, de demande de pardon et de sacrifice pour Garabandal ET
    EXÉCUTONS les demandes de Notre Sainte Mère. Engageons-nous dans le
    témoignage, engageons-nous dans LA VRAIE VIE EN DIEU.
    Site source : AIDEZApparitions à GARABANDAL
    Le 18 juin 1961, il est 20h30 à San Sebastian de Garabandal, quatre fillettes
    jouent en bas du chemin qui mène au bois de pins. Dans un roulement de tonnerre
    un Ange lumineux apparaît, d'abord à Conchita, et aussitôt après à Mari-Loli,
    Jacinta et Mari-Cruz. L'Ange ne dit rien et disparaît. Il reviendra une dizaine de
    fois jusqu'au 1er juillet où il s'adresse aux enfants : « Savez-vous pourquoi je suis
    venu ? C'est pour vous annoncer que demain dimanche, la Vierge Marie vous
    apparaîtra sous le vocable de Notre Dame du Carmel ». L'Ange révélera par la
    suite qu'il est l'Archange Saint Michel. Certaines des informations de cette page
    sont tirées des excellents sites The Workers of Our Lady - Canada (Cliquer sur le
    drapeau Français à côté de « translations ») et l'association Saint Christophe où
    vous trouverez à apaiser votre soif.
    Les événements de Garabandal sont uniques au sens de l'Église mais aussi dans
    l'échéance à échelle humaine qui y est délivrée. Il est absolument certain que des
    manifestations divines y auront lieu prochainement. Des événements sans aucun
    précédent, d'une ampleur mondiale, visibles par toutes et tous.
    Nous sommes parfaitement conscients que les apparitions de San Sebastian de
    Garabandal ne sont pas reconnues par les autorités religieuses et qu'elles ont
    même fait l'objet d'interdictions sévères allant jusqu'à fermer l'église de
    Garabandal et y interdire tout culte pendant la période qui à succédée aux
    apparitions. Malgré cette fermeture, les enfants ont continué de vivre leurs
    révélations devant les portes fermées de l'église.
    Garabandal est aussi unique sur ses témoins actuels qui continuent de diffuser le
    message au travers des interdictions, des moqueries, du dénigrement et de la
    persécution. Il semblerait qu'à l'heure actuelle soit à nouveau réexaminé le
    dossier de Garabandal après deux condamnations très sévères de la part des
    autorités religieuses locales. Toutefois, la célébration du culte y a été rétablie de
    nos jours et est autorisée sous les deux rites selon Paul VI et Saint Pie V.
    Un événement annoncé à notre échelle
    Bon nombre de messages dans le monde annoncent des événements, la fin des
    temps (à ne pas confondre avec la fin du monde, mais à comprendre comme un temps
    révolu, terminé, pour laisser place à un nouveau). Au grand regret de l'Homme qui
    raisonne dans un espace et un temps limité, les messages ne donnent pas de date
    et l'Homme s'impatiente car il lui faut un repère. Sans repère, peu sont capables
    de maintenir un état, une prophétie car il semble à beaucoup que lorsque l'attente
    s'éternise (pourtant à l'échelle d'une vie !) cela n'arrivera jamais et qu'en fait ce
    qui a été annoncé est une tromperie. Or Dieu ne ment jamais, c'est bien l'Homme
    qui veut interpréter cette non-réalisation de cette façon.
    Dans le cas de Garabandal, nous avons trois événements prophétiques qui sont
    présentés ci-dessous : un avertissement, un Miracle, un châtiment.
    L'avertissement et le Miracle se produiront en toute certitude. Le châtiment était
    annoncé par la Sainte Vierge comme conditionnel au changement de vie de
    l'Homme, Cependant force est de constater que rien n'a changé mais que la
    situation s'est considérablement agravée. Désormais rien ne pourra être
    retranché, mais le châtiment peut être adouci par la prière. Conchita connaît la
    date du grand Miracle qui aura lieu un jeudi à 20h30. La Très Sainte Vierge lui a
    demandé de ne pas révéler l'année, seulement huit jours avant le Miracle.
    Un jeudi à minuit de l'année non dévoilée, Conchita téléphonera à Joey
    Lomangino, soit le jeudi précédent le Miracle. Joey est chargé de diffuser
    l'information à tous les médias, il atteindra le respectable âge de 80 ans le 27 juin
    2011. Cet événement est donc bien de notre génération et quantité d'autres
    messages et d'apparitions de la Très Sainte Vierge dans le monde entier nous font
    penser que nous convergeons, en cette génération, vers la fin des temps.
    Bon nombre de guérisons miraculeuses ont eu lieu à Garabandal. Bon nombre de
    guérisons ont encore lieu à l'heure actuelle de maladies désespérément incurables
    non seulement à Garabandal, à la suite d'un pèlerinage mais aussi dans de
    nombreux endroits du monde, par l'action conjointe de la prière et de
    l'application de la médaille miraculeuse de Garabandal.
    Garabandal fut le siège de nombreuses manifestations, une des plus spectaculaire
    fut sans nul doute le Milagrucu (le petit Miracle) :
    Annoncé le 3 juillet 1962 par la Sainte Vierge, il aura lieu le 18 juillet suivant et
    consistera en une communion visible donnée par l’Ange à la voyante. « On verra
    l’hostie que me donne l’Ange, apparaître sur ma langue. » Ce Miracle eu lieu dans
    la nuit du 18 au 19 juillet 1962, la foule s'exclama lors de l’apparition de l’hostie
    comme un éclair, elle resta visible environ deux minutes. Conchita venait de
    communier de la main de l'Archange Saint Michel, il était 2 heures moins 20.
    Conchita recevra bien d'autres communions de la main de l'Archange à la suite de
    celle-ci, il subsiste bon nombre de documents photographiques et
    cinématographiques de cette communion.
    Trois événements ont été annoncés aux voyantes parmi presque 2000 apparitions
    qui constituent le mystère de Garabandal
    Premier événement : L’aviso
    Difficilement traduisible de l’espagnol au français qui donne : un avis pour nous
    rendre avisés. L’année de cet avertissement est connue de Mari-Loli qui lui a été
    révélée par la Sainte Vierge. Mari-Loli n’a pas reçu la demande de ne pas la
    divulguer ; cependant elle s'interdit à la dévoiler en union avec Conchita.
    L’avertissement viendra directement de Dieu et nous sera envoyé pour nous
    purifier en vue du Miracle. Il sera visible dans le monde entier pour les croyants
    et non-croyants de toutes religions, quel que soit l’endroit où l’on se trouve (chez
    soi, en voiture, en avion… endormi ou éveillé). Il sera vécu par tous, même les
    enfants. Ce sera comme une révélation de nos péchés et nous subirons une grande
    épreuve qui nous fera regretter de n’être pas mort plutôt que de le vivre.
    Cependant, il n'y a pas de danger de mort en cela, ceci n'étant que pour nous
    révéler à nous-mêmes nos fautes. Ce fait surnaturel sera inexplicable par la
    science et sera un face à face de notre conscience avec Dieu, nous révélant péchés
    et conséquences mais aussi tout le bien que nous n’avons pas fait. Il sera vécu au
    même moment par tous mais nous le ressentirons tous différemment puisque nos
    péchés sont différents.
    Conchita sait aussi en quoi il consiste réellement. Elle a fait ce commentaire en
    1977 :
    « Ce dont je me souviens à l'heure qu'il est, c'est que la Vierge m'a dit qu'avant le
    Miracle, Dieu enverra un Avertissement pour nous purifier ou nous préparer à voir le
    Miracle, et de cette façon nous pourrons nous attirer assez de grâce pour changer nos
    vies face à Dieu. Elle m'a dit en quoi consistera l'Avertissement, mais pas sa date. Je
    ne suis pas en mesure de dire en quoi il consistera, mais je peux dire à quoi il
    ressemblera plus ou moins. C'est un phénomène qui sera vu et senti partout dans le
    monde entier ; j'ai toujours donné comme exemple (comparatif) deux étoiles qui
    s'entrechoquent. Ce phénomène ne causera pas de dommage physique, mais il nous
    remplira d'horreur car à ce moment précis, nous verrons nos âmes et les maux dont
    nous sommes responsables. Ce sera comme si nous étions à l'agonie, mais nous ne
    mourrons pas à cause de lui, sinon peut-être de peur ou de choc à voir nos péchés. »
    Voici révélé par Notre Seigneur à Vassula en quoi consistera cet avertissement.
    Comme vous pourrez le lire, cela n’a rien d’une partie de plaisir et personne ne
    pourra passer au travers. Nous vous rappelons également qu’il est très important
    de lire l’oeuvre de La Vraie Vie en Dieu, de la lire dans l’ordre chronologique
    comme nous suivons une succession de classes scolaires. Sans respecter cet ordre,
    vous ne pourrez rien apprendre ni rien découvrir pour vous rapprocher de Dieu et
    vivre un Vraie Vie en Lui.
    Message du 15 septembre 1991 – Cahier 54 :
    - Appuie-toi sur Moi. Bénie de Mon Ame, Je te donne Ma Paix. Ecris : O Jérusalem ! 1
    Tourne tes yeux à l'est et à l'ouest, tourne tes yeux au nord et au sud et Je Suis là ! Je
    te dis en vérité que Mon Esprit une fois de plus sera déversé sur toi et Mon Image sera
    répandue d'un bout à l'autre de la face du monde. Ce que J'ai projeté arrivera et ce que
    Je t'ai dit va s'accomplir. Viens près de Moi et écoute attentivement : Je viens
    aujourd'hui jusqu'au seuil de ta porte, portant la bannière de la Paix. Je viens te
    sauver, Jérusalem. Il y est écrit : Fidèle et Véridique (Ap 19.11), Roi des rois et
    Seigneur des seigneurs (Ap 19.16).
    Entendrai-Je maintenant de toi, Jérusalem : " Mon Roi, c'est Toi que je dois adorer ",
    ou vas-tu continuer à ignorer Celui Qui t'offre Sa Paix maintenant ?... Vas-tu
    reconnaître, en ces derniers jours avant le Jour de Rétribution, Mon Saint Esprit qui
    est descendu d'en-Haut dans toute Sa Gloire pour tenir maison avec toi ?
    Durant ta vie entière, génération, tu t'es moquée de Ma Loi et tu t'en es détournée, te
    rebellant. Vas-tu enfin te mettre à te préparer pour Me rencontrer, Moi ton Dieu ? Je
    M'apprête à traverser bientôt ta Cité2 ! et ce sera plus tôt que tu le penses ! Ce seront
    Mes derniers avertissements ; Je te dis solennellement :
    réveille-toi de ton profond sommeil !
    tu te diriges vers ta ruine ;
    secoue la poussière qui te couvre
    et ressuscite des morts ;
    La Fin des Temps3
    est plus proche que tu le penses.
    (Phase 1 :)
    Bientôt, très bientôt, J'ouvrirai soudainement Mon Sanctuaire dans le Ciel et là, de
    tes yeux dévoilés, tu percevras comme une révélation secrète : des myriades d'Anges,
    de Trônes, de Dominations, de Principautés, de Puissances, tous prosternés autour de
    l'Arche de l'Alliance.
    Puis, un Souffle effleurera ton visage, et les Puissances du Ciel trembleront, les
    éclairs de la foudre seront suivis du fracas du tonnerre. " Soudainement viendra sur
    toi un temps de grande détresse, sans précédent depuis le jour où les nations ont
    connu l'existence " (Dn 12.1) ; car Je vais permettre à ton âme de percevoir tous les
    événements de ton existence : Je les dévoilerai l'un après l'autre. A la grande
    consternation de ton âme, tu réaliseras combien tes péchés ont fait couler de sang
    innocent d'âmes-victimes. Alors, Je ferai voir et prendre conscience à ton âme
    combien tu n'as jamais suivi Ma Loi. Comme un parchemin qui se déroule, J'ouvrirai
    l'Arche de l'Alliance et Je te rendrai consciente de ton irrespect envers la Loi.
    (Phase 2 :)
    Si tu es encore en vie et debout sur tes pieds, les yeux de ton âme verront une Lumière
    éblouissante, comme les miroitements d'innombrables pierres précieuses, comme les
    feux de diamants cristallins, une Lumière si pure et si éclatante que, bien qu'en
    silence des myriades d'anges soient présents alentour, tu ne les verras pas
    complètement parce que cette Lumière les dissimulera comme une poussière d'or ; ton
    âme ne percevra que leurs silhouettes mais pas leurs visages. Alors, au milieu de cette
    éblouissante Lumière, ton âme verra ce que dans cette fraction de seconde elle a vu
    jadis, à ce moment précis de ta création...
    ils verront :
    Celui qui le premier vous a tenus dans Ses Mains,
    les Yeux qui les premiers vous ont vus ;
    ils verront :
    les Mains de Celui Qui vous a formés et vous a bénis...
    ils verront :
    le Plus Tendre Père, votre Créateur,
    tout revêtu d'une redoutable splendeur,
    le Premier et le Dernier,
    Celui qui est, qui était et qui doit venir,
    le Tout-Puissant, l'Alpha et l'Oméga :
    Le Souverain.
    Abasourdie en prenant conscience, tes yeux seront paralysés de crainte en voyant les
    Miens qui seront comme deux Flammes de Feu (Ap 19.12). Alors, ton coeur reverra ses
    péchés et sera saisi de remords. Dans une grande détresse et une grande agonie, tu
    souffriras de ton irrespect de la Loi, réalisant combien tu profanais constamment
    Mon Saint Nom et comme tu Me rejetais Moi ton Père... Frappée de panique, tu
    trembleras et tu frémiras lorsque tu te verras toi-même comme un cadavre en
    putréfaction, dévoré par les vers et par les vautours.
    (Phase 3 :)
    Et si tes jambes te soutiennent encore, Je te montrerai ce que ton âme, Mon Temple et
    Ma Demeure, nourrissait durant toutes les années de ta vie. A ton grand effroi, tu
    verras qu'au lieu de Mon Sacrifice Perpétuel, tu chérissais la Vipère et que tu avais
    érigé cette Désastreuse Abomination dont a parlé le prophète Daniel (Mt 24.15) dans
    le domaine le plus profond de ton âme : le Blasphème, le Blasphème, qui coupe tous les
    liens célestes qui t'attachent à Moi ton Dieu et crée un gouffre entre toi et Moi ton
    Dieu.
    Lorsque viendra ce Jour, les écailles de tes yeux tomberont afin que tu perçoives
    combien tu es nue et comme en toi, tu es un pays de sécheresse... Malheureuse
    créature, ta rébellion et ton déni de la Très-Sainte Trinité ont fait de toi un renégat et
    un persécuteur de Ma Parole.
    Alors, tes lamentations et tes gémissements ne seront entendus que de toi seule. Je te
    le dis : tu te lamenteras et tu pleureras, mais tes lamentations ne seront entendues
    que de tes propres oreilles. Je ne peux que juger comme il M'a été dit de juger et Mon
    jugement sera juste. Comme il en fut au temps de Noé, ainsi en sera-t-il lorsque
    J'ouvrirai les Cieux et que Je vous montrerai l'Arche de l'Alliance. " Car en ces jours
    avant le Déluge, les gens mangeaient, buvaient, prenaient femmes, prenaient maris,
    jusqu'au jour où Noé est monté dans l'arche, et ils ne soupçonnaient rien jusqu'à ce
    que le Déluge vienne tout balayer ; ainsi en sera-t-il également en ce Jour " (Mt 24.38-
    39).
    Et Je vous le dis, si ce temps n'avait pas été abrégé par l'intercession de votre Sainte
    Mère, des saints martyrs et des mares de sang répandu sur la terre, depuis Abel le
    Saint jusqu'au sang de tous Mes prophètes, aucun d'entre-vous n'y survivrait !
    Moi votre Dieu, J'envoie ange après ange annoncer que Mon Temps de Miséricorde
    arrive à sa fin, et que le Temps de Mon Règne sur terre est à portée de main. Je vous
    envoie Mes anges témoigner de Mon Amour " à tout ce qui vit sur terre, à chaque
    nation, à chaque race, à chaque langue et à chaque tribu " (Ap 14.6). Je vous les
    envoie comme apôtres des derniers temps pour annoncer que " le Royaume du monde
    deviendra comme Mon Royaume d'en-Haut et que Mon Esprit régnera pour toujours
    et à jamais " (Ap 11.15) parmi vous.
    Dans ce désert, Je vous envoie Mes serviteurs les prophètes crier que vous devriez
    " Me craindre et Me louer
    parce que le Temps est venu pour Moi
    de siéger en jugement ! "
    (Ap 14.7).
    Mon Royaume viendra soudainement sur vous, c'est pourquoi vous devez avoir
    constance et foi jusqu'à la fin.
    Mon enfant,
    prie pour le pécheur
    qui est inconscient de son délabrement ;
    prie pour demander au Père de pardonner
    les crimes que le monde commet sans cesse ;
    prie pour la conversion des âmes ;
    prie pour la Paix.
    I C Q U S
    1. C'est-à-dire : ô génération !
    2. C'est-à-dire : nous, qui sommes les " cités " de Dieu.
    3. La Fin des Temps n'est PAS la fin du monde ; c'est la fin d'une époque.
    Second événement : le Miracle
    Dans un délai de douze mois après l’avertissement, viendra le Miracle. Il aura lieu
    au bosquet de pins surplombant le village. Il sera visible au village mais aussi de
    toutes les montagnes environnantes. Il se produira un jeudi soir à 20h30. Ce sera
    la fête d'un martyr de l'Eucharistie et coïncidera avec un événement dans l'Église.
    Tous ceux qui seront présents recevront une grâce : les incroyants croiront, les
    pécheurs seront convertis, les malades guéris. A la suite du Miracle, la Russie sera
    convertie (Déjà le sujet des apparitions à Fatima). Après le Miracle, un signe
    surnaturel persistera, permanent et visible par tous. Nous pourrons le
    photographier, le téléviser mais pas le toucher. Il sera indestructible et restera
    jusqu’à la fin des temps.
    Troisième événement : le châtiment
    Le châtiment était annoncé par la Sainte Vierge comme conditionnel : il ne se
    produira que si le monde ne change pas après les deux autres signes. Le châtiment
    sera envoyé par Dieu. Force est de constater que la situation ne s'est pas
    améliorée mais s'est plutôt considérablement agravée. Rien ne pourra être
    retranché désormais, cependant la colère de Dieu peut être adoucie par la prière
    comme nous en avons maints exemples dans les Ecritures.
    Les grandes figures des événements
    de San Sebastian de Garabandal
    Le Père Luis Maria Andreu Rodamilans est né à Bilbao, en Espagne, en 1925. Il
    revint à Garabandal pour la troisième fois le 8 août 1961, afin d’observer à
    nouveau les extases. Ce jour là, la Curé Don Valentin qui devait s’absenter pour la
    journée, lui confia les clefs de l’église où le jésuite dit sa messe. Ce fut la dernière
    de sa vie.
    Au sortir de ce mardi, et pour la troisième fois, les voyantes tombèrent en extase
    dans l'église. Lorsqu’elle en sortirent, commença alors une longue marche
    extatique que le Père Luis suivit du début à la fin jusqu’aux Pins. Arrivé là, le
    prêtre prononça soudain par quatre fois le mot « Miracle ! » le regard fixé au ciel,
    il lui était donné de voir la Vierge du Carmel, mais aussi, et par anticipation, le
    futur Miracle qui doit avoir lieu à Garabandal.
    Chose unique, nous savons que le Père jésuite avait pénétré dans le champ de
    vision des voyantes. Celle-ci le décrivirent en quelques mots : « il était à genoux,
    la sueur perlait de son front, la Vierge le regardait. On avait l’impression qu’Elle
    lui disait : « Dans peu de temps tu seras près de moi »
    L’extase terminée, le Padre Luis descendit en jeep jusqu’à Cosio pour y attendre
    l’arrivée des amis avec lesquels il était venu et qui avaient préféré faire à pied le
    chemin du retour. Il était environ une heure du matin. Le Père somnolait dans la
    voiture lorsqu’il fut rejoint par Don Valentin qui rentrait au village. Aussitôt Luis
    parla : « Don Valentin, ce que racontent les enfants est vrai. Mais je vous demande de
    ne pas répéter ce que je viens de vous dire. Car l’Église ne sera jamais assez prudente
    dans ce genre de choses. »
    Vers quatre heures du matin, tandis qu’ils roulaient sur la route de Reinosa, Luis
    s'adressa à ses amis : « Je suis plein de joie ! Quelle faveur m’a faite la Vierge ! Quelle
    chance nous avons d’avoir une telle Mère au Ciel ! Il ne faut pas avoir peur du
    surnaturel. Les enfants nous ont appris la manière de nous adresser à la Vierge. Pour
    moi, il ne peut y avoir de doute ! Pourquoi la Vierge nous a-t-elle choisis, nous ? C’est
    aujourd’hui le jour le plus heureux de ma vie ! » Puis il se tut. Il y eut un soupir. La
    tête du Père Luis retomba. Il était Mort à l'âge de 36 ans.
    Le Privilège Sabbatin (délivrance du purgatoire le samedi suivant la mort pour
    qui porte le scapulaire ou la médaille-scapulaire et honore avec constance la Très
    Sainte Vierge) s'illustra de façon remarquable le 12 août suivant à Garabandal. La
    Sainte Vierge confirma aux voyantes que le Père Luis Andreu était maintenant au
    Ciel : il portait la médaille-scapulaire. Le 12 août 1961 fut bien le samedi suivant
    sa mort.
    Le 16 août 1961, les enfants eurent la première des douze conversations avec le
    défunt Padre Luis. Les voyantes relatèrent à son frère Ramon Andreu le détail des
    funérailles qui eurent lieu à Oña auxquelles elle n’avaient, évidemment, pas
    assistées. Elles firent notamment remarquer un changement dans le rituel
    funéraire où le Père Luis avait entre les mains un crucifix à la place du calice
    habituel, fait qui fut confirmé par Ramon. Au gré des conversations, le Padre Luis
    enseigna aux enfants quelques rudiments de langues étrangères, ainsi elles
    récitèrent l’Ave Maria en grec. Le 11 octobre 1961, dans une autre conversation,
    Conchita apprend que les Églises se réuniront et prophétise ainsi l’Unité parfaite
    des chrétiens.
    Conchita eu une locution le 18 juillet 1964 dans laquelle la Sainte Vierge lui
    révéla que le jour suivant le miracle, le corps du Père Andreu sera retiré de sa
    tombe et sera trouvé incorrompu. Ce qui est surprenant c'est que les restes du
    Père Luis Andreu furent transféré en 1975 du cimetière de Oña dans une petite
    niche de l'ossuaire du cimetière jésuite de Loyola. À ce jour, il reste donc peu de
    choses du corps du Père Andreu et sera un fait unique dans toute l'histoire de
    l'Église et de l'humanité que de la « recomposition » totale d'un corps par mode
    surnaturel divin. Il s'agirait bien du seul cas de « processus nécrotique inversé
    total ». Nous ne dénombrons aujourd'hui que quelques cas de « processus
    nécrotiques inversés », mais très partiels. Ceci est un point supplémentaire qui
    nous fait dire que l'événement Garabandal est unique. Beaucoup d'autres
    prodiges ont été observés pour lesquels on ne trouve pas d'explication.
    Le Padre Pio (1887 - 1968) canonisé le 16 juin 2002 - grand mystique du XXème
    siècle - est le premier prêtre qui ayant reçu les stigmates du Christ, les porta
    pendant cinquante ans. Il avait compris qu'il devait combler l'espace entre Dieu
    et les hommes. Il mit en oeuvre son programme selon trois directions : la
    direction des âmes, la confession sacramentelle et la célébration de la messe. On
    se pressait littéralement à son confessionnal à tel point que fut instauré un
    système de numéros.
    Entré chez les capucins de Morcone en 1903 et ordonné prêtre en 1910, il fut
    décidé par les capucins de la construction d'une autre église plus vaste en 1954
    tant l'affluence à ses offices fut prodigieuse. Les lettres arrivaient par milliers
    chaque jour avec des centaines de télégrammes. Il possédait une surabondance de
    charismes : visions, don de guérison, de bilocation et de prophétie, discernement
    des esprits. Il défendit avec fermeté l'authenticité des apparitions à San
    Sebastian de Garabandal et demeure irrévocablement impliqué dans ces faits.
    Le samedi 3 mars 1962, Conchita reçoit une lettre à l’attention des quatre
    voyantes, elle vient du Padre Pio comme le confirmera la Sainte Vierge dans une
    apparition du même jour.
    « Chères enfants, ce matin à neuf heures, la Sainte Vierge m’a demandé de
    vous dire : Ô petites filles bénies de Saint Sebastien de Garabandal ! Je
    vous promets que je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles, et vous serez
    avec moi jusqu’à la fin du monde. Puis, vous serez réunies avec moi dans la
    gloire du Paradis ».
    Après la transmission de ce message, le Padre Pio ajoutait « Je vous envoie une
    copie du chapelet de Fatima que la vierge m’a demandé de vous envoyer. Ce chapelet a
    été dicté par la Sainte Vierge et doit être propagé pour le salut des pécheurs et pour la
    préservation de l’humanité des pires châtiments dont le Bon Dieu nous menace. Je ne
    vous donne qu’un conseil : Priez et faites prier, car le monde est au bord de la
    perdition. On ne vous croit pas ; on ne croit pas à vos conversation avec la Vierge…
    On croira quand il sera bien, bien tard »
    Nous ne savons pas quand le célèbre capucin eu connaissance des événements de
    Garabandal, il exprima cependant des reproches au début des années 1962 à un
    groupe de pèlerins espagnols qui l’interrogeait sur l’authenticité des
    apparitions : « Combien d'apparitions vous faut-il donc, alors qu’elles ont lieu
    depuis déjà huit mois ? »
    Le 28 octobre 1964 le Supérieur du Padre Pio adresse à Conchita une lettre en
    espagnol de la part du capucin :
    « Paix et Salut, Le Père Pio prie avec (son) coeur pour vos intentions et vous exhorte à
    prier, en ayant confiance en la Divine Miséricorde afin d’acquérir la patience (pour
    supporter) toutes les épreuves et les adversités de la vie, et aussi les biens et les
    grâces spirituelles pour la sanctification de votre âme. Le Père Pio vous assure de son
    souvenir constant dans sa prière et vous envoie sa paternelle bénédiction. P.
    Supérieur »
    C’est au moins la troisième dépêche du Padre Pio adressé aux voyantes les
    encourageant à la sainteté. Par cette lettre, le Padre Pio apporte encore une
    irrécusable confirmation de l’authenticité surnaturelle de Garabandal.
    En janvier 1966, Conchita se rend a Rome sur l’ordre du Cardinal Alfredo
    Ottaviani. Elle fut entendue par le Cardinal mais aussi reçue par le Pape Paul VI.
    Profitant d’un délai de 24 heures avant son rendez-vous avec le Cardinal
    Ottaviani, Conchita et ses compagnons de voyage, se rend à San Giovani Rotondo.
    Elle y rencontre un ami : le Padre Pio. Pourtant le Père Pio, en ce jour, est
    souffrant et repousse les demandes d’entretiens. Mais sachant que « Conchita de
    Garabandal » est ici, il l’accueille chaleureusement et ne cesse de la bénir tout au
    long de l’entretien et l’assure de ses prières. Conchita lui demande de bénir son
    crucifix, ce que fit le capucin en le posant sur le stigmate de sa main gauche
    recouvrant le crucifix de la main de Conchita.
    Le Padre Pio meurt le 23 septembre 1968, Conchita reste fort perplexe sur la
    prophétie de la Sainte Vierge qui lui avait dit que le Père verrait le miracle. Or
    voici qu’en octobre suivant, elle reçoit un télégramme de Lourdes, envoyé par une
    dame de ses relations qui la presse de venir pour lui remettre une lettre de la part
    du Padre Pio.
    Ce billet, daté du 22 août 1968 et signé du Père Supérieur s’adresse cette fois à
    Conchita seule :
    « Pour Conchita, Père Pio à dit : Je prie la Sainte Vierge de la réconforter et de la
    guider vers la sainteté. Je la bénis de tout mon coeur. »
    Parmi les émissaires du célèbre capucin pour porter ce message se trouvait le Père
    franciscain Bernardino Cennamo. Il fut présent le 18 juin 1965 à Garabandal et
    ne cacha pas à Conchita qu’il avait d’abord douté jusqu’à ce que le Padre Pio lui
    demande d’offrir à Conchita le petit voile de tulle dont on recouvrirait son visage
    au moment de sa mort. C'est donc d’une très exceptionnelle relique qu’hérita
    Conchita à Lourdes, apprenant également du Père Bernardino que le Padre avait
    bien vu le Miracle avant sa mort. « Il me l’a dit lui-même ! » insista le franciscain.
    Marthe Robin (1902 - 1981) sixième enfant d'une famille d'agriculteurs de la
    Drôme (France), Marthe a 23 ans lorsqu'elle écrit de sa main sa Consécration
    totale de Victime d'Amour...Son nom, comme celui du Padre Pio, brille
    aujourd'hui au firmament de l'Église.
    A l'origne de la Fondation des Foyers de Charité, Marthe fut choisie par le
    Seigneur pour vivre sa Passion « le plus totalement depuis ma mère », lui
    révéla Jésus, « personne ne la vivra aussi totalement après toi dans
    l'Église ».
    En novembre 1918, une encéphalite la laisse dans le coma pendant 27 mois. 1922,
    Marthe Robin se sent appelée, elle à 20 ans. Comme tous les grands mystiques,
    elle offre sa vie « pour la conversion des pécheurs et la sanctification des âmes ».
    En 1925, elle découvre sa vocation particulière à la souffrance qu'elle offrira
    toute entière au Seigneur. Désormais, la vie et la souffrance ne feront plus qu'un
    en Marthe, elle se consacre à Dieu par un « acte d'abandon à l'amour et à la
    volonté de Dieu » : « Seigneur mon Dieu, vous avez tout demandé à votre petite
    servante ; prenez donc et recevez tout. En ce jour, je me remets à vous sans réserve et
    sans retour ».
    En 1926, rechute de sa maladie, ses jambes sont paralysées, elle mange à peine et
    reste alitée. En 1929 ses bras se paralysent à leur tour, elle cesse ses travaux de
    couture et de broderie que l'on dit d'une excellente qualité.
    En 1930, elle entre au tiers ordre franciscain où elle devient une « vierge
    consacrée » en août. Fin septembre, Jésus lui apparaît et elle reçoit les stigmates.
    Elle commence à vivre la passion du Christ chaque jour et plus intensément, le
    vendredi.
    Sa maladie évolue jusqu'à la paralysie totale des quatre membres et la perte de la
    vue en 1940 : Marthe Robin restera pendant plus de cinquante ans alitée, sans
    dormir, sans boire et ne se nourrissant que de pain eucharistique.
    En 1936, elle invite « de la part de Dieu » le père Finet, sous-directeur de
    l'Enseignement Catholique de Lyon, à fonder un « foyer de charité, de Lumière et
    d'Amour » pour accueillir des retraites spirituelles. Ce sera le premier des 75
    établissements qui, depuis, ont vu le jour à travers le monde dans plus de 40 pays.
    Jusqu'à sa mort, le 6 février 1981, Marthe vivra dans sa chambre de la ferme, à
    Châteauneuf-de-Galaure, où elle recevra des milliers de visiteurs. Les lieux sont
    toujours ouverts au public.
    Le dossier de Marthe a été déposé à la Congrégation de la Cause des Saints à
    Rome. Il suit son cours...
    Sainte Thérèse de Lisieux lui est apparue pour lui demander de continuer sa
    tâche. Marthe Robin est peut être la femme qui aura eu le plus d'influence sur ce
    siècle tout en restant le plus humblement cachée.
    Elle est la première à avoir annoncé la grande Pentecôte d'Amour que le Seigneur
    veut répandre sur son Église. Elle annonce les Apôtres des derniers temps. Sa
    spiritualité sacerdotale lui donne une attention particulière aux prêtres et à leur
    mission. Elle offre ses souffrances pour eux, et sa fécondité spirituelle s'est
    toujours appuyée sur la grâce sacerdotale du Père Finet. Combien de prêtres
    doivent leur vocation à Marthe ?
    Des milliers de personnes sont venues rencontrer Marthe dans sa petite maison
    de Châteauneuf-de-Galaure. C'est ainsi qu'elle a pu conseiller tous les fondateurs
    de communautés nouvelles : Ephraïm pour les Béatitudes, le Père Marie-
    Dominique Philippe pour la communauté Saint Jean... Et d'autres personnalités
    comme le Père Daniel Ange, Jean Guitton, Monseigneur Chabert, Marcel
    Clément... Elle a ainsi porté dans la prière et la souffrance le sacerdoce de
    nombreux prêtres.
    Sont venus à elle aussi, quelques-uns des prêtres liés aux événements de
    Garabandal. Elle s'intéressait beaucoup à la diffusion du message de Garabandal,
    elle priait pour les « quatre petites » chaque jour. Elle fit l'étonnement de Mgr J.
    Bretault (fondateur du diocèse de Koudougou - Burkina Faso - et son premier
    évêque de 1954 à 1965) à propos de toute l'information qu'elle possédait sur les
    difficultés de la diffusion du message en France.
    Joey Lomangino naît le 27 juin 1931, du côté de Brooklyn, de parents italoaméricains.
    En 1947 il surveille le gonflage d’un pneu qui lui éclate au visage.
    Ayant reçu la jante en pleine face, Joey sombre dans le coma, les os du fronts sont
    écrasé, les nerfs optiques et olfactifs sont atteints. Il reste trois semaines dans le
    coma et se réveille le jour de la fête de Notre-Dame du Carmel, le 16 juillet 1947.
    Il se rend en Italie en 1961 et rencontre pour la prière fois le Padre Pio, au
    monastère de San Giovanni Rotondo. Sans jamais l’avoir vu, le célèbre capucin
    accueille l’américain par ces mots : « Ah, Joey, comme je suis content de te voir ! ».
    Joey retourne en février 1963 chez le Padre Pio qui le confesse et lui rend
    miraculeusement l’usage de son sens olfactif, pourtant le nerf reste toujours
    sectionné. Joey retrouve sa foi chrétienne, le Padre Pio l’encourage alors à se
    rendre à San Sebastian de Garabandal après lui avoir certifié : « Oui, c’est vrai, la
    Vierge apparaît à Garabandal ! »
    C’est à la suite de son accident que Joey se tourne vers Dieu. Il reçu une première
    réponse : une voix qui le réveilla dans son sommeil, lui disant qu’il recouvrirait la
    vue à condition d’accomplir au préalable un cheminement spirituel dont la teneur
    lui était au demeurant précisée.
    Joey fut visité une seconde fois en 1949 au travers d’un rêve : il se voyait debout
    dans une vaste et luxuriante prairie, au milieu de laquelle se trouvait un bosquet
    isolé d’arbres très verts. Il s’agissait des fameux pins de Garabandal qui n’étaient
    encore que des arbustes à l’époque.Apparitions à GARABANDAL
    Le 18 juin 1961, il est 20h30 à San Sebastian de Garabandal, quatre fillettes
    jouent en bas du chemin qui mène au bois de pins. Dans un roulement de tonnerre
    un Ange lumineux apparaît, d'abord à Conchita, et aussitôt après à Mari-Loli,
    Jacinta et Mari-Cruz. L'Ange ne dit rien et disparaît. Il reviendra une dizaine de
    fois jusqu'au 1er juillet où il s'adresse aux enfants : « Savez-vous pourquoi je suis
    venu ? C'est pour vous annoncer que demain dimanche, la Vierge Marie vous
    apparaîtra sous le vocable de Notre Dame du Carmel ». L'Ange révélera par la
    suite qu'il est l'Archange Saint Michel. Certaines des informations de cette page
    sont tirées des excellents sites The Workers of Our Lady - Canada (Cliquer sur le
    drapeau Français à côté de « translations ») et l'association Saint Christophe où
    vous trouverez à apaiser votre soif.
    Les événements de Garabandal sont uniques au sens de l'Église mais aussi dans
    l'échéance à échelle humaine qui y est délivrée. Il est absolument certain que des
    manifestations divines y auront lieu prochainement. Des événements sans aucun
    précédent, d'une ampleur mondiale, visibles par toutes et tous.
    Nous sommes parfaitement conscients que les apparitions de San Sebastian de
    Garabandal ne sont pas reconnues par les autorités religieuses et qu'elles ont
    même fait l'objet d'interdictions sévères allant jusqu'à fermer l'église de
    Garabandal et y interdire tout culte pendant la période qui à succédée aux
    apparitions. Malgré cette fermeture, les enfants ont continué de vivre leurs
    révélations devant les portes fermées de l'église.
    Garabandal est aussi unique sur ses témoins actuels qui continuent de diffuser le
    message au travers des interdictions, des moqueries, du dénigrement et de la
    persécution. Il semblerait qu'à l'heure actuelle soit à nouveau réexaminé le
    dossier de Garabandal après deux condamnations très sévères de la part des
    autorités religieuses locales. Toutefois, la célébration du culte y a été rétablie de
    nos jours et est autorisée sous les deux rites selon Paul VI et Saint Pie V.
    Un événement annoncé à notre échelle
    Bon nombre de messages dans le monde annoncent des événements, la fin des
    temps (à ne pas confondre avec la fin du monde, mais à comprendre comme un temps
    révolu, terminé, pour laisser place à un nouveau). Au grand regret de l'Homme qui
    raisonne dans un espace et un temps limité, les messages ne donnent pas de date
    et l'Homme s'impatiente car il lui faut un repère. Sans repère, peu sont capables
    de maintenir un état, une prophétie car il semble à beaucoup que lorsque l'attente
    s'éternise (pourtant à l'échelle d'une vie !) cela n'arrivera jamais et qu'en fait ce
    qui a été annoncé est une tromperie. Or Dieu ne ment jamais, c'est bien l'Homme
    qui veut interpréter cette non-réalisation de cette façon.
    Dans le cas de Garabandal, nous avons trois événements prophétiques qui sont
    présentés ci-dessous : un avertissement, un Miracle, un châtiment.
    L'avertissement et le Miracle se produiront en toute certitude. Le châtiment était
    annoncé par la Sainte Vierge comme conditionnel au changement de vie de
    l'Homme, Cependant force est de constater que rien n'a changé mais que la
    situation s'est considérablement agravée. Désormais rien ne pourra être
    retranché, mais le châtiment peut être adouci par la prière. Conchita connaît la
    date du grand Miracle qui aura lieu un jeudi à 20h30. La Très Sainte Vierge lui a
    demandé de ne pas révéler l'année, seulement huit jours avant le Miracle.
    Un jeudi à minuit de l'année non dévoilée, Conchita téléphonera à Joey
    Lomangino, soit le jeudi précédent le Miracle. Joey est chargé de diffuser
    l'information à tous les médias, il atteindra le respectable âge de 80 ans le 27 juin
    2011. Cet événement est donc bien de notre génération et quantité d'autres
    messages et d'apparitions de la Très Sainte Vierge dans le monde entier nous font
    penser que nous convergeons, en cette génération, vers la fin des temps.
    Bon nombre de guérisons miraculeuses ont eu lieu à Garabandal. Bon nombre de
    guérisons ont encore lieu à l'heure actuelle de maladies désespérément incurables
    non seulement à Garabandal, à la suite d'un pèlerinage mais aussi dans de
    nombreux endroits du monde, par l'action conjointe de la prière et de
    l'application de la médaille miraculeuse de Garabandal.
    Garabandal fut le siège de nombreuses manifestations, une des plus spectaculaire
    fut sans nul doute le Milagrucu (le petit Miracle) :
    Annoncé le 3 juillet 1962 par la Sainte Vierge, il aura lieu le 18 juillet suivant et
    consistera en une communion visible donnée par l’Ange à la voyante. « On verra
    l’hostie que me donne l’Ange, apparaître sur ma langue. » Ce Miracle eu lieu dans
    la nuit du 18 au 19 juillet 1962, la foule s'exclama lors de l’apparition de l’hostie
    comme un éclair, elle resta visible environ deux minutes. Conchita venait de
    communier de la main de l'Archange Saint Michel, il était 2 heures moins 20.
    Conchita recevra bien d'autres communions de la main de l'Archange à la suite de
    celle-ci, il subsiste bon nombre de documents photographiques et
    cinématographiques de cette communion.
    Trois événements ont été annoncés aux voyantes parmi presque 2000 apparitions
    qui constituent le mystère de Garabandal
    Premier événement : L’aviso
    Difficilement traduisible de l’espagnol au français qui donne : un avis pour nous
    rendre avisés. L’année de cet avertissement est connue de Mari-Loli qui lui a été
    révélée par la Sainte Vierge. Mari-Loli n’a pas reçu la demande de ne pas la
    divulguer ; cependant elle s'interdit à la dévoiler en union avec Conchita.
    L’avertissement viendra directement de Dieu et nous sera envoyé pour nous
    purifier en vue du Miracle. Il sera visible dans le monde entier pour les croyants
    et non-croyants de toutes religions, quel que soit l’endroit où l’on se trouve (chez
    soi, en voiture, en avion… endormi ou éveillé). Il sera vécu par tous, même les
    enfants. Ce sera comme une révélation de nos péchés et nous subirons une grande
    épreuve qui nous fera regretter de n’être pas mort plutôt que de le vivre.
    Cependant, il n'y a pas de danger de mort en cela, ceci n'étant que pour nous
    révéler à nous-mêmes nos fautes. Ce fait surnaturel sera inexplicable par la
    science et sera un face à face de notre conscience avec Dieu, nous révélant péchés
    et conséquences mais aussi tout le bien que nous n’avons pas fait. Il sera vécu au
    même moment par tous mais nous le ressentirons tous différemment puisque nos
    péchés sont différents.
    Conchita sait aussi en quoi il consiste réellement. Elle a fait ce commentaire en
    1977 :
    « Ce dont je me souviens à l'heure qu'il est, c'est que la Vierge m'a dit qu'avant le
    Miracle, Dieu enverra un Avertissement pour nous purifier ou nous préparer à voir le
    Miracle, et de cette façon nous pourrons nous attirer assez de grâce pour changer nos
    vies face à Dieu. Elle m'a dit en quoi consistera l'Avertissement, mais pas sa date. Je
    ne suis pas en mesure de dire en quoi il consistera, mais je peux dire à quoi il
    ressemblera plus ou moins. C'est un phénomène qui sera vu et senti partout dans le
    monde entier ; j'ai toujours donné comme exemple (comparatif) deux étoiles qui
    s'entrechoquent. Ce phénomène ne causera pas de dommage physique, mais il nous
    remplira d'horreur car à ce moment précis, nous verrons nos âmes et les maux dont
    nous sommes responsables. Ce sera comme si nous étions à l'agonie, mais nous ne
    mourrons pas à cause de lui, sinon peut-être de peur ou de choc à voir nos péchés. »
    Voici révélé par Notre Seigneur à Vassula en quoi consistera cet avertissement.
    Comme vous pourrez le lire, cela n’a rien d’une partie de plaisir et personne ne
    pourra passer au travers. Nous vous rappelons également qu’il est très important
    de lire l’oeuvre de La Vraie Vie en Dieu, de la lire dans l’ordre chronologique
    comme nous suivons une succession de classes scolaires. Sans respecter cet ordre,
    vous ne pourrez rien apprendre ni rien découvrir pour vous rapprocher de Dieu et
    vivre un Vraie Vie en Lui.
    Message du 15 septembre 1991 – Cahier 54 :
    - Appuie-toi sur Moi. Bénie de Mon Ame, Je te donne Ma Paix. Ecris : O Jérusalem ! 1
    Tourne tes yeux à l'est et à l'ouest, tourne tes yeux au nord et au sud et Je Suis là ! Je
    te dis en vérité que Mon Esprit une fois de plus sera déversé sur toi et Mon Image sera
    répandue d'un bout à l'autre de la face du monde. Ce que J'ai projeté arrivera et ce que
    Je t'ai dit va s'accomplir. Viens près de Moi et écoute attentivement : Je viens
    aujourd'hui jusqu'au seuil de ta porte, portant la bannière de la Paix. Je viens te
    sauver, Jérusalem. Il y est écrit : Fidèle et Véridique (Ap 19.11), Roi des rois et
    Seigneur des seigneurs (Ap 19.16).
    Entendrai-Je maintenant de toi, Jérusalem : " Mon Roi, c'est Toi que je dois adorer ",
    ou vas-tu continuer à ignorer Celui Qui t'offre Sa Paix maintenant ?... Vas-tu
    reconnaître, en ces derniers jours avant le Jour de Rétribution, Mon Saint Esprit qui
    est descendu d'en-Haut dans toute Sa Gloire pour tenir maison avec toi ?
    Durant ta vie entière, génération, tu t'es moquée de Ma Loi et tu t'en es détournée, te
    rebellant. Vas-tu enfin te mettre à te préparer pour Me rencontrer, Moi ton Dieu ? Je
    M'apprête à traverser bientôt ta Cité2 ! et ce sera plus tôt que tu le penses ! Ce seront
    Mes derniers avertissements ; Je te dis solennellement :
    réveille-toi de ton profond sommeil !
    tu te diriges vers ta ruine ;
    secoue la poussière qui te couvre
    et ressuscite des morts ;
    La Fin des Temps3
    est plus proche que tu le penses.
    (Phase 1 :)
    Bientôt, très bientôt, J'ouvrirai soudainement Mon Sanctuaire dans le Ciel et là, de
    tes yeux dévoilés, tu percevras comme une révélation secrète : des myriades d'Anges,
    de Trônes, de Dominations, de Principautés, de Puissances, tous prosternés autour de
    l'Arche de l'Alliance.
    Puis, un Souffle effleurera ton visage, et les Puissances du Ciel trembleront, les
    éclairs de la foudre seront suivis du fracas du tonnerre. " Soudainement viendra sur
    toi un temps de grande détresse, sans précédent depuis le jour où les nations ont
    connu l'existence " (Dn 12.1) ; car Je vais permettre à ton âme de percevoir tous les
    événements de ton existence : Je les dévoilerai l'un après l'autre. A la grande
    consternation de ton âme, tu réaliseras combien tes péchés ont fait couler de sang
    innocent d'âmes-victimes. Alors, Je ferai voir et prendre conscience à ton âme
    combien tu n'as jamais suivi Ma Loi. Comme un parchemin qui se déroule, J'ouvrirai
    l'Arche de l'Alliance et Je te rendrai consciente de ton irrespect envers la Loi.
    (Phase 2 :)
    Si tu es encore en vie et debout sur tes pieds, les yeux de ton âme verront une Lumière
    éblouissante, comme les miroitements d'innombrables pierres précieuses, comme les
    feux de diamants cristallins, une Lumière si pure et si éclatante que, bien qu'en
    silence des myriades d'anges soient présents alentour, tu ne les verras pas
    complètement parce que cette Lumière les dissimulera comme une poussière d'or ; ton
    âme ne percevra que leurs silhouettes mais pas leurs visages. Alors, au milieu de cette
    éblouissante Lumière, ton âme verra ce que dans cette fraction de seconde elle a vu
    jadis, à ce moment précis de ta création...
    ils verront :
    Celui qui le premier vous a tenus dans Ses Mains,
    les Yeux qui les premiers vous ont vus ;
    ils verront :
    les Mains de Celui Qui vous a formés et vous a bénis...
    ils verront :
    le Plus Tendre Père, votre Créateur,
    tout revêtu d'une redoutable splendeur,
    le Premier et le Dernier,
    Celui qui est, qui était et qui doit venir,
    le Tout-Puissant, l'Alpha et l'Oméga :
    Le Souverain.
    Abasourdie en prenant conscience, tes yeux seront paralysés de crainte en voyant les
    Miens qui seront comme deux Flammes de Feu (Ap 19.12). Alors, ton coeur reverra ses
    péchés et sera saisi de remords. Dans une grande détresse et une grande agonie, tu
    souffriras de ton irrespect de la Loi, réalisant combien tu profanais constamment
    Mon Saint Nom et comme tu Me rejetais Moi ton Père... Frappée de panique, tu
    trembleras et tu frémiras lorsque tu te verras toi-même comme un cadavre en
    putréfaction, dévoré par les vers et par les vautours.
    (Phase 3 :)
    Et si tes jambes te soutiennent encore, Je te montrerai ce que ton âme, Mon Temple et
    Ma Demeure, nourrissait durant toutes les années de ta vie. A ton grand effroi, tu
    verras qu'au lieu de Mon Sacrifice Perpétuel, tu chérissais la Vipère et que tu avais
    érigé cette Désastreuse Abomination dont a parlé le prophète Daniel (Mt 24.15) dans
    le domaine le plus profond de ton âme : le Blasphème, le Blasphème, qui coupe tous les
    liens célestes qui t'attachent à Moi ton Dieu et crée un gouffre entre toi et Moi ton
    Dieu.
    Lorsque viendra ce Jour, les écailles de tes yeux tomberont afin que tu perçoives
    combien tu es nue et comme en toi, tu es un pays de sécheresse... Malheureuse
    créature, ta rébellion et ton déni de la Très-Sainte Trinité ont fait de toi un renégat et
    un persécuteur de Ma Parole.
    Alors, tes lamentations et tes gémissements ne seront entendus que de toi seule. Je te
    le dis : tu te lamenteras et tu pleureras, mais tes lamentations ne seront entendues
    que de tes propres oreilles. Je ne peux que juger comme il M'a été dit de juger et Mon
    jugement sera juste. Comme il en fut au temps de Noé, ainsi en sera-t-il lorsque
    J'ouvrirai les Cieux et que Je vous montrerai l'Arche de l'Alliance. " Car en ces jours
    avant le Déluge, les gens mangeaient, buvaient, prenaient femmes, prenaient maris,
    jusqu'au jour où Noé est monté dans l'arche, et ils ne soupçonnaient rien jusqu'à ce
    que le Déluge vienne tout balayer ; ainsi en sera-t-il également en ce Jour " (Mt 24.38-
    39).
    Et Je vous le dis, si ce temps n'avait pas été abrégé par l'intercession de votre Sainte
    Mère, des saints martyrs et des mares de sang répandu sur la terre, depuis Abel le
    Saint jusqu'au sang de tous Mes prophètes, aucun d'entre-vous n'y survivrait !
    Moi votre Dieu, J'envoie ange après ange annoncer que Mon Temps de Miséricorde
    arrive à sa fin, et que le Temps de Mon Règne sur terre est à portée de main. Je vous
    envoie Mes anges témoigner de Mon Amour " à tout ce qui vit sur terre, à chaque
    nation, à chaque race, à chaque langue et à chaque tribu " (Ap 14.6). Je vous les
    envoie comme apôtres des derniers temps pour annoncer que " le Royaume du monde
    deviendra comme Mon Royaume d'en-Haut et que Mon Esprit régnera pour toujours
    et à jamais " (Ap 11.15) parmi vous.
    Dans ce désert, Je vous envoie Mes serviteurs les prophètes crier que vous devriez
    " Me craindre et Me louer
    parce que le Temps est venu pour Moi
    de siéger en jugement ! "
    (Ap 14.7).
    Mon Royaume viendra soudainement sur vous, c'est pourquoi vous devez avoir
    constance et foi jusqu'à la fin.
    Mon enfant,
    prie pour le pécheur
    qui est inconscient de son délabrement ;
    prie pour demander au Père de pardonner
    les crimes que le monde commet sans cesse ;
    prie pour la conversion des âmes ;
    prie pour la Paix.
    I C Q U S
    1. C'est-à-dire : ô génération !
    2. C'est-à-dire : nous, qui sommes les " cités " de Dieu.
    3. La Fin des Temps n'est PAS la fin du monde ; c'est la fin d'une époque.
    Second événement : le Miracle
    Dans un délai de douze mois après l’avertissement, viendra le Miracle. Il aura lieu
    au bosquet de pins surplombant le village. Il sera visible au village mais aussi de
    toutes les montagnes environnantes. Il se produira un jeudi soir à 20h30. Ce sera
    la fête d'un martyr de l'Eucharistie et coïncidera avec un événement dans l'Église.
    Tous ceux qui seront présents recevront une grâce : les incroyants croiront, les
    pécheurs seront convertis, les malades guéris. A la suite du Miracle, la Russie sera
    convertie (Déjà le sujet des apparitions à Fatima). Après le Miracle, un signe
    surnaturel persistera, permanent et visible par tous. Nous pourrons le
    photographier, le téléviser mais pas le toucher. Il sera indestructible et restera
    jusqu’à la fin des temps.
    Troisième événement : le châtiment
    Le châtiment était annoncé par la Sainte Vierge comme conditionnel : il ne se
    produira que si le monde ne change pas après les deux autres signes. Le châtiment
    sera envoyé par Dieu. Force est de constater que la situation ne s'est pas
    améliorée mais s'est plutôt considérablement agravée. Rien ne pourra être
    retranché désormais, cependant la colère de Dieu peut être adoucie par la prière
    comme nous en avons maints exemples dans les Ecritures.
    Les grandes figures des événements
    de San Sebastian de Garabandal
    Le Père Luis Maria Andreu Rodamilans est né à Bilbao, en Espagne, en 1925. Il
    revint à Garabandal pour la troisième fois le 8 août 1961, afin d’observer à
    nouveau les extases. Ce jour là, la Curé Don Valentin qui devait s’absenter pour la
    journée, lui confia les clefs de l’église où le jésuite dit sa messe. Ce fut la dernière
    de sa vie.
    Au sortir de ce mardi, et pour la troisième fois, les voyantes tombèrent en extase
    dans l'église. Lorsqu’elle en sortirent, commença alors une longue marche
    extatique que le Père Luis suivit du début à la fin jusqu’aux Pins. Arrivé là, le
    prêtre prononça soudain par quatre fois le mot « Miracle ! » le regard fixé au ciel,
    il lui était donné de voir la Vierge du Carmel, mais aussi, et par anticipation, le
    futur Miracle qui doit avoir lieu à Garabandal.
    Chose unique, nous savons que le Père jésuite avait pénétré dans le champ de
    vision des voyantes. Celle-ci le décrivirent en quelques mots : « il était à genoux,
    la sueur perlait de son front, la Vierge le regardait. On avait l’impression qu’Elle
    lui disait : « Dans peu de temps tu seras près de moi »
    L’extase terminée, le Padre Luis descendit en jeep jusqu’à Cosio pour y attendre
    l’arrivée des amis avec lesquels il était venu et qui avaient préféré faire à pied le
    chemin du retour. Il était environ une heure du matin. Le Père somnolait dans la
    voiture lorsqu’il fut rejoint par Don Valentin qui rentrait au village. Aussitôt Luis
    parla : « Don Valentin, ce que racontent les enfants est vrai. Mais je vous demande de
    ne pas répéter ce que je viens de vous dire. Car l’Église ne sera jamais assez prudente
    dans ce genre de choses. »
    Vers quatre heures du matin, tandis qu’ils roulaient sur la route de Reinosa, Luis
    s'adressa à ses amis : « Je suis plein de joie ! Quelle faveur m’a faite la Vierge ! Quelle
    chance nous avons d’avoir une telle Mère au Ciel ! Il ne faut pas avoir peur du
    surnaturel. Les enfants nous ont appris la manière de nous adresser à la Vierge. Pour
    moi, il ne peut y avoir de doute ! Pourquoi la Vierge nous a-t-elle choisis, nous ? C’est
    aujourd’hui le jour le plus heureux de ma vie ! » Puis il se tut. Il y eut un soupir. La
    tête du Père Luis retomba. Il était Mort à l'âge de 36 ans.
    Le Privilège Sabbatin (délivrance du purgatoire le samedi suivant la mort pour
    qui porte le scapulaire ou la médaille-scapulaire et honore avec constance la Très
    Sainte Vierge) s'illustra de façon remarquable le 12 août suivant à Garabandal. La
    Sainte Vierge confirma aux voyantes que le Père Luis Andreu était maintenant au
    Ciel : il portait la médaille-scapulaire. Le 12 août 1961 fut bien le samedi suivant
    sa mort.
    Le 16 août 1961, les enfants eurent la première des douze conversations avec le
    défunt Padre Luis. Les voyantes relatèrent à son frère Ramon Andreu le détail des
    funérailles qui eurent lieu à Oña auxquelles elle n’avaient, évidemment, pas
    assistées. Elles firent notamment remarquer un changement dans le rituel
    funéraire où le Père Luis avait entre les mains un crucifix à la place du calice
    habituel, fait qui fut confirmé par Ramon. Au gré des conversations, le Padre Luis
    enseigna aux enfants quelques rudiments de langues étrangères, ainsi elles
    récitèrent l’Ave Maria en grec. Le 11 octobre 1961, dans une autre conversation,
    Conchita apprend que les Églises se réuniront et prophétise ainsi l’Unité parfaite
    des chrétiens.
    Conchita eu une locution le 18 juillet 1964 dans laquelle la Sainte Vierge lui
    révéla que le jour suivant le miracle, le corps du Père Andreu sera retiré de sa
    tombe et sera trouvé incorrompu. Ce qui est surprenant c'est que les restes du
    Père Luis Andreu furent transféré en 1975 du cimetière de Oña dans une petite
    niche de l'ossuaire du cimetière jésuite de Loyola. À ce jour, il reste donc peu de
    choses du corps du Père Andreu et sera un fait unique dans toute l'histoire de
    l'Église et de l'humanité que de la « recomposition » totale d'un corps par mode
    surnaturel divin. Il s'agirait bien du seul cas de « processus nécrotique inversé
    total ». Nous ne dénombrons aujourd'hui que quelques cas de « processus
    nécrotiques inversés », mais très partiels. Ceci est un point supplémentaire qui
    nous fait dire que l'événement Garabandal est unique. Beaucoup d'autres
    prodiges ont été observés pour lesquels on ne trouve pas d'explication.
    Le Padre Pio (1887 - 1968) canonisé le 16 juin 2002 - grand mystique du XXème
    siècle - est le premier prêtre qui ayant reçu les stigmates du Christ, les porta
    pendant cinquante ans. Il avait compris qu'il devait combler l'espace entre Dieu
    et les hommes. Il mit en oeuvre son programme selon trois directions : la
    direction des âmes, la confession sacramentelle et la célébration de la messe. On
    se pressait littéralement à son confessionnal à tel point que fut instauré un
    système de numéros.
    Entré chez les capucins de Morcone en 1903 et ordonné prêtre en 1910, il fut
    décidé par les capucins de la construction d'une autre église plus vaste en 1954
    tant l'affluence à ses offices fut prodigieuse. Les lettres arrivaient par milliers
    chaque jour avec des centaines de télégrammes. Il possédait une surabondance de
    charismes : visions, don de guérison, de bilocation et de prophétie, discernement
    des esprits. Il défendit avec fermeté l'authenticité des apparitions à San
    Sebastian de Garabandal et demeure irrévocablement impliqué dans ces faits.
    Le samedi 3 mars 1962, Conchita reçoit une lettre à l’attention des quatre
    voyantes, elle vient du Padre Pio comme le confirmera la Sainte Vierge dans une
    apparition du même jour.
    « Chères enfants, ce matin à neuf heures, la Sainte Vierge m’a demandé de
    vous dire : Ô petites filles bénies de Saint Sebastien de Garabandal ! Je
    vous promets que je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles, et vous serez
    avec moi jusqu’à la fin du monde. Puis, vous serez réunies avec moi dans la
    gloire du Paradis ».
    Après la transmission de ce message, le Padre Pio ajoutait « Je vous envoie une
    copie du chapelet de Fatima que la vierge m’a demandé de vous envoyer. Ce chapelet a
    été dicté par la Sainte Vierge et doit être propagé pour le salut des pécheurs et pour la
    préservation de l’humanité des pires châtiments dont le Bon Dieu nous menace. Je ne
    vous donne qu’un conseil : Priez et faites prier, car le monde est au bord de la
    perdition. On ne vous croit pas ; on ne croit pas à vos conversation avec la Vierge…
    On croira quand il sera bien, bien tard »
    Nous ne savons pas quand le célèbre capucin eu connaissance des événements de
    Garabandal, il exprima cependant des reproches au début des années 1962 à un
    groupe de pèlerins espagnols qui l’interrogeait sur l’authenticité des
    apparitions : « Combien d'apparitions vous faut-il donc, alors qu’elles ont lieu
    depuis déjà huit mois ? »
    Le 28 octobre 1964 le Supérieur du Padre Pio adresse à Conchita une lettre en
    espagnol de la part du capucin :
    « Paix et Salut, Le Père Pio prie avec (son) coeur pour vos intentions et vous exhorte à
    prier, en ayant confiance en la Divine Miséricorde afin d’acquérir la patience (pour
    supporter) toutes les épreuves et les adversités de la vie, et aussi les biens et les
    grâces spirituelles pour la sanctification de votre âme. Le Père Pio vous assure de son
    souvenir constant dans sa prière et vous envoie sa paternelle bénédiction. P.
    Supérieur »
    C’est au moins la troisième dépêche du Padre Pio adressé aux voyantes les
    encourageant à la sainteté. Par cette lettre, le Padre Pio apporte encore une
    irrécusable confirmation de l’authenticité surnaturelle de Garabandal.
    En janvier 1966, Conchita se rend a Rome sur l’ordre du Cardinal Alfredo
    Ottaviani. Elle fut entendue par le Cardinal mais aussi reçue par le Pape Paul VI.
    Profitant d’un délai de 24 heures avant son rendez-vous avec le Cardinal
    Ottaviani, Conchita et ses compagnons de voyage, se rend à San Giovani Rotondo.
    Elle y rencontre un ami : le Padre Pio. Pourtant le Père Pio, en ce jour, est
    souffrant et repousse les demandes d’entretiens. Mais sachant que « Conchita de
    Garabandal » est ici, il l’accueille chaleureusement et ne cesse de la bénir tout au
    long de l’entretien et l’assure de ses prières. Conchita lui demande de bénir son
    crucifix, ce que fit le capucin en le posant sur le stigmate de sa main gauche
    recouvrant le crucifix de la main de Conchita.
    Le Padre Pio meurt le 23 septembre 1968, Conchita reste fort perplexe sur la
    prophétie de la Sainte Vierge qui lui avait dit que le Père verrait le miracle. Or
    voici qu’en octobre suivant, elle reçoit un télégramme de Lourdes, envoyé par une
    dame de ses relations qui la presse de venir pour lui remettre une lettre de la part
    du Padre Pio.
    Ce billet, daté du 22 août 1968 et signé du Père Supérieur s’adresse cette fois à
    Conchita seule :
    « Pour Conchita, Père Pio à dit : Je prie la Sainte Vierge de la réconforter et de la
    guider vers la sainteté. Je la bénis de tout mon coeur. »
    Parmi les émissaires du célèbre capucin pour porter ce message se trouvait le Père
    franciscain Bernardino Cennamo. Il fut présent le 18 juin 1965 à Garabandal et
    ne cacha pas à Conchita qu’il avait d’abord douté jusqu’à ce que le Padre Pio lui
    demande d’offrir à Conchita le petit voile de tulle dont on recouvrirait son visage
    au moment de sa mort. C'est donc d’une très exceptionnelle relique qu’hérita
    Conchita à Lourdes, apprenant également du Père Bernardino que le Padre avait
    bien vu le Miracle avant sa mort. « Il me l’a dit lui-même ! » insista le franciscain.
    Marthe Robin (1902 - 1981) sixième enfant d'une famille d'agriculteurs de la
    Drôme (France), Marthe a 23 ans lorsqu'elle écrit de sa main sa Consécration
    totale de Victime d'Amour...Son nom, comme celui du Padre Pio, brille
    aujourd'hui au firmament de l'Église.
    A l'origne de la Fondation des Foyers de Charité, Marthe fut choisie par le
    Seigneur pour vivre sa Passion « le plus totalement depuis ma mère », lui
    révéla Jésus, « personne ne la vivra aussi totalement après toi dans
    l'Église ».
    En novembre 1918, une encéphalite la laisse dans le coma pendant 27 mois. 1922,
    Marthe Robin se sent appelée, elle à 20 ans. Comme tous les grands mystiques,
    elle offre sa vie « pour la conversion des pécheurs et la sanctification des âmes ».
    En 1925, elle découvre sa vocation particulière à la souffrance qu'elle offrira
    toute entière au Seigneur. Désormais, la vie et la souffrance ne feront plus qu'un
    en Marthe, elle se consacre à Dieu par un « acte d'abandon à l'amour et à la
    volonté de Dieu » : « Seigneur mon Dieu, vous avez tout demandé à votre petite
    servante ; prenez donc et recevez tout. En ce jour, je me remets à vous sans réserve et
    sans retour ».
    En 1926, rechute de sa maladie, ses jambes sont paralysées, elle mange à peine et
    reste alitée. En 1929 ses bras se paralysent à leur tour, elle cesse ses travaux de
    couture et de broderie que l'on dit d'une excellente qualité.
    En 1930, elle entre au tiers ordre franciscain où elle devient une « vierge
    consacrée » en août. Fin septembre, Jésus lui apparaît et elle reçoit les stigmates.
    Elle commence à vivre la passion du Christ chaque jour et plus intensément, le
    vendredi.
    Sa maladie évolue jusqu'à la paralysie totale des quatre membres et la perte de la
    vue en 1940 : Marthe Robin restera pendant plus de cinquante ans alitée, sans
    dormir, sans boire et ne se nourrissant que de pain eucharistique.
    En 1936, elle invite « de la part de Dieu » le père Finet, sous-directeur de
    l'Enseignement Catholique de Lyon, à fonder un « foyer de charité, de Lumière et
    d'Amour » pour accueillir des retraites spirituelles. Ce sera le premier des 75
    établissements qui, depuis, ont vu le jour à travers le monde dans plus de 40 pays.
    Jusqu'à sa mort, le 6 février 1981, Marthe vivra dans sa chambre de la ferme, à
    Châteauneuf-de-Galaure, où elle recevra des milliers de visiteurs. Les lieux sont
    toujours ouverts au public.
    Le dossier de Marthe a été déposé à la Congrégation de la Cause des Saints à
    Rome. Il suit son cours...
    Sainte Thérèse de Lisieux lui est apparue pour lui demander de continuer sa
    tâche. Marthe Robin est peut être la femme qui aura eu le plus d'influence sur ce
    siècle tout en restant le plus humblement cachée.
    Elle est la première à avoir annoncé la grande Pentecôte d'Amour que le Seigneur
    veut répandre sur son Église. Elle annonce les Apôtres des derniers temps. Sa
    spiritualité sacerdotale lui donne une attention particulière aux prêtres et à leur
    mission. Elle offre ses souffrances pour eux, et sa fécondité spirituelle s'est
    toujours appuyée sur la grâce sacerdotale du Père Finet. Combien de prêtres
    doivent leur vocation à Marthe ?
    Des milliers de personnes sont venues rencontrer Marthe dans sa petite maison
    de Châteauneuf-de-Galaure. C'est ainsi qu'elle a pu conseiller tous les fondateurs
    de communautés nouvelles : Ephraïm pour les Béatitudes, le Père Marie-
    Dominique Philippe pour la communauté Saint Jean... Et d'autres personnalités
    comme le Père Daniel Ange, Jean Guitton, Monseigneur Chabert, Marcel
    Clément... Elle a ainsi porté dans la prière et la souffrance le sacerdoce de
    nombreux prêtres.
    Sont venus à elle aussi, quelques-uns des prêtres liés aux événements de
    Garabandal. Elle s'intéressait beaucoup à la diffusion du message de Garabandal,
    elle priait pour les « quatre petites » chaque jour. Elle fit l'étonnement de Mgr J.
    Bretault (fondateur du diocèse de Koudougou - Burkina Faso - et son premier
    évêque de 1954 à 1965) à propos de toute l'information qu'elle possédait sur les
    difficultés de la diffusion du message en France.
    Joey Lomangino naît le 27 juin 1931, du côté de Brooklyn, de parents italoaméricains.
    En 1947 il surveille le gonflage d’un pneu qui lui éclate au visage.
    Ayant reçu la jante en pleine face, Joey sombre dans le coma, les os du fronts sont
    écrasé, les nerfs optiques et olfactifs sont atteints. Il reste trois semaines dans le
    coma et se réveille le jour de la fête de Notre-Dame du Carmel, le 16 juillet 1947.
    Il se rend en Italie en 1961 et rencontre pour la prière fois le Padre Pio, au
    monastère de San Giovanni Rotondo. Sans jamais l’avoir vu, le célèbre capucin
    accueille l’américain par ces mots : « Ah, Joey, comme je suis content de te voir ! ».
    Joey retourne en février 1963 chez le Padre Pio qui le confesse et lui rend
    miraculeusement l’usage de son sens olfactif, pourtant le nerf reste toujours
    sectionné. Joey retrouve sa foi chrétienne, le Padre Pio l’encourage alors à se
    rendre à San Sebastian de Garabandal après lui avoir certifié : « Oui, c’est vrai, la
    Vierge apparaît à Garabandal ! »
    C’est à la suite de son accident que Joey se tourne vers Dieu. Il reçu une première
    réponse : une voix qui le réveilla dans son sommeil, lui disant qu’il recouvrirait la
    vue à condition d’accomplir au préalable un cheminement spirituel dont la teneur
    lui était au demeurant précisée.
    Joey fut visité une seconde fois en 1949 au travers d’un rêve : il se voyait debout
    dans une vaste et luxuriante prairie, au milieu de laquelle se trouvait un bosquet
    isolé d’arbres très verts. Il s’agissait des fameux pins de Garabandal qui n’étaient
    encore que des arbustes à l’époque.
    En plus des 2000 conférences que Joey donna sur le sujet de Garabandal, il fonda,
    dans les 1970, la revue « Garabandal Magazine » diffusée dans le monde entier. Il
    crée à la même époque « The Workers of Our Lady of Mount Carmel » association
    caritative pour la diffusion du message.
    Le 19 mars 1964, Conchita apprend de la Sainte Vierge pour Joey « le jour où le
    Miracle sera fait pour le monde, il verra a nouveau de ses yeux. La première chose
    qu’il verra sera le Miracle que mon Fils fera par mon intercession, et à partir de ce
    moment-là, il verra pour toujours ».
    Ces événements sont proches : les opposants et les incrédules seront bientôt
    fixés. Prions pour eux mais aussi pour ceux qui, malgré cette révélation
    extraordinaire, resterons éloignés de Notre si Bon Père. Prions dans l'esprit de
    réparation, de demande de pardon et de sacrifice pour Garabandal ET
    EXÉCUTONS les demandes de Notre Sainte Mère. Engageons-nous dans le
    témoignage, engageons-nous dans LA VRAIE VIE EN DIEU.
    Site source : AIDEZ
    En plus des 2000 conférences que Joey donna sur le sujet de Garabandal, il fonda,
    dans les 1970, la revue « Garabandal Magazine » diffusée dans le monde entier. Il
    crée à la même époque « The Workers of Our Lady of Mount Carmel » association
    caritative pour la diffusion du message.
    Le 19 mars 1964, Conchita apprend de la Sainte Vierge pour Joey « le jour où le
    Miracle sera fait pour le monde, il verra a nouveau de ses yeux. La première chose
    qu’il verra sera le Miracle que mon Fils fera par mon intercession, et à partir de ce
    moment-là, il verra pour toujours ».
    Ces événements sont proches : les opposants et les incrédules seront bientôt
    fixés. Prions pour eux mais aussi pour ceux qui, malgré cette révélation
    extraordinaire, resterons éloignés de Notre si Bon Père. Prions dans l'esprit de
    réparation, de demande de pardon et de sacrifice pour Garabandal ET
    EXÉCUTONS les demandes de Notre Sainte Mère. Engageons-nous dans le
    témoignage, engageons-nous dans LA VRAIE VIE EN DIEU.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique