• La Cathédrale

    Notre Dame-de Chartres

     

     

    Grand lieu de pèlerinage,la cathédrale et ses tours dominent la ville de Chartres et la plaine de la Beauce alentour. Elles s'aperçoivent à plusieurs dizaines de kilomètres de distance. La cathédrale a été parmi les premiers monuments classés au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1979.

    Certaines traditions évoquent une ancienne grotte druidique ainsi qu'une statue de déesse mère qui aurait servi de sanctuaire aux premiers chrétiens, à l'époque romaine. Cette légende, dite de "la Vierge devant enfanter" expliquerait l'ancienneté du culte marial à Chartres. Elle a marqué les esprits pendant des siècles. Elle n'a pourtant jamais reçu aucune preuve.

    Le lieu le plus ancien de la cathédrale est le puits celtique de la crypte, dit puits des Saints Forts, autrefois "Lieux Forts", qui fut comblé et son emplacement caché au milieu du XVIIe siècle. Il fut retrouvé, dégagé et restauré au début du XXe siècle par René Merlet. La profondeur du puits, à partir du sol de la crypte, est d'environ 33,55 mètres. Le fond est un carré, orienté aux quatre points cardinaux. René Merlet précise que « le puits passe de la forme circulaire à la forme carrée, mais ce carré est exactement inscrit dans le cercle. Vers le fond, par suite d'un ressaut de 0,10 m. dans les parois, le puits ne mesure plus qu'un mètre en tous sens- »

    La construction de la première cathédrale a lieu vers le milieu du IVe siècle. Elle est appelée « cathédrale d'Aventin », du nom du premier évêque de la ville. Elle fut vraisemblablement édifiée au pied des murs gallo-romains qui entouraient la ville. Cette première cathédrale fut incendiée en 743 ou 753 par les troupes de Wisigoths du duc d'Aquitaine Hunald, lors du sac de la ville. Un deuxième sanctuaire fut alors construit.

    Le 12 juin 858, cette deuxième cathédrale fut détruite par les pirates Vikings. L'évêque Gislebert reconstruisit un édifice plus grand. De ce dernier, il subsiste probablement certaines parties de l'actuel martyrium, appelé chapelle Saint-Lubin.

    En 876, le roi Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne fit don à la cathédrale de la sainte relique connue sous le nom de "Voile de La Vierge" ou "Sainte Tunique". Cet évènement devait faire de Chartres un sanctuaire de premier plan.

    Le 5 août 962 cette troisième cathédrale fut à son tour incendiée pendant la guerre qui opposa Richard Ier, duc de Normandie, au comte de Chartres, Thibault le Tricheur. Un quatrième édifice lui succéda.

    Les 7 et 8 septembre 1020, ce quatrième édifice fut à son tour accidentellement ravagé par le feu. L'évêque Fulbert releva l'église de ses ruines, en style roman. En 1020, on construisit l' église basse, telle que nous connaissons actuellement. La construction de cette dernière dura de 1020 à 1024.

    labyrinthe

    La dédicace de cette cinquième cathédrale eut lieu le 17 octobre 1037. L'évêque Fulbert était décédé en 1029.

     

    Le 5 septembre 1134, la ville de Chartres fut presque entièrement détruite par un incendie. La cathédrale romane de Fulbert fut épargnée. De 1134 à 1160, profitant de l'espace libéré en avant de la nef, on éleva la façade occidentale que nous connaissons encore aujourd'hui. On commença les travaux par la tour nord. De 1142 à 1150 environ, eut lieu l'édification du portail royal, avec son remarquable ensemble sculpté. En 1145, on commença la tour sud (appelée actuellement clocher "vieux"), dont la construction s'acheva, avec sa flèche, vers 1160. La tour nord (appelée clocher "neuf") ne comportait à l'origine que deux étages. Elle fut longtemps couverte en charpente et plomb, jusqu'en 1506.

    Le 11 juin 1194 eut lieu un nouvel incendie qui n'épargna que les cryptes, la façade occidentale et les tours. Le Voile de la Vierge avait été providentiellement mis à l'abri dans le martyrium dit "chapelle de Saint Lubin".

    Réchappèrent plusieurs parties récemment construites — aussitôt réutilisées dans le nouveau projet. Aucune des deux tours n'avait souffert trop sévèrement du feu. Le portail surtout fut conservé, ainsi que les trois fenêtres placées au-dessus, avec les vitraux correspondants. Un autre vitrail fut même sauvé de l'incendie, avant d'être remonté dans le déambulatoire: "Notre-Dame de la belle verrière".

    La reconstruction de l'édifice sous la forme que nous connaissons débuta immédiatement. Si l'architecte est inconnu (il faut plutôt imaginer une succession de maîtres d'oeuvre, venus d'autres chantiers contemporains), ce que nous pouvons constater est l'extrême rapidité du chantier — sans rupture de financement. Dès les années 1220-1225, les chanoines s'installent dans leurs stalles, les voûtes étant achevées. Il faudra par contre attendre plusieurs décennies pour achever les pignons du transept.

    En 1240, les vitraux étaient déjà réalisés. Et la consécration solennelle eut lieu en 1260.

    Henri IV fut le seul roi de France sacré dans cette cathédrale et non pas à Reims, comme le voulait la coutume. Reims et Paris étaient en effet tenu par les catholiques, qui opposaient leur résistance au roi à cause de sa religion protestante. Il se convertit et fut sacré roi de France, à Chartres, en 1594-

    La cathédrale a été construite par des ouvriers spécialisés, appelés compagnons, réunis en confréries ou fraternités. Ces derniers, payés à la tâche, ont parfois laissé sur les pierres quelques signes gravés, qui sont leurs signatures.

     

    Dimensions principales

     

    * longueur intérieure : 130 m

    * hauteur sous voûte : 37,50 m

    * hauteur du sol au faîte de la toiture : 51 m

    * hauteur du clocher vieux : 105 m

    * hauteur du clocher neuf : 115 m

     

    * longueur intérieure totale : 130 m

    o dont longueur de l’avant-nef : 17 m

    o longueur de la nef : 44 m

    o croisée du transept : 14 m

    o longueur du chœur : 37 m

    o déambulatoire et chapelle axiale : 18 m

     

    * largeur du vaisseau central de la nef : 16,40 m (contre 12 m pour Notre-Dame de Paris)

    * largeur de la nef avec les bas-côtés : 33 m

    * largeur intérieure du transept de trumeau à trumeau: 63,4 m

    * largeur du chœur avec les bas-côtés : 47 m

    * largeur de la façade ouest : 48 m dont le Portail Royal : 15 m

    * largeur de chacune des façades nord ou sud : 40 m

     

    Détails complémentaires

    * La clôture du chœur comporte 200 statues

    * La grande rosace avec ses 13,36 mètres de diamètre est une des plus grandes du monde (Les deux rosaces du transept de Notre-Dame de Paris ont un diamètre de 13,1 mètres).

    * 181 représentations de la Vierge

    * Notre-Dame de Chartres possède près de 3 500 statues.

    * Près de 9 000 personnages y sont représentés, si l'on compte les vitraux.

    * On compte 9 portails sculptés (ce qui est unique en Europe).

    * Avec ses 650 m2, le chœur est le plus vaste de France.

    * Le transept de 63,4 m est aussi le plus long de France.

    * La crypte romane est la plus vaste de France.

    * On compte 176 verrières.

    * La surface totale de vitraux est de 2 600 m2

    * La cathédrale possède ainsi la plus importante surface au monde de vitraux des XIIe et XIIIe siècles.

     

    La cathédrale de Chartres a été classée par l'UNESCO aux trois motifs suivants:

    Au motif I - représenter un chef d’œuvre du génie créateur humain "Construite assez rapidement et presque d’un seul jet, la cathédrale de Chartres constitue, par l’unité de son architecture et de sa décoration, l’expression totale et achevée d’un des aspects les plus unanimes du Moyen Age chrétien",

    Au motif II - témoigner d’un échange d’influences considérable… "La cathédrale de Chartres a exercé une influence considérable sur le développement da l’art gothique en France et hors de France",

    Au motif III – offrir un exemple éminent d’un type de construction… "La cathédrale de Chartres est à la fois un symbole et un édifice type : l’exemple le plus éclairant que l’on puisse choisir pour élucider la réalité culturelle, sociale et esthétique de la cathédrale gothique"

     

     

     

    une des chapelles de la cathédrale

     

     

     

     

     

    L'extérieur de la cathédrale

    On reconnaît facilement la cathédrale Notre-Dame de Chartres du fait de la grande différence entre ses deux tours : la tour nord a une base de type gothique primitif (avec contrefort épais et ouverture réduite), surmontée d'une flèche flamboyante plus tardive (datée du XVIe siècle) ; en revanche, la tour sud, dotée d'une base plus typiquement gothique, est surmontée d'une flèche très simple. Cette flèche a fait l'objet de très nombreux commentaires d'artistes et écrivains ('unique au monde' disait d'elle Charles Péguy) tellement l'impression de 'jaillissement' est frappante.

    La façade occidentale constitue la porte d'entrée principale de l'édifice religieux. Encadrée par deux tours, elle présente un programme sculpté important : 24 grandes statues (il en reste 19 aujourd'hui) et plus de 300 figures forment un décor en harmonie avec l'architecture de la cathédrale Le décor derrière les statues représente les derniers feux du style roman : entrelacs, colonnettes, feuilles d'acanthe témoignent des influences méridionales

     

     

     

     

     

    Le portail nord est aussi appelé "portail de l'Alliance". Ses statues ont été exécutées entre 1205 et 1210[5]. Elles représentent des scènes de l'Ancien Testament et de la vie de la vierge Marie. Les voussures de la baie centrale évoquent les épisodes de la Genèse. La baie de droite reprend le thème des travaux et des jours.

    Le portail sud est consacré à l'Église, depuis les apôtres (baie centrale) jusqu'aux confesseurs (baie de droite) et aux martyrs (baie de gauche). Sa datation est proche de celle du portail nord, peut-être légèrement antérieure.

    Sur le trumeau de la baie centrale, on trouve un Christ 'enseignant' et au tympan une figuration du jugement dernier.

    La précédente toiture (charpente en bois) de la cathédrale ayant été détruite par un incendie en 1836, elle a été remplacée en 1837 par une charpente métallique et une couverture en cuivre. La nouvelle charpente a été réalisée par Émile Martin et M. Mignon. Elle fût restaurée en 1997 sous la direction de Guy Nicot[6]. Des photos du chantier de restauration sont exposées dans une salle de la tour flamboyante (visite payante).

     

    Les vitraux

    La cathédrale de Chartres possède le plus important ensemble vitré du XIIIe siècle, remarquablement préservé jusqu'à ce jour. Du XIIe siècle, trois verrières sont conservées, avec notamment des bleus inimitables.

    Le nombre remarquable de 176 vitraux (petites roses comprises) correspond à une surface de 2 600 m2. Pour la plupart, ils représentent des saints et saintes ou des personnages de la Bible : (Noé, Joseph, le Bon Samaritain, le Fils Prodigue...), mais aussi de la Légende dorée de Jacques de Voragine (dominicain italien du XIIIe siècle).

    On y trouve aussi des références aux corporations qui ont sans doute aidé à payer ces vitraux

     

     

     

     

     

    L'intérieur de la cathédrale

    Dans le croisillon nord, la rosace représente une Vierge à l'Enfant entrourée d'anges, des rois de Juda et de prophètes. Dans les lancettes sous la rosace, Sainte Anne, mère de la Vierge, porte Marie dans la lancette centrale. Elles sont entourées de personnages de l'Ancien Testament dans les autres lancettes. Dans les écoinçons, on peut voir les armes de Blanche de Castille (château castillan) et de Saint Louis (fleur de lys).

     

     

    le choeur

     

     

    Le labyrinthe de Chartres, œuvre du XIIe siècle, est une figure géométrique circulaire inscrite dans toute la largeur du pavage de la nef principale, entre les troisième et quatrième travées. Elle représente un tracé continu déployé de 261,55 m, partant de l'extérieur et aboutissant au centre, en une succession de tournants et d'arcs de cercle concentriques. Une de ses particularités est que, partant du centre ou de l'extérieur, le chemin parcouru présente exactement le même enchaînement de tournants et d'arcs de cercle.

    Son parcours serait composé de 276 pierres blanches dont les trois premières de dimensions différentes. Publiant la revue Caerdroiaconsacrée aux labyrinthes, Jeff Saward signale sur le site labyrinthos une opinion de plus en plus répandue: le nombre exact de pierres formant le tracé du labyrinthe de Chartres, 270 ou 272 pierres, correspondrait symboliquement au nombre de jours de la grossesse et donnerait au labyrinthe le sens d'une nouvelle gestation. Cet auteur met pourtant en doute la possibilité de fournir un décompte exact du nombre de pierres formant le tracé du labyrinthe, en raison des brisures apparaissant sur les pierres depuis leur pose et de possibles réparations. De telles affirmations découlent probablement d'un manuscrit non publié de Robert Ferré, A Day at Chartres (1995), qui crédite le chanoine Legaux et avant lui Jean Villette d'avoir fait un compte précis de 272 pierres. Jean Villette avait lui-même eu l'attention attirée par une note en bas de page figurant dans un article de Gilles Fresson- Paradoxalement, ce dernier n'avait compté que pour couper court à toute tentative d'interprétation exagérée, tandis qu'un ouvrage grand public donnait alors le nombre de 365 pierres

    .

    une des chapelles de la cathédrale

    Cet exemple précis montre, parmi tant d'autres, combien le labyrinthe de Chartres, fascinant les contemporains, donne lieu à de nombreuses récupérations, issues de mouvements marqués par leur grande diversité (géobiologie, analyse neurologique, psychologie comportementale, nouvel age, templiers, spiritualités orientales) et aux quelles il ne faut pas prêter de valeur historique.

    Ce labyrinthe s'inspire probablement du mythique Labyrinthe de Crète construit par Dédale, comme semble l'indiquer la plaque de cuivre située en son centre, ôtée en 1792, et qui aurait représenté le combat de Thésée et du Minotaure Néanmoins, André Peyronie fait part de son scepticisme sur l'existence d'une représentation Minotauromachique à Chartres, qui serait un cas unique en France, comme le propose pourtant Marcel-Joseph Bulteau à la fin du XIXe siècle-

    Si l'on se fie à l'univers culturel des chanoines du XIIIe siècle, seuls maîtres d'ouvrage de l'édifice, le labyrinthe serait un chemin symbolique où l'homme va à la rencontre de Dieu. On peut le comprendre soit comme un pèlerinage 'sur place', dont la finalité est d'inviter à la pénitence et à la méditation, vécue aussi bien avec le corps qu'avec l'esprit. On peut aussi y lire symboliquement le parcours qu'est l'existence humaine, long et compliqué, ou s'exprimerait la confiance d'être conduit finalement en présence de Dieu. Le centre de ce grand motif symboliserait ainsi la Jérusalem céleste, soit l'au-delà. Quant on réalise une projection de la rose de la façade sur le pavement, cette rose consacrée à la résurrection des morts correspond exactement au labyrinthe, le christ de la fin des temps se superposant alors au centre du labyrinthe. La démarche du labyrinthe ne consiste pas seulement à aller jusqu'au centre, mais à en repartir. Le pèlerin est invité à emprunter la ligne tracée face à lui pour monter vers le chœur de la cathédrale - en particulier l'autel-

    Le labyrinthe de Chartres a été appelé « La Lieu » — bien que la lieue française soit bien plus longue que la longueur développée du labyrinthe — et plus tard « chemin de Jérusalem »-

    Tous les vendredis, de 10 h à 17 h, les chaises sont mises de côté pour que les visiteurs qui le souhaitent puissent aussi effectuer ce parcours.

    La clôture du chœur est un mur de clôture entourant le chœur, destiné à mieux isoler ce dernier du déambulatoire. Entièrement sculptée (40 groupes, 200 statues au total), c'est partiellement l'œuvre de Jehan de Beauce qui commença les travaux au début du XVIe siècle. Le programme iconographique est de style Renaissance et évoque les épisodes de la vie de Jésus et de la Vierge Marie.

    Cette vierge en bois de poirier date d'environ 1540, elle était autrefois adossée au jubé qui a lui-même été détruit au XVIIIe siècle.

    Le voile de la Vierge

    Il s'agit d'une relique très importante qui fut offerte en 876 à la cathédrale par Charles le Chauve, empereur d'Occident. Ce voile, selon la tradition, est la chemise que portait Marie lors de l'Annonciation, au moment ou le Verbe fut conçu. Cette relique importante drainait de nombreux pèlerins. Lors de l'incendie de l'ancienne église, en 1194, on crut que la relique était perdue, mais on la retrouva intacte : cela fut interprété comme le fait que la vierge Marie désirait une plus grande église pour sa relique, et explique peut-être l'enthousiasme et la rapidité avec laquelle la nouvelle cathédrale fut bâtie.

    La relique était contenue dans une châsse de grande valeur, dont les joyaux furent vendus à la révolution. De même, le voile fut découpé en plusieurs morceaux, qui furent vendus. Une expertise du tissu, réalisée en 1927 par le musée des soieries de Lyon propose une datation ancienne (premiers siècles). Cependant, il est en soie de grande valeur, ce qui est étonnant au vu du statut social de Marie. Le voile est toujours exposé dans le déambulatoire, du côté nord, dans une des chapelles absidales.

    Le Grand Orgue de la cathédrale de Chartres a été construit en 1971 par les Établissements Danion-Gonzal

    La cathédrale actuelle résulte de constructions de différentes époques. Les cathédrales ont souvent été superposées, servant chacune de fondations à celle qui lui succédait. Les parties qui n'ont pas été remblayées forment deux cryptes concentriques qu'il est possible de visiter. On peut y voir des fresques du XIIe siècle, du XIXe, ainsi que des créations contemporaines.

    Les premiers chrétiens auraient édifié du IVe au XIe siècles des sanctuaires successivement dévastés par les flammes et/ou persécutions religieuses. Un vestige de muraille, généralement attribué à l'époque gallo-romaine, fait référence à l'époque de la première église. Il ne subsiste rien de celle du VIe siècle. Dans un couloir de fouille, on a tout au plus quelques marches de celle du VIIIe siècle. Par contre la crypte de l'église carolingienne édifiée par Gislebertus au IXe siècle correspond vraisemblablement à une salle conservée. Elle porte le nom de caveau Saint-Lubin et se situe sous le chœur de la cathédrale actuelle, juste sous le maître-autel-

    La crypte de Fulbert, ou église basse, enveloppe ce caveau, va d'un clocher jusqu'à l'autre, en faisant le tour de l'édifice. Datant du XIe siècle, avec ses 230 mètres de long sur 5 à 6 mètres de large, elle est la plus grande crypte de France. En partant de l'extrémité de la galerie nord, on arrive à la chapelle de Notre-Dame Sous-Terre, peut-être l'un des plus anciens sanctuaires consacrés à Marie en occident. On peut y observer une reproduction (1975) d'une statue fort ancienne, le modèle original ayant été brûlé par les révolutionnaires en 1793. On a dit qu'elle pouvait être la continuatrice d'une statue de déesse-mère gallo-romaine.

    La galerie devient semi-circulaire sous le chevet et s'ouvre sur trois chapelles romanes profondes, encadrées par quatre plus petites chapelles gothiques du XIIIe siècle. C'est là que se trouve le puits dit des Saints-Forts (33 m de profondeur), dont l'eau passait au Moyen Âge pour posséder des vertus miraculeuses.

    Dans la galerie sud, on peut admirer une fresque du XIIe siècle avec plusieurs grands saints populaires (Clément, Gilles, Martin, Nicolas…). À l'extrémité de la galerie sud, un baptistère en pierre est installé, datant de l'époque romane.

     

    Source

    André Trintignac : Découvrir Notre-Dame de Chartres : Guide comple t de la cathédrale. Cerf 1988.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique