• La Géométrie sacrée et la structure de la musique


    ----------------------------------------------------------

    La légende veut qu’Apollon offrit une lyre à Orphée. En jouant de sa lyre, Orphée créait des har-
    monies qui unissaient toute la Nature dans la paix et la joie.
    Inspiré par cette tradition orphique de la musique et de la science, Pythagore de Samos fut pro-
    bablement le premier physicien dans l’Antiquité. En pinçant des cordes de différentes longueurs,
    Pythagore découvrit que la vibration sonore formait naturellement une séquence répétitive de
    sept tonalités ou notes.
    Comme les sept couleurs de l’arc-en-ciel ou un octave formé de sept notes (ex.: de do à do),
    toute la Création, en fait, est une matrice chantante de fréquences qui peuvent être expérimen-
    tées sous formes de couleur, de son, de matière, et d’états de conscience.
    Cette corrélation du son, de la matière et de la conscience est importante. Comme le physicien
    William Tiller, de l’université Stanford l’a démontré, la conscience humaine imprègne l’espace et
    la matière de l’Univers. Notre intention oriente la direction et la qualité de la Création.
    Je crois que cette matrice de la Création attend que nous fassions résonner les cordes les plus
    harmonieuses : elle attend aussi que nous fassions résonner l’Univers en une forme idéalisée et
    parfaite.

    La musique des formes atomiques
    ---------------------------------------
    Les Volumes d’Or de Platon, formes basiques de la Géométrie sacrée, sont composés de cinq
    formes tridimensionnelles dont toutes les facettes se ressemblent. De plus, chaque volume re-
    présente un des cinq éléments de la Création :
    1. Tétraèdre : le feu
    2. Cube : la terre
    3. Octaèdre : l’air
    4. Dodécaèdre :l’éther
    5. Icosaèdre : l’eau
    Ces cinq volumes de Platon englobent la danse alchimique des éléments et de la Création elle-
    même. Mon initiation au pouvoir spirituel du son a commencé avec l’expérience de cette vérité.

    Elle s’est produite il y a quelques années, alors que j’étudiais avec Michael Helios. Helios avait
    découvert des proportions musicales et des gammes de tonalités correspondant à chacun des
    volumes platoniciens. Il avait même harmonisé son clavier à des fréquences spécifiques afin
    d’obtenir des proportions exactes.
    Durant ses représentations, il jouait les gammes et les géométries de chaque forme sans révéler
    aux participants la forme géométrique qu’il utilisait. Ces derniers méditaient en écoutant sa musi-
    que et décrivaient la forme qu'ils avaient ressentie. Les résultats étaient extraordinaires. Chaque
    volume était perçu, senti et « vu » correctement au cours des cinq méditations musicales. En tant
    que participante, je réalisais pour la première fois le pouvoir de la transmission musicale et son
    potentiel spécifique de commander la Création. C’est exactement ce que les anciens mystiques
    et scientifiques nous ont toujours dit !

    Le dodécaèdre, l’Univers et la forme humaine
    ------------------------------------------------------
    Quand Michael Helios jouait ses cinq compositions, j’étais très profondément touchée par le do-
    décaèdre. Cette forme peut représenter l’ordre des cieux et une parfaite médiation entre l’infini et
    le fini, la sphère et le cube.
    Jetons un coup d’œil sur cette forme de la Géométrie sacrée qui pénètre toute la Création. En
    voyant la simplicité et la complexité du dodécaèdre dans sa relation avec la forme et le son, peut-
    être pouvons-nous deviner la suite. En comprenant notre relation avec le dodécaèdre, peut-être
    commencerons-nous à sentir notre propre place dans le Chant Divin qu’est la Création.
    Le dodécaèdre comprend douze facettes pentagonales. Il représente le cinquième élément sa-
    cré, le potentiel divin connu sous le nom « éther ». Comme le dodécaèdre est composé de facet-
    tes à cinq côtés, il est intéressant de noter que les chercheurs en physique quantique aux États
    Unis et en France ont récemment formulé l’hypothèse qu’en se basant sur les dimensions des
    vagues cosmiques résiduelles du Big Bang, l’Univers est en réalité un dodécaèdre.
    A part le fait que les cinq volumes de Platon correspondent aux cinq éléments de base de la vie,
    il peut être démontré que toute la race humaine est liée aux mêmes proportions dorées parce
    que le corps physique, avec les bras et les jambes écartées, se superpose au pentagramme
    (figure en forme d’étoile à 5 côtés) ; la cinquième pointe est au-dessus de la tête et les organes
    de reproduction sont en plein centre.
    Chacune de ces pointes est aussi en rapport avec le nombre cinq : cinq doigts au bout de cha-
    que bras, cinq orteils au bout de chaque jambe et cinq ouvertures au visage. De plus, nous pos-
    sédons cinq sens de perception physique. Donc les proportions dorées du cosmos et le temple
    de notre corps sont étroitement alignés avec l’harmonie musicale de la quinte. Si nous pouvons
    imaginer la forme dodécaèdre-pentagonale de ce Chant qu’est l’Univers avec la géométrie du
    pentagramme qu’est le corps humain, nous retrouvons dans les deux la divine proportion et le
    potentiel d’une perfection harmonique. L’Univers et l’humanité chantent des géométries et nous
    incarnons nous-mêmes la géométrie du cosmos !

    Phi et l’Échelle des quintes en musique
    ---------------------------------------------
    Pour poursuivre cette discussion, précisons que la proportion dorée et le pentagramme (figure
    formant une étoiles à cinq côtés) sont des concepts qui se confondent puisque les angles des
    cinq côtés du pentagramme ont un rapport de 1.618, tout comme le Nombre d’Or, connu sous le
    vocable Phi.
    On retrouve l’intervalle de la quinte dans la plupart des musiques sacrées et elle a un effet
    d’harmonisation puissant sur l’énergie humaine. C’est la première harmonie qui se fait entendre
    en pinçant une corde et c’est ce qui donne à la note toute sa profondeur et sa beauté. Ce son

    sacré est caractéristique du chant grégorien. En fait, la majorité des musiques les plus divine-
    ment inspirées, incluant certaines musiques du Nouvel Âge et des cultures indigènes, sont cons-
    truites autour de cet intervalle.
    À propos de cette connexion musique et géométrie, Goethe disait : « L’architecture du sacré est
    une musique figée. » Il en va de même pour « l’architecture » du corps humain.
    Pythagore a été le premier à décrire la quinte qui est maintenant un intervalle reconnu universel-
    lement pour sa beauté. C’est une « expression archétypale d’harmonie qui démontre
    l’emboîtement du microcosme et du macrocosme en un tout inséparable. La quinte fournit une
    belle sonorité parce qu’elle exprime comment l’Univers fonctionne . »

    En intégrant le rapport phi avec celui des autres intervalles de musique dans la conception des
    cathédrales et des temples anciens, les architectes intégraient également les effets des interval-
    les de musique sur lesquels les proportions sacrées sont basées.
    Ces effets sont immédiatement ressentis, de manière harmonieuse, puissante et équilibrée, dès
    qu’on entre dans une cathédrale gothique ou un ancien temple égyptien. Être à l’intérieur d’un tel
    espace nous aide à accéder à d’autres dimensions de la conscience. C’est la même expérience
    que nous accédons en écoutant de la musique sacrée.

    L’Échelle des quintes et les chakras
    -----------------------------------------
    Appliquons à présent le rapport harmonique des intervalles de la quinte à celui de l’Échelle des
    quintes (aussi appelé gamme de Zarlino). Cette suite musicale préfigure les relations harmoni-
    ques du système d’énergie humaine parce que l’Échelle des quintes décrit le système des cha-
    kras dans le corps humain.
    Nous savons que chaque chakra est une roue qui tourne. Ici, nous noterons également que cha-
    que chakra comprend un son et une couleur, un réel mandala de géométries.
    Dans la tradition, les tonalités musicales et les couleurs associées avec les chakras sont C (ra-
    cine ou siège) rouge, G (gorge) turquoise, D (ventre) orange, A (sourcils ou 3e oeil) Indigo, E
    (plexus solaire) jaune, B (sommet du crâne) magenta et F# (Fa dièse) (cœur) vert


    L’enchevêtrement des chakras que nous obtenons en leur appliquant l’Échelle des quintes re-
    présente un système plus complexe que la progression traditionnelle et linéaire. Il est intéressant
    de noter qu’en thérapie musicale, les connexions entre ces chakras reflètent une forte corres-
    pondance avec nos problèmes personnels.
    Par exemple, dans la progression de l’Échelle des quintes, le chakra de la racine (sexualité, sur-
    vie et l’argent) est directement connecté au chakra de la gorge (notre expression, exprimer notre
    vérité) et en travaillant avec ces deux chakras nous pouvons guérir nos problèmes de survie.


    L’Échelle des quintes et la progression de Fibonacci
    -----------------------------------------------------------
    Dans l’Échelle des quintes, il existe une autre façon de relier la gamme musicale à la Géométrie
    sacrée parce que la suite des accords musicaux est en parfait parallèle avec la progression de
    Fibonacci.
    Comme nous le savons, la progression de Fibonacci commence avec le nombre 1 et progresse
    en ajoutant ensuite les deux nombres précédents. Donc, le deuxième nombre dans la séquence
    est aussi 1, puis 2, 3, 5, 8, 21, 34, 55, 89, 144 et ainsi de suite. Un graphique de cette séquence
    correspond presque exactement au graphique en spirale du Nombre d’Or.

    L’un est fini et l’autre est infini. « Ce qui est en haut est aussi ce qui est en bas ».
    Fibonacci a réalisé que la ramification, la floraison et les formes spiralées de la Nature suivent
    les mêmes lois uniformes que l’on retrouve dans les gammes musicales parce que cette sé-
    quence prédit mathématiquement tous les intervalles que comprennent les accords musicaux.

    La Géométrie sacrée et le Chant du monde
    --------------------------------------------------
    Platon, découvreur des « Volumes d’Or » croyait que la musique était la plus puissante de toutes
    les influences. Dans son traité Timée, il décrit la création numérique (vibratoire-musicale) de
    l’Univers physique et de l’âme qui l’anime. Il invite ses élèves à réanimer les anciens sites et
    temples sacrés de la terre avec le chant sacré des « chœurs perpétuels » pour rappeler les har-
    monies du Chœur céleste.
    Dans La République, Platon explique que le cosmos est retenu par huit spirales ou roues géan-
    tes animant le travail de huit femmes qui tissent la trame musicale de la Création. Chacune de
    ces spirales contient une planète et sur chaque planète, une sirène chante sa note et émet une
    couleur spécifique.
    L’astronome et mystique allemand, Johannes Kepler (1571-1630), s’intéressait aux volumes
    platoniciens, à leurs rapports harmoniques et à la corrélation de ces formes avec les orbites et
    les fréquences sonores. C’est lui qui formula la théorie des tonalités musicales des différentes
    planètes et les gammes musicales des mouvements planétaires. Comme le rapporte Stephen
    Hawkins, Kepler a même été capable de déterminer que « les planètes s’exprimaient selon qua-
    tre types de voix » : soprano, ténor, contralto et basse.
    En découvrant la musique du cosmos, Kepler a démontré que les formes de vie sur Terre suivent
    les mêmes principes d’harmonie que ceux que l’on retrouve dans les étoiles.

    Le Temple du Son
    -----------------------
    Des connaissances similaires proviennent de la tradition hermétique qui connut un nouvel essor
    en Occident au début du deuxième millénaire. À cette époque, des centaines de cathédrales
    furent construites à travers l’Europe, toutes inspirées de cette connaissance hermétique orientale
    qui venait d’être redécouverte par l’ordre mystique des Templiers.
    Au cours de fouilles dans le Temple de Salomon à Jérusalem, les Templiers avaient découvert
    des voûtes d’artefacts cachés ainsi que des rouleaux qui décrivaient les sciences alchimiques de
    la Géométrie sacrée architecturale et leur relation avec le son, l’astronomie et la génétique.
    D’anciennes reliques sacrées avaient aussi été trouvées telles l’arche de Noé, le Graäl ainsi que
    les secrets concernant la lignée de droit divin, la descendance de sang sacré (Saint-Graäl) de
    Marie Madeleine et de Jésus

    Inspirées de cette connaissance, les grandes cathédrales gothiques, dont Chartres, Notre-Dame
    de Paris, Salisbury, Saint-Denis et Cluny, ont été conçues et construites en utilisant les principes
    de la Géométrie sacrée et des acoustiques harmoniques.

    Le chant et les changements millénaires
    -----------------------------------------------
    La musique sacrée et le chant ont toujours existé. Cependant des pointes de popularité surgis-
    sent aux périodes cruciales du tournant des millénaires. C’était le cas au début du premier millé-
    naire, à la naissance de la Chrétienté et durant l’époque romantique du Graäl qui débuta vers
    l’an 1000. Aujourd’hui, tandis que nous créons un nouveau paradigme et écrivons le scénario du
    prochain millénaire, le chant a de nouveau repris sa place.
    L’architecture sacrée utilisée dans les cathédrales médiévales reflétait des propriétés acousti-
    ques précises, à l’unisson des multiples chœurs perpétuels entonnés par les moines.
    L’auteur John Michel a étudié la tradition des chœurs perpétuels dans l’ancienne Bretagne et
    rapporte que ces chœurs étaient maintenus dans au moins trois sites : Glastonbury, Stonehenge
    et Llantwit Major au Pays de Galles. Dans le paysage, tous les sites formaient un cercle au cen-
    tre duquel se trouvait un très vieux site druidique nommé Whiteleafed Oak.
    Michel trouva que ces sites sacrés étaient à égale distance l’un de l’autre et que leur localisation
    individuelle correspondait aux points du lever du soleil et aux proportions sacrées

    De la même manière, la disposition des sites sacrés dans d’autres cultures comportait aussi une
    relation géométrique et ils étaient maintenus par la musique sacrée et les chants en synchro-
    nisme avec les saisons et les cycles cosmiques.

    Émotion, Son et Forme
    ---------------------------
    La science commence à peine à découvrir les interrelations du son et de la matière. À l’origine de
    la nouvelle science de la cymatique, le chercheur suisse Hans Jenny (1904-1972) a mené des
    expériences démontrant que lorsque des poudres inertes, des pâtes et des liquides étaient ani-
    més par des tons purs et audibles, ils formaient des schémas fluides qui reflétaient ceux que l’on
    retrouve dans la Nature, les arts et l’architecture. Il a démontré qu’il y avait une corrélation entre
    le son et la forme et qu’en fait la matière de l’Univers est une manifestation physique vibratoire.
    Plusieurs articles, publiés dans le Spirit of Ma’at, mentionnent qu’en photographiant des cristaux
    liquides, le Dr Masuru Emoto a démontré, sans l’ombre d’un doute, qu’il existe une corres-
    pondance entre la pensée humaine, les émotions et la matière qui nous entoure. Le Dr Emoto a
    démontré aussi que l’eau traitée avec amour ou une belle musique subit un changement molécu-
    laire et se transforme en formes géométriques harmonieuses. Dans le cas contraire, des molécu-
    les laides et déformées sont créées à cause de pensées chaotiques et d’émotions négatives.
    Ces idées sont une réflexion moderne sur des principes intemporels bien connus des anciens et
    des cultures indigènes. Billy Yellow, un guérisseur navajo, résume cette idée ainsi : « Notre tâche
    est de chanter le monde, de chanter la beauté. Le monde est le miroir de notre chant. »





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique