• Prochain changement de Blason pour la Région Alsace qui deviendra :

    Superficie : 8 280 km2 ; population (2005) : 1 817 000 habitants. Alsace (Région administrative), Région administrative du nord-est de la France, en bordure des frontières allemande et suisse. Trois grands reliefs inclinés d’est en ouest marquent la physionomie générale des paysages d’Alsace : le versant abrupt des Vosges, les collines sous-vosgiennes et la plaine d’Alsace. Une partie de la chaîne des Vosges borde la zone occidentale de la Région, parallèlement au Rhin. Ce massif ancien, plissé à l’époque hercynienne, prend deux aspects distincts en fonction des roches qui le composent : les Vosges gréseuses au nord et les Vosges cristallines au sud. Tout le sud-ouest de l’Alsace est formé de hautes croupes granitiques dominées par les ballons. C’est dans cette partie du massif vosgien que se trouvent les principaux sommets façonnés par l’érosion : le ballon d’Alsace (1 250 m), le ballon de Guebwiller, ou Grand Ballon, qui constitue le point culminant des Vosges cristallines (1 424 m), ou encore le Hohneck (1 362 m). Plusieurs vallées profondes creusent ce massif : Fecht, Lauch, Thur, Doller. Les lacs d’Alfed et de la Lauch constituent des témoignages du remodelage provoqué par les glaciations du quaternaire. Dans le nord, les Vosges gréseuses sont moins élevées, recouvertes de tables de grès et culminant à 1 009 m au sommet du Donon. Elles s’abaissent graduellement au nord, et ont une altitude inférieure à 600 m au-delà de la vallée de la Zorn.

    UN PEU D'HISTOIRE

    L'Alsace fut d'abord peuplée de peuples celtes (elle fit partie du royaume des Arvernes dès le IIIème siècle avant JC), avec une période gauloise (tribus Médiomatriques et Séquanes). En 65 avant J-C, la région est occupée par les Suèves d'Arioviste. Arioviste est chassé en 58 av. J-C par les troupes de Jules César (bataille aux environs de Cernay). Une des tribus suèves, les Triboques, germano-celtique, s'installa dans la région de Brumath (Broco-Magus) et y demeura après la fuite d'Arioviste.

    Pendant près de quatre siècles, la civilisation gallo-romaine s'épanouit en Alsace. Introduction de la culture de la vigne, construction de nombreuses routes favorisant l'essor économique de la région.
    Strasbourg (Argentorate) devient la cité importante de la région ; d'autres cités se développent (Saverne, Seltz, Kembs, Wissembourg).

    La domination romaine dure jusqu'au début du IVe s, puis surviennent les invasions des Alamans qui occupent l'Alsace malgré la victoire de Julien remportée devant Argentoratum (Strasbourg) en 357 après JC. La cité d'Argentoratum devient Strateburgum (ville des routes). Après la défaite des Romains (401), les Alamans se heurtent au peuple des Francs, qui les battent à Tolbiac en 496. Les Alamans, vaincus, continuèrent néanmoins à prédominer en Alsace, même sous la domination franque. A la mort du roi des Francs Clovis, l'Alsace est rattachée au royaume d'Austrasie, et forme le duché Alaman, divisé en comtés. Période de misères.

    Après l'instauration du christianisme en Alsace (sous l'autorité des évêques de Strasbourg et de Bâle), la rechristianisation a lieu au VIIe s. De nombreux monastères (Wissembourg, Murbach, Munster, Marmoutier, Sainte-Odile) forment de véritables foyers de vie économique et de culture latine. Au VIIIème siècle apparaissent les premiers sanctuaires monumentaux : Saint-Etienne de Strasbourg (fondé par Sainte-Attale, issue de la famille des ducs d'Alsace), le Dompeter d'Avolsheim...
    L'Alsace forme un duché sous les dynasties Mérovingiennes. A la succession de Charlemagne, second roi des Francs carolingien, Louis le Pieux est vaincu par ses fils révoltés. Par le Serment de Strasbourg (842), les deux cadets Louis le Germanique et Charles le Chauve (France) se promettent une aide mutuelle, qui se manifestera ensuite aux dépends de Lothaire. La région est attribuée en 843 à Lothaire Ier et à la Lotharingie, par le Traité de Verdun. Par le traité Meersen (870), elle en est ensuite séparée pour faire partie du Saint-Empire Romain Germanique, et passe au roi de Germanie. Elle est intégrée dans le duché de Souabe (formé entre les Vosges, les Alpes, et le Jura Souabe).

    L'Alsace connaît un désordre profond jusqu'à la fin du Moyen-Âge. Apparition de nouvelles seigneries : les familles de Habsbourg en Haute Alsace (sud de la région), les Ribeaupierre (Rappolstein) en Alsace "centrale", les Lichtenberg, en Basse-Alsace (nord de la région). A côté de ces trois dynasties, la région se morcelle en une infinité de territoires enchevêtrés, sous l'autorité d'une multitude de petits seigneurs, laïques et ecclésiastiques.

    Les XIIe et XIIIe siècles marque une période de prospérité, et la ville de Haguenau devient la résidence du grand bailli impérial, tandis que  Strasbourg est une cité importante du Saint-Empire Romain, formant une république indépendante dans le cadre de l'Empire ; le commerce a lieu avec la Suisse et l'Allemagne moyenne.

    En 1262 se déroule la Bataille de Hausbergen. Strasbourg se libère de la tutelle de son évêque qui va résider à Saverne. La Basse-Alsace (Alsace du nord) est morcelée entre le domaine des évêques de Strasbourg, une dizaine de princes (dont le comte de Hanau-Lichtenberg, le bailli à Bouxwiller, le comte de Deux-Ponts, également bailli à Bischwiller), six villes libres et quelques dizaines de chevaliers, alors que la Haute-Alsace (Alsace du sud), qui, sur le plan ecclésiastique, relève de l'évêque de Bâle, comprend trois grands fiefs : principauté abbatiale de Murbach, Sundgau appartenant aux Habsbourg  (dont le bailli réside à Ensisheim), bailliage Wurtembergeois de Horbourg-Riquewihr. En 1268, le duc Conrad V partage son fief en deux : au nord, landgraviat (comté souverain) de Nordgau ou Basse-Alsace (aux évêques de Strasbourg après 1365) ; au sud, comté de Sundgau (aux Habsbourg).

    L'Alsace est morcelée politiquement du fait de l'effacement du pouvoir impérial et de l'enrichissement de la bourgeoisie urbaine. En 1354, la Décapole d'Alsace se consitue : elle forme une ligue des dix villes marchandes les plus importantes, sous la protection impériale, à savoir les cités libres de Mulhouse, Colmar, Munster, Turckheim, Kaysersberg, Sélestat, Obernai, Rosheim, Haguenau, et Wissembourg  (en 1511, Landau y remplacera Mulhouse qui s'allie, en 1515, à la Ligue Suisse)

    En 1439, Gutenberg invente l'imprimerie à Strasbourg. De nombreux écrivains, dont l'abbesse Herrade de Landsberg (manuscrit l' "Hortus Deliciarum" ou "Jardin des Délices"), Ottfrid de Wissembourg, participent à la vie intellectuelle tandis que la vie artistique donne à la civilisation de Moyen Âge un vif éclat : églises de Rosheim (XIIème siècle), de Thann (XIIIème-XVème siècle).

    Au XVIe siècle, l'Alsace est un foyer de l'humanisme et de la Réforme (1530). Politiquement plus divisée que jamais, la province connaît un rayonnement intellectuel intense : Geiler, Sébastien Brandt, Jean Fischart, Martin Bucer. Ce dernier rédige la Confession tétrapolitaine pour Strasbourg et trois autres villes de l'Allemagne du Sud (Memmingen, Constance et Lindau) ; Calvin est nommé pasteur de l'Église française (?) de Strasbourg. En 1549, après sa victoire sur la ligue de Smalkalde (dont Strasbourg faisait partie), Charles Quint impose le maintien dans la ville de trois paroisses catholiques. Le protestantisme se répand surtout en Basse-Alsace, et gagne la vallée de Munster, Sélestat (Schlestatt) et Colmar. Cependant, les catholiques conservent la majeure partie des possession des Habsbourg, des abbayes et de l'évêché de Strasbourg.

    Strasbourg est réputée pour la qualité de son artillerie (dépôt impérial). Son magistrat, Jacques Sturm (décédé en 1553), est un des mentors de la politique européenne. En 1580, l'Évêque Jean de Manderscheidt appelle les Jésuites en Alsace : édification des collèges de Molsheim (devenu université 1617), de Haguenau et de Sélestat ; puis de Rouffach et d'Ensisheim (diocèse de Bâle).

    Au cours des XVIè et XVIIè siècles, l'Alsace connaît une longue période de gueres d'ordre social, religieux ou politique. Lors de la Révolte des Paysans, les paysans d'Alsace opprimés par leurs seigneurs et encouragés par les protestants qui leur promettent la liberté, se soulèvent contre la noblesse en 1525. Ils sont écrasés à Saverne et à Scherwiller. Pendant les guerres de religion, de 1562 à 1598, la plaine d'Alsace est traversée à plusieurs reprises par les troupes protestantes allemandes qui se portent au secours des huguenots français. La population souffre des pillages de bandes indisciplinées. Le XVIIe siècle voit la région alsacienne champ de bataille de la Guerre de Trente Ans (1618-1648). Le pays tout entier est mis à sac par les Allemands, les Suédois, les Espagnols, les Lorrains, les Français... Les massacres, les famines, et les épidémies réduisent la population de moitié. Afin d'échapper aux Suédois, l'Évêché de Strasbourg, le Comté de Hanau, puis certaines villes de la Décapole (dont Colmar en 1635) se mettent sous le protectorat français en 1634. Les troupes françaises pénètrent en Alsace.
    En 1638-39, Louis XIII roi de France reconnaît son général mercenaire Bernard de Saxe-Weimar comme landgrave d'Alsace (celui-ci décède toutefois). De 1639 à 1643 tout le pays, sauf Strasbourg et Mulhouse, est occupé. Louis XIII revendique pour sa personne le titre de landgrave. En 1648, les traités de Westphalie transfèrent au Roi de France "les droits de l'Empereur sur l'Alsace", ce qui signifie, en possession directe, les terres habsbourgeoises (comprenant la plus grande partie de la Haute-Alsace) et une autorité de tutelle (appelée préfecture) sur la Décapole.


    Dès lors, après la Guerre de Trente Ans, on assiste à une immigration importante, principalement suisse.

    Le Roi de France s'engage à respecter les droits des princes allemands sur les domaines qu'ils possèdent en Alsace. Strasbourg et Mulhouse demeurent villes libres. En 1648, la plus grande partie de la province était divisée entre les Habsbourg, archiducs d'Autriche et Empereurs du Saint-Empire (seigneuries de Marimont, Altkirch, Thann, Belfort), les Princes-Evêques de Strasbourg (Saverne, Molsheim, Benfeld), les Comtes de Hanau-Lichtenberg (Bouxwiller, Woerth, Ingwiller), la maison Palatine (comtés de la Petite Pierre, de Ribeaupierre), la République de Strasbourg (Barr, Wasselonne).

    De 1673 à 1681, le Roi de France Louis XIV assure sa suzeraineté sur le reste du pays, et en dernier lieu à Strasbourg (1681). Mulhouse, alliée aux cantons suisses depuis 1515, reste indépendante. En 1697, le traité de Ryswick reconnaît la suzeraineté du Roi de France sur l'Alsace (les seigneuries locales subsisteront jusqu'à la Révolution Française).

    Après la Guerre de Hollande, au cours de laquelle Turenne (commandant de l'armée française contrainte de battre en retraite devant les Impériaux supérieurs en nombre, et contraint de leur abondonner l'Alsace en 1674) imagine la compagne d'hiver qui lui permet de remporter, le 05 janvier 1675, la brillante victoire de Turckheim, où il bat les Impériaux,, le Traité de Nimègue, en 1679, confirme les droits de Louis XIV sur l'Alsace. Les Intendants du Roi administrient la province. A Colmar, le Conseil Souverain, parlement, juge les affaire de la région.

    Au XVIIIe siècle, Vauban édifie des forteresses le long du Rhin (Strasbourg, Sélestat, Neuf-Brisach, Huningue, ainsi que Belfort), et assure la sécurité de l'Alsace. Assèchement de marais et reconstruction du réseau routier. La politique religieuse favorise alors le catholicisme. Rayonnement de l'université de Strasbourg en Europe protestante (étudiants : Metternich, Cobenzl, Goethe, ainsi que de nombreux Russes). Essor de l'orfèvrerie strasbourgeoise, développement de l'industrie (mines vosgiennes, brasseries et manufactures de tabac  dans la région de Strasbourg, filatures à Mulhouse), florissement du commerce par voie fluviale.

    A la veille de la Révolution, plus du quart des Alsaciens sont encore sujets de princes "étrangers". Le peuple (particulièrement à Strasbourg et dans les villes libres de la Décapole, très attachées à leurs libertés) adopte avec enthousiasme les idées nouvelles qui préparent à Révolution. Le mois de juillet 1789 est marqué par des troubles par ailleurs assez vite réprimés. Des émeutes éclatent à Strasbourg (impopularité du Magistrat chargé de l'administration de la ville). Dans le Sundgau, les paysans endettés et misérables envahissent les châteaux, malmènent les agents des seigneurs, pillent à Guebwiller la résidence du Prince-Abbé de Murbach.
    Après l'abolition des privilèges votée le mardi 04 août 1789, les princes étrangers refusent de se soumettre aux décisions de l'Assemblée et repoussent les indemnités qui leur sont offertes pour le rechat de leurs droits et de leurs terres.
    La province d'Alsace est divisée en deux départements : le Haut-Rhin (ayant Colmar pour chef-lieu) qui comprend les districts de Colmar, Altkirch et Belfort ; et le Bas-Rhin (ayant Strasbourg pour chef-lieu) qui comprend les districts de Strasbourg, Benfeld, Haguenau et Wissembourg.

    La déclaration de guerre à l'Autriche, le vendredi 20 avril 1792, provoque l'envahissement du nord de l'Alsace en 1793. Les armées françaises commandées par Hoche repoussent, en 1794, les Autrichiens sur la rive droire du Rhin.

    Entre-temps, le samedi 02 mars 1793, la principauté de Salm-Salm (enclave étrangère en France), est rattachée à la France, incluse dans le département des Vosges.
    Le dimanche 28 janvier 1798 a lieu la réunion volontaire de la république helvétique de Mulhouse ainsi que d'Illzach (autre enclave isolée en territoire français) à la France (département du Haut-Rhin).

    Sous le Consulat, puis l'Empire, l'oeuvre d'unification administrative commencée sous la Révolution se poursuit. Un Préfet est placé à la tête de chaque département, et un Sous-Préfet dans chaque chef-lieu d'arrondissement.
    Construction du nouveau pont de Kehl (ville annexée à la France de 1808 jusqu'à la fin du Premier Empire). Le creusement du canal du Rhône au Rhin est entrepris. Développement de l'industrie (métallurgie dans la Manufacture Impériale du Klingenthal, à Strasbourg, à Niederbronn) et du textile.

    En 1815 le nord de l'Alsace (cantons situés entre la Queich et la Lauter), avec Landau, est annexé à la Bavière rhénane.
    En 1839-41, construction des voies ferrées Mulhouse-Thann et de Strasbourg-Bâle par Nicolas Koechlin.

    En 1870 a lieu la guerre franco-allemande. Strasbourg est assiègée 31 jours, et subit un bombardement du mardi 18 ?? au 26 ??, au cours duquel on compte quelques 220 000 projectiles. La bibliothèque est  incendiée. Au nombre des victimes : 300 civils.

    L'Alsace devient  "Terre d'Empire" (Reichsland). La loi du 06 septembre 1871 proclame que "les provinces d'Alsace et de Lorraine [Moselle], cédées par la France par les préliminaires de paix du 26 février 1871, dans les limites fixées par le traité de paix du 10 mai 1871, sont à jamais réunies à l'Empire d'Allemagne " ; en septembre 1871 Eduard von Moeller (1814-1880) est nommé Oberpraesidium (Président supérieur).
    Les Alsaciens-Mosellans ont la possibilité d'opter pour la Nationalité Française jusqu'au 30 septembre 1872 (et jusqu'au 30 septembre 1873 pour les résidents hors d'Europe). 128 000 Alsaciens-Lorrains (soit environ 8,5 % de la population dont 50 000 jeunes gens de 17 à 20 ans) optent pour la France ; 70 000 s'installeront en Algérie. [Sur 1 800 000 habitants en Alsace-Lorraine, en 40 ans, 260 000 ont émigrés vers la France (régions industrialisées), 330 000 vers l'Amérique, 400 000 immigrés allemands.]. Le 1er janvier 1874, la Constitution de l'Empire d'Allemagne est mise en vigueur en Alsace-Lorraine. Les Alsaciens-Lorrains enverront 15 députés au Reichstag. Le 29 octobre, une délégation régionale est créée (Landesaußchuss). Le 02 mai 1877, l'Alsace obtient l'autorisation de délibérer sur les lois à émettre par le Kaiser (l'Empereur d'Allemagne). Cette autorisation sera élargie le 04 juillet 1879  au droit de faire des propositions de loi. Un Statthalter, représentant le Kaiser, est nommé à Strasbourg, où il est assisté d'un ministère d'Alsace-Lorraine (un secretaire d'État, trois sous-secretaires), deux conseils renouvelés tous les trois ans : la Délégation (élue) 58 membres et le Staatsrat (Conseil d'État) 12 à 16 membres nommés par l'empereur. Aux élections du 21 février 1887, tous les protestataires sont élus, dont Auguste Lalance (1830-1920) devenu partisan de la réconciliation. 1888 -1-6 passeport jusqu'en 1900. 1911 -31-5 Constitution (Landesausschuss aboli). L'empereur exerce le pouvoir souverain, et à la tête du gouvernement est placé le Statthalter, nommé et révoqué par lui ; le pouvoir législatif est exercé par l'empereur et la Diète (Landtag) installée à Strasbourg avec 2 chambres : 1re Chambre : 5 représentants des communautés religieuses, le Pt de la Cour suprême de Colmar, 1 représentant de l'université de Strasbourg, 4 des villes les plus importantes (Strasbourg, Metz, Colmar et Mulhouse), 1 de la chambre de commerce de chacune de ces villes, 6 de l'agriculture, 2 des métiers, et un nombre de membres, nommés par l'empereur pour 5 ans, qui ne doit pas excéder le nombre des autres membres. 2e Chambre : 60 députés élus pour 5 ans au suffrage général direct et secret. 1914 -31-7 Constitution suspendue, état de siège. Les Statthalter du Reichsland furent
    - du 10 janvier 1879 à octobre 1885 : le Maréchal Baron Edwin von Manteuffel.
    - d'octobre 1885 à 1888 : le Prince Chlodwig von Hohenlohe-Schillingsfürst (1819-1901, Bavarois)
    - de 1888 à 1907 : Hermann von Hohenlohe-Langenburg (1832-1913)
    - après 1907 : le Comte Karl von Wedel (1842-1919, Hanovrien)

    Lois particulières du Reichsland Elsaß-Lothringen : enseignement obligatoire (1872), chasse (1881), caisses de maladie obligatoires (1883), loi cadastrale (1884), assurance accidents obligatoire (1884), assurance invalidité-vieillesse obligatoire (1889), loi municipale (1895), chambre de commerce (1897), code professionnel (1900), loi sur les associations (1908), aide sociale et domicile de secours (1908), code des assurances sociales (1911), travail des mineurs et repos dominical, organisation de la justice.

    Principales dispositions administratives, issues des lois antérieures à 1870 (abrogées en France entre 1870 et 1918) sont en vigueur en Alsace comme faisant partie du droit local. 1o) Régime foncier : terres et constructions immatriculées dans un livre foncier où sont mentionnés : propriétaire, usufruit, hypothèque et indications cadastrales. 2o) Régime des tutelles : l'époux survivant reste seul tuteur légal sous la surveillance du juge des tutelles ; en cas de décès des 2 époux, le juge des tutelles nomme un tuteur (souvent du côté paternel). Pas de subrogé tuteur ni d'obligation de vendre le patrimoine pour le convertir en placements de l'État. 3o) Assurances sociales : remboursements et régimes de retraites plus avantageux que dans le reste de la France. Depuis 1889, assurance obligatoire pour les accidents agricoles : cotisation reposant sur les salaires payés en agriculture (taux 5 %) ; employés forestiers : selon la valeur cadastrale forestière par commune, cotisation prélevée sur le produit annuel de la location chasse, complément perçu par un % sur le salaire (taux 11 %) ; pour les gardes-chasse : taux 6,6 % du salaire brut. 4o) Maintien du bilinguisme. 5o) Régime particulier des associations. 6o) Loi de chasse locale. 7o) Concordat religieux : écoles primaires confessionnelles ; un crucifix figure toujours dans la cour d'assises ; le clergé des 3 principales religions est payé par l'État ; direction des cultes à Strasbourg ; lendemain de Noël et vendredi saint chômés. 8o) Droit commercial : dispositions particulières. 9o) Notaires : assermentés et nommés par le ministre de l'Intérieur ; ils ne peuvent conserver dans leurs coffres liquidités et titres de leurs clients (ils doivent être versés dans un établissement bancaire). 10o) Circulation à droite des trains sauf ligne Mulhouse-Paris ; près de l'ancienne frontière franco-allemande, un " saut-de-mouton " permet le passage de gauche à droite. 11o) " Indemnité de difficultés administratives " pour les personnels civils de l'État [montant non modifié depuis le décret (17-9-1946)]. 

    1914-18 dictature militaire : 250 000 Alsaciens et Lorrains mobilisés dans l'armée allemande, généralement sur le front russe ; environ 30 000 †.

    1918 -nov. retour à la France. -14-12 arrêté ministériel créant 4 catégories de population : carte A : personnes dont tous les parents ou grands-parents sont nés en Fr., Alsace ou Lorraine ; B : dont un parent ou grand-parent est originaire d'All. ; C : ressortissant des pays alliés à la Fr. ou neutres ; D : des ex-pays ennemis.

    1918 -nov. à 1920 -sept. 110 000 hab. d'origine ou partiellement d'origine allemande expulsés.

    1926 réagissant à la politique d'assimilation et aux maladresses de l'administration française, une centaine d'Alsaciens-Lorrains constituent le Heimatbund (Ligue de la patrie), réclamant l'autonomie dans le cadre français et le bilinguisme franco-allemand. 1927 arrestations chez les autonomistes. Plusieurs journaux interdits. 1928 procès à Colmar de 22 autonomistes (quelques semaines plus tôt, 2 avaient été élus aux législatives) : 4 condamnations.

    1939 374 000 Als. évacués vers le Sud-Ouest et le Centre, notamment 80 000 Strasbourgeois en Dordogne (11 000 à Périgueux). 1940 -7-2 Karl Roos (un des chefs autonomistes) exécuté à Nancy pour espionnage ; -mai à juin plusieurs autonomistes alsaciens-lorrains internés à St-Dié et à Arches. Après l'armistice, l'Alsace est rattachée au pays de Bade et placée sous l'autorité d'un Gauleiter (gouverneur). Les Als. sont considérés comme Deutsche Volk, faisant partie de la nation allemande ; -20-6 Robert Wagner Gauleiter de la " province de Bade-Alsace " ; -21-6 il destitue le préfet du Ht-Rhin ; -1-7 l'Alsace-Lorraine passe officiellement sous administration allemande ; -7-10 Joseph Burkel Gauleiter de la " province Lorraine-Palatinat ". 1941 implantation du parti nazi, de la DAF (Front allemand du travail) et de la Hitlerjugend (Jeunesse hitlérienne) ; -23-4 Reichsarbeitsdienst (service du travail du Reich) obligatoire en Lorraine et -juillet en Alsace ; aspect paramilitaire (hommes : obligatoire ; femmes : de 18 à 25 ans). La propagande invite les volontaires à rejoindre l'armée allemande [Wehrmacht ou Waffen-SS (il n'y en eut que 1 000)]. 1942 -1-1 Jeunesse hitlérienne obligatoire pour jeunes de 10 à 18 ans ; -20-1 les Als. peuvent obtenir le passeport allemand ; -24-8 service militaire obligatoire pour les hommes nés entre 1922 et 1924 et ayant accompli le service du travail. 19 classes d'âge en Alsace (1908 à 1926, parfois 1927) et 13 autres en Moselle sont mobilisées en All. (soit 65 000 Bas-Rhinois, 40 000 Haut-Rhinois, 30 000 Mosellans). La majorité des " malgré-nous " sont envoyés sur les fronts de l'Est et dispersés dans les unités allemandes ; certains s'évadent, d'autres rejoignent les lignes soviétiques. 1943 de nombreux Als. sont prisonniers et regroupés dans des camps (exemple : Tambov à 400 km au sud-est de Moscou ; nombreux décès).

    1944 -janvier appel des Als. officiers de réserve de l'armée française, exclus jusque-là du service armé. 1944-45 libération de Mulhouse (19-11), Strasbourg (23-11), Colmar (2-2), Wissembourg et Lauterbourg (18-3). 1945 45 000 Als. internés dans les camps de Schirmeck et Struthof ; l'enseignement de l'allemand est supprimé à l'école primaire. Rapatriement très lent des Als. et Mosellans (le dernier " malgré-nous ", Jean-Jacques Remetter, sera relâché en 1955 et rejoindra l'Alsace) ; 40 000 d'entre eux sont morts au front ou dans les camps.

    1949 Strasbourg devient le siège du Conseil de l'Europe et la capitale de la grande Europe.

    1951 l'autonomiste Joseph Rossé, condamné pour collaboration, meurt en détention. 1953 procès de Bordeaux, l'Alsace obtient que le cas des 17 Als. et Mosellans soit disjoint de celui des 7 militaires allemands de la division SS " Das Reich " impliqués dans le massacre d'Oradour-sur-Glane (1944) ; après les condamnations, des élus alsaciens provoquent à la Chambre de vote d'une loi d'amnistie pour ces " malgré-nous " [en 1984-86, après de longues négociations, l'All. acceptera de verser 770 millions de F répartis par l'" Entente franco-allemande " (Strasbourg) entre plus de 80 000 " malgré-nous " ou leurs ayants-droit].

    1997 - Le traité d'Amsterdam consacre définitivement Strasbourg, capitale de la grande Europe, comme siège du Parlement Européen et capitale parlementaire de l'Union Européenne.

     

    LES HAUTS LIEUX ALSACIENS

    Haut Koenigsbourg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique