• Le Graal et l'Islam

     

    Horacio Labat
    Le Graal, symbole de la Grâce ? rapprochement et participation au divin ? rencontre de Dieu avec lui-même dans l'homme ? union transformatrice de la créature avec le modèle divin ? connaissance directe de Dieu et de son Verbe ? Sujet transcendantal pour le mysticisme occidental....

    D'une manière générale, on suppose que le Saint Graal est en relation avec Jésus. Selon certaines traditions, c'est la coupe à laquelle burent Jésus et ses disciples lors de la dernière Cène. D'autres disent que c'est la coupe que Joseph d'Arimatie utilisa pour recueillir le sang de Jésus crucifié. Mais si le Graal était si intimement associé à Jésus, pourquoi n'y a-t-on fait absolument aucune allusion pendant plus d'un millénaire ? Où était-il pendant tout ce temps ? Pourquoi n'a-t-il pas figuré dans la littérature, le folklore ou la tradition antérieures au douzième siècle de notre ère ? Pourquoi quelque chose d'aussi important pour le christianisme est-il resté apparemment caché pendant tant de temps ?<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Tout approfondissement du sujet qui nous occupe doit commencer par un examen de l'origine du Graal, de ses aspects, ses caractéristiques, son éthique, l'idée du centre du monde, la recherche ou quête du Graal, ses épreuves, la chevalerie terrestre et la chevalerie céleste, et le héros du Graal.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La Kaaba, sanctuaire principal de l'islam dans la mosquée de la Mecque, a une forme cubique et sur sa face orientale interne se trouve la Pierre noire que baisent les pélerins. La tradition nous dit que le patriarche hébreu Abraham, né à Ur en Chaldée, vers 2000 ans av. J.-C., avec son fils Ismael, né de l'esclave Agar, reçut de Dieu l'ordre d'élever un temple, et comme il ne savait pas où ,ni comment l'ériger il posa la question au Seigneur. Celui-ci envoya un nuage noir qui se posa en l'air : en cet endroit géographique et avec les mêmes dimensions et les mêmes couleurs que celles du nuage, le père et le fils réalisèrent leur oeuvre. "Fais-nous connaître le culte", demandèrent-ils. Survint alors l'Archange Gabriel, qui apportait la pierre noire. Ce qu'apporta Gabriel était-il une jacinthe qui se transforma en pierre noire en présence d'une femme impure ? S'agit-il en réalité d'une pierre météorique de couleur rouge sombre ? En tous cas, l'équivalent islamique du Graal, en tant que symbole des centres spirituels de l'humanité, est la Pierre noire de la Kaaba.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Depuis le VIIIe siècle de notre ère, le problème théologique et intellectuel de la coexistence et de la valeur respective des trois fois est posé : la foi chrétienne, la foi judaïque et la foi musulmane. Et depuis cette époque, la parabole des trois anneaux tente de nous donner une solution : un père remet un anneau à chacun de ses trois fils : lequel est le meilleur ? se demandent chacun des fils, imbus de la grande hérésie de la séparativité et prompts à cataloguer. Par leur nature et leurs caractéristiques, les trois fils sont différents, ce que met en évidence le fait que le père leur a remis des anneaux différents adaptés à leurs possibilités et à leurs besoins. Ils sont aussi complémentaires, car le père veut le meilleur pour tous ses fils. Mais eux ne le comprennent pas ni ne le vivent. La clé réside dans l'usage que fait chaque fils de son anneau, pour être le reflet toujours plus fidèle du père. Ces trois branches du monothéisme, de racine abrahamanique, devront actualiser le Mystère prophétique permanent de Melchisedech. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'islam, ouvert par vocation à toutes les formes de révélation authentique prophétiques ou sapientiales, a joué un rôle particulier d'intégration avec les mazdéistes, les hermétiques, les pythagoriciens, les platoniciens, les chrétiens et les juifs. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le message de transcendance des trois branches monothéistes pour mieux tirer profit des possibilités que l'Ere astrologiques des Poissons conférait à l'humanité, apparaît dans les Ecritures avec le thème du Roi du Monde, Prêtre du Feu, Melchisedech, bénissant Abraham au nom du Dieu Très-Haut, et par son intermédiaire les trois religions à l'origine desquelles se trouve Abraham. L'Ordre du Graal, à travers toutes les époques et toutes les traditions, est une expression de l'Ordre du Feu de Melchisedech. De la conscience effective de l'unité essentielle des trois religions monothéistes dépendait la restauration de la souveraineté du Graal, c'est-à-dire l'accomplissement du "Mystère impérial" qui sauverait l'Occident de la décadence due à la scission politique et religieuse. Plus tard, dans la littérature également, Dante a posé le problème, en tant que Gibelin qu'il était (partisan des Empereurs d'Allemagne, en Italie, durant le Moyen Age, contre les Guelfes, défenseurs des Papes).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A l'intérieur de la tradition primordiale représentée par le Graal, existe alors un versant occidental (la Coupe, pierre prophétique des Celtes, devient la coupe qui a reçu le sang du Christ : le dogme de la transsubstantation, conversion intégrale d'une substance en une autre, l'eucharistie comme expression de la dernière Cène au cours de laquelle le corps et le sang de Christ devient l'hostie-pain et le vin dans la coupe). Et un versant oriental (la Pierre de la révélation descendue du ciel oriental). La tradition occidentale se manifeste à la fin du XIIe siècle comme effet de l'influence des croisades, après leur contact avec l'Orient, dans le terrain européen fertile préparé par la renaissance celtico-chrétienne ou néodruidisme qui eut lieu au XIe siècle. Appartiennent à ce courant les oeuvres littéraires du cycle du Graal de Chrétien de Troyes, Robert de Boron, Monnessier, Gerbert de Montreuil et les travaux sur Lancelot et la mort d'Arthur. L'Ordre de Citeaux et l'Ordre de saint Benoît canalisent dans les faits cette tendance. La filiation orientale apparaît dans la littérature avec le Parsifal le Wolfram von Eschenbach et le Nouveau Titurel (Tintagel ?) de Albrecht (1270). La doctrine de l'Ordre du Temple canalise cette tradition. L'enseignement du Graal est un magistère ésotérique (moine-soldat, prêtre-roi), magistère distinct de l'Eglise. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'oeuvre de Wolfram von Eschenbach est un des rameaux principaux et primitifs du mythe du Graal. Pendant ces siècles, l'islam fut l'inspirateur et le guide des minorités responsables du développement et de la canalisation des trois religions monothéistes. Ibn Arabi, Ibn Masara, Ibn Farabi, Avicenne et Averroès, parmi d'autres moins connus, ont inspiré la production de saint Albert le Grand, de saint Thomas d'Aquin, d'Escoto (?) et d'autres. La science occidentale est pour lors totalement arabe : Ptolémée et Euclide parviennent, via l'Espagne et la Sicile, au XIIIe siècle, jusqu'aux chaires d'Oxford et de Chartres. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La confrérie des constructeurs de cathédrales, et les corporations artisanales d'une manière générale, furent des organisations initiatiques, avec des traces claires d'influence islamique. La tradition hermétique, dont Hermès Trismégiste, du nom grec donné au dieu égyptien Thot, passe de Geber(?) à Roger Bacon, au-delà des différences extérieures des dogmes : c'est ainsi que l'alchimie est parvenue jusqu'à nos jours. Von Eschenbach nous parle d'un maître provençal, qui avait reçu le baptême, et qui sous le pseudonyme de Kyot trouva, dans un atelier alchimique à Tolède, des manuscrits arables abandonnés : il recueillit en Espagne la tradition arabe, racontant la vie d'un docteur ès sciences cosmologiques, Flegetanis (descendant d'une ancienne famille d'Israel), qui lit le nom du Graal dans les étoiles et voit comment les anges le font descendre sur la Terre, pour le remettre à la garde "des seuls hommes d'essence angélique (qui grâce au mystère du Baptême étaient à l'abri des embûches du Malin) : les chrétiens. Le Graal est apporté jusqu'en Inde, lieu où on situait alors le paradis terrestre. Le mystère du Graal, en tant que mystère de la connaissance, de l'initiation, de la transmission initiatique, en tant que mystère des centres spirituels de la planète, a alors une existence certaine, il est d'origine céleste, de source islamique, et sa présence en Occident est sous la garde des chrétiens. Où ? le récit nous parle de Gahumret, frère cadet du Roi d'Anjou, qui fuit la vie de la Cour et entreprend le voyage à la recherche de lui-même, cheminant de l'Asie à l'Afrique, pour passer ensuite par l'Irlande et revenir après en Provence. C'est le père de Feirefiz (Orient) et de Parsifal (Occident), représentants de la chevalerie errante orientale et occidentale. La coupe de chevalerie représente les breuvages initiatiques des quatre sciences : la science de l'Esprit (le vin), la science absolue (l'eau), la science des lois révélées (le lait) et la science des normes sapientales (de sagesse) (miel).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La conquête pour notre monde de la Cité divine, le projet et l'oeuvre interrompue des templiers, chercher en Europe le paix spirituelle, s'est faite à travers une relation initiatique avec l'islam, créant des liens de fraternité spirituelle avec des Ordres musulmans comme celui des Assassins (à contrôler)("Gardiens"), créé cinquante ans avant que ne soit institué le Temple en 1118. L'authentique Terre Sainte de l'ésotérisme médiéval, le centre spirituel suprême de l'époque est connu pour nous comme le Royaume du Prêtre Jean, en relation en Asie Centrale avec l'Agartha, Royaume occulte du Roi du Monde. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans la tradition occidentale, la quête du Graal complète la réalité d'Arthur comme pouvoir temporel, de la même manière que le Ciel complète la Terre et que la chevalerie céleste complète la chevalerie terrestre. Le Roi du Ciel attribue à l'Homme deux clés, deux mystères : celle de l'Empire (qui est en argent) et celle du Sacerdoce (qui est en or).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans la mythologie celtique, Arthur (fidèle agent de Merlin) est l'Empire avec son épée Excalibur, et Merlin est le Prêtre avec la direction spirituelle des peuples celtes. A l'heure de la seconde venue, les deux autorités, sacerdotale et royale, seront à nouveau réunies sur une seule auguste tête : la tradition chiite nous dit la même chose quand elle explique la fonction du Mahdi. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Si le lieu central, la Montagne polaire, l'Ile sèche, dans les différentes traditions, reçoit les noms de la Thulé hyperboréenne, l'Avalon celtique, le Mérou hindou, l'Olympe grec, la Colline de Sion pour le christianisme et le judaïsme, dans l'islam on a la Monbna Qaf, (à vérifier), Montagne des Saints ou Montagne blanche située dans l'Ile verte. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La Pierre noire est exotérique, tandis que le Graal est totalement ésotérique. On peut expliquer cela par l'existence d'une Kaaba céleste ou existerait la Pierre-archétype de la Pierre noire terrestre, qui voit et parle nomme les Imans et déposera comme témoin le Dernier Jour. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La notion d'universalité du Graal et de l'unité essentielle des traditions, implique non seulement l'approfondissement ésotérique du contenu des dogmes mais également la rupture - par transcendance- des limites intellectuelles liées au fait même de sa définition, et l'effondrement des barrières religieuses, qui se transformeront en ponts, pour permettre à la chrétienté de réintégrer l'Ordre traditionnel universel face au triple défi d'un nouveau siècle, d'un nouveau millénaire, d'une nouvelle ère astrologique. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Bibliographie<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    "The Rosicrucian Enlightenment" (St. Albans, 1975), Yates, F.A.<o:p></o:p>

    "Parzifal" (Nueva York, 1961), Wolkam von Eschenbach.<o:p></o:p>

    "Le Roi du Monde", René Guénon.<o:p></o:p>

    "Traité d'Histoire des religions", Mircea Eliade.<o:p></o:p>

    "L'islam et le Graal", Pierre Ponsoye.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Traduit de l'espagnol par Marie-Françoise Touret<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique