•  

    Anne Givaudan est l'auteur de plusieurs ouvrages hors du commun dont certains, co-écrits avec Daniel Meurois, sont devenus des best-sellers mondiaux.

    Souhaitant que ses expériences (décorporations, voyages astraux, lectures akhashiques, etc.) et ses contacts avec les habitants des autres mondes soient connus d'un nombre croissant d'entre nous, afin que chacun puisse en bénéficier et retrouver dès que possible sa véritable nature : pluridimensionnelle et sans limite, elle a demandé à ÈRE NOUVELLE de diffuser le texte d'une interview qu'elle avait accordée il y a quelques mois à des membres du forum d’
    ESSANIA, animé par Régis Fugier, en même temps qu’un extrait de son livre « Alliance », qui montre qu'hors de notre espace et hors de notre temps connu, il existe des êtres qui vivent intensément. Leur monde n'est ni morne ni ennuyeux et pourrait même être un exemple pour nous.

    Voici, pour commencer, cette interview accordée par Anne à Régis et à d'autres membres d’
    ESSANIA en juillet 2004.

    La question de l'utilité du référendum planétaire proposé à l'humanité en septembre 2003 (Cf. notre page
    Voulez-vous changer le monde par effet de levier en décidant que nous apparaissions ?) ayant été abordée au cours de l'entretien, Olivier de Rouvroy a estimé nécessaire, avant de publier ce document sur ÈRE NOUVELLE, de demander à Anne quelques précisions complémentaires sur ce point particulier. Ces précisions nous ont été transmises le 9 avril 2005.

    Les deux textes ont alors été réunis.


    Dialogue avec Anne Givaudan (Juillet 2004 - Avril 2005)

    Régis Fugier : depuis quelques années, c'est la grande mode des channeling et cela fait couler beaucoup d'encre. En même temps, on a quand même l'impression d'une drôle de mascarade et cela inquiète un certain nombre de tes fidèles lecteurs car au fond, dans certaines interviews, tu as toujours conseillé de rester prudent par rapport à tous ces messages channelisés. Peux-tu nous expliquer à quel niveau nous devons rester prudents ?

    Anne Givaudan : Le channeling est semblable à une conversation téléphonique, si ce n'est qu'il s'agit des plans subtils. Actuellement l'énergie du changement vibratoire qui est en train de se passer sur la planète Terre favorise tout ce qui est dans ce domaine. Je m'explique : Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui ont des sens plus subtils et ouvrent en eux des capacités telles que la clairvoyance, la clairaudience, des dons de guérison... Ceci est en grande partie dû à l'éthérisation de la terre et à l'ouverture de ses habitants à des plans de non matière.

    Ceci dit, il est extrêmement important de rester non pas méfiant mais vigilant car le fait d'avoir des capacités n'a jamais été un signe de sagesse ou d'élévation spirituelle. Il est bien évident que les messages captés sont loin d'être tous de qualité. Ils se contredisent parfois les uns les autres et certains contiennent même des "erreurs" importantes et voulues pour créer encore plus de confusion. Ces "erreurs" ne sont d'ailleurs pas forcément le fait du channel car il faut savoir que des "messages" peuvent être envoyés aussi bien par des entités "bénéfiques" que par des "manipulateurs"...

    Je vais vous faire un cadeau de la part de ces êtres de Lumière avec lesquels nous travaillons depuis toujours. Voici ce qu'ils nous ont donné comme conseils à ce sujet :

    "Dans nombre des textes qui vous sont remis, les éléments Ombre et Lumière sont souvent voisins, observez-les, ne cherchez pas à les démonter. Posez-vous simplement cette question : Que m'apportent-ils ? Qu'apportent-ils à l'ensemble de nous tous ? Vont-ils construire ? Vont-ils cloisonner une fois de plus les hommes ? Entretiennent-ils encore une fois l'éternel jeu de la dualité ? Lorsque vous aurez répondu en toute honnêteté à ces questions, rien ne vous servira d'aller plus avant dans votre analyse. Vous saurez comment comprendre et comment agir. L'information, la véritable information vous l'avez déjà en vous... Elle s'appelle bien sûr Amour, cette information et ses alliés plus que tous les savoirs ou pseudo savoirs que certains prédigèrent pour vous se nomment confiance et volonté."

    Régis : À propos de channeling, la plupart de ces messages traitent beaucoup de l'Ascension. Tout le monde a ce mot à la bouche et c'est devenu une véritable obsession pour certains qui attendent cette fameuse date fatidique de 2012, où, selon les dires de certains, la Terre et ses habitants devraient "ascensionner". N'y a-t-il pas là encore des pièges auxquels nous devons faire attention ?

    Anne : Il nous a toujours été dit que le futur est en probabilité et qu'il s'inscrit et se désinscrit à la mesure de l'espace de notre coeur. Vouloir "ascensionner", c'est comme d'être obsédé par le "voyage astral" et de cette façon nous oublions le but pour nous accrocher à un moyen...

    Que le corps ascensionne avec nous peut se faire d'une façon complètement naturelle lorsque nous avons atteint un niveau de conscience et d'Amour qui permet de transmuter la matière. Il y a encore à mon sens une grande confusion entre rechercher un moyen et atteindre un état d'Être. Lorsqu'un état d'Être est atteint, peut importe que nous sortions de notre corps ou que nous ascensionnons et justement cela peut se faire car nous n'y attachons plus d'importance. Rien en dehors d'habiter enfin l'Espace du Cœur ne peut devenir un but si nous ne voulons pas rester encore dans l'illusion.

    Il est cependant important que des êtres puissent concrètement montrer que cela est possible pour que quelque chose se débloque au niveau de l'humanité. Intellectuellement nous savons que tout est possible mais il faut parfois que des êtres viennent dans le but d'en faire la démonstration pour que les cellules de notre corps en soient convaincues.

    Il est important que des personnes puissent montrer que se nourrir de prâna est possible, de même que d'autres montreront qu'ascensionner est possible. Cela ouvre les portes plus en grand... Mais en fait quelle importance d'emporter ou non son corps physique même si nous l'aimons autant qu'un beau vêtement ??? Que cela se fasse ou non, l'essentiel n'est pas là. Je sais que c'est tout à fait possible et cela s'arrête là.

    Régis : Tes ouvrages et ceux co-écrits avec Daniel Meurois sont toujours le fruit d'une série de sorties hors du corps (décorporation) alors que la plupart des livres New Age actuels ont surtout été transmis par channeling. La pratique du "voyage astral" est-elle plus fiable que le "channeling" ? Est-ce que le "channeler" peut être trompé plus facilement par certaines entités que la personne qui pratique la décorporation ?

    Anne : La décorporation est plus fiable dans la mesure ou non seulement j'entends ce qui m'est dit mais je le vois. Disons que tous les sens subtils sont en éveil. Pourtant, là aussi, il peut y avoir des pièges. Il y a des plans qui sont simplement la création de nos pulsions ou de notre volonté créatrice. Ce sont donc aussi des plans de l'illusion. En ce qui nous concerne, nous avons mis sept ans avant d'écrire quoi que ce soit sur ces sujets car durant ces sept ans nous avons visité tous les plans, des plus denses aux plus subtils, et nous avons été confrontés aux pièges de chacun d'eux.

    Nous avons fait et je fais toujours des différences entre les sorties hors du corps. Certaines sont des voyages astraux dans les voyages astraux, nous pouvons décorporer au moins sept couches de notre Être et atteindre ainsi des niveaux de conscience de plus en plus subtils.

    Lorsque nous sommes dans un corps physique nous traduisons fatalement ce que nous voyons, vivons et entendons avec nos mots et les concepts que nous connaissons de l'époque dans laquelle nous vivons et la traduction est aussi en relation avec la personne qui vit l'expérience.

    Régis : Autre sujet très prisé depuis ces dernières années : les extraterrestres. Il y a même actuellement un grand référendum proposé sur le net et intitulé "Voulez-vous nous voir apparaître ?" (Cf. notre page
    Changeons le monde), question censée être posée par toute une armada d'extraterrestres qui se proposent de nous aider si nous les y invitons. Ils disent même que leur apparition provoquerait un choc psychologique utile pour notre civilisation.

    Or, dans ton livre Alliance, tu as toi-même suggéré aux êtres de Vénus : "Il vous serait si simple d'apparaître et de nous dire que faire" et ils t'ont répondu : "Si simple et tellement peu utile ! Nos apparitions agiraient sur votre émotivité, sur votre mental, sur votre goût pour le drame et pour le spectaculaire, mais votre cœur n'en serait pas plus ouvert. Ouvrez votre cœur et le reste viendra, car dès cet instant votre perception sera autre, plus vaste, sans peur et sans risque de sombrer dans une inutile nostalgie."

    Face à de telles paroles, j'ai deux questions :
    1) Ce fameux référendum ne devient-il pas obsolète ou bien penses-tu qu'il puisse quand même être utile ?
    2) Est-ce que ce fameux "choc psychologique" qu'entraînerait l'apparition des extraterrestres sur notre humanité (choc espéré par certains) ne ferait pas effectivement avancer les choses ?

    Anne : Je connais en effet ce référendum. En ce qui me concerne, je ne peux y attacher de l'importance. Les extraterrestres n'ont pas besoin de nous demander un accord officiel pour savoir si nous sommes prêts à les accueillir. Ils savent comment sonder les âmes et les coeurs et l'énergie que dégagent nos corps subtils est pour eux bien plus parlante que "des accords de principe". Il est certain que des apparitions vont se faire de plus en plus rapprochées et de plus en plus concrètes et là encore il y aura le meilleur et le pire. Donc je conseillerai de ne pas chercher à savoir qui dit vrai ou non mais simplement d'être ce que nous sommes vraiment : des êtres de Lumière au potentiel infiniment supérieur à ce que nous imaginons et qui savent que L'impossible est une absurdité.

    Que des êtres de l'espace existent, c'est une évidence, comme de dire que nous respirons. Bref, pas de quoi en faire une montagne ! Par contre, être prêt à une véritable rencontre sans peur et sans attente d'être sauvé c'est-à-dire en Adulte, debout, alors oui et c'est cela qui permettra aux êtres de l'espace de nous rencontrer enfin comme des partenaires et non comme des enfants en quête de parents.

    Christophe : Lors de ton passage à la radio "Ici et Maintenant", tu racontais l'une de tes expériences ou il t'avait été permis de voir l'aura de notre mère la Terre en précisant que, malgré les apparences, ce n'était pas si catastrophique... Qu'en est-il aujourd’hui ? Les récentes manifestations (méditations) en faveur de la paix partout dans le monde ont-elles eu un impact pour notre futur ? A-t-on assisté a la naissance d une nouvelle Ère ?

    Anne : Lorsque nous méditons ou lorsque nous prions, il est essentiel de faire entrer en action trois éléments qui sont le corps mental, le corps émotionnel et le corps physique. Si ces trois corps sont alignés pour un même objectif alors, nous irons vers sa réalisation. Avec votre mental vous "savez", avec votre émotionnel vous "ressentez", avec votre corps, vous "concrétisez" dans la matière.

    Prier pour la paix n'est pas une mince affaire. Lorsque l'on prie pour la paix, nous faisons entrer en action son opposé qui est la guerre car cette création est faite à partir du mental qui ne vit que par le deux, la dualité. Rêver la paix est un acte de foi qui vient du coeur et qui met cette paix comme seule existante. Il est donc mieux de mettre en place un monde de paix que de demander la paix. Je suis optimiste de nature et je sais très profondément que le monde va vers une évolution inéluctable et en accord avec sa croissance. Les zones d'ombre sont encore très présentes mais la Lumière qui est encore souterraine et moins visible va apparaître et n'oublions pas que l'Ombre est toujours au service de la lumière et non l'inverse !

    La première étape c'est d'être en paix en Soi et avec Soi, le reste se placera de lui-même.

    François : Des vaisseaux décrits dans "Alliance" s'apprêtaient à entrer dans notre dimension. Sont-ils entrés ? Si oui, pour y faire quoi ? Et pour le faire quand ? Si non, que s'est-il passé qui les a retardé ? Les Terriens sont-ils encore trop "frileux" ? Attendaient-ils que le maillage (voir question suivante) soit en place pour une action conjuguée d'envergure ?

    Anne : Il y a des vaisseaux en place depuis déjà plusieurs années sur les principaux chakras de la Terre et sur les principaux points de Lumière. Ils sont présents aux endroits où sont construits les monuments sacrés de la planète et sur les lieux géographiques sacrés. Si vous faites une carte de ces différents points, même sans tenir compte des chakras terrestres, vous aurez une idée des emplacements principaux.

    Ceci ne les rend pas visibles pour autant mais ils sont là...

    François : Par ailleurs, dans ton livre "Walk In", il est question, vers la fin, d'une sorte de maillage lumineux de la planète. Qu'elle en a été l'incidence ? Ce filet tendu sur toute la Terre a-t-il quelque chose à voir avec l'accélération générale du temps (ou de ses effets) ?

    Anne : Le filet est en place. Je ne peux en dire plus pour le moment.

    François : Si une intervention générale (sur toute la planète, donc) a lieu, risque-t-il d'y avoir ce qu'on appelle des dégâts collatéraux ? Vu le genre d'intervention, à quoi cela peut-il bien ressembler ? D'autre part, si les Terriens ne se calment pas, c'est-à-dire s'ils continuent de polluer "l'atmosphère vibratoire galactique" sans discernement, peut-il y avoir une politique de la terre brûlée (destruction totale de l'humanité) afin d'éviter que la gangrène (que nous représenterions) se répande dans l'univers ? Pour résumer, vu d'en haut, l'humanité est-elle sur une pente ascendante ou descendante ?

    Anne : L'humanité ne sera pas détruite par des êtres extérieurs... Elle est bien capable de faire cela toute seule. S'il y a des interventions, elles seront plutôt là pour empêcher ou réduire une destruction totale. Je ne pense pourtant pas que nous en soyons là.

    Pierre : Comment arriver à maîtriser la force sexuelle et de ses flots d'énergies eccessives ? Avec tous les livres sur le tantrisme et les livres sur la sexualité, il est dur de comprendre ce qui est ok et ce qui ne l'est pas. Est-ce seulement les pensées et l'émotion qui sont importants dans la relation d'Amour ou bien les postures et les gestes sont-ils aussi très importants ? Penses-tu écrire un jour un livre sur la sexualité ?

    Anne : Pour le moment, je n'ai pas l'intention d'écrire un livre sur la sexualité car il y en a déjà beaucoup sur ce sujet. Je vais vous offrir à ce sujet quelques mots du Maître Jésus : "Ce n'est pas du désir charnel dont il vous faut prendre garde mais de tout désir qui asservit, qui crée une pulsion dominatrice, qui engendre et ancre dans l'âme et le corps un automatisme primaire difficilement contrôlable. L'union des corps, dès qu'elle est union des âmes et non pas la simple répétition d'un réflexe vital devient un acte sacré au même titre qu'une célébration dédiée à la Lumière Universelle. Aucun de ceux qui ont marché dans mes pas sur les chemins de Palestine n'était nourri par les interdits que la lourdeur des siècles et les inhibitions que quelques uns ont fait éclore...Aucune des fonctions d'un temple n'est vile pour peu que l'Amour habite en chacune de ses pièces...Je n'affirme pas que l'acte de chair soit indispensable à toute vie équilibrée... J'affirme simplement que l'âme qui s'inflige une frustration par obéissance à un principe mal compris est une âme qui faute envers elle-même. (Extrait de "Par l'Esprit du Soleil")

    Pierre : Nous comprenons que la relation entre nous et le peuple animal (à savoir qu'ils sont venus pour nous aider dans un certain sens), mais c'est moins évident de savoir à quel niveaux sont vécus ces échanges. Donc, à quel niveau se situent ces échanges ?

    Anne : Notre livre "Le peuple animal" (co-écrit avec Daniel Meurois) est riche de différents contacts avec les animaux. Je n'ai pas envie d'en faire ici un résumé car ce serait bien moindre que tout ce que ce peuple nous a donné comme messages. Ce règne animal nous offre tout ce que nous avons oublié de don et de spontanéité, d'amour et de lâcher-prise. Il nous montre comment vivre dans l'instant présent et chacun a une spécificité. Ils sont reliés avec une grande facilité à leurs guides et les mondes subtils font partie intégrante de leur vie. Leur rapport avec la mort est infiniment plus simple que le nôtre et leur mental moins fort. En fait, ils nous rappellent ce que nous avons oublié et que nous devons maintenant retrouver.

    Dans notre livre "Par l'Esprit du Soleil", il est dit ceci : "En vérité, vous êtes comme les animaux d'un autre peuple... Comprenez-vous ce que cela signifie ? Je parle par analogie... Il n'y a pas plus de différence entre le porc contraint de traîner dans un cloaque et vous-même, qu'entre vous et un être du peuple angélique. Si cela vous choque, sachez que ce choc n'a sans doute d'autre fondement que l'orgueil."

    Michelle : J'ai vu sur Arte un documentaire qui parlait du passage de Jésus en Inde... J'ai repris votre livre : "De mémoire d'Essénien" aux pages 209, 210, où il est question de son parcours dans ce pays... Peux-tu nous dire si des preuves matérielles de son passage existent encore de nos jours ?

    Anne : Ils existe des documents détenus par exemple dans un monastère dans lequel nous avons séjourné au Laddak qui sont des preuves de son passage.

    Bernadette : Avec l¹avalanche d¹informations auxquelles nous sommes confrontés, c'est difficile de faire la part des choses. Est-il possible qu'en prêtant attention à tous ces scénarios de catastrophe, nous contribuions à leur apparition ? Avons-nous encore une chance, en nous concentrant sur l'Amour, d'éviter une transition traumatisante pour nous et pour les autres ?

    Anne : Nous ne nous concentrons pas sur l'Amour pour éviter le pire, sinon ce n'est pas de l'Amour mais du calcul. On vit, on aime et on se dirige vers un espace du coeur dont je vais particulièrement parler dans le second tome de "Formes-Pensées" : "Le Chemin de la Transmutation". Il s'agit d'une méditation importante qui permet d'accéder à la plus belle dimension de notre être. Lorsque cela se fait, tout peut s'y dissoudre et notamment nos formes-pensées les plus lourdes, celles qui influencent la planète et la ralentissent.
    <o:p></o:p>

    Extrait du Forum d'Essania<o:p></o:p>



    <o:p></o:p>

     

    <v:shapetype coordsize="21600,21600" filled="f" id="_x0000_t75" o:preferrelative="t" o:spt="75" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" stroked="f"><v:stroke joinstyle="miter"></v:stroke><v:formulas><v:f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0"></v:f><v:f eqn="sum @0 1 0"></v:f><v:f eqn="sum 0 0 @1"></v:f><v:f eqn="prod @2 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="prod @3 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @0 0 1"></v:f><v:f eqn="prod @6 1 2"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelWidth"></v:f><v:f eqn="sum @8 21600 0"></v:f><v:f eqn="prod @7 21600 pixelHeight"></v:f><v:f eqn="sum @10 21600 0"></v:f></v:formulas><v:path gradientshapeok="t" o:connecttype="rect" o:extrusionok="f"></v:path><o:lock aspectratio="t" v:ext="edit"></o:lock></v:shapetype><v:shape alt="" id="_x0000_i1025" style="WIDTH: 181.5pt; HEIGHT: 305.25pt" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.erenouvelle.com/site/images/anne1.jpg" src="file:///C:DOCUME%7E1PROPRI%7E1.NOMLOCALS%7E1Tempmsohtml1%EF%BF%BD1clip_image001.jpg"></v:imagedata></v:shape><o:p></o:p>




    Question complémentaire d’Olivier de Rouvroy à propos du référendum planétaire :


    Olivier de Rouvroy : Au cours de l’entretien que tu as accordé aux participants au Forum d’

    ESSANIA, tu as dit, en parlant des frères de l'espace : "Ils savent comment sonder les âmes et les coeurs et l'énergie que dégagent nos corps subtils est pour eux bien plus parlante que des accords de principe." Peut-être, mais l'expression de notre libre-arbitre, qu'ils sont tenus de respecter, ne passe-t-elle pas justement par de tels "accords de principe" aussi longtemps que nous continuons à subir les limitations de la troisième dimension ?

    En termes de 3D, la pensée est un commencement, mais la pensée doit s'habiller d'un sentiment pour devenir une intention, et l'intention doit elle-même se matérialiser à travers un acte concret pour se réaliser. Or, cet acte concret peut très bien prendre la forme d'un vote ou d'une signature. Nous avons un esprit, mais aussi une âme et un corps. Nous avons un intellect, mais aussi un coeur et une volonté ; il nous est demandé de penser, mais également de ressentir et de nous exprimer, d'agir. C'est pourquoi ce vote, oui ou non, qui était demandé m'a paru représenter bien plus qu'un simple "accord de principe".

    Que l'énergie dégagée par nos corps subtils ou la pureté de notre aura puissent être considérées comme des signes tout à fait fiables de la qualité de notre détermination, je ne le nie pas, mais la détermination me semble, au moins aussi longtemps que nous évoluons dans la troisième dimension, devoir être matérialisée par un engagement concret. En ce qui me concerne en tous cas, j'ai toujours estimé que l'idée de ce référendum était en elle-même une merveilleuse idée.

    Ma question est donc la suivante : as-tu d'autres arguments à faire valoir, qui permettraient d'établir avec certitude que ce référendum était effectivement inutile, comme tu l'as affirmé ?

    Anne Givaudan : Sans doute n'ai-je pas été assez précise dans la réponse concernant mon avis sur le référendum demandé par les Frères de l'espace.

    Tu a raison dans le développement que tu fais quant à mettre et poser dans la matière ce qui naît dans les plans subtils.

    Lorsque je dis que les Êtres de l'espace savent sonder les âmes et les cœurs, c'est parce que je connais bien la façon dont ils fonctionnent. En effet, dire ou écrire un OUI est important mais les écrits peuvent être mensongers.

    Nous connaissons tous des personnes qui écrivent ou disent des choses dont elles ne sont absolument pas convaincues intérieurement. C'est pour cela que j'ai dit que les frères de l'espace se basaient toujours sur ce qui émane de nous, plus que sur ce que nous disons ou écrivons.


    Actuellement nous ne sommes pas assez adultes pour être alignés sur tous les plans de notre être, des plus subtils au plus physique ou si l'on veut, nous sommes rarement en accord entre nos pensées, nos actes et nos paroles (sinon nous serions beaucoup moins malades). Ceci étant, les êtres des autres planètes se fient davantage à notre aura qui est la véritable carte d'identité de ce que nous sommes et pensons réellement au fond de nous, que de tout ce qui est extérieur à nous.

    Ils savent que notre mental ment bien souvent et qu'il y a une différence entre ce que nous voudrions dans l'idéal et ce que nous voulons vraiment au fond de nous... La troisième dimension est un monde de dualité où l'Ombre et la Lumière se côtoient en permanence, et où l'Ombre prend l'apparence de la Lumière lorsqu'elle le pense nécessaire à son bien être.
    Disons qu'amener l'énergie du OUI dans la matière est certainement un acte positif à condition de ne pas oublier que le OUI chez l'humain comporte souvent des nuances qui parfois sont identiques au NON.
    <o:p></o:p>

    Reçu par ÈRE NOUVELLE le 9 avril 2005<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p><o:p></o:p>

     

    <v:shape alt="" id="_x0000_i1026" style="WIDTH: 155.25pt; HEIGHT: 133.5pt" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.erenouvelle.com/site/images/anne4.jpg" src="file:///C:DOCUME%7E1PROPRI%7E1.NOMLOCALS%7E1Tempmsohtml1%EF%BF%BD1clip_image002.jpg"></v:imagedata></v:shape><o:p></o:p>




    Annexe : Extrait du livre « Alliance » d’Anne Givaudan.


    Voici à présent un extrait du chapitre 8 d’"ALLIANCE" (avec l'autorisation de l'auteur) :

    NOTA : Anne Givaudan commente l'une de ses expériences alors qu'elle se trouve en état de décorporation.

    Un enfant très particulier

    Je tourbillonne dans cet espace infini sans diriger ma volonté, lorsque tout à coup une trouée de lumière déchire l'espace... Je me sens attirée par elle sans savoir ce qu'elle me propose. Je vois une route qui serpente à travers des montagnes arides, je survole un impressionnant désert. J'imagine qu'il s'agit peut-être d'un pays comme l'Australie ou les USA tellement les dimensions sont vastes, les espaces grandioses. Autour de nous, les montagnes sont dentelées, de couleur ocre. En bas, sur la route sinueuse, une longue voiture blanche ressemble à un petit point mouvant. Sur cet horizon apparemment sans fin, c'est la seule chose qui bouge.

    Sans pouvoir contrôler quoi que ce soit, je sens que je me dirige vers elle, et qu'elle n'est pas ma surprise de me voir assise à l'arrière du véhicule ! Le conducteur est un homme de taille moyenne, au teint clair, aux cheveux courts et aux vêtements élégants et modernes. De sa compagne assise à ses côtés, se dégage exactement la même impression de sérénité, de force et de calme souriant.

    Une sensation de beauté et d'harmonie émane de l'ensemble de cette scène mais je ne comprends pas encore ce que je fais là.

    C'est alors qu'à ma grande surprise, les deux êtres se tournent vers moi en souriant. À travers leurs regards, soutenus par des yeux à l'éclat étrange, je réalise qu'ils savent déjà qui je suis et pourquoi je suis là.

    "Nous aussi nous sommes là pour une action bien déterminée, mais contrairement à certains des nôtres qui restent des années sur Terre, notre impact est ponctuel, momentané. Lorsque nous sommes envoyés pour un contact et une action précise, il nous suffit de créer des corps et des vêtements provisoires pour la durée de notre travail comme disent les gens de la Terre !"

    Ce mot de travail semble les amuser beaucoup, et le fou rire qui les habite, même s'il est de courte durée, crée dans la voiture de belles couleurs arc-en-ciel, signe de la légèreté et de la bonté qu'exhalent ces deux êtres.

    "Nous devons assister à un congrès concernant les recherches sur les manipulations génétiques et nous aimerions pouvoir y être entendus. Entre-temps nous avons quelques personnes comme nous à rencontrer, et de l'aide à apporter à un chercheur qui installe des appareils pour pouvoir entrer en contact avec les étoiles. Il lui manque une donnée importante, notamment une lemniscate qu'il doit placer de façon très précise dans ses constructions... Nous allons donc essayer de lui en donner l'idée."

    - "Je sais que chez toutes les personnes qui ne viennent pas de cette Terre, il y a un signe de reconnaissance dans l'aura. Ne craignez-vous pas d'être découverts et que votre action soit affaiblie ?"

    - "L'Amour est la meilleure de nos protections. Nous n'avons rien à craindre car c'est la Vie qui nous propose telle ou telle action. Sur Terre, la notion d'Amour a été très galvaudée et sous le mot Amour, se retrouvent : la possession, les émotions, les obligations, ou la naïveté sous prétexte de ne pas juger. Lorsque le peuple de la Terre cessera de se raconter des histoires et de disserter sur des notions illusoires, alors il saura que simplicité, joie et Amour sont frères et sœurs. Le vocabulaire que vous employez est essentiel car chaque lettre est un être vivant qui transporte un concept créateur. Vos mots sont votre Vie, mais disserter des heures sur des concepts entourés de mots, voilà votre tour de Babel, votre difficulté de communication. Pour communiquer, il faut avant tout communier, et pour communier, il faut avant tout aimer et s'aimer aussi soi-même.

    Regarde : nous arrivons à un endroit qui devrait t'intéresser."

    En effet, dans ce désert, au détour d'une montagne, apparaît un petit village de pierre et de terre, à quelques centaines de mètres de nous.

    La voiture s'arrête avant le village, près d'un muret, un peu à l'écart de la route. Le couple descend et m'invite à le suivre. C'est alors que j'aperçois un petit garçon de cinq ans, assis sur le muret et lançant des petits cailloux à quelques mètres devant lui. Le petit bonhomme en salopette bleue nous regarde arriver de loin. J'ai la sensation qu'il nous attend mais je ne sais pas s'il me voit ou non. - (NDLR : faut préciser qu'à ce moment-là, Anne se trouve hors de son corps physique.) - À ce moment précis, il saute du muret pour se diriger vers nous trois et nous accueille d'un magnifique sourire. Ses perceptions sont assez fines pour sentir et voir ma présence et je regarde avec tendresse cette petite tête brune qui commence sa vie ici.

    Au centre de ma tête, mais aussi de mon coeur, sa petite voix d'enfant résonne avec une grande clarté :

    "Je ne suis pas ici sur Terre depuis de nombreuses années, comme vous pouvez le constater mais je sais quelle est ma route. La famille dans laquelle je suis venu me trouve un peu lent et rêveur, et je sais qu'ils craignent que je ne sois en retard par rapport aux autres enfants de mon âge. Cependant, mon âme a besoin de temps... Je dois prendre ce temps pour communier avec le monde végétal et animal ainsi qu'avec les Grands Êtres qui président à leur croissance. Cela fait partie de ce pourquoi je suis là.

    Je passe la plupart de mes journées à parler à ces êtres invisibles aux yeux physiques et ils m'apprennent à comprendre le monde autrement. J'ai vu que plus tard, je participerai à l'avance de ce monde par la connaissance de sa physique occulte. Et puis je voudrais aussi vous dire que sur la planète qui est la mienne, l'enfance est presque inexistante. Cette période est considérée tellement peu utile qu'elle dure très peu de temps en regard de ce qui se passe ici... Alors, j'attend que vienne le moment où je pourrai agir avec efficacité et en attendant, j'écoute, je regarde et j'apprend tout ce qui me permettra d'aider cette planète sur laquelle je me suis incarné avec joie."

    L'enfant n'a pas un seul instant ouvert la bouche et seul son sourire illumine son petit visage aux traits arrondis. À mon tour, d'âme à âme, j'ai envie de lui poser une question :

    "Tu dis que ta famille semble ennuyée de ton attitude ; n'aurait-il pas été plus simple de t'incarner chez des personnes ayant déjà la connaissance de ces possibles incarnations d'enfants venus d'ailleurs ?"

    - "Oh non, répond le petit être sans l'ombre d'une hésitation, cela rendrait au contraire tout bien plus compliqué ! Les parents de ce type ont vite fait de transformer leurs enfants en vedettes, même dans leurs cœurs ! Il est alors difficile de suivre sa propre voie lorsque l'on est sollicité, lorsque l'on sent une attente, lorsque les parents eux-mêmes ont leur propre démarche qui n'est pas forcément identique au chemin que nous devons prendre."

    - "Mais n'est-il pas envisageable de trouver des adultes préparés à cela et conscients de leur rôle de simple éducateurs affectueux ?"

    - "Oui, bien sûr ! Rien n'est immuable... Bien des adultes conscients servent de parents à des êtres de la Terre qui ont aussi beaucoup à faire et qui ont besoin de l'aide efficace de leur entourage. Certains des enfants qui s'incarnent à l'heure actuelle, et cela s'est accentué depuis une quinzaine d'années terrestres, ont fait entre deux incarnations de longs stages sur d'autres planètes et ont reçu des enseignements très précis à ce sujet. La plupart d'entre eux arrivent sur Terre avec des modifications notoires dans leurs corps subtils. Ces modifications touchent à l'ADN et aux cellules. Elles permettent à cette nouvelle race de Terriens d'accélérer leurs capacités internes et par là même, d'avoir une autre vision du futur de votre humanité. Ces enfants de plus en plus nombreux ont besoin d'une grande fermeté, de l'assurance de l'Amour des leurs, de bases solides sur lesquelles ils auront à s'appuyer plus tard, car ils sont là pour reconstruire et leur tâche n'est pas facile. Certains parmi eux peuvent sembler avoir des caractères durs, ils ont surtout besoin de ne pas marcher dans des sables mouvants. La société actuelle de la Terre donne beaucoup de bases techniques, mais tellement peu en ce qui concerne la Vie !

    Un adulte ici n'a jamais appris à aimer, à sourire, à attendre. Il n'apprend ni à élever ses émotions au niveau du cœur pour aller au-delà, ni à résoudre ses problèmes existentiels, comme l'on dit. La solidarité, l'entraide, ne font pas partie des enseignements de la Terre. Elles sont remplacées par la combativité, la rapidité, la compétitivité, l'assouvissement des désirs. Est-ce là les bases solides d'un monde en mutation ? Quant à moi, je préfère le coeur aimant d'une mère que tout le savoir ou la soi-disant bonne éducation d'une société révolue. Je sais que ma vie sera brève, quarante des années d'ici tout au plus. Je sais aussi que pour faire passer certains concepts, j'aurais à accepter le rejet des gens compétents de l'époque. Tout cela, je l'ai vu avant de m'incarner comme de grandes probabilités ; mais je sais aussi que ma vie, quels que soient les événements, sera telle que je la ferai : triste ou joyeuse, ordinaire ou extraordinaire, elle suivra simplement l'itinéraire que la force de mon âme saura imprimer en elle."

    - "Tu parles de ta mère, mais ton père est-il présent ?"

    L'enfant sourit encore et ce sourire illumine tous les alentours comme de petites perles de rosée posées çà et là sur les grains de sable du désert.

    - "Je ne connais pas mon père. Ma mère m'en parle parfois et je vois alors que son cœur et ses mots ne disent pas pareil. Dans son cœur il y a de la tristesse et aussi de la colère. Dans ses mots, elle me dit qu'il m'aime mais qu'il a dû partir loin pour des raisons que je ne peux comprendre.

    Dans ces moments-là, je suis un peu triste pour ma mère et pour cet homme que je ne connais pas, mais dans mon cœur c'est sans importance. L'essentiel pour moi comme pour n'importe quel être vivant sur n'importe quel monde, c'est de savoir qu'il y aura toujours assez d'Amour dans l'univers pour nous y abreuver.

    L'Être humain ne donne que ce qu'il peut donner : pourquoi attendre tout de lui et se sentir perpétuellement en manque d'Amour quand il n'a pas su ni pu nous satisfaire ? L'Amour n'est pas dans le cœur de l'un ou de l'autre, il est partout, dans la moindre parcelle de vie, dans la moindre cellule de notre corps. Si nous, nous apportons de l'Amour, nous saurons l'offrir autour de nous. Si nous savons que personne d'autre que nous-même n'a pour fonction de combler nos manques, nos attentes ou nos incapacités, nous ne pourrons en vouloir à quiconque..."

    Le petit garçon s'est tourné vers le couple et semble communier ou communiquer avec eux. Je ne sais pas ce qu'ils se disent et ne cherche aucunement à le savoir. Un éclat de rire illumine l'endroit et les trois êtres qui semblent bien se connaître se saluent à la manière de certains saluts et bénédictions en Inde : front contre front, ils restent ainsi quelques instants... C'est maintenant à mon tour de saluer l'enfant : nos deux fronts posés l'un contre l'autre, je me sens envahie par une douce chaleur, une intense lumière. Ce contact plus étroit me lave d'un tas de petits nœuds qui me paraissent tout à coup tellement lointains, tellement dérisoires que la joie et le rire m'envahissent aussi et me font l'effet d'une grande lessive interne !

    Je regagne le véhicule à la suite de mes deux compagnons du moment.

    La voiture roule à bonne allure, tandis que le couple chantonne comme n'importe quel couple de la Terre, heureux de vivre et conscient du moment. Je me laisse bercer par cette expérience nouvelle, ne cherchant même pas à savoir ce qui m'attend ensuite. Perdue dans mes réflexions, je me dis que la science fiction d'aujourd'hui a souvent des idées très proches d'une réalité que nous découvrons à peine.

    "La plupart de ceux qui sont connus dans le monde des films ou des ouvrages de science-fiction ont eu des rapports avec les êtres des étoiles. Les nuits de la planète Terre sont riches en contacts et en voyages lointains, et même si les souvenirs au retour sont parfois un peu confus, la trame essentielle reste et le message passe.

    À propos, nous savons que tu t'es, depuis un certain temps, intéressée aux crop circles et tu en possèdes d'ailleurs de très belles photos. Alors, je pense que ce que nous allons te dire va t'intéresser."

    <o:p></o:p>

    <v:shape alt="" id="_x0000_i1027" style="WIDTH: 300pt; HEIGHT: 225.75pt" type="#_x0000_t75"><v:imagedata o:href="http://www.erenouvelle.com/site/images/anne3.jpg" src="file:///C:DOCUME%7E1PROPRI%7E1.NOMLOCALS%7E1Tempmsohtml1%EF%BF%BD1clip_image003.jpg"></v:imagedata></v:shape>
    Formation de crop circle non loin de Stonehenge au début de l’été 2004
    <o:p></o:p>



    La jeune femme se tourne vers moi et me regarde avec enjouement. Elle continue :

    " Certains humains pensent à un canular, d'autres pensent à des messages extraterrestres. Alors, vois-tu, il y a ces deux possibilités et je sais que cela t'étonne car tu connais nos facilités à créer de tels dessins et tu ne mets pas en doute l'origine de ces cercles. Écoute bien ! Certains parmi les habitants des planètes de l'Alliance, les planètes confédérées, ont décidé de proposer aux êtres de la Terre une marque tangible sur laquelle ils puissent œuvrer. Après de longues réunions et de nombreuses concertations, il a été décidé que ces marques seraient laissées visibles aux yeux de tous et difficiles à recréer artificiellement. Ces dessins devaient, en outre, avoir des particularités exceptionnelles dont la création d'ondes de forme sur des kilomètres à la ronde et ils devaient contenir des données accessibles aux plus grands scientifiques de votre époque. Ces données une fois découvertes doivent permettre de concevoir une existence hors de la Terre avec beaucoup plus de facilité. Elles touchent notamment le domaine de la physique nucléaire et concernent l'espace-temps et la composition subtile du corps humain. Ces découvertes vont révolutionner vos schémas médicaux et aussi les données de votre physique actuelle.

    Les crop circles ont donc ainsi fait leur apparition. Mais les forces de séparation veillaient, et à l'aide des plus doués de leurs inventeurs, elles sont parvenues à reproduire des images analogues qui alimentent la confusion entre les supporters et les détracteurs de ces figures géométriques. Il manque cependant aux dessins fabriqués par ces forces contraires des éléments qu'ils ne peuvent encore connaître. L'un des éléments manquant entraîne la destruction de toute forme de vie là où il apparaît. Les crop circles fabriqués par les plus doués de vos scientifiques ne seront jamais que des images vides d'énergie et de sens ; mais que cela ne vous inquiète pas, il y en a peu de la sorte... Juste de quoi créer le doute et la division. Soyez simplement assurés que rien n'est jamais inutile ; ces éléments qui vous divisent, vous poussent les uns contre les autres, vous paraîtront tellement anodins lorsque vous ne leur accorderez plus d'importance ! Ils n'ont que le mérite de vous faire réfléchir à ce que vous voulez vraiment : voulez-vous avoir raison pour le simple fait d'avoir raison ou permettez-vous à la vie de vous montrer plusieurs facettes qui contiennent toutes une parcelle de vérité ? Quel est votre but : vous battre constamment contre l'autre et donc contre vous-même ou dépasser ces imaginaires oppositions et, par delà elles, rejoindre l'UN ?

    Cela ne signifie nullement être en accord avec tout et avec tout le monde. Ce n'est pas d'une démarche intellectuelle dont je te parle ici mais d'un bouleversement plus profond, jusqu'au cœur de chacune de vos cellules. Les mots ne traduiront jamais ce qui peut survenir alors... L'ennemi lui-même n'est plus ennemi, l'obstacle n'en est plus un et la séparation devient elle-même une partie de l'Unité. Il suffirait pour cela d'un peu plus de confiance dans vos vies, d'un peu plus d'Amour dans vos regards pour que cette transformation s'opère. Sans cela, votre monde traversera douloureusement ce passage, mais sois sûre que rien ni personne ne l'en empêchera. L'Autre ne sera jamais un ennemi, même si vos peurs, dictées par le mental, vous le font croire jusque dans le plus petit de vos actes. Inconsciemment, vous luttez toujours contre un ennemi ou un obstacle potentiel, et lorsque vous semblez lâcher, c'est une défaite ou une lassitude qui en est la cause. Votre vie est une suite de luttes contre vous-même en priorité, et vos cellules ne peuvent s'autonomiser dans cette course incessante. Ceux d'entre vous qui ont cessé la lutte l'ont bien souvent fait par peur du monde et par manque de confiance et donc d'Amour envers eux-mêmes.

    Il n'est plus temps de disserter sur la vie ; vivez-la dans toute sa plénitude ! Que chaque acte soit un jaillissement de Joie ! La chrysalide que vous avez tissée autour de vous en guise de protection n'a plus lieu d'être. Comprend-moi bien, je ne veux pas dire par là que vous devez devenir des naïfs prêts à vous exposer à tout et à tous, mais sachez simplement que vos protections sont illusoires et mentales. Vous pourrez vous tisser tous les cocons protecteurs possibles, élever toutes les barrières intérieures et extérieures, rien de tout cela ne vous protégera. Vous devez maintenant passer une initiation majeure, et pour cela vous tenir debout et faire face à vos propres obstacles.

    Vous ne réussissez pas dans tel ou tel acte, vous détestez telle ou telle personne, mais pourquoi ? Quelle est la peur, la colère contre vous-même qui se cache derrière chaque acte qui n'est pas Amour ? Toutes ces forces de séparation, en vous et hors de vous, travaillent pour la Lumière. C'est par elles que se posent les interrogations, grâce à elles que naît le discernement après la confusion. Il est sain cependant de ne pas les ignorer et de savoir que, si la plupart de vos gouvernements mettent en place des structures qui semblent favorables aux extraterrestres, il n'en est rien en réalité. Ces unités sont créées pour engendrer le doute, en laissant filtrer des informations réelles, puis en les contredisant, et en créant de fausses nouvelles pour mieux discréditer les vraies."

    - "Mais quel est l'intérêt de tout cela ?"

    - "La confusion, la peur, la méfiance créent une onde de faiblesse à la surface de votre globe et le rend ainsi plus fragile et manipulable. Ce plan vient de plus loin que vous ne le pensez et il s'appuie sur l'ego des humains. Mais il ne doit pas pour autant vous effrayer. C'est votre Joie véritable, votre Unité intérieure qui peut affaiblir les plans les mieux conçus pour vous emprisonner. Vous confectionnez avec soin vos propres prisons et ensuite vous voulez vous en échapper... Ne trouves-tu pas cela incohérent ?"

    Aucune intonation acerbe n'est contenue dans cette interrogation et je souris, car je vois bien combien nous devons paraître enfantins, vus d'un autre niveau. Notre jardin d'enfants est pourtant simplement terrifiant.

    Toute à mes réflexions, je ne vois pas combien le temps a passé. Le jour décline doucement et une vapeur monte du sol encore chaud. Mes compagnons arrêtent la voiture comme pour me saluer :

    "Je crois que tu es attendue, dit l'homme d'un ton amical, le voyage n'est pas encore terminé."

    En effet, depuis quelques instants, je sens le tiraillement caractéristique au-dessus de mon ombilic, cet appel vers d'autres lieux, peut-être d'autres temps.

    J'ai la sensation de monter sans contrôle vers un je ne sais où encore inconnu, lorsque tout à coup je sens en moi monter le doute, la peur. La peur de ne pas savoir raconter, la peur de je ne sais quoi. À ce stade, j'ai la désagréable impression de nager dans un liquide visqueux qui m'emprisonne de plus en plus. Je refuse en bloc toutes ces idées qui parasitent mon avance, mais plus je les refuse et plus elles semblent me coller à la peau. J'entends à peine la petite voix au fond de moi qui tente de me rejoindre : "laisse passer, ces émotions ne t'appartiennent pas. Ne t'y accroche pas !"

    Plus j'essaie de m'en détacher et plus je m'englue dans cette matière molle. Cette fois, c'est un peu comme si la confiance elle-même me quittait. Une angoisse me tenaille, une peur viscérale... Et si j'allais rester là pour toujours flottant dans un univers poisseux de peur et de tristesse ?...

    Je suis maintenant prisonnière d'une gigantesque toile d'araignée, je ne peux plus bouger, je suis dans un monde obscur et sans bruit dans lequel je flotte, paralysée, entortillée comme une momie. Seules, mes pensées continuent de tournoyer, je les sens, je les vois : je ne les aime pas ; elles ne sont pas toutes à moi mais me collent à la peau, je les refuse... Que vais-je faire ? J'essaie de faire taire les pensées qui s'agitent, pour trouver un peu de paix dans ce cocon terrible qui m'oppresse. Plus je fais des efforts, plus l'étau se resserre. C'est alors que de la même façon qu'un éclair peut traverser l'horizon, une lumière semble poindre au plus profond de moi, à peine sensible dans ma paralysie générale. Je m'y accroche désespérément, mais là aussi elle m'abandonne, du moins est-ce la sensation que j'en ai...

    Je me sens seule et livrée à moi-même, lorsque tout à coup, je réalise que ces pensées correspondent à un vieux schéma qui m'habite depuis longtemps : l'abandon. Toujours immobilisée, tournoyant dans cet espace hostile, j'accepte cette fois, réellement et profondément, de traverser l'expérience dans laquelle je me suis empêtrée et ce, jusqu'au bout, quoi qu'il arrive. Je veux traverser mes peurs et savoir ce qu'il y a derrière. Je ne leur en veux plus, je ne repousse plus ces pensées : ni les miennes ni les autres. J'accepte tout comme faisant partie de la vie. J'ai envie de regarder comme un spectateur devant un écran de cinéma, je ne rejette plus, je n'agis même plus. Que ce qui doit être, soit ! Je sais dans le tréfonds de mon âme que lorsque je pense cela, ce n'est pas pour faire semblant.

    Alors, peu à peu, je respire mieux, l'étau se desserre, la lumière pénètre mon cocon sombre et dans mon cœur, une toute petite voix prononce ces mots étranges : "Traverse le cocon, tu es dans le corps astral de la Terre ; rejoins-nous, nous t'attendons." La petite voix se brouille et je n'entends plus qu'un grésillement, un crépitement, comme ceux de haut-parleurs détraqués par quelque parasitage. Et si c'était un test, pour voir si je veux encore et toujours ? Je ne veux plus rien, sinon ce que la vie me propose. Je suis, pour une fois, sans aucun désir. J'attends, et au fond de mon attente, je suis saisie, remplie, absorbée, par une vague immense de compassion. J'ai la sensation d'être au cœur de chacune de ces émotions, je ne les accepte plus seulement, je les accueille, je les aime, non avec pitié mais avec compassion. Je les vois sans jugement, simplement comme elles se présentent à moi, mais aussi avec tous leurs devenirs possibles. Je ne cherche pas leur transformation, leur changement, elles sont ce qu'elles sont à cet instant précis et c'est bien ainsi. Autour de moi, l'univers gluant a disparu, les pensées qui tournoient sont légères et lumineuses comme les plus beaux papillons de notre Terre. J'ai traversé et je suis libre, libre d'une partie de moi qui ne me fait plus peur...

    Dans le tunnel de Lumière qui m'absorbe, j'ai la sensation d'un retour à la maison : un moment privilégié où l'on est profondément heureux parce que l'on se sait attendu, parce que, quelque part, une petite voix nous dit que l'on va encore pouvoir se débarrasser de quelques bagages encombrants."
    <o:p></o:p>

    Extrait du livre "Alliance" d'Anne Givaudan<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p><o:p></o:p>





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique