•  

    Roger Bacon 

    Traité sur la Teinture

    et l’Huile d’Antimoine

    Sur la Préparation vraie et juste de Stibium ,

    pour guérir des faiblesses humaines et

    des maladies avec cela et améliorer

     les métaux imparfaits.

    De Friedrich Roth-Scholtz,

    Deutsches theatrum chemicum,

    Nürnberg : Adam Jonathan Felsecker, 1731.

     

    Préface

    Le cher lecteur, à la fin de son Traité sur le Vitriol, Roger Bacon mentionne qu’à cause de la multiplication de la Teinture qui c’est faite du Vitriol, l’amant d’Art devrait mettre au courant de celui avec le Traité d’Oleo Stibii. Donc j’ai considéré que ce serait bon et utile que le Traité d’Oleo Stibii suit ensuite. Et si on pèse à fond et compare ces teintures entre eux,  je n’ai aucun doute que l’on ne finira pas sans bénéfice exceptionnel. Encore, chaque amant d’Art, devrait ennuyer toujours de tenir un oeil à la Nature et d’autre sur le travail manuel d’Art. Puisque quand ces deux ne sont pas debout ensemble, alors c’est un travail boiteux, comme quand quelqu’un pense qu’il peut marcher un long chemin sur un pied seulement, que l’on voit facilement pour être impossible,
    Vallée.

    *   *   *

    Joachim Tanckivs

    De Oleo Antimonii Tractatus.

    ROGERII BACONIS ANGLI

    Summi Philosophi & Chemici.

    Stibium, comme le disent les Philosophes, est composé à partir du noble Sulfure minéral, et ils l’ont loué comme le plomb noir de la Sagesse. Les Arabes dans leur langage, l’ont appelé Asinat vel Azinat, les Alchimistes ont retenu le nom Antimoine. Cela conduit cependant à considérer un Grand Secret, si nous recherchons et reconnaissons la nature par laquelle le Soleil est exalté, en Magie, Dieu attribua ce minéral à la Constellation d’Aries, qui est le premier signe céleste dans lequel le Soleil prend son exaltation or élévation de lui-même. Bien que de telles choses soient jetées au vent par les personnes ordinaires, les gens intelligents doivent savoir et payer plus d’attention au fait qu’exactement à ce point, l’infinitude des secrets peut être partiellement contemplée avec grand profit et en partie explorée. Beaucoup, mais ceux-là sont ignorants et inintelligents, sont de l’opinion que si seulement ils avaient de l’antimoine, par la Calcination, d’autre par la Sublimation, plusieurs par la Réverbération et l’Extraction et en tireraient son grand Secret, l’Huile, et Perfectum Medicinam. Mais je vous dis, qu’à cet endroit rien ne peut aider, que ce soit par la Calcination, la Sublimation, la Réverbération ou l’Extraction, pour que subséquemment une Extraction parfaite de la vertu métallique qui élève l’inférieur en le supérieur, puisse profitablement arriver ou être accomplie. Car une telle chose doit être impossible pour vous. Ne vous laissez pas troubler par plusieurs de ces philosophes qui ont écrit de telles choses, c’est à dire Geber, Albertus Magnus, Rhasis, Rupecilla, Aristote et beaucoup d’autres comme eux. Et note ceci avec attention : Oui beaucoup disent que lorsque l’on prépare l’antimoine en forme de verre, alors le Soufre vénéneux et volatile sera parti, et l’Huile, qui peut-être préparée à partir du verre, sera une huile très fixe, et donnera vraiment et Médecine pour amener les métaux imparfaits à la perfection. Ces termes et opinions peuvent paraître justes, mais ils devraient ce démonter d’eux-mêmes, ce qui n’est pas le cas. Car je vous dis en toute vérité, sans rien cacher, s’il vous arrivait de perdre quelque peu du Soufre mentionné ci-dessus, par la préparation et la calcination, puisqu’un feu même léger peut aisément l’endommager, alors vous avez perdu le vrai esprit pénétrant, qui devait transformer tout notre Antimonii corpus en une parfaite huile rouge, qui puisse aussi monter au chapiteau avec une douce odeur et de très belles couleurs, et que tout le corps de ce minéral ainsi que ses membres, sans aucune perte de poids, excepté les fèces, soient transformés en une huile qui puisse passer par le chapiteau. Et note aussi cela : Comment serai-ce possible pour le corps de devenir une huile, ou abandonner sa douce huile, si on le met dans la dernière essence et le dernier degré ? Car le verre est de toutes choses la plus extrême et moindre essence. Car vous devez savoir que toutes créatures à la fin des temps, au temps du jugement dernier, doivent devenir un verre ou une belle améthyste, ceci en accord avec les familles des douze Patriarches, comme dans les familles de joyaux qu’Hermès le Grand décrit dans son livre. Comme nous avons longuement parlé et enseigné dans notre livre sur la Kabbale. Vous devez aussi savoir que vous devez obtenir la parfaite et noble huile rouge, qui ne peut servir à l’élévation des métaux, si vous versez de l’acetum correctum sur l’antimoine et extrayez sa rougeur. Oui même pas par la Réverbération, et même si son bouquet de couleurs merveilleuses apparaît, cela ne fera aucune différence et ce n’est pas la bonne voie. Vous pouvez véritablement en obtenir une huile, mais elle n’aura pas la force et la vertu parfaites pour transmuter et élever les métaux imparfaits à la perfection ; vous devez certainement le savoir.

    S’ensuit maintenant à la partie pratique.

    Prenez, au Nom de Dieu et de la Sainte Trinité, du très bon Antimoine bien propre et net, blanc, pure et intérieurement contenant beaucoup de filets ou veines jaunes. Il peut aussi y avoir beaucoup de veines de couleurs rouges et bleues, ce qui est le meilleur. Broyez et moulez-le en poudre fine et mettez-le à dissoudre dans une eau ou Aqua Regis, que nous décrirons ci-après, de manière à ce que l’eau puisse le conquérir. Notez que vous devez l’enlever tout de suite après la dissolution, de façon à ce que l’eau ne puisse l’endommager, puisque l’eau dissout promptement l’Antimonii Tincture. Car dans sa nature notre eau est comme l’autruche, qui par sa chaleur digère et consume tout fer ; pour un temps donné, l’eau consumera et brûlera jusqu’à ce qu’il ne reste rien, il demeurera alors comme une terre jaune inutile, et alors il sera bien dépouillé. Considère par comparaison la Lune, belle, propre et pure dissoute dans notre eau. Et laisse-la ainsi pas plus d’une nuit, tandis que l’eau et encore forte et pleine d’Esprit, et je vous dis que votre bonne Lune a été tout entière consommée et détruite, amenée à néant par notre eau.

    Maintenant si vous voulez le réduire à un corps propre de nouveau, vous n’y réussirez pas, il demeurera une terre jaune pale, et occasionnellement il peut prendre la forme d’une corne ou d’un fer à cheval blanc, que l’art ne pourra rendre en corps. De par cela vous devez vous rappeler d’enlever l’Antimoniun dès que possible après la Solution, et le précipiter et le laver suivant les règles des alchimistes, de façon à ce que la matière et son huile parfaite ne soit pas corrodée et consumée par l’eau.

    Manière de préparer l’eau pour la dissolution de l’Antimonium.

    Prenez du Vitriol une et demie (alii 2lb), Sel armoniac une livre, Arinat (alii Alun) une demi-livre, Salpêtre une livre et demie, Sel gemme (allii Sel commun) une livre, Alumen crudum (allii Entali) une demie livre. Ce sont les produits qui doivent être utiliser pour faire l’eau qui doit dissoudre l’Antimoniun.

    Prenez le tout et mélanger intimement, puis distiller pour obtenir une eau, doucement au début, car l’Esprit vient avec grande force, plus que dans les autres eaux fortes. Prenez garde à ces esprits car ils sont subtils et dangereux.

    Quand vous avez dissout l’Antimoine, nettoyer et adoucissez, et nettoyez son acrimonie, puis mettez dans un flacon et versez dessus du bon vinaigre distillé. Mettez au Finum Equinum (fumier de cheval), ou au Bain-Marie, à putréfier durant quarante (al.i quatre) jours, et il sera dissout et extrait rouge comme du sang. Puis enlever du bain, regarder ce qui n’est pas dissout, et décanter avec précautions le propre et pur, et mettez le dans une fiole de verre. Puis remettez de nouveau vinaigre sur ce qui reste, et remettez en digestion comme ci-devant, de façon à ce qui est demeuré avec les fèces puisse être dissout. Puis décanter et écarté les fèces, car elles sont inutiles, excepté pour être répandu sur la terre et jeté. Après cela mettez toutes les solutions ensemble dans une retorte de verre, mettez au Bain-Marie, et distillez le vinaigre, remettez de nouveau vinaigre, car le premier sera trop faible, et la matière se dissoudra très rapidement. Distillez de nouveau jusqu’à ce que la matière demeure sèche. Puis versez de l’eau distiller pour enlever le vinaigre demeuré attaché à la matière, et enlevez toute l’acrimonie, séchez ensuite la matière au soleil ou a feu léger, jusqu’à ce qu’elle soit bien sèche. Elle sera alors belle à voir et aura une couleur rouge vif. Les Philosophes, lorsqu’il on ainsi préparé leur Antimoine en secret, ont remarqué comment sa nature extérieure et son pouvoir sont passé s à l’intérieure, et son intérieur passé à l’extérieur est maintenant devenu une huile se cachant dans son plus profond intérieur, prête et bien préparée. Et désormais elle ne peut, jusqu’au jugement dernier, être ramenée à sa première essence. Et ceci est vrai car elle est devenue si subtile et volatile, que dès qu’elle sent la puissance du feu, elle s’envole en fumée avec toutes ses parties à cause de sa volatilité. Certains pauvres Ouvriers, quand ils ont préparé l’Antimoine ainsi, en ont pris une partie, pour subvenir à leur dépenses, et pouvoir ainsi plus facilement effectuer le reste de l’ouvrage et le terminer. Ils mélangent alors une part de Salmiac, une part de Vitro (alii. Nito, alii. Titro), une part de Rebohat, pour purifier le Corpera, et puis projette cette mixture sur de la Lune pure. Et si la Lune pesait un Mark, ils en trouvent deux et un demi-Loth de bon or après la séparation, et quelquefois même plus. Et avec cela ils ont accompli un travail subvenant à leurs dépenses, ainsi ils espèrent atteindre plus facilement le Grand Œuvre. Et les fous appellent cela une amélioration de la Lune, mais ils sont dans l’erreur. Car un l’or n’est pas amené par l’Esprit (alii. Speciebus), mais toute Lune contient deux Mark d’or par Loth, et quelquefois plus. Mais cet or est si uni à la Lune et à un tel degré, qu’il ne peut en être séparé, ni par l’eau forte, ni par l’Antimoine, comme les orfèvres le savent. Toutefois lorsque la mixture mentionnée ci-dessus est projetée sur la Lune en fusion, alors la séparation se fait et la Lune se sépare de l’or soit dans l’eau forte ou l’eau Régale, et se sépare de l’or qui se précipite, ce qui autrement ne saurait se faire. Il ne s’agit donc pas d’une amélioration de la Lune mais d’une extraction de la Lune.

    Mais revenons à notre discours et but de notre ouvrage, car nous désirons avoir l’huile, qui n’a été seulement connue et obtenue par ceux qui ont la connaissance de ce magistère et non par les fols. Lorsque vous avez l’Antimoine bien rubéfiée suivant ce que nous enseignons ci-dessus, vous devez alors prendre un Esprit de Vin bien rectifié et le verser sur la poudre rouge d’Antimoine, mettez ensuite au Bain-Marie à dissoudre pendant quatre jours et quatre nuits, jusqu’à ce que tout soit bien dissout. Si toutefois il se trouvait de non dissout reversez de nouvel l’Esprit de Vin et remettez au Bain-Marie comme ci-devant, et tout devrait être bien dissout. S’il demeure quelques fèces, qui ne devraient être qu’en très petite quantité, mettez les à part car elles sont de nulle utilité. Mettez les solutions dans une retorte de verre, muni de son chapiteau, ajuster un ballon pour recevoir l’Esprit. Mettez au Bain-Marie, puis au Nom de Dieu distillez gentiment a douce chaleur tout l’esprit de vin jusqu’à siccité. Remettez ensuite l’Esprit sur la matière et distillez comme ci-devant. Continuez à distiller et remettre sur la matière jusqu’à ce que vous voyez l’esprit de vin monter au chapiteau en toute sortes de couleurs. Alors il est temps de poursuivre avec un feu fort, et la noble et rouge Huile sanguine montera au chapiteau puis coulera dans le récipient. En vérité cela est la secrète manière du Sage de distiller cette tant glorieuse huile d’Antimoine, et c’est une huile puissante et noble, d’une grande vertu comme vous le verrez après ce qui suit.

    Mais ici je désire vous enseigner et vous instruire, vous qui êtes pauvre et sans moyen d’espérer le Grand Œuvre d’une autre manière, et non pas comme firent les anciens en séparant l’or de la Lune. Pour cela prenez cette huile, 1 lot [ancienne mesure de poids utilisée pour peser les pièces d’or et d’argent - environ 1/30 de livre], huit lot de Saturne calciné suivant l’art, et imbiber doucement avec l’huile, goutte à goutte, en remuant continuellement la chaux Saturnienne. Puis mettez dix jours et dix nuits au feu, dans le fourneau des secrets, et faites que le feu de ce fourneau, s’accroisse chaque jour d’un degré. Les deux premiers jours vous donnez le premier degré de feu, les deux autres jours donnez le second degré, et après quatre jours et quatre nuits vous lui donnez le troisième degré de feu et le laissez là pour trois jours et trois nuits. Après ces trois jours ouvrez la fenêtre du quatrième degré, pour lequel trois jours et trois nuits devraient être suffisant. Puis retirez et le dessus du Saturne est devenu très beau et d’une couleur jaune rouge. Il faut le fondre avec du Borax de Venise. Lorsque ceci aura été fait, vous trouverez que la poudre de notre huile s’est changée en bon or. De cette manière vous aurez subsistance, et pourrez espérer le Grand Œuvre. Revenons maintenant a notre propos. Ci-dessus vous avez entendu, et l’on vous a dit de distiller l’Esprit de Vin avec l’Huile d’Antimoine par le chapiteau dans un récipient, de même que le travail pour changer le Saturne en or. Mais maintenant nous désirons faire diligence et révéler le deuxième œuvre sur la teinture. Ici il sera de nouveau nécessaire de séparer l’Esprit de vin de l’huile, et vous devrez savoir que cela se fait de cette manière : Prenez le mélange d’huile et d’esprit de vin, mettez-le dans une retorte, mettez le chapiteau et le récipient, et mettez-le tout au Bain-Marie. Puis distillez tout l’Esprit de Vin de l’huile à douce chaleur, jusqu’à ce que vous soyez sure qu’il n’y ait plus d’esprit de vin dans cette précieuse huile. Et cela sera facile à vérifier, car lorsque vous verrez plusieurs goutte d’Esprit de Vin monter au chapiteau et tomber dans le récipient, ceci est le signe que l’Esprit de Vin est séparé de l’huile. Alors enlevez le feu de dessous le Bain-Marie, et bien qu’il fut faible, le tout refroidira plus vite. Maintenant enlevez le récipient contenant l’Esprit de Vin, et gardez en lieu sûr, car il est plein d’Esprit qu’il a extrait de l’huile et retenu. Il renferme aussi d’admirables vertus, comme vous entenderez ci-après. Mais dans la retorte au Bain vous trouverez vous trouverez l’Huile Antimoine rouge sang, qui devra être enlevée avec grands soins. Le chapiteau doit être enlevé doucement en prenant garde de bien ramollir le lut, afin qu’aucune saleté ne tombe et vienne troubler la merveilleuse huile rouge et la gâter. Cette huile doit être mise à part avec beaucoup de précautions, afin qu’elle ne subisse aucun dommage. Car vous avez dorénavant l’Huile Céleste qui brille dans le noir de la nuit et émet de la lumière comme un charbon incandescent. Et la raison en est que sa puissance interne a été mise à l’extérieur, et que l’âme cachée est dorénavant révélée et brille a travers un corps pur comme une lumière à travers une lanterne. De même le jour du Jugement Dernier nos présentes âmes intérieure et invisible se manifesteront à travers nos corps purifiés, qui dans cette vie sont impures et noir, mais l’âme sera alors révélée et vue à l’extérieur du corps, et brillera aussi clair que le soleil. Maintenant vous avez deux choses séparées, l’Esprit de Vin plein de force et de merveille dans les arts du corps humain, et l’Huile Céleste d’Antimoine, huile rouge bénite et noble, pour enlever toutes les maladies des métaux imparfaits et les amener à la perfection de l’or. Et le pouvoir du Vin Spirituel s’étend très loin et atteint des sommets. Car lorsqu’il est judicieusement utilisé selon l’Art de la Médecine, je vous le dis, vous avez une médecine céleste pour prévenir et guérir toute sorte de maladies et infirmités du corps humain. Et elle est utilisée comme suit.

    Contre la Podagra ou la goutte.

    Dans le cas de la goutte prendre trois gouttes de cet Esprit de Vin dans un verre de vin. Cela doit être pris à jeun par le patient, au moment précis de son trouble au commencement des douleurs. Le jour suivant, puis celui d’après il doit aussi en prendre de la même manière. Le premier jour les douleurs sont vaincues, quelque fortes qu’elles soient, et l’enflement prévenu. Au second jour il cause une transpiration inconsistante, visqueuse et épaisse, très aigre et nauséabonde et qui arrive le plus souvent lorsque les articulations et les membres sont attachés. Le troisième jour, en dépit de toute autre médecine qui aurait été prise, il se produit une purgation des veines vers les intestins, sans inconvénient, douleur ou grief. Et cela démontre le grand pouvoir de la Nature.

    Contre la Lèpre.

    Donnez pour commencer six gouttes au patient à jeun. Pour commencer donner au patient sic gouttes à jeu. Faite que la personne atteinte soit seule, et éloignée de la compagnie des personnes saines, dans un endroit séparé et approprié. Car son corps viendra bientôt a émettre de la fumée et de la buée avec des vapeurs nauséabondes. Au second jour sa peau commencera à peler et les parties impures se détacherons de son corps. On lui donnera alors encore trois gouttes de médecine, qu’il devra prendre étant isolé pendant quatre jours. Puis au huitième et neuvième jours, par l’intermédiaire de cette médecine et par le don de la pitié et bénédiction Divine, il sera complètement rétabli et sa santé restaurée.

    Contre l’apoplexie or la Congestion.

    Dans le cas d’apoplexie, faites tomber une goutte de teinture sur la langue du patient. Elle s’élèvera immédiatement et se distribuera comme un brouillard et rectifiera et dissoudra la partie congestionnée. Mais si la congestion s’étend au corps ou autres membres, on doit lui donner trois gouttes en même temps dans un verre de bon vin, comme nous l’avons enseigné pour la goutte.

    Contre l’Hydrope ou Hydrophysie.

    Dans le cas d’hydrophysie donnez une goutte par jour durant six jour, dans de l’eau de Mélisse ou de Valériane. Au septième jour donnez trois gouttes dans du bon vin, et cela sera assez.

    Contre l’Epilepsie, Cataleptie et Analepsie.

    Dans le cas de maladie, donner deux gouttes au début de la Paroximismi dans de l’Aqua Salvia, et après trois heures encore deux gouttes. Ceci suffira. Mais si les symptômes persiste, alors donnez encore deux gouttes comme ci-dessus.

    Contre la Phtisie.

    Dans le cas de consomption et déhydratation, donnez-lui deux gouttes dans Aquae Violarum le premier jour. Le second jour, donnez encore deux gouttes dans du bon vin.

    Contre la fièvre.

    Dans le cas de diverses fièvres, donnez-lui trois gouttes dans de l’eau bien distillée de St. Johnsworth ou Cichorée au début du paroxysme. Tôt le lendemain matin, donnez encore trois gouttes à jeun dans du bon vin.

    Contre la Peste.

    Dans le cas de peste donnez au patient sept gouttes dans du bon vin, et voyez si la personne infectée se met a transpirer. Alors ce poison avec l’aide de l’assistance Divine, ne lui fera aucun mal.

    Pour la prolongation et le maintient d’une vie saine.

    Prenez au commencement de chaque printemps, lorsque le soleil est entré dans le signe d’Aries, deux gouttes, et avec l’aide de Dieu, vous serez sauf et protégé contre la mauvaise santé et l’air empoisonné, à moins que la maladie soit prédestinée et imposée par le Dieu tout puissant. Mais nous désirons maintenant parler de l’Huile d’Antimoine et de ses pouvoirs, et montrer comment cette huile peut aussi guérir la maladie des corps des métaux imparfaits. Prenez au Nom de Dieu, de l’or affiné très pur, autant que voudrez ou pensez qu’il sera nécessaire. Dissolvez le dans du Vin distillé, préparé de la manière que l’on prépare généralement l’Eau de Vie. Et lorsque l’or sera dissout, laissez-le en digestion durant un mois. Puis mettez au bain, et distillé l’esprit de vin doucement et avec précaution. Recommencez cela plusieurs fois jusqu’à ce que votre or reste au fond. Et c’est ainsi la manière et l’opinion des anciens sur la manière de préparer l’or. Mais je vais vous montrer et vous enseigner une manière meilleure, plus rapide et plus utile. A la place de l’or préparé ainsi prenez une part de Mercure Solaire (Mercurri Solis), la préparation duquel j’ai déjà enseigné en un autre lieu. Enlevez son eau aérienne de façon à en faire une chaux. Puis prenez deux part de notre huile bénite, et versez l’huile doucement, goutte à goutte sur la chaux, jusqu’à ce que tout soit absorbé. Mettez dans un flacon scellé dans la chaleur de premier degré du fourneau des secrets, et laissez le là pendant dix jours et dix nuits. Vous verrez votre poudre et votre huile très sèche, qu’ils ne forment plus une seule masse d’une couleur gris-noir. Après dix jours donnez le second degré de chaleur, et la couleur gris-noire changera progressivement pour deviendra blanche. A la fin de ces dix jours la matière sera devenue d’un joli blanc rose. Mais cela peut être ignoré. Car cette couleur est due seulement au Mercure Solaire, qui a avalé notre huile bénite, et l’a avec la partie externe de son corps. Mais par le pouvoir du feu, notre huile domptera le Mercure Solaire et le renverra vers l’intérieur. Et l’huile avec sa couleur rouge vif le vaincra et demeurera à l’extérieur. Alors il est temps, quand vingt ans (sic) ont passé, d’ouvrir la fenêtre du troisième degré. [Les fourneaux alchimiques ont souvent des ouvertures à différentes hauteurs, au moyen desquelles la chaleur était régulée] La couleur blanche, externe régressera complètement à l’intérieur, et la couleur rouge interne, par force du feu devenir externe. Gardez alors ce feu pendant dix jours sans accroissement ou diminution. Vous verrez alors votre poudre, qui était précédemment blanche, devenir maintenant très rouge. Mais pour le temps présent cette rougeur peut être ignorée (c’est sans conséquence), car elle est toujours non fixe et volatile, et à la fin de ces dix jours, quand le trentième jour sera passé, vous devrez ouvrir la dernière fenêtre du quatrième degré de feu. Laissez dans ce degré pendant encore dix jours, et cette poudre rouge-vif commencera à fondre. Laissez le fondu durant ces dix jours. Et quand vous le sortirez, vous trouverez au fond une pierre rouge vif et transparente, couleur rubis, fondue suivant la forme du vaisseau. Cette pierre peut être utilisée pour la Projection, comme il a été enseigné dans le traité sur le Vitriol Loue Dieu pour l’Eternité pour sa sublime révélation, et lui rend grâce pour l’Eternité. Amen.

    De la Multiplication de l’a Pierre d’Antimoine.

    Les anciens sages, après qu’ils eurent découvert cette pierre et l’eurent préparé à perfection en puissance pour transmuter les métaux imparfaits en or, ont cherché longtemps un moyen d’augmenter la puissance et l’efficacité de cette pierre. Et ils trouvèrent deux voies pour la multiplier. L’une est la multiplication de sa puissance, de telle façon que le pouvoir transmutatoire de la pierre est accru. Cette multiplication est très subtile, et sa description peut être trouvée dans le traité sur l’or. La seconde multiplication est une augmentation de la quantité de la pierre avec sa puissance précédente, de telle manière qu’elle ne perd jamais de sa puissance, n’y n’en gagne, mais de telle manière que son poids s’accroît et continue de s’accroître, si bien qu’une once s’accroît pour devenir plusieurs onces. Pour faire cet accroissement ou Multiplication procédez de la manière suivante. Prenez au Nom de Dieu, votre pierre, et broyez-la en poudre subtile, puis ajoutez autant de Mercure Solaire que dit précédemment. Mettez-le tout dans un matras et scellez du sceau d’Hermès, puis mettez dans le fourneau et procédez exactement comme ci-avant, excepté que le temps doit être plus court. Car là où précédemment mis dix (alii trente) jours, vous mettrez maintenant pas plus de quatre (alii dix) jours. Pour le reste le travail est exactement le même que précédemment. Priez et remerciez Dieu tout puissant pour sa Haute révélation, et diligemment continuez vos prières pour sa toute puissante Merci et Bénédiction Divine de cet Œuvre et Art de même qu’il vous fasse bénéficier d’une bonne santé et bien-être. Et encore plus prenez toujours soin d’aider les pauvres.

    LAVS DEO OMNIPOTENTI NOTA.

    V2.1


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique