• Propos sur l’Esotérisme

    L'ésotérisme est une quête intérieure, secrète, intime. Il révèle des états de conscience insoupçonnés, plus intenses, plus beaux, plus vrais que l'ordinaire, car il participe à la pensée du monde, de tous les mondes et de toutes les vie. Autrement-dit, c'est la quête de notre qualité divine, enfouie et présente, très proche quand elle nous paraît lointaine, présente lorsque nous nous sentons seuls ou abandonnés.

    Cette attitude d'approche du Mystère est inaccessible :
    - à l'ignorant qui attend que se produise en lui "le miracle de l'amour" qui l'élèvera d'un seul coup au niveau des Maîtres spirituels;
    - à l'intellectuel raisonneur, certes savant, qui échafaude des systèmes logiques pour expliquer... la transcendance;
    - à l'émotif passionnel incapable de maîtriser ses pulsions, son désordre mental dont il est l'esclave.

    Comment cette petite chose appelée "l'homme" peut- elle devenir consciente de la pensée qui crée l'univers sur tous les plans? Là réside le paradoxe du presque rien qui s'unit au Tout s'abîmant dans le Rien... acte impensable, fécond et générateur de vie, acte que la magie des correspondances met quelque part à la portée du "cherchant", éternel apprenti fragile et généreux, courageux et profondément misérable.

    Le premier pas consiste probablement à considérer "cette petite chose", telle qu'elle peut se regarder... et s'accepter. Accepter son corps, son âge, ses maladies, son héritage social, son niveau d'intelligence... accepter d'en être là, aujourd'hui, et essayer de prendre en mains cette situation. Notre aventure terrestre nous entraîne dans l'illusion du paraître et la tentation du pouvoir; et en même temps, l'infini de l'espace, la fuite du temps, de la beauté physique, de l'énergie, l'inconstance du jugement des autres, tout est fait sur terre pour nous arracher à ce mirage, ou du moins nous en montrer les limites. Nous découvrons que ce que nous croyions immense et beau lorsque nous avions 20 ans, est fini et illusoire.

    A 80 ans, nous sommes toujours aussi jeunes dans notre cœur, mais nous restons seuls à le savoir.

    En résumé, il y a quelque chose de gigantesque en nous qui dément l'insignifiance de ce qui pourrait être une prison et que la quête ésotérique peut faire exploser. Mais que de morts et de renaissances à tous niveaux faut-il pour en arriver là! Il y a un jeu dans notre destin qui ne manque pas d'humour et se place à une dimension supérieure à notre courte vue.

    L'ésotérisme n'est pas une tentative de réconciliation bien pensante des deux pôles de notre dichotomie de base. C'est une naissance à une autre dimension qui englobe tous ce que nous connaissions déjà et qui dépasse, replace, transcende notre petitesse mortelle.

    Savoir que l'on est presque rien ouvre la porte du Temple. Il est vain d'en discuter savamment: il faut le faire. A ce titre, l'humilité n'est pas une qualité, mais de la lucidité pragmatique.

    Ouvrir la porte du Temple, c'est ouvrir sa sensibilité au pire comme au meilleur: c'est d'abord prendre en charge notre condition humaine. C'est ainsi se préparer à vivre son premier jour... ce que beaucoup ne connaîtront pas dans cette incarnation. C'est que l'on appelle l'éveil.

    J.M. GUY


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique