• Expériences aux frontières de la Mort

    Second volet

    L'expérience de mort imminente ou EMI (Near Death Experience ou NDE en anglais), parfois appelée expérience aux frontières de la mort (EFM) ou encore expérience de mort approchée (EMA) désigne un ensemble de "sensations" vécues par certains individus pendant un coma avancé ou une mort clinique avant qu'ils soient réanimés.

    Origines du terme

    Les témoignages sont rares avant la seconde moitié du XXe siècle [réf. nécessaire]. Ces expériences ont été identifiées et décrites par le psychiatre Raymond Moody en 1975 sous le nom de Near Death Experience (NDE), reprenant une expression déjà proposée par Victor Egger en 1895.

    L'expérience de mort imminente

    Après avoir repris conscience, certains patients font un récit qui présente de nombreuses similitudes : impression de décorporation, conviction d'être mort et cependant conscient mais dans un corps immatériel, déplacement le long d'un tunnel, une lumière intense, une rencontre avec des personnes décédées ou des « êtres de lumière », remémoration en accéléré de sa propre existence, prises de conscience, etc. Dans la majorité des cas, l'expérience est jugée agréable et qualifiée de « lumineuse », voire mystique, au point que la personne éprouverait ensuite des difficultés pour revenir à la réalité matérielle du monde. 4 % des personnes décrivent cette expérience comme effrayante ou désespérante.

    Aspects généraux

    D'après un article de Pim van Lommel publié dans la revue the Lancet du 15 décembre 2001, sur 344 patients réanimés d'un coma secondaire à un arrêt cardio-circulatoire, 18 % (62 patients) décrivaient une EMI. D'autres études semblent indiquer que ce chiffre pourrait être légèrement surévalué et que la fréquence réelle serait d'environ 12 %. D'après un sondage de 1982, huit millions d’Américains affirmaient avoir vécu une EMI.

    Les expériences de ce type sont en général très marquantes pour les sujets qui les vivent. Le retour à la conscience peut s'accompagner d'une certaine confusion entre l'EMI et la réalité et à une peur d'être considéré comme victime de maladie mentale. À plus long terme, on note fréquemment un développement de l'empathie, la remise en cause des priorités et la modification du mode de vie. On assiste également souvent au développement de la croyance en la vie après la mort et à un intérêt accru pour les questions spirituelles et la transcendance.

    Point de vue des patients et des courants religieux

    Pamela Reynolds

    Un cas exemplaire d'EMI est celui de Pamela Reynolds. Cette américaine a vécu une EMI pendant une opération d'un anévrisme au cerveau. Les chirurgiens ont dû tenter l'opération en abaissant sa température corporelle et en mettant en place une circulation sanguine extracorporelle. Elle a donc pu être maintenue 45 minutes avec un électroencéphalogramme (EEG) plat, c'est-à-dire sans aucune activité électrique dans le cerveau (cortex). Elle était donc inconsciente au sens médical du terme.

    Selon son récit, au moment de l'arrêt de l'EEG, elle est sortie de son corps et a pu raconter, après coup, toute l'opération en détail à laquelle elle aurait assistée de l'extérieur : les anecdotes entre infirmières, les instruments chirurgicaux utilisés puis une phase transcendante, le tunnel, la lumière.

    Ce cas est décrit en détail dans Light and Death du cardiologue américain Michael Sabom (initialement sceptique sur ces expériences) et repris par Daniel Maurer dans Les Expériences de mort imminente

    La compréhension religieuse du phénomène

    L'incapacité actuelle de la connaissance scientifique à fournir une explication rationnelle satisfaisante, et la proximité de ces expériences avec l'au-delà sont évidemment un enjeu pour les traditionnelles interprétations mythologiques et du religieux ou plus simplement pour une vision spiritualiste de la condition humaine. De nombreux aspects des récits d'expériences de mort imminente font état de phénomènes qu'on retrouve dans des textes sacrés, dans le mouvement spirite, le thème hindouiste du karma, de la réincarnation ou des phénomènes paranormaux.

    Certains témoignages rejoignent une certaine thématique du mouvement New Age. On retrouve dans les témoignages le vocabulaire que ce mouvement utilise pour décrire les EMI.

    Selon certains kabbalistes modernes, les états rencontrés lors d'une EMI seraient décrits par les sephiroth de la kabbale. Sous cette optique mystique, on pourrait mourir une dizaine de fois, à chaque fois intégrant un nouveau monde (ou sephirah, singulier de sephiroth).

    Il est difficile de savoir, si le scénario des EMI est une création du cerveau pour construire, à partir d'un ensemble de sensations, un récit cohérent avec les références culturelles du sujet, ou si ce sont des expériences de ce type qui ont par exemple influencé la rédaction de textes religieux. Quoi qu'il en soit, pour de nombreuses personnes ayant vécu une EMI, le plus important reste l'impression d'avoir été confronté à quelque chose de sacré, à un amour transcendant qui démontrerait l'existence de l'âme comme une entité autonome.

    Point de vue scientifique

    Il est difficile d'appliquer la méthode scientifique à ce type d'expérience subjective. Il reste le témoignage des personnes qui rapportent avoir vécu cette expérience et seules l'accumulation, la concordance et surtout la réalité des effets secondaires permettent d'envisager que ces témoignages se rapportent à quelque chose de réel. Pour faire de cette expérience un réel sujet d'étude scientifique, il faudrait être capable de quantifier ce phénomène de manière plus objective.

    Kenneth Ring a notamment construit l'indice WCEI (Weighted Core Experience Index) pour mesurer la « qualité » de l'EMI et Bruce Greyson une échelle de qualification des témoignages.

    Par définition, si le patient a pu être réanimé, c'est qu'il était toujours vivant. Rien ne permet donc d'affirmer formellement que l'EMI est une preuve de la survie de l'âme après la mort. Des expériences similaires auraient été rapportées par des personnes suite à un accouchement, un malaise ou pendant une anesthésie à la kétamine, alors que leur pronostic vital n'était pas en jeu. La prise d'hallucinogènes ou même certaines techniques de méditation pourraient également provoquer des sensations que certains rapprochent de l'EMI.

    Selon des études épidémiologiques, les témoignages d'EMI seraient plus fréquents chez les sujets âgés de moins de 60 ans, ou bien ayant une saturation en dioxygène élevée.

    Sur un plan physiologique, l'EMI ne peut pas être apparentée aux états modifiés de conscience, au rêve, aux hallucinations, et à certains cas d'épilepsie. Ces derniers sont mieux scientifiquement connus et peuvent par exemple être dues à l'anoxie qui provoquerait un dysfonctionnement de l’hippocampe.

    Certains ont fait un rapprochement avec les irruptions de sommeil paradoxal dans l'état de veille constatées dans certaines pathologies. Il s'agit d'une activation du cortex occipital, régulée par plusieurs structures du tronc cérébral comme le noyau pédonculopontin, le tegmentum latéral, le raphé dorsal, le locus cœruleus (mécanisme cholinergique qui contrebalancerait la réaction d'alerte noradrénergique impliquant le locus cœruleus).

    Sur un plan psychologique, les EMI seraient pour certains un mécanisme de protection de la conscience. Celle-ci se mettrait au repos face à une expérience traumatisante comme l'approche de la mort, mais cela semble assez loin d'expliquer la force des ressentis des personnes ayant vécu une EMI.

    En 2002, Olaf Blanke, Stephanie Ortigue, Theodor Landis et Margitta Seeck, du département de neurologie de l'hôpital universitaire de Genève ont publié dans la revue Nature un article décrivant une expérience autoscopique provoquée par la stimulation électrique d'une région spécifique du cerveau chez une patiente épileptique. La décorporation (appelée aussi voyage astral ou OBE, Out of Body Experience) est un autre phénomène ancien aux marges de la science, ce n'est cependant qu'un tout petit aspect en rapport avec une EMI.

    Merci à Paranormalnews.fr !!!

     

    Il est possible de décrire les prémisses de ce qui se passe après la mort en se basant sur les témoignages de ceux qui ont vécus une expérience de mort imminente.

    Pour commencer, il est important de relever les
    deux traits majeursde cette expérience :

    • L’incommunicabilité: la personne qui la vécue est dans l’impossibilité de la décrire dans le langage habituel.  Il en est de même de ses composantes émotionnelles.    « Vous n’allez pas me croire… Ce qui m’est arrivé est incroyable…  Il n’existe pas de mots pour le décrire… »
    • Le sentiment de réalité: elle affirme ne pas avoir rêvé, ni halluciné et que tout était bien réel…

    Maintenant, je vous propose de découvrir les différentes phasesde l’expérience de mort imminente :

    • Perception de sa propre mort:
      • « Je suis en train de mourir… j’ai entendu l’infirmière dire qu’elle ne trouvait plus mon pouls, que je ne respirais plus… pourtant je me sentais à l’aise et heureuse… »
         
    • Plus de douleur et une sensation de paix :
      • Une sensation de paix et de calme parfait accompagne la disparition de la douleur physique ainsi qu’un sentiment de légèreté, de relaxation totale, de bien-être…
      • La peur n’existe plus, le bonheur, le soulagement, le grand calme… sont présents.
         
    • Présence ou absence totale d'éléments sonores  :
      • Certains perçoivent un bruit soudain désagréable : bourdonnement, son de cloches, rafale de vent, grincement…
      • D’autres (la grande majorité) n’entendent rien.
         
    • Décorporation :
      • La conscience s’élève à quelques centimètres hors du corps ou à quelques mètres pour flotter à la manière d’un astronaute dans le vide spatial.
      • La conscience suit tous les événements qui se déroulent autour de son enveloppe physique (réanimation, intervention chirurgicale, visites des proches…)
      • La conscience ne peu ni toucher, ni exprimer ce qu’elle voit, sent et entend.
      • Les personnes handicapées prétendent avoir récupéré leur intégrité physique et leurs capacités fonctionnelles normales (plus aucune infirmité n’est présente).
         
    • Passage dans un lieu sombre :
      • Pour certains c’est : un tunnel, un immense tuyau, un entonnoir, des canalisations d’égouts,…
      • L’allure du déplacement dans le tunnel est modérée (escalator) ou hyper rapide (vitesse de la lumière).
      • D’autres consciences désincarnées ou des silhouettes étranges ou des âmes fortement attachées à leur existence matérielle peuvent être perçues intuitivement.  Ces personnages n’ont pas une forme tout à fait humaine.
         
    • Rencontre avec des guides ou des défunts :
      • Ces personnages, auxquels est souvent attribué un rôle de guide ou de conseiller, vont se manifester. Ce sont des proches décédés : parents ou amis, anciens voisins ou relations ou des inconnus qui communique par télépathie, par des échanges de pensées et des émotions instantanées.
      • Un grand sentiment de bonheur est présent et ces « guides » vous invitent à rebrousser chemin afin de réintégrer votre corps physique.
         
    • Perception de la lumière :
      • Cette luminosité est intense : «  mille fois plus puissante que le soleil ».  Son extrême clarté envahit tout l'espace sans que l’on en soit ébloui.  C’est une lumière éclatante qui brillait de plus en plus, mais sans vous faire mal aux yeux.
      • Les nuances relevées varient du blanc très brillant à l'orangé ou au doré, parfois au rougeoyant ou au bleuté.
      • Cette entité lumineuse dégage une tendresse et une bonté infinies qui nous submerge.
         
    • Amour inconditionnel :
      • Nous le rencontrons au moment de la mort.  Il n'a rien d'émotionnel.  Il n'est lié à aucun sentiment.  Vous avez beau sentir qu'il s'adresse à vous, il ne présente aucun caractère personnel.
      • C'est un amour qui coule à travers vous.  Il ne vient pas de vous et ne vous est pas personnellement destiné.  On ne peut le posséder.  Cet amour, qui est l'amour véritable, n'appartient à personne et fait partie de chacun.  Il se fait accueillant à tous et il n'exclut personne.
      • C'est le ciment qui maintient ensemble l'univers et la création tout entière.
      • Quand on vit dans un tel amour, toutes les émotions, tous les sentiments, tous les besoins, tous les liens se dissipent.
      • Certains estiment avoir été en symbiose avec l'univers en évoquant un sentiment de fusion avec le cosmos et le savoir universel.  Durant cette expérience, vous pouvez posséder l’explication de toute chose, ressentir l’entité lumineuse en relation directe avec votre culture (Dieu, Allah, Bouddha…), être pénétré par ces Êtres de lumière au plus profond de vous-mêmes, comprendre que tous nous faisons partie d’un grand tout, de l’univers, du cosmos…et avoir la sensation de la connaissance universelle depuis le commencement du monde.
         
    • Bilan de sa vie passée et auto jugement :
      • Il se déroule devant vos yeux sans le moindre effort de mémoire.  On y perçoit les détails de chaque scène de sa vie et l’on en ressent toutes les émotions, les siennes tout autant que celles des autres intervenants.
      • Culpabilisante ou gratifiante, la revue des événements de la vie s'exprime sur un registre émotionnel modéré ou paradoxal.  Vous vous trouvez aussi en situation de participer, au plan émotionnel, en lieu et place des autres personnes présentes.  De cette façon vous pouvez juger véritablement les effets de vos actes antérieurs.
      • Des les Êtres de lumières sont présents pour être le témoin de cette rétrospective de votre existence passée.  Ils sont compréhensifs, compatissants et ils se gardent de tout jugement car c’est à vous qu’il appartient de faire votre auto jugement.  « Dès qu'il m'est apparu, l'Être de lumière m'a tout de suite demandé : Montre-moi ce que tu as fait de ta vie» en choisissant notamment certains passages de mon existence passée défilant à la vitesse d’un super ordinateur, très rapidement.  « Je me rappelais tout et tout était incroyablement vivant…»  Il n'y avait rien de pénible dans tout ça : «  j'y assistais sans regret...» comme lors de la projection d'une série de diapositives relative à mes vacances passées que l’on ferait défiler à toute vitesse.
         
    • Réintégration de son corps physique:
      • A un certain moment, on rencontre une sorte de frontière matérielle ou symbolique : barrière, grille, porte, fleuve, montagne, ravin, souvenir laissé en arrière, sentiment de responsabilité à l’égard de ses proches, notion d'une oeuvre, d'un destin ou d'une vie inachevée qui nous demande de retourner dans notre corps physique car notre rôle ici sur terre n’est pas terminé…
      • On doit réintégrer une enveloppe charnelle et revenir à la vie avec un état de conscience ordinaire.  Cette soudaine réduction du champ perceptif et des capacités intellectuelles, associée à la lourdeur du corps physique ou à la douleur, représente un retour à la réalité comme si l’on nous demandait d’enfiler une combinaison très moulante sur un claquement de doigt.
      • « Ce sont les machines qui m'attiraient vers mon corps et je sentais ma résistance fléchir de plus en plus.  Je les ai vus me donner des secousses électriques pour rétablir mon coeur et j'entendais le bip des machines qui s’accélérait au fur et à mesure que je réintégrais mon corps physique….  Il faut retourner, tu n'as pas achevé ton ouvrage sur la terre… retourne sur tes pas maintenant…»

    Aprèscette expérience de mort imminente des changements d’objectifs dans votre vie sont possibles :

    Il s’agit généralement des répercussions qui peuvent se traduire par une profonde remise en questionde vos valeurs personnelles.  On peut par exemple rejeter l'esprit de compétition et l'individualisme pour un modèle basé sur la coopération et sur l’altruisme.

    Cette évolution peut s'amorcer bien des années plus tard et l'ampleur de ces transformations reste le plus souvent très modeste.  Néanmoins, il est utile de constater que beaucoup se montrent incapablesd'en tirer le moindre profit.

    Les préoccupations matérielles ne constituent généralement plus une priorité.  Souvent, on adopte uneespèce de philosophie humanisterenforcée par une conscience écologique responsable.  Ces changements de repères influent sur la qualité de sa relation avec les autres et n'échappent pas à son proche entourage.

    La certitude d'avoir possédé, un bref instant, la connaissance suprême peut générer en vous le goût del'étude.  La plupart insistent sur la nécessité d'acquérir plus de savoir et certains considèrent que l'ignorance engendre le malheur des hommes.

    Un sentiment de méfiance à l’égard des modèles dogmatiques est possible.  Certains estiment que les religions ont été dénaturées par l’homme.

    La plupart ne redoutent plus la mort.  Ils estiment que le suicide n’est pas la solution car les problèmes non résolus dans son existence terrestre ne le seront pas de l’autre côté.  Ils saventdésormais que lamort n’est qu’une simple transitionvers un plan différent qui existe ailleurs.

    Les questions métaphysiques sont complètement revues : certitude d'un but dévolu à l'existence terrestre et d'une forme de vie après la mort.  Croyants ou athées, ceux qui ont connus cette expérience estiment désormais que la mort est une brève étape vers un plan différent à la manière dont on se sépare d’un vieux vêtement pour en revêtir un autre afin de progresser et d’évoluer autrement.

    Certains attachent plus d'importance au dedans des choses plutôt qu'à leur apparence.  Ainsi ils apprécient davantage les petits événements du quotidien : un sourire, un regard, un mot agréable, un chant d'oiseau, un parfum de fleur... En bref, on devient  plus respectueux de la vie, plus tolérant envers les autres et plus attentif à leurs besoins.

    Merci à http://homeusers.brutele.be/ !!!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique