• LA SAINTE TRINITE (3)

     

    Introduction

    La Trinité est un mystère de foi au sens le plus strict, Dieu certes a laisser des traces de son être dans son ouvre de création et dans l'Ancien Testament. Mais ce grand mystère d'intimité demeurera inaccessible avant l'incarnation de Notre Seigneur.

    La Trinité est révélée en rapport avec l'incarnation et l'humanité parfaite de Notre Seigneur Jésus. Nous devons comprendre que Dieu habite une lumière inaccessible et inabordable. De là l'impossibilité pour les êtres humains que nous sommes de le voir. Mais avec l'incarnation, Dieu s'est révélé à nous. L'homme peut maintenant voir Dieu dans son essence la plus profonde sous la forme d'un homme.

    La Trinité est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne. Il est le mystère de Dieu en Lui-même, la source de tous les autres mystères de la foi. La Trinité peut se définir comme étant un seul Dieu existant en trois personnes distinctes et divines : le Père, le Fils et le St-Esprit.

    Ce dogme de foi, repose à la fois sur l'Écriture Sainte et la Tradition. L'Église Catholique affirme qu'il est possible d'en retrouvez la trace autant à l'intérieur de la Bible que dans l'histoire de l'Église, ce que refuse d'admettre ces adversaires.

    Il faut reconnaître d'entrée de jeu que malgré toute les explications possibles, la Trinité gardera toujours pour nous ici-bas une part d'incompréhensible. C'est ce que l'Église appelle un Mystère. Voilà qui donne lieu à une première objection. En effet pour certains chrétiens, la Bible se comprend et se lit en dehors du contexte dans laquelle elle a été écrite. De là l'impossibilité pour eux d'admettre l'existence de Mystère, puisque la Bible a réponse à tout. Ils en déduisent alors que si le mot Trinité (inventé au 3ème siècle par Tertullien)n'est nulle part dans la Bible, c'est tout simplement parce que jamais Jésus n'a enseigné un quelconque Dieu Trinitaire.

    Les Mystères

    Les mystères sont au-dessus de la raison mais ils ne sont pas contre elle. A preuve, il y a des vérités dont nous connaissons l'existence, mais dont nous ignorons totalement l'essence, à savoir, en tête de liste, que tous nous mourrons un jour et que personne ne saura jamais comment se fait l'union de l'âme avec le corps. Ajoutons à tout ceci des questions d'ordres scientifiques tel, où se termine l'univers? Or l'abîme est bien plus grand entre Dieu et l'homme que entre un savant et un ignorant.

    Connaître et comprendre

    Il y a lieu ici de faire la différence entre connaître et comprendre. Connaître signifie avoir l'idée, la notion d'une chose, savoir que cette chose existe, a certaines propriétés. Comprendre, c'est connaître une chose à fond et dans ses détails, en savoir le comment et le pourquoi. Ainsi nous connaissons Dieu mais nous le comprendrons pas.

    C'est à partir de ces raisonnements qu'il faut comprendre la notion de Mystères. Ceux-ci sont à la fois un principe d'enrichissement pour l'esprit humain et un rappel à l'humilité. Après tout un Dieu qui pourrait être entièrement compris dans toute son intimité à partir d'un simple recueil de livres (tel un pâté chinois dans un livre de recettes) serait, il me semble, bien petit.

    Voilà, la table est mise! D'un côté certains jubilent et de l'autre certains crient au meurtre quand ce n'est pas à l'hérésie. Mais entre deux déchirements de tunique, ne serait-il pas objectif de tenter de cerner le fond du problème? Alors allons y! Nous nous bornerons ici à analyser les
    objections des croyants pour qui la Trinité est une invention de l'Église Catholique puisque, selon eux, la Bible ne fait nulle part mention de la Trinité et par la suite nous tenterons de voir si au cours de son histoire bi-millénaire l'Église a enseigné ce dogme.

    Avant-Propos

    Tout au long de ce document nous soulignerons les mots les plus importants des citations. Les phrases en italiques seront des commentaires ajoutés pour une plus grande compréhension. Bonne lecture!

    LA BIBLE

    Unité

    Nous rechercherons en premier les preuves les plus évidentes de la divinité à savoir : de porter le nom de Dieu, d'avoir la nature divine, d'être éternel et d'avoir la vie en soi pour pouvoir la donner aux autres.

    Distinction

    Nous démontrerons que les Personnes sont distinctes de par leurs actions.

    UNITÉ

    Les trois portent le nom de Dieu

    Le Père

    Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau.(Jn 6,27)

    Dieu est ici clairement identifié comme le Père Le Fils

    Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. (Jn 1,1)

    Dans ce passage Jean appel Jésus la Parole puisque celui-ci nous a fait connaître la volonté de Dieu. Aussi la divinité de Jésus est clairement exprimée.

    Le St-Esprit

    Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a t-il rempli ton cour, au point que tu mentes au St-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition? Comment as-tu pu mettre en ton cour un pareil dessein? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais
    à Dieu. (Ac 5,3)

    Dans ce passage on voit que mentir au St-Esprit équivaut à mentir à Dieu. Même nature divine

    Le Père

    Celui qui m'a vu a vu le Père(Jn 14,9)

    Voilà la réponse que Jésus fit à Philippe qui lui demandait de lui montrer le Père.

    Et au verset suivant :

    Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est dans moi (Jn :14,10)

    Le Fils

    Mon Père et moi sommes un (Jn 10,30-33)

    Lorsque Jésus prononça ses paroles les juifs comprirent si bien ce qu'Il voulait dire qu'ils prirent des pierres pour le lapider en disant : tu n'est qu'un homme et tu veux te faire Dieu.

    Le St-Esprit

    Jésus déclare aux disciples que lorsque le Consolateur que je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité, qui procède du Père, sera venu, il rendra témoignage de moi (Jn 15,26)

    Or il n'y a que Dieu qui puisse enseigner toute vérité, c'est donc que le consolateur (l'Esprit- Saint) est Dieu.

    Les Trois sont éternels

    Le Père

    Mais manifesté maintenant par les écrits des prophètes,
    d'après l'ordre du Dieu éternel. (Ro 16,26)

    Le Fils

    Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement. (Hé 13,8)

    Le St-Esprit

    Combien plus le sang du Christ, qui par l'Esprit éternel s'est offert lui-même sans tache à Dieu.(Hé 9,14)

    Les Trois ont la vie en eux et le pouvoir de la donner

    Le Père et le Fils

    Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.( Jn 5,21)

    Le St-Esprit

    Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité le Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. (Ro 8,11)

    Distinction

    Les activités des Trois personnes de la Trinité

    Voici en gros ce que l'Église Catholique enseigne sur leurs manifestations : le Père vient d'abord puisqu'il est le Créateur, le Fils ensuite puisque il accompli la volonté du Père et en troisième lieu le St-Esprit, Celui par qui tout est réalisé.

    Le Père

    Il n'y a qu'un seul Dieu, le Père qui a créé toutes choses et pour qui nous vivions. (1Cor 7,6)

    Le Fils

    Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais pour que le monde reçoive le salut par lui. (Jn3,17)

    Car c'est par lui (Jésus) que Dieu a tout créé (Col 1,16)

    Le St-Esprit

    Quand viendra l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité. (Jn 16,13)

    Dieu l'a révélé (son secret) maintenant par son Esprit à ses saints apôtres et prophètes. (Ép 3,5)

    Malgré tout, aucune des Personnes de la Trinité n'agit indépendamment des Autres. Mais comme l'a dit le Seigneur, leur accord est permanent Jn.5:17, 19, 10:28-30. Ils manifestent une unité d'esprit nous servant de modèle, Jn.17:21-23, Ph.2:1-10.

    La Trinité dans les bénédictions

    La grâce du Seigneur Jésus, l'amour de Dieu et la communion de l'Esprit -Saint soient avec vous. (2 Co 13,13) ( 1Cor 12,4-7) ( Eph 4, 4-7)

    Dieu a envoyé dans nos cours l'Esprit de son Fils qui crie Abba : Père. (Gal 4,6)

    Ces formules de bénédictions étaient utilisées dans l'Église primitive.

    La Trinité en action dans la Bible

    Dès que Jésus fut baptisé il sortit de l'eau. Au même moment les cieux s'ouvrirent pour lui : il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et une voix venant des cieux déclara :

    Celui-ci est mon Fils bien-aimé, je mets en lui toute ma joie. (Mat 3,16-17)

    Lors du baptême de Jésus c'est le Père qui parle, le Fils qui est baptisé et le St-Esprit qui apparaît sous la forme d'une colombe.

    Allez donc auprès des hommes de toutes les nations et faites d'eux mes disciples, baptisez-les au nom du Père, Du Fils et du Saint-Esprit. (Mat 28,17)

    Au moment de quitter les siens Jésus leurs transmets ses pouvoirs au nom de la Trinité.

    Les trois Personnes

    Les trois Personnes sont distincts entre eux par leurs relations d'origine :

    C'est le Père qui engendre, le Fils qui est engendré

    En parlant de Jésus, Paul dit :

    Auquel des anges Dieu a t-il jamais dit Vous êtes mon Fils, je vous ai engendré aujourd'hui. (Héb 1,5)

    Si ce qui est dit du Fils ne peut être dit des anges, à savoir que Dieu l'a engendré c'est qu'il n'est pas, comme eux, créé dans le temps mais engendré de toute éternité.

    Le Saint-Esprit qui procède du Père et du Fils

    Celui qui doit vous aider, le St-Esprit que le Père enverra en mon nom, vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. (Jn 14,26)

    L'Esprit Saint est envoyé aux apôtres et à l'Église par le Père au nom du Fils

    Quand viendra ce jour vous adresserez vos demandes au Père en mon nom. (Jn 15,26)

    L'Esprit Saint est envoyé par le Fils, une fois retourné auprès du Père.

    Réflexions supplémentaires

    Point de vue linguistique

    UNITÉ

    Si j'écris en grec : ho phuteuôn kai ho potizôn hen eisin ( celui qui plante et celui qui arrose sont un) C'est que je veux que vous sachiez qu'il y a deux personnes dans mon histoire : une qui plante et une qui arrose. Les deux sont évidemment distinctes de par leur rôle. Mais aussi, l'utilisation du qualificatif un (hen), au neutre en grec au lieu du masculin(heis), indiquera une unité de nature : il s'agit donc de deux être partageant la nature humaine. Si je compare avec Jn.10:30 je lis -egô kai ho patèr hen esmen -(moi et le Père sommes un). La formulation est la même : deux personnes distinctes de par leurs rôles ( le Père qui envoie et Jésus qui est envoyé)partageant la même nature ( hen au lieu de heis) : les deux partagent la même nature et dans ce cas on parle de nature divine donc les deux sont Dieu.

    DISTINCTION

    Allez donc auprès des hommes de toutes les nations et faites d'eux mes disciples, baptisez-les au nom du Père, Du Fils et du Saint-Esprit. (Mat 28,17)

    Si on ce rappel qu'il s'agit d'un texte d'une importance capitale attesté par tous les manuscrits et témoins, sans exception connue et que tous les manuscrits grecs ont onoma ( au nom) -singulier- et jamais onomai (aux noms)-pluriel. Il est facile des lors de comprendre que le baptême n'est donné que par le nom d'un seul Dieu mais en trois Personnes. Ainsi depuis 2000 ans les chrétiens sont baptisés au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit et non pas aux noms de ceux-ci.

    Point de vue mystique (divers)

    Trinité et famille

    Puisque l'homme et la femme ont été créés à l'image de Dieu, on peut faire une analogie entre l'unité humaine dans le mariage et la Trinité : l'homme et la femme de par le sacrement du mariage deviennent une seule chair et de leur amour naît une autre personne différente, mais tenant à la fois de un et de l'autre. La famille chrétienne devient icône de la Trinité.

    Trinité et humanité

    Peut-être croyez-vous qu'il est impossible que trois personnes puissent entrer dans l'unité de la substances divine. Alors réfléchissez sur la constitution de l'être humain et vous verrez qu'en lui se retrouve deux substances, l'âme et le corps et que ceux-ci existe dans l'unité de la
    personne humaine.

    Dieu solitaire

    Imaginons que Dieu ne serait pas trinitaire. Dieu pourrait quand même être un Dieu d'amour. Mais de quel amour parlerait-on? Il y en a deux sortes :celle ou l'on se donne et celle ou l'on s'aime soit même. La première est tournée vers la charité la seconde vers l'orgueil. Comme tous les chrétiens croient que Dieu est aussi Créateur et Éternel il faudra donc admettre premièrement, qu'avant la création du monde le Dieu non trinitaire était aussi un Dieu solitaire. Il faudra donc aussi admettre en deuxième lieu qu'étant Seul, notre Dieu n'avait malheureusement pas d'autres personnes à aimer que Lui-même. Aimant parfaitement, et ne pouvant aimer que Lui-même le Dieu solitaire devient un monstre d'orgueil! Alors que si Dieu est trinitaire le Père, le Fils et l'Esprit Saint peuvent s'aimer en se donnant : en se tournant vers un autre que soi-même.

    Conclusion

    De l'examen des différents textes de la Saintes Écritures cités précédemment, il résulte que la substance du dogme de la Trinité était bien dans la foi de l'Église primitive. Les difficultés ne viendront que plus tard lorsqu'il s'agira de traduire la croyance chrétienne en langage philosophique. C'est ce que nous verrons maintenant dans la partie historique.

    HISTOIRE

    Noeud du problème

    Au cours des premiers siècles, l'Église qui a vécu tout d'abord le mystère de la Trinité dans ses sacrements et dans ses prières, a cherché à le formuler plus explicitement tant pour approfondir sa propre intelligence de la foi que pour le défendre contre des erreurs qui la déformaient.

    Les premières erreurs concernant la Trinité survinrent au début de l'Église et ont revêtu trois formes principales



    - Abolition de la distinction des personnes par exagération de l'unité : Un seul Dieu en Une seule personne (Modalisme et Sabellianisme)

    - Exagération de la distinction des personnes : Trois personnes en trois Dieux (Trithéisme)

    - Altération des relations entre les personnes : le Fils ne vient pas Père, Jésus a été créé, Jésus n'est pas Dieu, l'Esprit Saint ne procède pas du Père et du Fils etc.(Arianisme et Macédonianisme)

    Aujourd'hui les adversaires de la Trinité adopte plus rarement ces positions, en revanche ils se réfugient dans les idées issue du Protestantisme en niant systématiquement qu'il y ait quelque part dans la Bible et dans l'histoire de l'Église la moindre parcelle Trinitaire.

    Nous avons donc à rechercher s'il est possible de boucler la boucle : de retrouver en partant de la foi des premiers chrétiens, jusqu'aux chrétiens d'aujourd'hui des éléments qui compose le mystère de la Trinité.

    Nous avons retenu quelque textes parmi les plus significatifs

    Ignace d'Antioche vers 110

    Dans sa lettre aux Tralliens Ignace parle du Père, du Fils et de l'Esprit Saint comme des Personnes auxquelles nous devons un égal respect.

    Saint Polycarpe 166

    Ce disciple de St-Jean s'écria en face du bûcher allumé pour lui devant la foule venu à son supplice : Je vous glorifie en toutes choses, vous ô mon Dieu, avec votre éternel et divin Fils Jésus-Christ, auquel, avec le St-Esprit, soit l'honneur, maintenant et à jamais.

    Irénée de Lyon vers 175

    Ce texte est tirée du livre d'Irénée de Lyon : La prédication des apôtres et ses preuves : Or, voici ce que nous assure la foi telle que les presbytres, disciples des apôtres, nous l'ont transmise. Tout d'abord, elle nous oblige à nous rappeler que nous avons reçu le baptême pour la rémission des péchés, au nom de Dieu le Père, et au nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui
    s'est incarné, est mort et ressuscité, et dans l'Esprit Saint de Dieu.

    Le papyrus de Dêr-Balyzéh (fin du 2ème siècle)

    Il cite une profession de foi trinitaire qui explicite la finale de Mathieu (28,19)

    Lettre de Denis de Rome à Denis d'Alexandrie vers 260

    Denis d'Alexandrie fut soupçonné de trithéisme (trois personnes trois Dieu). La controverse fut déférée à Rome au Pape Denis et donna lieu à la première décision importante du magistère ecclésiastique sur le mystère de la Trinité. En voici un court extrait : La doctrine de l'insensée Marcion qui coupe et divise la Monarchie en trois principes, est un enseignement diabolique et non celui des vrais disciples du Christ ni de ceux qui se plaisent aux enseignements du Sauveur. Car ceux-ci savent bien que la Trinité était prêchée dans la divine Écriture.

    Concile de Nicée en 325

    Le symbole d'Épiphane en 374

    Le Concile de Constantinople en 381

    Dans ces deux conciles et ce symbole se retrouve les passages qui sont l'essentiel de la profession de foi que nous récitons encore de nos jours dans les Églises catholiques du monde entier à savoir: nous croyons entre autre en Dieu à son Fils Jésus et au St-Esprit

    Concile de Rome en 382

    Ce concile fut convoquer pour mettre un terme à l'erreur des pneumatomaques qui niaient la divinité du St-Esprit. En voici un court extrait : Si quelqu'un ne dit pas que le St-Esprit est vraiment et proprement du Père comme le Fils, qu'il est de la substance divine et qu'il est vrai Dieu il est hérétique.

    Symbole dit d'Athanase entre 430 et 500

    En exposant avec beaucoup de clarté la doctrine trinitaire de l'Église ce symbole met surtout en relief, contre le sabellianisme, la distinction des Personnes et contre le trithéisme , l'unité de la nature divine. En voici un court extrait : Voici la foi catholique : nous vénérons un Dieu dans la
    Trinité et la Trinité dans l'unité, sans confondre les Personnes, sans diviser la substance : autre est en effet la Personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du St-Esprit; mais le Père, le Fils et le St-Esprit ont une même divinité une gloire égale, une même éternelle majesté.

    Lettre du Pape Léon le Grand à Turribius d'Astroga le 21 Juillet 447 Le Pape répond en réaffirmant encore la foi en la Trinité tel quelle fut toujours enseignée, en voici un court extrait : Cette affirmation (attribution au Père de la passion du Fils) est indubitablement contraire à
    la foi catholique qui professe si fortement l'identité de substance de la Trinité divine qu'elle croit que le Père, le Fils et le St-Esprit ne font qu'un sans confusion, sont Éternels sans être soumis au temps, sont égaux sans différence, car ce n'est pas une même Personne, mais une même essence qui réalise l'unité dans la Trinité.

    Concile de Tolède en 675

    On y trouve les pensées les plus profondes et les formules les plus claires sur les deux principaux mystère du christianisme : la Trinité et l'Incarnation. Il s'agit en fait d'emprunts aux décisions dogmatiques antérieures : premier Conciles de Tolède (638), symbole de foi d'Athanase (vers 480) ainsi qu'aux grands ouvrages des docteurs de l'Église : Ambroise de Milan (340-397), Hilaire de Poitiers (315-368), Fulgence de Ruspe (467-532) et particulièrement St-Augustin (354-430) 4ème Concile de Latran du 11 au 30 novembre 1215

    Le début du premier chapitre des Actes de ce Concile est une profession de foi sur le mystère de la Trinité. En voici un court extrait : Avec l'approbation du Concile, nous croyons et affirmons avec Pierre Lombard , qu 'il existe une seule réalité suprême, incompréhensible et ineffable, qui est véritablement Père, Fils et Esprit-Saint, trois Personnes et chacune d'elles en particulier. En conséquence il n'y a qu'une Trinité.

    2ème Concile de Lyon le 17 juillet 1274

    Ce Concile se proposaient entre autres objectifs l'union des Grec et des Latins que divisaient notamment d'importantes questions dogmatiques touchant la Trinité. En voici un court extrait : (Sur le rôle du St-Esprit) C'est ce que la Sainte Église Romaine mère et maîtresse de tous les fidèles, a toujours prêché professé et enseigné; c'est ce qu'elle prêche, professe et enseigne; c'est ce que comporte l'immuable et vraie doctrine des Pères et des Docteurs orthodoxes, latins et grecs. Bulle Laetentur Coeli du Pape Eugène IV le 6 juillet 1439 lors du Concile de Florence

    La lecture de cette Bulle dans la cathédrale de Florence marqua le point culminant du Concile. Débutant par une action de grâce elle poursuit ensuite par une définition du St-Esprit en ces termes :Au nom de la sainte Trinité, Père, Fils et Esprit Saint nous définissons avec l'approbation du Concile universel de Florence pour que tous les chrétiens croient et reçoivent et
    professent cette vérité de foi.

    Bulle Cantate Domino d'Eugène IV le 4 février 1442 lors du Concile de Florence

    Cette bulle exposa la doctrine romaine de la Trinité aux Coptes, Éthiopiens et Jacobites en ces termes : La sainte Église Romaine établie par la parole de notre Seigneur et Sauveur, croit fermement et enseigne un seul vrai Dieu, tout-puissant immuable et éternel, Père, Fils et Saint-Esprit, un dans son essence, trine dans ses Personnes.

    La profession de foi de Paul VI en 1968

    Elle reprend et réaffirme les paroles du Credo qui se récite dans toutes les Églises Catholiques du monde et qui se résume encore à ceci : nous croyons en Dieu à son Fils Jésus et au St-Esprit

    Dans le nouveau Catéchisme de l'Église Catholique parut 1992.

    La doctrine de la trinité est réaffirmé noir sur blanc, en tenant compte de tous ce qui précède.

    Réflexions supplémentaires

    Point de vue historique

    Il faut souligner très fortement que les premiers adversaires du dogme de la Trinité(Arius, Sabellius, Marcion, Macédonius) n'ont jamais nier la croyance en la Trinité, puisque leurs argumentations tendent non pas à rejeter l'existence du dogme trinitaire, mais au contraire à le reconnaître comme vrai, en tentant toutefois d'en fausser les caractéristiques qui le
    composent.

    Point de vue biblique

    L'enseignement de l'Église a porté sur la nature et les Personnes divines. On ne saurait oublier que la foi chrétienne est l'acceptation du dessein salvifique des trois personnes. Réalisé par l'initiative du Père qui appelle les hommes et leur pardonne(Ancien Testament), il s'accomplit par la mission du Fils médiateur de l'alliance parfaite(les quatre Évangiles), et se continue dans l'Église par l'action de l'Esprit Saint sanctificateur(les autres livres du Nouveau Testament). Ainsi, toute la Bible est la révélation graduelle de la Sainte Trinité.

    Point de vue liturgique

    Conformément à sa croyance l'Église a de tout temps administré le baptême au nom des trois personnes. Aussi le mystère de la Trinité tiens la première place dans toutes les prières, toutes les bénédictions, tous les offices en font mentions, soit par l'usage du signe de la croix soit par la doxologie : Gloire au Père, au Fils et au St-Esprit.

    Conclusion

    Le petit survol fait précédemment expose clairement deux choses : que la Bible parle de la Trinité et encore mieux : que la Bible est Trinité. Aussi il démontre qu'au cours de son histoire l'Église Catholique a toujours enseigné ce dogme en filiation avec la Bible et la Tradition. Ne pas y croire est une chose mais de dire que la Bible ne parle pas de Trinité et que l'Église ne l'a jamais enseigné relève plus de l'aveuglement ou de la mauvaise foi que du bon sens. Il en découle qu'appuyer l'absence de la Trinité dans la Bible et dans l'histoire équivaut à affirmer que l'Église a réussit à falsifier la parole de Dieu, l'histoire et des documents officiels pendant 2000 ans, sans se faire confondre, tout en trompant un nombre infini de croyant.

    Que Dieu vous bénisse et trois fois plutôt qu'une.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :