KaZeo
+
metanoia
Follow me
Join now
23 Avril 2014, St Georges
Rubriques

Fond musical
Statistiques
  • 1 connecté(s)
    Total de 1 377 181 visiteur(s)
    Site créé le 07/03/2007
Newsletter
Accueil » PAPUS LES SECRETS DU VISAGE
  Articles de cette rubrique :
 

PAPUS
Les Secrets
Du Visage



Sommaire...........................................................3
Introduction........................................................4
Du profil.............................................................6
Classification des nez............................................8
Du teint............................................................10
Détermination du teint........................................12
Les deux natures................................................14
Le tranquille......................................................16
L'actif...............................................................18
Le nerveux........................................................20
Le volontaire.....................................................22
Petit essai de politique féminine...........................24
Du mariage et des complémentaires.....................26
Des natures complémentaires..............................28

Introduction

On ne peut pas toujours demander à une personne dont on veut voir le caractère de vous confier sa main, fût-ce la gauche. Comment faire dans ce cas ?
Toutes les formes de l'être humain se correspondent strictement, et c'est même la recherche de ces rapports qui permet à un homme de science de s'occuper de ces questions avec autant d'intérêt que s'il poursuivait une branche quelconque d'anatomie.
Lors donc qu'il vous est impossible de voir la main de la personne que vous désirez juger, contentez-vous de considérer ses traits, qu'elle ne peut certes cacher, et vous saurez mille choses intéressantes à son égard.
Il existe une foule de traités de physiognomonie, à commencer par l'oeuvre justement célèbre de Lavater. Mais ces ouvrages manquent de lois générales, et le lecteur se perd en une foule de remarques de détails qui paralysent toute étude sérieuse.

Nous allons nous efforcer de donner des conseils aussi pratiques et aussi clairs que possible. Maintenant, apprêtez-vous à voir tous les secrets de vos amis.

Du profil d'une façon très générale, on peut classer les êtres humains en quatre catégories correspondant aux hiéroglyphes que la tradition attribue aux quatre évangélistes.
Nous aurons d'abord les calmes, les patients, dont le défaut est surtout la lenteur et dont l'hiéroglyphe est le boeuf; nous aurons ensuite les passionnés, les actifs dont le défaut est l'inconstance et surtout la colère, et qui sont caractérisés par le lion. Puis nous pourrons considérer les nerveux, les intellectuels dont le défaut (si c'en est un) est l'amour des hauteurs éthérées et par suite l'absence de sens pratique et qui ont comme hiéroglyphe l'aigle. Enfin les volontaires, les ambitieux caractérisés par l'être à forme humaine et qui, matérialisés, peuvent être des égoïstes ou des envieux.
Parmi les procédés qui permettent une classification rapide, il en est deux principaux : l'étude du profil et l'étude du teint. Nous nous occuperons, pour l'instant, du profil et surtout du nez.

Le nez, de profil, se présente sous deux aspects principaux, concave (nez relevé, nez en trompette), ou convexe (aquilin). Les nez droits sont le plus souvent des nez aquilins mal étudiés.
Or, les individus ayant le nez concave de profil sont ou des calmes ou des passionnés. Ceux qui ont le nez aquilin sont, au contraire, ou des nerveux ou des volontaires.

Classification des nez : Nous avons divisé les êtres humains en deux catégories, ceux qui, vus de profil avaient le nez en trompette (nez concave), et ceux qui avaient au contraire le nez convexe (nez aquilin).
On ne pourrait porter aucun jugement sur des données aussi générales. Voyons donc un moyen des plus simples de parfaire ces divisions. En regardant le bout du nez (toujours de profil) et en cherchant s'il est rond ou pointu, votre classification sera déjà très complète.
En effet, le nez concave à terminaison ronde rappelle vaguement le profil du boeuf et est caractéristique du calme, surtout si les lèvres sont molles et épaisses. Le nez concave à terminaison pointue rappelle vaguement le profil
du chien, et est caractéristique de l'actif, du passionné, surtout avec des lèvres charnues et colorées. Voilà pour le nez en trompette.
Le nez convexe à terminaison ronde caractérise le volontaire. Les lèvres sont minces et la bouche droite (à trait de couteau). Profil d'aigle. Le nez convexe à terminaison pointue caractérise le nerveux. Les lèvres sont minces mais tombantes. Profil de perroquet (1).

Du teint l'homme possède généralement deux natures très distinctes et souvent fort différentes. L'une est l'être intérieur dont il cache soigneusement les impulsions ou les passions ; l'autre est l'extérieur, celui que le monde connaît, fruit de l'éducation et du travail de tous les instants. C'est là la fausse nature, le rideau derrière lequel se dérobe la nature véritable. Nous venons de voir comment l'examen du profil permettait de découvrir l'être réel caché sous l'être d'emprunt ; occupons-nous d'un autre procédé de diagnostic : l'examen du teint.
On classe les races humaines en quatre types principaux d'après leurs couleurs : les blancs, les rouges, les jaunes et les noirs. Or, il est curieux de constater que le teint des individus répond à ces divisions mêmes dans la race blanche et que les calmes auront le teint manifestement blanc par rapport aux actifs dont le teint sera rouge, aux nerveux dont le teint sera jaune et aux volontaires dont le teint sera sombre, allant quelquefois à atteindre une teinte voisine du noir, déduction faite des nécessités de couleur imprimées par la race. Nous allons voir comment on peut très facilement classer les teintes des personnes auxquelles on a affaire.


Détermination du teint :  On ne peut se rendre un compte exact de la valeur d'un ton que par comparaison avec un autre ton, pris comme point de repère.
Prenez donc une feuille de papier bien blanche (papier à lettres ou papier écolier). Vous possédez ainsi le point de repère indispensable.
Priez plusieurs personnes d'appliquer leur poing fermé, les doigts en dessous, sur cette feuille de papier, et vous constaterez facilement que la peau, en apparence blanche, est, au contraire, jaune, rouge ou noire par rapport à la blancheur du papier. Ce n'est qu'en présence d'une nature calme que vous trouverez une concordance, très faible, du reste, entre la couleur du papier et celle de la peau.
Vous obtiendrez ainsi la nature vraie des individus en vous souvenant que les calmes ont la peau relativement blanche, les actifs ont le teint rouge, les nerveux jaune et, les volontaires noir.

Voilà donc une manière rapide et facile de classer les individus, surtout si vous appliquez en même temps les données déjà connues concernant le profil.
Les deux natures :  Nous avons vu que l'homme avait généralement deux natures : celle qu'il cache et celle qu'il montre ; l'une pour le monde, l'autre pour l'intimité. Si bien que, lorsque vous avez épousé un homme très gai dans le monde, il se trouve que cet homme est maniaque et toujours triste dans l'intimité et réciproquement. Voyez donc l'utilité de la physionomie pour le bonheur futur des ménages.
Vous savez découvrir par l'examen du teint la nature cachée, comment déterminer exactement l'autre ? Car, pour dire vrai, ce n'est pas en sachant l'une des sources de nos impulsions qu'on nous connaîtra parfaitement. Pour arriver à quelque chose de sérieux, il faut au moins deux déterminations bien caractérisées.
Pour obtenir ce résultat, il suffit de remarquer que le visage présente presque toujours deux teintes caractéristiques. Superficiellement une teinte qui indique la nature extérieure et, formant le fond, une autre teinte indiquant la nature intime, et c'est cette seconde teinte seulement que vous retrouverez sur la main. En prenant, pour l'examen d'un homme, le col de la chemise blanc comme point de repère on voit qu'il y a des visages rouges sur fond blanc (pommettes rouges, front blanc), rouges sur fond sombre ou rouges sur fond jaune, etc… De même, il n'y a pas dans la nature des hommes purement calmes, ou purement nerveux ; il y a des hommes calmes volontaires ou calmes nerveux, de même que des nerveux volontaires, des nerveux actifs, etc…
Le teint de la main, comme le profil du nez, indique la nature dominante, la nature vraie, celle qu'on cache avec le plus de soin — et celle qu'on doit placer la première dans l’énumération.
La teinte superficielle et accessoire des joues et du visage indique de plus la nature adjointe, celle qu'on montre volontiers et qui doit être placée la seconde dans l’énumération.
Ainsi, un nerveux actif est un homme dont le teint de la main est jaune (nerveux) et dont les joues sont colorées, soit rosées ou rouges (actif).

Le tranquille vant de nous quitter, vous ne manquerez pas de nous demander de nouveaux détails sur ces quatre divisions que vous savez maintenant appliquer. Ce n'est pas tout de faire le diagnostic, il faut aller plus loin. Nous allons donc satisfaire ce légitime désir.
Donnons d'abord quelques détails sur le tranquille ou le calme. Physiquement, le tranquille se reconnaîtra aux petits pas lents de sa marche, à son teint blanc, à ses cheveux ordinairement blonds, à son nez concave à terminaison ronde, à ses lèvres épaisses, blanches et molles. Son écriture est ronde et uniforme et se rapproche beaucoup de la calligraphie.
Le tranquille aime la rêvasserie et est peu expansif. Son péché mignon est la gourmandise et on le croit paresseux. Le plaisir, pour lui, dérive toujours de la passivité de son être ; aussi est-il excellent musicien, mais préfère entendre qu'exécuter.
Le sentiment tient une grande place dans la vie du tranquille, et toutes affections doivent être sentimentales au début. Cependant la réussite d'une affection dépend uniquement de l'insistance et un peu aussi de l'audace du futur.
Le tranquille a beaucoup d'ordre et s'entend fort bien à conduire un intérieur, pourvu qu'il ait le nombre voulu de serviteurs ; sans cela, tout est toujours en retard.
Dans une telle nature, la mémoire est excellente (mémoire des noms et des dates) ; l'intelligence lente, mais assez ouverte, surtout aux données concrètes, la volonté faible et toujours prête à abdiquer, se manifestant dans la lutte par la force d'inertie. L'imagination travaille un peu, mais seulement dans le repos. La sensibilité est en général peu développée.

L'actif physiquement : l'actif se reconnaîtra aux grands pas rapides de sa marche, à son teint rouge, à ses cheveux noirs (rarement blonds, souvent roux), a son nez concave, terminaison pointue, à ses lèvres épaisses, rouges et fermes. Son écriture est hésitante et en zigzag, avec beaucoup de lettres mal formées.
L'actif aime, comme son nom l'indique, l'action, et est très expansif. Son péché mignon est le mensonge, et on le dit très passionné. Le plaisir pour lui dérive toujours de l'activité de son être, aussi aime-t-il les voyages et, quand il est artiste, préfère-t-il le chant ou le théâtre.
L'enthousiasme tient une grande place dans l'existence et toutes les affections doivent être passionnelles au début. La réussite d'une affection dépend uniquement de la souplesse et de la patience qu'opposera l’autre aux colères et aux tracasseries dont il sera l'objet.
L'actif a de l'ordre dans ses armoires et aucun ordre dans la chambre où l'on se contente de tout remettre en place par accès, tous les mois, ou moins souvent encore. L'actif conduit assez bien son intérieur, mais fait la vie très dure à ses domestiques qu'il surveille étroitement. L'idéal à atteindre dans cet intérieur est la vitesse
Dans une telle nature, la mémoire est rapide mais fugitive (mémoire des lieux et des couleurs), l'intelligence ouverte et les facultés d'assimilation très développées. La volonté est faible, mais son absence est déguisée par des entêtements et des colères. L'imagination travaille beaucoup, surtout devant un tiers et en parlant. La sensibilité est, en général, très développée.
Le nerveux classiquement se reconnaîtra à ses petits pas rapides, rappelant le sautillement de l'oiseau, à son teint à dominante jaune, à son nez aquilin à terminaison pointue, à ses lèvres fines, serrées et dirigées en bas. Son écriture est pointue et très penchée avec de nombreux paraphes.
Le nerveux vit intellectuellement bien plus que physiquement. Ses défauts et ses qualités sont donc surtout d'origine psychique. La jalousie et l'envie sont ses gros péchés, et il faudra éviter avec soin ses colères blanches suivies de longues rancunes. Le plaisir, pour le nerveux, dérive toujours de l'idée ; aussi la lecture et les combinaisons sans fin tiennent-elles une grande place dans la vie. L'art sous toutes les formes occupe le reste de ses loisirs.
Ses affections sont toujours platoniques avant tout, et quelques-unes seulement sont l'objet d'une réalisation. La réussite d'une affection dépend du tact extrême et de la réserve que le futur saura mettre en jeu.

Le nerveux a très peu d'ordre, est timide, se perd toujours dans les détails et ne parvient que difficilement à diriger sa maison.
Dans une telle nature, la mémoire, assez développée, se porte principalement sur les détails. L'intelligence est vive, mais l'assimilation trop rapide, de là de grandes obscurités dans la réalisation. La volonté existe à peine et se manifeste surtout par la bouderie. L'imagination règne partout en souveraine maîtresse. La sensibilité est développée jusqu'au paroxysme, mais avec point de départ intellectuel.

Le volontaire physiquement se reconnaîtra à ses grands pas lents, rappelant le pas de procession, à son teint sombre, à son nez aquilin à terminaison ronde, à ses lèvres fermées, serrées et droites, ainsi qu'à son menton avançant.
L'écriture est droite, ferme et égale, les lettres sont généralement rondes. Le volontaire vit entièrement en lui-même. Il parle et n'agit jamais que d'après ses propres idées, sans s'inquiéter de l'effet de cette action sur le milieu extérieur. Son défaut capital est l'orgueil, et ses proches souffrent beaucoup de son despotisme incessant.
Le plaisir, pour le volontaire, dérive uniquement de la satisfaction de ses ambitions et de l'écrasement de ses rivales, le tout tempéré par une certaine générosité, s'exerçant de façon capricieuse. Ses arts préférés sont ceux qui s'exercent sur la forme : sculpture, architecture, etc…
Les affections sont toujours despotiques, et la réussite d'une affection dépend surtout de l'obéissance de l’autre à tous les caprices et à toutes les fantaisies.
Le volontaire a peu d'ordre dans sa chambre, mais beaucoup dans ses tiroirs. Il s'entend admirablement à diriger sa maison et se fait obéir sans réplique. Dans une telle nature la mémoire est prodigieuse, mais l'assimilation est lente. L'intelligence est large, mais trop portée aux idées préconçues. La volonté tient la plus grande place et opprime les autres facultés, surtout l'imagination. La sensibilité est peu développée.


Petit essai de politique féminine voyons comment on peut agir sûrement sur chacune des quatre grandes classes au niveau féminin. Pouf prendre emprise sur la tranquille, veillez à la satisfaction de sa gourmandise, de sa paresse, et à la tranquillité du milieu dans lequel elle agit. Vous créerez ainsi autour d'elle une atmosphère d'habitudes dont il lui sera presque impossible de se défaire.
Pour dominer l'active, veillez à l'emploi de son activité même. Ingéniez-vous à trouver sans cesse de nouveaux voyages à faire, de nouveaux obstacles à vaincre ; sachez la mettre en colère de temps en temps et n’oubliez pas la flatterie.
Pour la nerveuse, usez, au contraire, d'admiration, et remplacez par vos efforts personnels l'activité physique qui lui fait défaut. Satisfaites ses petites manies que vous connaîtrez vite, et n'oubliez pas que la jalousie et l’envie, excitées à temps chez la nerveuse, en feront, quand vous voudrez, une esclave. Que d'erreurs n'est-elle pas prête â commettre par dépit !

Quant à la farouche volontaire, celle qui semble si froide au premier abord, devinez vite son ambition cachée, et frappez-la directement dans l'exagération de son colossal orgueil. Acceptez son despotisme et dirigez sa vanité. Vous serez le maître caché de cette indomptable nature.

Du mariage et des complémentaires our que deux êtres s'accordent pendant de longues années, il faut, autant que possible, que leur nature se complète, que l'espérance de l'un vienne détruire les crises de désespoir de l'autre, et que l'activité du premier soit toujours à même de compenser les effets de la paresse du second. P
Dans l'antiquité, en Egypte et en Grèce, il y avait des collèges de prêtres et de prêtresses chargés d'enseigner les mystères de la famille, et cela évitait bien des catastrophes que la science contemporaine, figée dans son pédantisme, n'a jamais pu prévenir.
Or, deux êtres, dont l'un a une écriture longue et penchée, et l'autre une écriture ronde et droite, sont complémentaires. Le teint rouge et le teint jaune, le teint blanc et le teint sombre, sont également complémentaires. Les personnes aux doigts lissés et longs sont complémentaires, de celles aux doigts noueux et courts.

Les nez concaves sont complémentaires des nez aquilins. N'assemblez donc jamais deux nerveux ensemble, deux actifs ou deux volontaires, vous produiriez des querelles plus ou moins violentes qui désolent certaines familles, où, parents et enfants étant de même nature, l'harmonie ne peut s'établir que rarement et pour peu d'instants. Donnez-vous la peine de regarder autour de vous, et vous verrez que ces données, en apparence frivoles, cachent des enseignements qui peuvent être de grande portée.

Des natures complémentaires vant d'abandonner cette étude des complémentaires, capitale entre toutes par ses applications, définissons avec quelques détails le caractère des complémentaires qui doit être choisi par chaque classe.
La règle générale à suivre, une fois qu'on a déterminé les deux natures qui dominent dans un être (voir ce que nous avons dit au sujet du teint), est de chercher comme complémentaires les natures nettement opposées.
Ainsi, la tranquille animique aura comme complémentaire le volontaire nerveux ; la contemplative et tranquille pessimiste aura comme complémentaire l'entreprenant (volontaire actif), etc.
Pour ne pas nous perdre dans les détails, disons que, dans nos grandes divisions, la calme a pour complémentaire le volontaire ; l'active se complète par le nerveux et réciproquement.

En étudiant les écritures, la forme des traits, la marche et la forme de la main, on verra que chaque détail répond strictement au complémentarisme de l'ensemble. Un peu de pratique suffira, du reste, pour arriver vite à des résultats surprenants, et nous souhaitons vivement à nos lecteurs d'éviter ainsi les brouilles et les mille ennuis que cause un mariage mal assorti,, au point de vu des complémentaires.

Samedi 13 Novembre 2010 à 21h38 dans PAPUS LES SECRETS DU VISAGEPoster un commentaire