• L'Ordre des Hashishi'ines

    L’Ordre des Hashish'ins

     

    L'Ordre comportait sept degrés d'initiation. Les initiés du septième degré étaient les "Daïs". Ceux-ci faisaient exécuter les ordres du Seigneur ; ils étaient souvent chargés de missions importantes, en particulier pour ce qui concernait l'organisation de l'Ordre, à l’extérieur d'Alamout, selon les directives d'Hasan. Le rituel de l'Ordre avait été fixé par Hasan compte tenu de ses propres expériences initiatiques chez le Maître secret de la Montagne et en Egypte, et en se référant aux vieilles traditions avestiques de l'Iran ( Avesta ). Celles-ci avaient  été importées sous le nom de mazdéisme par les Mèdes, peuple qui descendait des Aryens de la Région de l'AmouDaria. C’était une religion dualiste par excellence, révélée au VII° siècle avant notre Ere, par le grand Prophète Zoroastre, et consignée dans le livre sacré du Zend-Avesta. Il y avait d'un côté le Principe du bonheur personnifié par Ahura-Mazda (Ormuzd), et de l'autre celui du malheur personnifié par Angro-Ma´nyous (Ahriman). Il faut vénérer Ormuzd et tendre vers la perfection morale. Les pratiques magiques n’étaient pas exclues du rituel d'Alamout. En dehors de l'enseignement métaphysique, Hasan s’efforçait d'inculquer aux membres de l'Ordre des principes de chevalerie spirituelle, de les rassembler en un compagnonnage mystique dont les membres sont liés entre eux par des symboles ayant une correspondance astrologique. Ils sont des chevaliers de l'Esprit qui doivent préparer une humanité nouvelle. Ils se meuvent dans le troisième Règne, celui de l'Esprit, du Paraclet, qui doit suivre le Règne du Père annoncé par les prophéties anciennes, et celui du Fils annoncé par Jésus, Mahomet zet Ali. Ils doivent rechercher  "l’île verte", lieu de l'Imam de la révélation qui a son parallèle, en Occident, sous les noms de Thulé et de Groenland, la terre verte. L’île verte est le lieu de refuge de l'Imam, homme parfait qui est l'accomplissement des Imams terrestres, équivalent de l'Adam Kadmon des Hébreux. L’île verte, c'est l’équivalent du Mont Serrat des chevaliers de la Table Ronde de Wolfram von Eschenbach et des Cathares. Attendre l'Imam de la révélation, cela équivaut à l'attente de la "Parousie", le second avènement du Christ. La queste incessante des chevaliers spirituels, c'est aussi celle du Vase Saint, du Graal de notre tradition, réceptacle de la sainteté. Tel est l’idéal de l'Ordre des chevaliers d'Alamout !

    Le 12 juin 1124, Hasan ibn Sabbat sut qu'il allait mourir. Il réunit ses principaux fidèles pour les en informer, et leur dire qu'il désignait comme successeur Kya Buzurg Humid, un de ses plus anciens disciples.

    Le mythe de la survivance d'Hasan s’établit chez les Ismaéliens et fut soigneusement entretenu par Kya Buzurg qui, pourtant, l'avait vu mourir. Hasan reviendrait avec l'Imam de Résurrection, le Mahdi, être de lumière. Dans cette attente, il fallait continuer à suivre les enseignements qu'ils avaient dispensés pendant sa vie terrestre.

    Le nombre des partisans d'Hasan augmentait sans cesse. Kya Buzurg disposait maintenant d'environ 70 000 hommes, et de 74 forteresses réparties de la Méditerranée à l'Indus. On était loin des deux centaines d'hommes réunis à Alamout après la prise de cette place par Hasan. Kya Buzurd continua la politique de terreur par la pratique des assassinats ; c'est ainsi que furent tués, par des fidawis, les califes fatimides du Caire et de Bagdad, ainsi que de nombreuses personnalités sunnites. Malheureusement, Kya Buzurg dévia de la ligne austère qu'Hasan avait si strictement suivie.

    L'Ordre atteignit l’apogée de sa puissance sous les deux successeurs de Kya Buzurg, son fils et son petit-fils, de 1138 à 1172, et cela malgré des erreurs et des défaillances. Puis, il déclina jusqu'à ce que se produise un événement considérable : l'invasion Mongole. L'Iran fut submergé et, en 1265, Alamout tomba sous le choc furieux des armées de Houlagou, petit-fils de Gengis Kahn. La terreur Mongole, marquée par d'affreux massacres collectifs, succéda à la terreur des assassinats individuels.

    Heureusement, en prenant Alamout, Houlagou se rendit compte de l'importance de sa bibliothèque qui comprenait quelques trente mille volumes, dont certains étaient précieux. Il chargea Djouény, historien mongol arabisé, d'en faire le recensement. Celui-ci dura plus d'un an. Djouény prit de nombreuses notes, releva de nombreux extraits. Mu par son sectarisme anti-Ismaélien, il publia un mémoire dans lequel il condamnait sévèrement la doctrine du Seigneur de la Montagne. L'analyse qu'il en fit à cette occasion a au moins eu l'avantage de faire connaître une partie de l'oeuvre de Hasan ibn Sabbah avant qu'elle ne soit détruite. En effet, allant encore plus loin dans son hostilité, Djouény réussit à convaincre Houlagou de détruire la bibliothèque. Ce qui fut fait sur les lieux mêmes dans un abominable autodafé ! Les recherches patientes de deux savants contemporains, W Ivanof et Henry Corbin, ont permis de retrouver récemment, aux Indes, quelques textes ismaéliens que l'on croyait perdus pour toujours. Ils se trouvent aujourd'hui à la bibliothèque Iranienne de Téhéran que dirige Monsieur Corbin. Une partie d’entre-deux a été traduite et leur exploitation peut ainsi se poursuivre.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :