• Alchimie (6)

    L'alchimie

    L'alchimie peut être considérée selon deux modalités, une modalité matérielle, la transformation d'un métal vulgaire en or et une modalité spirituelle, la transformation d'un individu "commun" en être réalisé. Ces deux modes d'action sont interdépendants, et l'alchimie véritable est initiatique.Dans l'alchimie il ya une interraction trés forte entre l'opérateur et son oeuvre à ce point que la transmutation n'est possible que pour celui qui a réalisé un véritable travail sur soi.

    L'alchimie affirme que tout est conscience, et que l'existence est issue d'une énergie première , le Chaos.

    Cette énergie unique va ensuite se différencier en deux énergies complémentaires, l'une active, spirituelle, "Nitrum" , l'autre passive, matérielle, "Natrum". Une seconde division de l'énergie engendre les 4 éléments. Niturm engendre leFeu actif et l'Air passif, Natrum engendre l'Eau active et la Terre passive.

    Feu et air combinés donnent le Souffre alchimique, Eau et Terre combinées donnent le Sel alchimique. Le Mercure Esprit médiateur est la combinaison de l'Air et de l'Eau.

    Le Souffre est l'âme des choses et des êtres.Il se présente sous un aspect "gras" dans les trois règnes.

    Le Sel est le corps des choses, il détermine la matière. En alchimie opérative, c'est un élément purificateur et attire les énergies de la vie qu'il détermine selon sa propre nature.

    Le Mercure participe de la vie et de la matière, il unit le matériel et le spirituel d'où son rôle prépondérant en alchimie.En alchimie opérative, le Mercure sert à extraire le Souffre des mixtes.

    Le principe de l'alchimie est de séparer, purifier , puis unir à nouveau Souffre, Sel et Mercure pour obtenir selon les cas un Elixir ou une Pierre. Les opérations sont longues et dépendent (alchimie minérale) de l'état d'éveil de l'alchimiste lui même. C'est pourquoi on considèrera avec raison l'alchimie comme une pratique spirituelle qui développe en soi la prise de conscience de l'aspect unitaire des choses ( ce qui est en bas est comme ce qui est en haut). L'alchimiste en communiant par son travail se relie à l'universalité, il rétablit en lui la jonction entre la conscience physique, cérébrale et le spirituel.

    Les trois règnes , minéral, végétal et animal sont concernés par l'alchimie, chaque règne a son Souffre (âme) son Sel (corps) et son Mercure qui assure la jonction entre les deux.Dans le règne végétal le Mercure est présent dans la sève ou l'alcool, dans le règne minéral il est présent dans l'"humide radical" qui n'existe que dans les minerais natifs, dans le règne animal il est présent dans le sang.

    L'oeuvre alchimique est une accélération des processus naturels et c'est en respectant la Nature que l'Alchimiste parvient au terme de son oeuvre.

     

    Introduction au cahier d'alchimie

    Notre propos n'est pas de donner des recettes, car aucune recette ne fonctionne en alchimie. L'hermétisme propose une conception du monde qui lui est propre, assez éloignée de la science classique, et qui vise à la réintégration de l'Homme et donc de la Conscience au sein de la Création.

    L'œuvre alchimique résulte d'opérations qui sont plus proches de l'art que de la science, bien que cette dernière et en particulier la chimie fasse maintenant partie du bagage "culturel" de nombreux alchimistes opératifs.

    Nous ne rentrerons dans aucun débat d'école, ni non plus dans celui qui consiste à juger de la "réalité" ou de la validité de l'alchimie. Il ne s'agit pas pour nous de proposer une croyance, ni d'ailleurs de la réfuter, nous considérons l'Alchimie comme un art et à ce titre nous ne pouvons que constater son existence et sa persistance à travers les siècles. Une expérience modeste au laboratoire nous a permis de connaître quelques unes de ces joies et de ces déceptions qui transparaissent souvent dans les écrits des adeptes. La joie de voir la matière se transformer dans le vaisseau, celle qui résulte de la compréhension des textes et d'autres plus grande ou plus modestes. La déception aussi, quand rien ne bouge, quand le "verre éclate", quand la matière meurt après de longs mois de gestation.

    Car il s'agit bien de cela, l'alchimie est vie, elle est gestation, elle est création. On parle d'œuf alchimique, d'enfant royal, de fécondation, de mariage. L'alchimiste se substitue ou plutôt s'assimile au Démiurge, il crée, il s'intègre au mystérieux processus de la vie et devient acteur.

    Est ce une manière proprement "masculine" de compenser l'incapacité physiologique à porter la vie ? Et auquel cas l'initiation alchimique serait elle une façon de rencontrer l'anima, la partie féminine de notre être ? Nous laisserons ces questions à la psychanalyse sans pour autant écarter ces hypothèses.

    Si l'expérience du laboratoire est incontournable, la confrontation à la réalité matérielle n'est pas exempte de difficultés, d'illusion, ni de danger.

    C'est pourquoi il est bien plus simple en alchimie, comme dans d'autres voies de la tradition d'ailleurs de rester sur le plan spéculatif.

    Le travail au laboratoire demande un investissement non négligeable, un matériel adéquat, de l'espace, et du temps mais surtout une immense patience.

    Le manque de savoir faire, les tours de mains à redécouvrir sont pour les alchimistes (en l'absence de formation de chimiste) de réelles difficultés. L'illusion qui résulte d'une mauvaise interprétation des résultats, en regard de l'obscurité des textes, de l'absence de guide mais aussi du manque de connaissance en chimie. Cette capacité à l'auto-illusion est une composante majeure de l'être humain. Elle vaut tant sur le plan matériel que sur le plan spirituel.

    Le travail au laboratoire peut être l'occasion d'une illusion mais n'est pas générateur d'illusion dans la mesure où il offre l'opportunité de confronter constat et croyance. Dans l'alchimie spéculative, on pourra disserter à son aise sur le processus, ses symboles ou sa philosophie. Cette phase est nécessaire tout au long du chemin, mais les résultats du laboratoires sont soumis à la validation des sens. Même si dans les phases intermédiaires de l'œuvre, on peut faire fausse route, son aboutissement matériel signe de façon incontestable la réussite ou l'échec du travail.

    Le travail au laboratoire n'est pas sans danger non plus. Il y a le bris du matériel, certains disent que l'alchimiste qui n'a pas connu une explosion n'est pas vraiment un alchimiste. Il y a le danger lié aux substances manipulées, les acides, le feu mais aussi les poisons végétaux et minéraux dont on ne saurait trop mesurer le danger. (alcaloïdes, vapeurs de Mercure, Arsenic, sels métalliques..). Une extrême prudence et une bonne connaissance de la chimie sont donc nécessaires à ceux qui voudraient expérimenter.

    Et quels résultats escompter ?

    L'aboutissement de l'oeuvre n'est pas à la portée du premier venu, soyons modeste, il ne s'agit pas moins que d'obtenir la transformation des métaux en Or et la Médecine universelle. Le rêve de tout humain, la richesse, la santé, la jeunesse.

    Et si tout cela n'était qu'un leurre, un rêve agréable voir un peu frivole que l'on poursuivrait inlassablement et de tout temps. Si cet Or n'était que Philosophal et que l'objet ne soit pas la Pierre mais la quête de la Pierre ? Ou mieux , un art de l'évolution qui aiderait l'homme à avancer, à aller aussi loin que sa nature le permet ?

    L'alchimie propose une initiation, une vision de l'individu en harmonie avec les Lois de la Nature et de la Vie. Cette initiation devient réelle lorsque les obstacles à la Lumière se lèvent, que le bandeau tombe, et que l'Homme se transforme.

    L' initiation hermétique se conjugue selon les mêmes lois que celles qui opèrent dans la Nature. Le Feu opère dans l'alchimiste, et le fait évoluer. L'énergie vitale qu'il mobilise au cours de son travail dans le Monde et dans les relations qu'il peut avoir avec lui, transforme son corps , son Esprit et son âme.

    Débarrassé des scories mentales et spirituelles qui sont autant d'obstacles sur le chemin, il suit la voie de la réintégration qui est aussi un mythe celui de l'Homme édénique, celui de l'âge d'Or, de l'Harmonie Universelle. Le mariage alchimique peut avoir lieu, union du Roi et de la Reine, de l'Homme et de la Création, du conscient et de l'inconscient.

    De cette union naît l'enfant Royal, l'Homme régénéré , ne devrait on pas dire l'Homme véritable.

    Il y a cinq concepts préalables à la compréhension de l'alchimie:

     

    1. L'univers est d'origine divine.
    2. Toute matière est rattachée au divin et donc en interrelation avec les différents éléments de la Création.
    3. Chaque organisme, incluant le règne minéral est en évolution
    4. L'être humain a le pouvoir d'agir sur chaque organisme et dans chaque règne
    5. La compréhension des lois de la Nature permet à l'homme d'accélérer les processus dévolution.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :